En pleine campagne de qualifications pour la coupe du monde 2018, nous aurions pu assister au hasard du tirage au sort à une rencontre entre notre sélection nationale et l’équipe de Pologne, ce qui est déjà arrivé plusieurs fois d’ailleurs…

Imaginons alors une astuce bon enfant et légèrement potache. Après avoir drogué les joueurs des deux équipes respectives, un trublion un peu allumé les aurait alors remplacés par les membres de deux groupes des deux pays en lice, histoire de voir si le jeu n’en serait pas sorti plus resserré et efficace.

Et surtout, un tantinet moins organisé et plus fou.

Qu’aurait-il pu choisir comme doublures d’occasion pour taper dans ce foutu ballon ? Le choix est vaste, puisque les formations Françaises et Polonaises connaissent bien le terrain et le jeu adverse, mais gageons qu’il aurait poussé le délire jusqu’au bout en optant pour des ensembles légèrement anarchiques et bruitistes.

Après tout, ça n’est pas ce qui manque en Europe de l’est et de l’ouest, alors autant y aller carrément et opter pour des combinaisons Grind garantissant un spectacle optimal quoique légèrement brouillon.

De deux fois quarante-cinq minutes et un changement de côté, l’opposition se serait vue réduite à une portion congrue de deux fois cinq minutes et quelques, sans vraiment changer de versant. Efficace évidemment, le subterfuge n’aurait laissé personne dupe, mais aurait enchanté les petits et les grands, qui commencent à en avoir franchement marre de voir des pseudo-stars pousser péniblement une balle pour la faire passer juste à côté des buts adverses. Et tout ça pour un max de brouzoufs

Ce coach de l’impossible aurait, je le pense du fond de mon Grind, opté pour représenter la Pologne pour la cote des inénarrables DETERRENCE, prophètes en leur pays, qui répandent des effluves Grind depuis quelques temps avec un SUFFERING MIND dans leurs rangs, ce qui garantit une vitesse de pointe optimale. Dans la lignée de leurs homologues d’ASSUCK et NASUM, les originaires de Lublin ne font pas vraiment dans le détail, et ont d’ailleurs regroupé tous leurs mouvements en un seul bloc pour prendre nos frenchies par surprise.

Une seule piste donc, mais plus ou moins constituée de neuf angles d’attaque, qui avouons-le, ne présentent pas de grandes différence. Du Grind à tendance Noise & Crust tout ce qu’il y a de plus Polonais, agrémenté d’une production DIY bien étouffée pour ne pas trop laisser transparaitre les finesses de jeu qui pourraient donner l’avantage aux opposants, et surtout, de la vitesse, des mouvements fluides, avec quelques pauses pour calmer la partie et réfléchir quelques instants Doom à la prochaine phase. Mais globalement, c’est truffé de blasts, de feedback qui vrille les tympans des mecs en face, et puis…voilà. Tactique simple, efficace, éprouvée, mais qu’on observe toujours avec un plaisir avoué.

Le cas des nationaux YATTAI n’est pas vraiment différent, mais gageons que si ces trublions avaient effectué le déplacement jusqu’à Knysna, ils ne seraient pas restés au fond du bus comme de sales gamins capricieux.

Il faut dire que niveau Grind qui tue, les YATTAI ne craignent pas grand monde et s’acclimatent de n’importe quel terrain cabossé et boueux, et même s’ils vivent encore chez leurs mères à quarante-deux ans, ils savent jouer avec une rythmique folle et des guitares graves qui décollent.

Dix phases pour nos héros nationaux, et une certaine conception de l’extrême qui les associe de fait à d’autres équipes comme DISCORDANCE AXIS ou les BLOCKHEADS.  

Il faut dire qu’avec leurs dix années d’expérience, ils ont eu le temps de roder leur approche qui atteint une sorte d’apogée de la perfection dans l’imperfection, avec évidemment une éthique DIY indiscutable.

Pas mal de Crust bien sale, du Grind fatal, et des hurlements vocaux d’hydrocéphales qui animent des pistes assez cohérentes et homogènes pour ne pas dire similaires.

Histoire de corser un peu plus leur technique, les frenchies dispensent à intervalles réguliers quelques samples trompeurs, et terminent même leur partie sur une dernière attaque supersonique de onze secondes avec une « Outro Ov Hell » qui perce la défense Polonaise et plante un ultime pion avant que le chrono ne rende l’âme.

Après quelques autres confrontations avec les TRPAN DEAD, JACK et ROTTING REX, les YATTAI prouvent qu’ils ne craignent personne sur la pelouse le ballon Grind au pied, et le même pied au plancher. Une confirmation qui tourne à la démonstration tant leur facilité et leur originalité prévalent sur celles de leurs adversaires Polonais.

Tout ça pourrait donner des matchs de poule bien plus intéressants, mais la France préférant la balle au pied au Grind d’illuminés, nous ne sommes pas encore prêts à assister à un transfert de pouvoir entre le sport et le barouf mondial.

Qu’à cela ne tienne, cette opposition se matérialise sur un splendide 12’’ disponible chez pas mal d’équipementiers internationaux, de Fat Ass Records à Grindfather Productions, en passant par les esthètes de Mono Canibal, The Child with no Name ou Wooaaargh.

Alors pas d’excuse, et inutile de préparer la bière et les chips, vous n’aurez pas le temps de les avaler.

 Mais si nos sportifs font preuve d’autant de vélocité et de pugnacité que leurs homologues musiciens ravagés, gageons que notre parcours jusqu’au soulevé de trophée ne sera qu’une simple formalité.

Deterrence Bandcamp

Yattai Bandcamp



par mortne2001 le 24/10/2016 à 15:50
70 %    445

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0