Post Black Metal. Blackgaze. Deux terminologies qui font peur, et qui suscitent un maximum d’interrogations. Après tout, elles furent tellement utilisées à mauvais escient, la plupart du temps pour tenter de justifier des dérives pompeuses inexcusables, que le ressenti est inévitable. Et tenter d’en définir les contours devient de plus en plus ardu, puisque de simples extensions de base, ces deux excroissances ont muté en styles à part entière, qui recèlent le meilleur comme le pire, l’excellent comme le médiocre. Alors, en 2017 et presque 2018, qu’attendre d’un groupe se réclamant de cette appartenance ? Beaucoup de choses, parfois rien du tout, mais surtout, du mystère, et on l’espère, une énorme part de créativité, histoire de ne pas se laisser entraîner encore une fois sur les chemins escarpés de la facilité complaisante. Les lituaniens de DEVLSY font-ils partie de cette catégorie de groupes composant une musique riche et complexe, et suffisamment dense et créative pour mériter les étiquettes à postériori, et non à priori, comme un but et non une conséquence ? A l’écoute de leur second album, la réponse semble se dessiner à l’affirmative, tant leurs morceaux empruntent des chemins différents pour arriver au même objectif. Transcender l’obscurité pour laisser filtrer la lumière, et se sevrer de différentes influences pour obtenir un son qui leur est propre. Car la musique des lituaniens est beaucoup plus qu’une simple digression bavarde sur des thèmes rebattus, mais plutôt une proposition de pistes à suivre et à développer, nous menant peut-être à l’épiphanie d’une découverte, celle d’une terre aussi aride que les autres, mais qui laisse quand même pousser les fleurs du plaisir.

Quatuor originaire de Vilnius (Giedrius Gudaitis – guitare, Vytautas – chant, Vytenis Beinortas – batterie et Darius – basse), DEVLSY s’est formé en 2011, dans le but de mixer le BM le plus foncièrement brutal au Shoegaze le plus éthéré, et nous a déjà exposé ses vues sur un premier album en 2013, A Parade of States, qui avait bien retenu l’attention de l’underground. On y avait cru y voir « un voyage dans le fonctionnement interne malaisé d’une âme perturbée » et il est certain que la comparaison n’était pas forcément déplacée. Il fallait donc que le quatuor ose pousser les choses encore plus loin pour conforter les bonnes opinions que ce premier jet avait suscitées, et autant le dire tout de suite, si le pari n’est pas complètement remporté, les musiciens ont tenté de faire progresser leur musique, en la rendant de plus en plus définissable. Alors, la question demeure. Post Black ou pas Post Black ? Finalement, balayons les interrogations, et intéressons-nous à la musique en elle-même, qui se dispense très bien d’étiquettes. Si l’argument BM est forcément le plus important et le plus discutable dans le fond, tant l’intelligence de composition dépasse tout cloisonnement, il est tout aussi difficile de valider le préfixe « Post », puisque ces chansons n’appartiennent à aucun univers précis, se mouvant comme une galaxie aux frontières fluctuantes. On y sent bien sur des éléments inhérents à la culture des DEATHSPELL OMEGA, mais pas de traces d’ALCEST ni de l’écurie philosophique cherchant constamment un sens à l’art. Ici, l’art est instinctif, épidermique, et viscéral, et se contente de traduire la brutalité dans un vocable compréhensible par tous, même si parfois les emprunts à des notations troubles empêchent une formalisation trop définitive. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de Private Suite, qui a de sérieux airs de chambre d’hôtel perdue au milieu de nulle part, où les voyageurs s’arrêtent le temps d’une nuit pour réfléchir aux tenants et aboutissants de la vie, sans trouver de réponse.

Les textures, les empilements, les transgressions, voici ce qui rend ce deuxième longue-durée aussi passionnant. En six longs morceaux, les lituaniens ne se sont pas contentés de jouer la durée, ni d’utiliser le progressif en tant que tel, mais ont juxtaposé des idées, des strates, pour parvenir à épaissir leur musique sans la rendre complaisante ou redondante. On y trouve bien évidemment les qualités des extensions déjà nommées, mais peu de leurs défauts, ce qui est toujours bon signe. Les lituaniens ont travaillé leur parties de guitare, ont bien sûr utilisé cette basse si symptomatique, mais ont aussi soigné les parties vocales, les enchaînements, pour que tout se suive de façon logique, sans trop sacrifier cette même logique et sa cohérence à la surprise de la découverte. Ainsi, « Corridors » ressemble à un trip à la VOÏVOD aux confins d’un univers à la SHINING, sans pour autant singer les tics les plus personnels des deux entités. Harmonies asséchées et tendues, rythmique posée mais pas calme pour autant, et avancée par petits pas, avant une explosion aussi incongrue que salvatrice. Et si Vytenis Beinortas derrière sa batterie se refuse à tomber dans la facilité d’une brutalité de double grosse caisse un peu trop convenue, ça ne l’empêche nullement de varier ses plans pour enrichir les thèmes et leur apporter l’assise rythmique dont ils ont besoin. L’homme a d’ailleurs souvent l’occasion de prouver sa valeur, se voulant ambivalent dans sa frappe, mais ferme dans ses percussions, comme il le démontre à l’occasion de l’incendiaire « Bring My World », lui permettant toutes les audaces. Est-il pour autant le point central de focalisation ? Oui et non, puisque les quatre instrumentistes font ce qu’ils peuvent pour se faire remarquer, sans trop tirer la couverture à eux. Et en tant que vocaliste, Vytautas module, se fait oublier en arrière-plan, pour mieux nous déchirer les tympans de ses exhortations maladives.

Certes, tout n’est pas encore parfait, mais je soupçonne les DEVLSY de l’avoir fait exprès. Ainsi, « Patient #6 » se contente de répéter des énonciations déjà rédigées, et s’il s’extirpe de l’inutilité via des arrangements assez malins, son monolithisme le rend parfaitement dispensable au regard du creuset de créativité de l’ensemble. Heureusement, « Porta Formica », loin de faire l’apologie de ce revêtement star des seventies, déambule de nouveau dans les corridors du psychédélisme noir, pour nous hypnotiser de ses guitares en trémolo et de sa basse en trombes d’eau. A propos de basse, on retrouve dans les featuring de l’album la participation d’un certain Dave Edwardson, fraîchement échappé d’un NEUROSIS qui aurait certainement son mot à dire en termes d’influence, et pas étonnant de croiser le bonhomme sur « Bring My World », le morceau le plus épais et violent du LP.

Mais loin des gimmicks, c’est bien le fond qui intéresse nos amis du jour, qui terminent leur cheminement étrange par un « Horizon Attached » ne l’étant pas moins, et représentant le point de jonction entre le BM et le Post BM le plus probant. Titre assez classique, il incarne une conclusion logique et offre des perspectives, que Private Suite ne fait qu’ébaucher, en laissant passer par l’interstice de sa porte privée des volutes de chant en son clair et quelques riffs plus Rock qu’à l’ordinaire.

Alors, Black, Post Black, Blackgaze, quelle importance ? Le plus étant de s’intéresser à un groupe qui semble vouloir défoncer quelques barrières pour imposer sa vision, et qui y parvient par intermittence. Private Suite n’est certainement pas la preuve de validité tant attendue, mais il reste un album à la tension maintenue. Ce qui en soi, est déjà une réussite.


Titres de l'album:

  1. Corridors
  2. Hatching Tomb
  3. Bring My World
  4. Patient #6
  5. Porta Formica
  6. Horizon Attached

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2017 à 17:47
72 %    210

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)