Ce qu’il y a de fascinant dans le job bénévole de critique musical, c’est la découverte. De nouveaux groupes évidemment, puisque là est le but principal, mais aussi d’entités à la réputation confirmée, qui affichent une carrière conséquente, et parfois longue de…plus de trente ans.

Non, nul n’est omniscient, et surtout pas moi, malgré la pléthore de combos dont je peux m’enorgueillir de la connaissance. Alors certes, parfois je tombe sur des groupes dont la création ne remonte pas à avant-hier ni à l’année dernière, mais bien à 1979, l’année de mes huit ans.

Tout ça peut sembler surréaliste, mais aujourd’hui, j’ai donc déniché un groupe espagnol fondé à la fin des années 70, et qui peut se targuer d’une discographie conséquente composée de la bagatelle de dix-neuf albums studio, de trois live, quatre compilations, et une grosse poignée de documentaires vidéo.

1979-2016, c’est donc la nouvelle étape d’un parcours au long cours que j’aborde en cet après-midi, en vous parlant de Paraiso Prohibido des andalous de MEDINA AZAHARA. Paraiso est donc leur dix-neuvième effort, et à l’écoute des chansons qui le composent, gageons que le groupe n’en a pas fait beaucoup pour laisser parler ses nombreuses qualités naturelles et individuelles. Et la question se pose alors. Comment ai-je pu manquer un tel pan de l’histoire de la musique espagnole ?

Je n’ai aucune réponse à vous prodiguer, mais plutôt un splendide album de Hard-Rock racé et mélodique à vous recommander. Chaudement, comme la voix de son chanteur Manuel Martínez…

Je l’avoue, et sans vouloir jouer les enfants de chœur, c’est la splendide pochette ornée d’un ange ailé et subtilement dénudé qui a attiré mon attention. Ça, et la mention « Rock progressif » qui m’ont poussé à écouter ce disque, et je ne le regrette vraiment pas. Certes, les pistes de Paraiso Prohibido ne sont pas vraiment les dignes héritières de GENESIS, YES ou KING CRIMSON, mais plutôt celles d’un Hard-Rock de haute volée, dans la grande tradition espagnole, avec cette empreinte anglaise/européenne délicieuse qui rappelle parfois les vieux albums de MAGNUM, mais aussi SHY et même parfois nos NIGHTMARE nationaux.

Sans connaître les œuvres antérieures des andalous, je ne saurais établir d’étude comparative comme celle à laquelle se sont livrés quelques sites spécialisés, affirmant que le quintette tenait là son magnum opus. C’est une possibilité, puisque les quatorze morceaux de ce LP sont tous d’une qualité égale et phénoménale dans le style, à tel point qu’il est très difficile d’imaginer que ces surprenants musiciens ont commencé leur carrière il y a plus de trente-sept ans.

On croirait l’affaire concoctée par de jeunes loups aux dents longues, mais gageons que celles de Manuel Martinez, Paco Ventura, Manuel Ibanez, Juanjo Cobacho et Nacho Santiago le sont toujours, pour montrer de tels signes de faim de mélodies et de rythmiques puissantes et amples. Bien évidemment, le line-up a changé depuis les débuts du combo, et ce premier album éponyme édité par CBS. Les MEDINA AZAHARA jouaient à l’époque un Rock dur, dans la plus grande tradition des DEEP PURPLE et RAINBOW, et si les années ont passé, comme l’eau a coulé sous les ponts, l’orientation n’a pas vraiment changé, et leurs influences les conduisent toujours à jouer ces grandes envolées lyriques qui effectivement rappellent les caprices de Blackmore sous son arc-en-ciel, mais aussi les aventures les moins convenues de Ronnie James Dio en solo.

Désireux de proposer l’éventail le plus large d’ambiances, le quintette n’hésite pas à multiplier les climats, passant au gré des interventions d’un Heavy Metal précieux et torride, mais abordé d’un point de vue contemporain et subtilement progressif (« Ven Junto a Mi » et ses arrangements électroniques discrets tâtant du Néo Metal progressif, gorgés de sonorités orientales), à un Hard Rock costaud qu’ils maîtrisent avec brio (« Vive La Vida Cantando », up tempo qui démange les chevilles et s’articule autour d’une rythmique que Jami Jamison aurait sans doute adorée).

Beaucoup d’exemples de ce type sur Paraiso Prohibido, qui en une heure fait le tour de la boucle et réunit dans un même élan le Hard Rock d’antan et le Heavy Metal de maintenant.

Que les espagnols se plaisent à singer le meilleur AOR des années 80 dilué d’influences classiques qui crèvent les oreilles (« Recordando Esa Noche », qui ressemble à s’y méprendre à du JOURNEY qui aurait beaucoup écouté Verdi), ou qu’ils se lâchent les glandes lacrymales sur des ballades subjuguantes de beauté (« Busca Tu Fe », qui pourtant ne lâche jamais la puissance de son étreinte mélodique, « El Cielo a Tu Pies », joli crescendo nappé de cordes synthétiques), sans oublier de se plonger dans leurs racines culturelles (« Y Asi Nacio El Amor », sorte de MYRATH avant l’heure, et déclaration d’amour aux sonorités andalouses), ils sont à l’aise dans tous les domaines et survolent leurs sujets avec une facilité et une sincérité déconcertantes.

A vrai dire, ce dix-neuvième album studio ressemble à s’y méprendre à un best-of déguisé tant tous les morceaux recèlent de trouvailles harmoniques fabuleuses et de thématiques rythmiques accrocheuses. Si la voix de Manuel Martinez, veloutée et diablement décoiffante est évidemment le point d’accroche principal (il semblerait qu’il soit le seul survivant de la formation d’origine, inutile de se demander pourquoi), la doublette Nacho Santiago et Juanjo Cobacho à la basse et batterie fait des merveilles pour propulser les guitares de Paco Ventura, tandis que Manuel Ibanez (non, il n’est pas guitariste…) caresse ses ivoires et fracasse ses ébènes pour donner du volume à ses claviers, qui tiennent autant de la folie classique de Jon Lord que des dérives spatiales de Kevin Moore.

Alors, ça déroule, pensant une heure. De la simplicité apparente d’un classique Hard-Rock comme « Ponte en Pie », à la fusion musique traditionnelle/Heavy Metal de « Ella Es », qui permet à Nacho Santiago de boucler quelques jolies arabesques de graves sur fond d’arrangements andalous/arabes, pas de temps mort et surtout, pas de baisse d’inspiration. Sans connaître les travaux précédents de MEDINA AZAHARA (ce que je regrette, et c’est une erreur que je vais vite corriger…), je comprends mieux pourquoi les webzines ont qualifié Paraiso Prohibido de « meilleur album » du groupe…Car de l’intro évanescente « La Llave del Paraiso » et ses percussions tribales, à la conclusion « Sonrie », qui unit dans un même déluge de feu le Hard-Rock incendiaire de Los Angeles (évidemment…) au Heavy Metal espagnol des BAJON ROJO, tout respire autant le professionnalisme que la jeunesse de ton et la rage de jouer une musique sincère et inspirée.

Pas un morceau de trop, quelques incursions en territoire progressif à la VANDEN PLAS/PAIN OF SALVATION (« El Dolor de Mi Alma », double grosse caisse incluse), pour un résultat époustouflant de classe et de lucidité.

 Quelle belle carrière donc que celle des andalous de MEDINA AZAHARA qui prouvent qu’en 2016 ils sont toujours autant en phase avec leur époque et leurs racines, et malgré son titre, Paraiso Prohibido, n’a rien d’un paradis interdit, mais bien d’un jardin d’Eden Hard & Heavy, au milieu duquel s’écoulent des fontaines de mélodies et brûlent des feux ardents. Et si la demoiselle angélique de la pochette est chargée de nous y accueillir, je veux bien y partir de suite.


Titres de l'album:

  1. La Llave del Paraiso
  2. Ven Junto a Mi
  3. Recordando Esa Noche
  4. Vive la Vida Cantando
  5. Busca Tu Fe
  6. Cuando Estoy a Solas
  7. Y Asi Nacio el Amor
  8. El Dolor de Mi Alma
  9. El Cielo a Tus Pies
  10. Ella Es
  11. Ponte en Pie
  12. Mira las Estrellas
  13. Puñaladas en la Oscuridad
  14. Sonrie

Site officiel


par mortne2001 le 03/12/2016 à 17:48
85 %    345

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.