Genre on est lundi, genre il flotte, genre il est 16h, et le goûter prend la forme d’un BN émietté qui trône sur votre bureau depuis la semaine passée.

Joie, bonheur.

Comment s’extirper d’une condition aussi morne sans avoir à vous lever, baisser votre froc et hurler « J’emmerde le système et je veux des frites à la cantiiiiiiiiiiiiiiiiiiine !!!! » ?

Simple, vous ouvrez votre navigateur, vous allez sur le Bandcamp des MENTAL DISTRESS, et je vous jure qu’avec un nom pareil, ils vous comprendront mieux que quiconque et sauront vous suggérer la solution idéale.

Des doutes ?

Mais non.

Faisons simple et carré. Après une démo en 2014 et un split aux faces partagées avec les Tourangeaux de ED WARNER, les MENTAL DISTRESS proposent donc en ce mois de janvier synonyme de soldes et de rentrée morose leur premier EP en version digitale, et éponyme par-dessus le marché, qui correspond bien à la tendance qui s’est dessinée depuis le début de leur carrière.

Pour les étourdis, ces furieux viennent de Strasbourg, ne pédalent pas dans la choucroute et sont quatre (Maqs, Dagger, Riwan, Alex, et avant y’avait aussi Tieuma mais il est plus là), et en plus de ça, se vautrent dans le Hardcore à tendance Fast comme d’autres dans les digressions sur la situation politique en Centre-Afrique.

Alors, certes, j’en conviens, c’est un simple auquel nous avons affaire. Donc, cinq morceaux pour une minute de plus et rien de moins.

Mais avec l’enthousiasme, la rage et l’intensité dont ils font preuve, vous n’avez pas besoin de plus. En tout cas pas pour l’instant.

Mental Distress EP, c’est du Fastcore à l’Américaine à la Française, c'est-à-dire une version encore plus enragée qui ferait passer les CLOSET WITCH pour de jolies hôtesses d’accueil du salon de l’auto. Avec au chant une madame qui hurle à s’en faire déborder les tripes par les oreilles, une guitare qui ne connaît aucun répit, et une rythmique qui permet aux deux premiers de partir en vrille comme ils le souhaitent, ce quatuor qui n’a pas froid aux oreilles dispense une véritable leçon de violence instrumentale exubérante et éminemment sympathique.

Certes, Fastcore oblige, ça joue très vite, mais ce n’est jamais brouillon, grâce à une étonnante production concoctée aux studios La Maison Bleue à Strasbourg par Ted Moody, et au mixage US signé Jack Shirley aux Atomic Garden Recording Studios d’East Palo Alto. Fait assez rare dans le genre pour être souligné, le Hardcore très Fast des MENTAL DISTRESS bénéficie donc d’un son très clean et puissant, qui permet à des envolées d’hyper brutalité comme « Schlass » et son Thrashcore dément de rester intelligible et encore plus percutant, malgré un rythme affolant.

Mais en dehors de ces pointes d’hystérie somme toute disséminées avec parcimonie, Mental Distress EP sait aussi distiller des ambiances glauques qui dégénèrent très vite en fiesta de l’enfer (« Traditions »), riffer un poil plus Hardcore’n’Roll sur une minute et quelques pour se rapprocher des racines de Boston et du NYHC (« Theft Is Rightful », chant suraigu et accélérations impromptues offertes par la maison, mais refrain carton sans glaçons), tenter le coup du tempo lourd pour imposer des plans plus déviants, qu’ils explosent à grands coups de BPM débordant de haine (« Justice Blood »), et terminer leur premier single pro par une grosse louche de poisseux qui colle aux yeux et ose un aveu plus ambitieux (« Ungifted », pas tant que ça, moi je vous trouve assez doués les gars).

En gros, un joli survol de plein de choses, aussi Hardcore que Fastcore, aussi éloquent que conséquent, mais sachant rester futile en jouant utile.

Cinq morceaux sans couenne, une production qui avoine, et un rendement idoine, bilan conséquent pour un 7’’ que vous aurez la joie de retrouver en rondelle très bientôt, en farfouillant dans les sorties de Bonobo Stomp, CanISay? Records, Crapoulet, Dead Punx Records, Dirty Guys Rock, Emergence Records, Itawak Records, No Way Asso, Paillettes Editions et Skatepizza!

Si avec ça, vous me dites que vous ne le trouvez pas, vous vous mangez mon pied dans les noix. Alors Strasbourg, ville des étudiants branchés à la bourre et d’un marché de Noël réputé qu’à la nuit tombée on parcoure…

Mais aussi nouvelle capitale d’un Fastcore enjoué ?

 

 Possible, et les frites n’ont pas fini de valser à la cantine au son de cet EP bien kické !


Titres de l'album:

  1. Traditions
  2. Theft is Rightful
  3. Schlass
  4. Justice Blood
  5. Ungifted

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2017 à 14:30
70 %    449

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.