Post Black Metal. Blackgaze. Deux terminologies qui font peur, et qui suscitent un maximum d’interrogations. Après tout, elles furent tellement utilisées à mauvais escient, la plupart du temps pour tenter de justifier des dérives pompeuses inexcusables, que le ressenti est inévitable. Et tenter d’en définir les contours devient de plus en plus ardu, puisque de simples extensions de base, ces deux excroissances ont muté en styles à part entière, qui recèlent le meilleur comme le pire, l’excellent comme le médiocre. Alors, en 2017 et presque 2018, qu’attendre d’un groupe se réclamant de cette appartenance ? Beaucoup de choses, parfois rien du tout, mais surtout, du mystère, et on l’espère, une énorme part de créativité, histoire de ne pas se laisser entraîner encore une fois sur les chemins escarpés de la facilité complaisante. Les lituaniens de DEVLSY font-ils partie de cette catégorie de groupes composant une musique riche et complexe, et suffisamment dense et créative pour mériter les étiquettes à postériori, et non à priori, comme un but et non une conséquence ? A l’écoute de leur second album, la réponse semble se dessiner à l’affirmative, tant leurs morceaux empruntent des chemins différents pour arriver au même objectif. Transcender l’obscurité pour laisser filtrer la lumière, et se sevrer de différentes influences pour obtenir un son qui leur est propre. Car la musique des lituaniens est beaucoup plus qu’une simple digression bavarde sur des thèmes rebattus, mais plutôt une proposition de pistes à suivre et à développer, nous menant peut-être à l’épiphanie d’une découverte, celle d’une terre aussi aride que les autres, mais qui laisse quand même pousser les fleurs du plaisir.

Quatuor originaire de Vilnius (Giedrius Gudaitis – guitare, Vytautas – chant, Vytenis Beinortas – batterie et Darius – basse), DEVLSY s’est formé en 2011, dans le but de mixer le BM le plus foncièrement brutal au Shoegaze le plus éthéré, et nous a déjà exposé ses vues sur un premier album en 2013, A Parade of States, qui avait bien retenu l’attention de l’underground. On y avait cru y voir « un voyage dans le fonctionnement interne malaisé d’une âme perturbée » et il est certain que la comparaison n’était pas forcément déplacée. Il fallait donc que le quatuor ose pousser les choses encore plus loin pour conforter les bonnes opinions que ce premier jet avait suscitées, et autant le dire tout de suite, si le pari n’est pas complètement remporté, les musiciens ont tenté de faire progresser leur musique, en la rendant de plus en plus définissable. Alors, la question demeure. Post Black ou pas Post Black ? Finalement, balayons les interrogations, et intéressons-nous à la musique en elle-même, qui se dispense très bien d’étiquettes. Si l’argument BM est forcément le plus important et le plus discutable dans le fond, tant l’intelligence de composition dépasse tout cloisonnement, il est tout aussi difficile de valider le préfixe « Post », puisque ces chansons n’appartiennent à aucun univers précis, se mouvant comme une galaxie aux frontières fluctuantes. On y sent bien sur des éléments inhérents à la culture des DEATHSPELL OMEGA, mais pas de traces d’ALCEST ni de l’écurie philosophique cherchant constamment un sens à l’art. Ici, l’art est instinctif, épidermique, et viscéral, et se contente de traduire la brutalité dans un vocable compréhensible par tous, même si parfois les emprunts à des notations troubles empêchent une formalisation trop définitive. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de Private Suite, qui a de sérieux airs de chambre d’hôtel perdue au milieu de nulle part, où les voyageurs s’arrêtent le temps d’une nuit pour réfléchir aux tenants et aboutissants de la vie, sans trouver de réponse.

Les textures, les empilements, les transgressions, voici ce qui rend ce deuxième longue-durée aussi passionnant. En six longs morceaux, les lituaniens ne se sont pas contentés de jouer la durée, ni d’utiliser le progressif en tant que tel, mais ont juxtaposé des idées, des strates, pour parvenir à épaissir leur musique sans la rendre complaisante ou redondante. On y trouve bien évidemment les qualités des extensions déjà nommées, mais peu de leurs défauts, ce qui est toujours bon signe. Les lituaniens ont travaillé leur parties de guitare, ont bien sûr utilisé cette basse si symptomatique, mais ont aussi soigné les parties vocales, les enchaînements, pour que tout se suive de façon logique, sans trop sacrifier cette même logique et sa cohérence à la surprise de la découverte. Ainsi, « Corridors » ressemble à un trip à la VOÏVOD aux confins d’un univers à la SHINING, sans pour autant singer les tics les plus personnels des deux entités. Harmonies asséchées et tendues, rythmique posée mais pas calme pour autant, et avancée par petits pas, avant une explosion aussi incongrue que salvatrice. Et si Vytenis Beinortas derrière sa batterie se refuse à tomber dans la facilité d’une brutalité de double grosse caisse un peu trop convenue, ça ne l’empêche nullement de varier ses plans pour enrichir les thèmes et leur apporter l’assise rythmique dont ils ont besoin. L’homme a d’ailleurs souvent l’occasion de prouver sa valeur, se voulant ambivalent dans sa frappe, mais ferme dans ses percussions, comme il le démontre à l’occasion de l’incendiaire « Bring My World », lui permettant toutes les audaces. Est-il pour autant le point central de focalisation ? Oui et non, puisque les quatre instrumentistes font ce qu’ils peuvent pour se faire remarquer, sans trop tirer la couverture à eux. Et en tant que vocaliste, Vytautas module, se fait oublier en arrière-plan, pour mieux nous déchirer les tympans de ses exhortations maladives.

Certes, tout n’est pas encore parfait, mais je soupçonne les DEVLSY de l’avoir fait exprès. Ainsi, « Patient #6 » se contente de répéter des énonciations déjà rédigées, et s’il s’extirpe de l’inutilité via des arrangements assez malins, son monolithisme le rend parfaitement dispensable au regard du creuset de créativité de l’ensemble. Heureusement, « Porta Formica », loin de faire l’apologie de ce revêtement star des seventies, déambule de nouveau dans les corridors du psychédélisme noir, pour nous hypnotiser de ses guitares en trémolo et de sa basse en trombes d’eau. A propos de basse, on retrouve dans les featuring de l’album la participation d’un certain Dave Edwardson, fraîchement échappé d’un NEUROSIS qui aurait certainement son mot à dire en termes d’influence, et pas étonnant de croiser le bonhomme sur « Bring My World », le morceau le plus épais et violent du LP.

Mais loin des gimmicks, c’est bien le fond qui intéresse nos amis du jour, qui terminent leur cheminement étrange par un « Horizon Attached » ne l’étant pas moins, et représentant le point de jonction entre le BM et le Post BM le plus probant. Titre assez classique, il incarne une conclusion logique et offre des perspectives, que Private Suite ne fait qu’ébaucher, en laissant passer par l’interstice de sa porte privée des volutes de chant en son clair et quelques riffs plus Rock qu’à l’ordinaire.

Alors, Black, Post Black, Blackgaze, quelle importance ? Le plus étant de s’intéresser à un groupe qui semble vouloir défoncer quelques barrières pour imposer sa vision, et qui y parvient par intermittence. Private Suite n’est certainement pas la preuve de validité tant attendue, mais il reste un album à la tension maintenue. Ce qui en soi, est déjà une réussite.


Titres de l'album:

  1. Corridors
  2. Hatching Tomb
  3. Bring My World
  4. Patient #6
  5. Porta Formica
  6. Horizon Attached

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2017 à 17:47
72 %    304

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !