Genre on est lundi, genre il flotte, genre il est 16h, et le goûter prend la forme d’un BN émietté qui trône sur votre bureau depuis la semaine passée.

Joie, bonheur.

Comment s’extirper d’une condition aussi morne sans avoir à vous lever, baisser votre froc et hurler « J’emmerde le système et je veux des frites à la cantiiiiiiiiiiiiiiiiiiine !!!! » ?

Simple, vous ouvrez votre navigateur, vous allez sur le Bandcamp des MENTAL DISTRESS, et je vous jure qu’avec un nom pareil, ils vous comprendront mieux que quiconque et sauront vous suggérer la solution idéale.

Des doutes ?

Mais non.

Faisons simple et carré. Après une démo en 2014 et un split aux faces partagées avec les Tourangeaux de ED WARNER, les MENTAL DISTRESS proposent donc en ce mois de janvier synonyme de soldes et de rentrée morose leur premier EP en version digitale, et éponyme par-dessus le marché, qui correspond bien à la tendance qui s’est dessinée depuis le début de leur carrière.

Pour les étourdis, ces furieux viennent de Strasbourg, ne pédalent pas dans la choucroute et sont quatre (Maqs, Dagger, Riwan, Alex, et avant y’avait aussi Tieuma mais il est plus là), et en plus de ça, se vautrent dans le Hardcore à tendance Fast comme d’autres dans les digressions sur la situation politique en Centre-Afrique.

Alors, certes, j’en conviens, c’est un simple auquel nous avons affaire. Donc, cinq morceaux pour une minute de plus et rien de moins.

Mais avec l’enthousiasme, la rage et l’intensité dont ils font preuve, vous n’avez pas besoin de plus. En tout cas pas pour l’instant.

Mental Distress EP, c’est du Fastcore à l’Américaine à la Française, c'est-à-dire une version encore plus enragée qui ferait passer les CLOSET WITCH pour de jolies hôtesses d’accueil du salon de l’auto. Avec au chant une madame qui hurle à s’en faire déborder les tripes par les oreilles, une guitare qui ne connaît aucun répit, et une rythmique qui permet aux deux premiers de partir en vrille comme ils le souhaitent, ce quatuor qui n’a pas froid aux oreilles dispense une véritable leçon de violence instrumentale exubérante et éminemment sympathique.

Certes, Fastcore oblige, ça joue très vite, mais ce n’est jamais brouillon, grâce à une étonnante production concoctée aux studios La Maison Bleue à Strasbourg par Ted Moody, et au mixage US signé Jack Shirley aux Atomic Garden Recording Studios d’East Palo Alto. Fait assez rare dans le genre pour être souligné, le Hardcore très Fast des MENTAL DISTRESS bénéficie donc d’un son très clean et puissant, qui permet à des envolées d’hyper brutalité comme « Schlass » et son Thrashcore dément de rester intelligible et encore plus percutant, malgré un rythme affolant.

Mais en dehors de ces pointes d’hystérie somme toute disséminées avec parcimonie, Mental Distress EP sait aussi distiller des ambiances glauques qui dégénèrent très vite en fiesta de l’enfer (« Traditions »), riffer un poil plus Hardcore’n’Roll sur une minute et quelques pour se rapprocher des racines de Boston et du NYHC (« Theft Is Rightful », chant suraigu et accélérations impromptues offertes par la maison, mais refrain carton sans glaçons), tenter le coup du tempo lourd pour imposer des plans plus déviants, qu’ils explosent à grands coups de BPM débordant de haine (« Justice Blood »), et terminer leur premier single pro par une grosse louche de poisseux qui colle aux yeux et ose un aveu plus ambitieux (« Ungifted », pas tant que ça, moi je vous trouve assez doués les gars).

En gros, un joli survol de plein de choses, aussi Hardcore que Fastcore, aussi éloquent que conséquent, mais sachant rester futile en jouant utile.

Cinq morceaux sans couenne, une production qui avoine, et un rendement idoine, bilan conséquent pour un 7’’ que vous aurez la joie de retrouver en rondelle très bientôt, en farfouillant dans les sorties de Bonobo Stomp, CanISay? Records, Crapoulet, Dead Punx Records, Dirty Guys Rock, Emergence Records, Itawak Records, No Way Asso, Paillettes Editions et Skatepizza!

Si avec ça, vous me dites que vous ne le trouvez pas, vous vous mangez mon pied dans les noix. Alors Strasbourg, ville des étudiants branchés à la bourre et d’un marché de Noël réputé qu’à la nuit tombée on parcoure…

Mais aussi nouvelle capitale d’un Fastcore enjoué ?

 

 Possible, et les frites n’ont pas fini de valser à la cantine au son de cet EP bien kické !


Titres de l'album:

  1. Traditions
  2. Theft is Rightful
  3. Schlass
  4. Justice Blood
  5. Ungifted

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2017 à 14:30
70 %    491

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.