En pleine campagne de qualifications pour la coupe du monde 2018, nous aurions pu assister au hasard du tirage au sort à une rencontre entre notre sélection nationale et l’équipe de Pologne, ce qui est déjà arrivé plusieurs fois d’ailleurs…

Imaginons alors une astuce bon enfant et légèrement potache. Après avoir drogué les joueurs des deux équipes respectives, un trublion un peu allumé les aurait alors remplacés par les membres de deux groupes des deux pays en lice, histoire de voir si le jeu n’en serait pas sorti plus resserré et efficace.

Et surtout, un tantinet moins organisé et plus fou.

Qu’aurait-il pu choisir comme doublures d’occasion pour taper dans ce foutu ballon ? Le choix est vaste, puisque les formations Françaises et Polonaises connaissent bien le terrain et le jeu adverse, mais gageons qu’il aurait poussé le délire jusqu’au bout en optant pour des ensembles légèrement anarchiques et bruitistes.

Après tout, ça n’est pas ce qui manque en Europe de l’est et de l’ouest, alors autant y aller carrément et opter pour des combinaisons Grind garantissant un spectacle optimal quoique légèrement brouillon.

De deux fois quarante-cinq minutes et un changement de côté, l’opposition se serait vue réduite à une portion congrue de deux fois cinq minutes et quelques, sans vraiment changer de versant. Efficace évidemment, le subterfuge n’aurait laissé personne dupe, mais aurait enchanté les petits et les grands, qui commencent à en avoir franchement marre de voir des pseudo-stars pousser péniblement une balle pour la faire passer juste à côté des buts adverses. Et tout ça pour un max de brouzoufs

Ce coach de l’impossible aurait, je le pense du fond de mon Grind, opté pour représenter la Pologne pour la cote des inénarrables DETERRENCE, prophètes en leur pays, qui répandent des effluves Grind depuis quelques temps avec un SUFFERING MIND dans leurs rangs, ce qui garantit une vitesse de pointe optimale. Dans la lignée de leurs homologues d’ASSUCK et NASUM, les originaires de Lublin ne font pas vraiment dans le détail, et ont d’ailleurs regroupé tous leurs mouvements en un seul bloc pour prendre nos frenchies par surprise.

Une seule piste donc, mais plus ou moins constituée de neuf angles d’attaque, qui avouons-le, ne présentent pas de grandes différence. Du Grind à tendance Noise & Crust tout ce qu’il y a de plus Polonais, agrémenté d’une production DIY bien étouffée pour ne pas trop laisser transparaitre les finesses de jeu qui pourraient donner l’avantage aux opposants, et surtout, de la vitesse, des mouvements fluides, avec quelques pauses pour calmer la partie et réfléchir quelques instants Doom à la prochaine phase. Mais globalement, c’est truffé de blasts, de feedback qui vrille les tympans des mecs en face, et puis…voilà. Tactique simple, efficace, éprouvée, mais qu’on observe toujours avec un plaisir avoué.

Le cas des nationaux YATTAI n’est pas vraiment différent, mais gageons que si ces trublions avaient effectué le déplacement jusqu’à Knysna, ils ne seraient pas restés au fond du bus comme de sales gamins capricieux.

Il faut dire que niveau Grind qui tue, les YATTAI ne craignent pas grand monde et s’acclimatent de n’importe quel terrain cabossé et boueux, et même s’ils vivent encore chez leurs mères à quarante-deux ans, ils savent jouer avec une rythmique folle et des guitares graves qui décollent.

Dix phases pour nos héros nationaux, et une certaine conception de l’extrême qui les associe de fait à d’autres équipes comme DISCORDANCE AXIS ou les BLOCKHEADS.  

Il faut dire qu’avec leurs dix années d’expérience, ils ont eu le temps de roder leur approche qui atteint une sorte d’apogée de la perfection dans l’imperfection, avec évidemment une éthique DIY indiscutable.

Pas mal de Crust bien sale, du Grind fatal, et des hurlements vocaux d’hydrocéphales qui animent des pistes assez cohérentes et homogènes pour ne pas dire similaires.

Histoire de corser un peu plus leur technique, les frenchies dispensent à intervalles réguliers quelques samples trompeurs, et terminent même leur partie sur une dernière attaque supersonique de onze secondes avec une « Outro Ov Hell » qui perce la défense Polonaise et plante un ultime pion avant que le chrono ne rende l’âme.

Après quelques autres confrontations avec les TRPAN DEAD, JACK et ROTTING REX, les YATTAI prouvent qu’ils ne craignent personne sur la pelouse le ballon Grind au pied, et le même pied au plancher. Une confirmation qui tourne à la démonstration tant leur facilité et leur originalité prévalent sur celles de leurs adversaires Polonais.

Tout ça pourrait donner des matchs de poule bien plus intéressants, mais la France préférant la balle au pied au Grind d’illuminés, nous ne sommes pas encore prêts à assister à un transfert de pouvoir entre le sport et le barouf mondial.

Qu’à cela ne tienne, cette opposition se matérialise sur un splendide 12’’ disponible chez pas mal d’équipementiers internationaux, de Fat Ass Records à Grindfather Productions, en passant par les esthètes de Mono Canibal, The Child with no Name ou Wooaaargh.

Alors pas d’excuse, et inutile de préparer la bière et les chips, vous n’aurez pas le temps de les avaler.

 Mais si nos sportifs font preuve d’autant de vélocité et de pugnacité que leurs homologues musiciens ravagés, gageons que notre parcours jusqu’au soulevé de trophée ne sera qu’une simple formalité.

Deterrence Bandcamp

Yattai Bandcamp



par mortne2001 le 24/10/2016 à 15:50
70 %    373

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.