Paraiso Prohibido

Medina Azahara

18/11/2016

Senador

Ce qu’il y a de fascinant dans le job bénévole de critique musical, c’est la découverte. De nouveaux groupes évidemment, puisque là est le but principal, mais aussi d’entités à la réputation confirmée, qui affichent une carrière conséquente, et parfois longue de…plus de trente ans.

Non, nul n’est omniscient, et surtout pas moi, malgré la pléthore de combos dont je peux m’enorgueillir de la connaissance. Alors certes, parfois je tombe sur des groupes dont la création ne remonte pas à avant-hier ni à l’année dernière, mais bien à 1979, l’année de mes huit ans.

Tout ça peut sembler surréaliste, mais aujourd’hui, j’ai donc déniché un groupe espagnol fondé à la fin des années 70, et qui peut se targuer d’une discographie conséquente composée de la bagatelle de dix-neuf albums studio, de trois live, quatre compilations, et une grosse poignée de documentaires vidéo.

1979-2016, c’est donc la nouvelle étape d’un parcours au long cours que j’aborde en cet après-midi, en vous parlant de Paraiso Prohibido des andalous de MEDINA AZAHARA. Paraiso est donc leur dix-neuvième effort, et à l’écoute des chansons qui le composent, gageons que le groupe n’en a pas fait beaucoup pour laisser parler ses nombreuses qualités naturelles et individuelles. Et la question se pose alors. Comment ai-je pu manquer un tel pan de l’histoire de la musique espagnole ?

Je n’ai aucune réponse à vous prodiguer, mais plutôt un splendide album de Hard-Rock racé et mélodique à vous recommander. Chaudement, comme la voix de son chanteur Manuel Martínez…

Je l’avoue, et sans vouloir jouer les enfants de chœur, c’est la splendide pochette ornée d’un ange ailé et subtilement dénudé qui a attiré mon attention. Ça, et la mention « Rock progressif » qui m’ont poussé à écouter ce disque, et je ne le regrette vraiment pas. Certes, les pistes de Paraiso Prohibido ne sont pas vraiment les dignes héritières de GENESIS, YES ou KING CRIMSON, mais plutôt celles d’un Hard-Rock de haute volée, dans la grande tradition espagnole, avec cette empreinte anglaise/européenne délicieuse qui rappelle parfois les vieux albums de MAGNUM, mais aussi SHY et même parfois nos NIGHTMARE nationaux.

Sans connaître les œuvres antérieures des andalous, je ne saurais établir d’étude comparative comme celle à laquelle se sont livrés quelques sites spécialisés, affirmant que le quintette tenait là son magnum opus. C’est une possibilité, puisque les quatorze morceaux de ce LP sont tous d’une qualité égale et phénoménale dans le style, à tel point qu’il est très difficile d’imaginer que ces surprenants musiciens ont commencé leur carrière il y a plus de trente-sept ans.

On croirait l’affaire concoctée par de jeunes loups aux dents longues, mais gageons que celles de Manuel Martinez, Paco Ventura, Manuel Ibanez, Juanjo Cobacho et Nacho Santiago le sont toujours, pour montrer de tels signes de faim de mélodies et de rythmiques puissantes et amples. Bien évidemment, le line-up a changé depuis les débuts du combo, et ce premier album éponyme édité par CBS. Les MEDINA AZAHARA jouaient à l’époque un Rock dur, dans la plus grande tradition des DEEP PURPLE et RAINBOW, et si les années ont passé, comme l’eau a coulé sous les ponts, l’orientation n’a pas vraiment changé, et leurs influences les conduisent toujours à jouer ces grandes envolées lyriques qui effectivement rappellent les caprices de Blackmore sous son arc-en-ciel, mais aussi les aventures les moins convenues de Ronnie James Dio en solo.

Désireux de proposer l’éventail le plus large d’ambiances, le quintette n’hésite pas à multiplier les climats, passant au gré des interventions d’un Heavy Metal précieux et torride, mais abordé d’un point de vue contemporain et subtilement progressif (« Ven Junto a Mi » et ses arrangements électroniques discrets tâtant du Néo Metal progressif, gorgés de sonorités orientales), à un Hard Rock costaud qu’ils maîtrisent avec brio (« Vive La Vida Cantando », up tempo qui démange les chevilles et s’articule autour d’une rythmique que Jami Jamison aurait sans doute adorée).

Beaucoup d’exemples de ce type sur Paraiso Prohibido, qui en une heure fait le tour de la boucle et réunit dans un même élan le Hard Rock d’antan et le Heavy Metal de maintenant.

Que les espagnols se plaisent à singer le meilleur AOR des années 80 dilué d’influences classiques qui crèvent les oreilles (« Recordando Esa Noche », qui ressemble à s’y méprendre à du JOURNEY qui aurait beaucoup écouté Verdi), ou qu’ils se lâchent les glandes lacrymales sur des ballades subjuguantes de beauté (« Busca Tu Fe », qui pourtant ne lâche jamais la puissance de son étreinte mélodique, « El Cielo a Tu Pies », joli crescendo nappé de cordes synthétiques), sans oublier de se plonger dans leurs racines culturelles (« Y Asi Nacio El Amor », sorte de MYRATH avant l’heure, et déclaration d’amour aux sonorités andalouses), ils sont à l’aise dans tous les domaines et survolent leurs sujets avec une facilité et une sincérité déconcertantes.

A vrai dire, ce dix-neuvième album studio ressemble à s’y méprendre à un best-of déguisé tant tous les morceaux recèlent de trouvailles harmoniques fabuleuses et de thématiques rythmiques accrocheuses. Si la voix de Manuel Martinez, veloutée et diablement décoiffante est évidemment le point d’accroche principal (il semblerait qu’il soit le seul survivant de la formation d’origine, inutile de se demander pourquoi), la doublette Nacho Santiago et Juanjo Cobacho à la basse et batterie fait des merveilles pour propulser les guitares de Paco Ventura, tandis que Manuel Ibanez (non, il n’est pas guitariste…) caresse ses ivoires et fracasse ses ébènes pour donner du volume à ses claviers, qui tiennent autant de la folie classique de Jon Lord que des dérives spatiales de Kevin Moore.

Alors, ça déroule, pensant une heure. De la simplicité apparente d’un classique Hard-Rock comme « Ponte en Pie », à la fusion musique traditionnelle/Heavy Metal de « Ella Es », qui permet à Nacho Santiago de boucler quelques jolies arabesques de graves sur fond d’arrangements andalous/arabes, pas de temps mort et surtout, pas de baisse d’inspiration. Sans connaître les travaux précédents de MEDINA AZAHARA (ce que je regrette, et c’est une erreur que je vais vite corriger…), je comprends mieux pourquoi les webzines ont qualifié Paraiso Prohibido de « meilleur album » du groupe…Car de l’intro évanescente « La Llave del Paraiso » et ses percussions tribales, à la conclusion « Sonrie », qui unit dans un même déluge de feu le Hard-Rock incendiaire de Los Angeles (évidemment…) au Heavy Metal espagnol des BAJON ROJO, tout respire autant le professionnalisme que la jeunesse de ton et la rage de jouer une musique sincère et inspirée.

Pas un morceau de trop, quelques incursions en territoire progressif à la VANDEN PLAS/PAIN OF SALVATION (« El Dolor de Mi Alma », double grosse caisse incluse), pour un résultat époustouflant de classe et de lucidité.

 Quelle belle carrière donc que celle des andalous de MEDINA AZAHARA qui prouvent qu’en 2016 ils sont toujours autant en phase avec leur époque et leurs racines, et malgré son titre, Paraiso Prohibido, n’a rien d’un paradis interdit, mais bien d’un jardin d’Eden Hard & Heavy, au milieu duquel s’écoulent des fontaines de mélodies et brûlent des feux ardents. Et si la demoiselle angélique de la pochette est chargée de nous y accueillir, je veux bien y partir de suite.


Titres de l'album:

  1. La Llave del Paraiso
  2. Ven Junto a Mi
  3. Recordando Esa Noche
  4. Vive la Vida Cantando
  5. Busca Tu Fe
  6. Cuando Estoy a Solas
  7. Y Asi Nacio el Amor
  8. El Dolor de Mi Alma
  9. El Cielo a Tus Pies
  10. Ella Es
  11. Ponte en Pie
  12. Mira las Estrellas
  13. Puñaladas en la Oscuridad
  14. Sonrie

Site officiel


par mortne2001 le 03/12/2016 à 17:48
85 %    537

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47

Oliv

Il y a bien eu le black power a une époque avec un certain groupe us... et personne n’a bronché

04/08/2020, 22:45

Raumsog

J'avais oublié cette affaire de White Wine Power! Après la divulgation de la video ça avait été la course aux indices par media interposés pour savoir si oui ou non il y avait bien du pinard en backstage ce soir là... Un bon escape game sur le thème du PMU, ça volait très haut

04/08/2020, 18:09

Humungus

Comment ça "White power" ?!?!?!
Mais non allons bougres d'ânes ! Vous êtes encore de ces complotistes qui croient en ce que nous matraquent les médias judéo-maçonniques !
C'était "Wine power" la vérité vraie !
(sic)

04/08/2020, 09:20

Buck Dancer

Morceau comme une synthèse de leur carrière mais non moins excellent.

04/08/2020, 04:36

Gargan

Mecs courageux qui vivent leur passion, mais qui savaient ce qu'ils risquaient. En France, la critique du christianisme et de l'islamisme te vaut limite des points bonus sur le cv (encore plus si ta gueule passe sur un écran), mais uniquement ces religions-ci. C'est le "jeu", si tu passes outre le (...)

03/08/2020, 21:42

Jus de cadavre

Des extrémistes religieux au pouvoir, ça n'a jamais rien apporté de bon nulle part.

03/08/2020, 19:49

Kerry King

Hum c'est terrible...

Ça vaut pas mieux niveau mentalité que le nazisme...

03/08/2020, 19:18

Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02