Renegade

Nitrate

30/07/2021

Aor Heaven

Troisième album pour NITRATE, le projet mélodique du bassiste Nick Hogg, originaire de Nottingham, et renouvèlement de personnel pour s’adapter aux exigences du marché. Toujours fidèle à une recette qui a fait ses preuves sur les deux premiers tomes du concept, Nick a cette fois-ci décidé de s’entourer de pointures du métier, parfaitement conscient de l’importance de cette troisième marche à franchir. Toujours estival dans ses plans de sortie, et deux ans après Open Wide, acclamé par la presse spécialisée, Nick nous propose donc cette fois encore de nous immerger dans la culture Pop 80’s, avec de fréquentes allusions aux géants du Billboard des années Reagan.

On a souvent parlé de DEF LEPPARD pour situer sa démarche, mais aussi de STARSHIP, JOURNEY, SKID ROW ou même les suédois de ROXETTE, et il semblerait que Renegade propose enfin le plus parfait équilibre entre tous ces ingrédients disparates, possédant toutefois un point commun : leur appétit de mélodies, et leur soif de refrains anthémiques dignes des sitcoms américaines d’il y a trente ans et plus.

Pour fêter ce troisième anniversaire discographique, Nick n’a pas hésité à taper dans le haut du panier. C’est ainsi qu’on le retrouve flanqué d’un nouveau chanteur, Alexander Strandell (ART NATION) s’étant emparé du micro pour le malmener de ses harangues harmoniques puissantes. Tom & James Martin (VEGA) s’occupent des guitares et des claviers, tandis que Mikey Wilson (KIMBER) s’est assis sur le siège du batteur. Avec l’increvable Alessandro Del Vecchio aux chœurs et aux nappes de synthés, et Dario Nikzad (HELL TO PLAY) à la lead, le groupe est devenu une sorte de who’s who du Rock mélodique contemporain, ce qu’on sent immédiatement en écoutant les premières pistes de l’album, qui parviennent à marier l’énergie d’un HEAT aux strates vocales glitter de DEF LEPPARD.

Aucune surprise donc sur ce troisième album, qui continue dans la lignée des deux précédents, mais qui franchit un cap de qualité et de professionnalisme. La production, parfaite et légèrement rétrograde permet à chacun de s’exprimer à son plein niveau, tandis que les compositions élaborées par le maestro Hogg sont toujours à la recherche de cette perfection AOR des années 80, quelque part entre JOURNEY et la vague mélodique nationale des SHY. Les fans de Rock joué avec délicatesse mais fermeté seront une fois de plus aux anges, sans avoir à subir la standardisation des produits estampillés Frontiers et handicapés par les productions Del Vecchio. Ne vous inquiétez donc pas de retrouver son nom au générique, puisque Nick Hogg tient toujours fermement la barre, pour diriger son  navire sur les eaux du Pacifique et ainsi rallier les côtes américaines musicales.

C’est particulièrement frappant sur certains morceaux, dont le magique et délicat « Big City Lights », qui aurait été un tube incontournable dans les années 85/86. Guitare sobre mais présente, performance vocale hallucinante, mid tempo tranquille sur rage contrôlée, pour un cocktail hautement radiophonique qui aurait fait le bonheur des FM de l’époque.

 

Mais on ne résume évidemment pas un album à l’un de ses titres, et Renegade se présente sous la forme d’un best-of des années AOR nostalgiques. Avec un parfait compromis trouvé entre les claviers et la guitare, et un chanteur d’exception, ce troisième album vise l’immaculée conception harmonique, et finit par la trouver. Se présentant sous la forme d’un hommage au JOURNEY des grandes années, et acceptant le parallèle avec un disque comme Raised on Radio, sans négliger pour autant l’importance Californienne en matière de Hard accessible, Renegade est sans conteste le meilleur album de Nick via NITRATE, et en tout cas le plus mur, le plus pensé, le mieux dosé, et le plus à même de nous ramener dans le temps à la recherche de sensations adolescentes pas si perdues que ça.

Evidemment, si votre but est d’avoir le frisson au son d’énormes riffs béton, vous risquez d’en être pour vos frais. Même les titres les plus suggestifs désignent des chansons polies aux entournures, à la distorsion sage et à l’électricité maîtrisée, ce que prouve le très BON JOVI « Danger Zone », qu’on aurait pu trouver sous une forme plus souriante sur le séminal Slippery When Wet

Inutile de fait de recenser tous les tubes de cet album pour en faire la promotion, puisque chaque titre a été calibré comme tel. « You Think You've Got It », roule sur le velours d’un mid tempo souligné d’un clavier discret, s’en remettant une fois encore à la voix fantastique de Strandell, tandis que « Renegade », le title-track épice un peu le repas pour oser un up tempo énergique et galvanisant.

Sinuant sans cesse entre le romantisme synthétique et la virilité électrique, NITRATE trouve son bonheur dans le compromis, et séduira à n’en point douter tous les fans de Hard mélodique et d’AOR très attachés à leurs racines. Ceux-là même qui craqueront sur le burner soft « Children Of The Lost Brigade », ou sur le sensuel et chaloupé « Alibi », totalement réminiscent des grands de l’AOR des années 80.

Evidemment, les détracteurs habituels argueront du caractère consensuel de la réalisation, et de ses difficultés à s’éloigner des sentiers battus et de son optique générale. Pourtant, les nuances sont bien là, dans la douceur de « Lay Down Your Arms », dans l’agressivité modulée de « Edge Of Surrender », et même un peu partout pour qui connaît le style et l’aime pour ce qu’il est. Ce qui n’empêchera pas NITRATE de fédérer encore une fois un public exigeant et amateur de mélodies célestes comme celle de « Take me Back », final euphotique aux couleurs un peu passées de nostalgie.

NITRATE n’est sans doute pas le renégat du Rock mélodique, mais il en est l’un de ses soldats les plus fidèles.

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Danger Zone

02. Renegade

03. You Think You've Got It

04. Big City Lights

05. Why Can't You Feel My Love

06. Children Of The Lost Brigade

07. Addicted

08. Alibi

09. Lay Down Your Arms

10. Edge Of Surrender

11. Take me Back


Facebook officiel


par mortne2001 le 16/08/2021 à 15:06
85 %    1031

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49