Rüyyn

Rüyyn

22/10/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Découverte intéressante de notre label chéri Les Acteurs de l’Ombre, qui avec RÜYYN sort un peu des sentiers battus, tout en restant sur sa chasse gardée. Hors des sentiers battus puisque ce groupe est encore jeune, et qu’il n’est pas vraiment un groupe, mais plutôt un one-man-band qui donne l’illusion de l’être. Chasse gardée puisque le projet évolue évidemment dans la sphère BM classique, l’enclos de prédilection de Gérald.

RÜYYN est donc le projet pas si fou de Romain Paulet, ex-ERASED MEMORY, qui s’est lancé à bras raccourcis dans le lyrisme d’un Black Metal pluriel, s’occupant de toutes les étapes de composition, d’interprétation et de production. On peut immédiatement le louer pour le travail accompli, énorme, puisque rappelons-le, ce projet était d’abord sorti à compte d’auteur avant d’être récupéré au passage par la maison de disques nationale. Et c’est une belle affaire pour Gérald, tant on sent que le concept a un potentiel énorme, qu’il développe déjà en partie sur les cinq morceaux de ce premier EP éponyme.

Décoré d’un sublime artwork signé Joanna Maeyens (HANTERNOZ, PASSEISME, PAYSAGE D’HIVER), minimaliste et hivernal et qui situe bien le contexte glacial ce cette musique certes classique, mais terriblement efficace, Rüyyn est déjà une sacrée étape franchie par le musicien français, qui oppose son professionnalisme et son talent à sa jeune expérience. Digne d’une sortie internationale de grande envergure, cet EP est d’une maîtrise rare, d’une beauté formelle et d’une violence froide, reprenant à son compte divers éléments du Black atmosphérique, du Black nordique le plus violent, et du BM français, aventureux et ambiancé. Adepte d’une approche fondamentale mais évolutive, Romain nous présente donc l’une de ses facettes sans dévoiler sa personnalité, et cette pudeur extrême a quelque chose d’intrigant dans les faits, spécialement lorsque le tempo décélère pour permettre à l’auditeur de se plonger dans un monde hivernal sombre et pourtant immaculé.

Ce monde est d’ailleurs décrit avec force détails dans le premier chapitre de ce voyage, aux étapes sobrement baptisées de chiffres romains. « I » et ses plus de neuf minutes d’introduction est la meilleure pour tenter de percer le mystère RÜYYN, projet éminemment traditionnel, et pourtant très personnel. En choisissant d’aborder toutes les thématiques du genre auquel il fait allusion, Romain Paulet synthétise des décennies de violence pour en régurgiter un feuillet plus efficace que bien des discours. Et ce « I » dévoile plusieurs facettes du musicien/compositeur, son appétit pour une brutalité sourde et presque clinique, son inclinaison à intégrer des mélodies en congères dans une structure figée, et son envie d’exploration d’un univers pas tout à fait fermé qui cache encore bien des recoins sombres.

Si la production trahit dès les premières secondes le soin apporté par l’auteur à l’enrobage, avec ces guitares effilées, cette rythmique sèche et ce chant impeccablement mixé entre les deux, Romain prend son temps pour dévoiler ses secrets, et ne lève qu’une partie du voile qui nimbe son « groupe » dans une aura de mystère. On comprend assez vite que l’homme a une affection prononcée pour la vitesse, eu égard à ces blasts conséquents et permanents qui bousculent l’auditeur, mais on comprend aussi que cette bestialité froide d’avant-plan peut s’exprimer d’une autre façon que cette succession d’idées supersoniques.

Ce que le créateur exprime de façon assez poussée sur « II », qui se rapproche du BATHORY période Viking. La lancinance, cette guitare linéaire qui appuie le même lick pendant de longues minutes, cette puissance majestueuse qui émane des mélodies en filigrane, tous les éléments sont en place pour démontrer que le jeune musicien a tout compris aux bases, et qu’il souhaite y broder sa propre œuvre.

Assez proche de la scène française de l’orée des années 2000, et pourtant bien de son temps, RÜYYN n’a cure des étiquettes, et si sa musique garde cette marque indélébile du classicisme, elle n’en est pas moins suffisamment fascinante pour réconcilier les publics et les générations. Entre grandiloquence théâtrale et cruauté brute, accroches presque Thrash et accélérations étouffantes (« III », le chapitre le plus efficace du lot, qui se permet même un riff purement groovy), ambitions soulignées par un timing étiré et des entames Ambient (« IV »), Rüyyn est un EP dense, qui nécessite plusieurs écoutes pour en saisir toute la richesse. Et si les thèmes musicaux semblent encore un peu timorés, si la confrontation entre les légendes d’hier et les acteurs d’aujourd’hui n’est pas totalement inédite, on sent déjà un potentiel énorme, qui ne demande qu’à s’exprimer dans un contexte moins restreint.

Mais la voix est assurée, le niveau instrumental conséquent, les idées multiples, et le sens de l’agencement concret. Nous attendons donc de savoir ce que le futur à la sauce RÜYYN va nous réserver, mais on sent clairement que Romain Paulet est capable de pondre un magnum opus.         

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. I

02. II

03. III

04. IV

05. …


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/10/2021 à 15:25
80 %    161

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39