Politics Versus the Erection

Venomous Concept

28/08/2020

Season Of Mist

Passons enfin maintenant aux choses les plus sérieuses. Avec leur quatrième album, les VENOMOUS CONCEPT qui n’en sont plus un abstrait depuis longtemps, envoient un message fort à l’Amérique de Trump. En parodiant à leur compte le graphisme culte de MAD et le personnage d’Alfred E. Neuman, le collectif bruitiste s’offre deux possibilités : renvoyer aux américains l’image caricaturale qu’ils projettent depuis l’élection improbable de Donald Trump, ou admettre que la situation actuelle a tout d’une face burlesque dont il vaut mieux rire que pleurer. Après tout, la devise du célèbre personnage n’était-elle pas « Qu'est-ce que j'en ai à foutre ? » ? Mais nous justement, nous en avons à foutre puisque VENOMOUS CONCEPT est sans doute la blague musicale la plus drôle et crédible depuis le premier BRUJERIA, et il n’est pas si étonnant de retrouver dans les deux rôles l’incontournable et infatigable garant de la légende Grind Shane Embury. D’ailleurs, Shane va plutôt bien si l’on en croit les pistes de ce nouvel LP, qui tient facilement la dragée haute à Kick Me Silly - VC III, paru il y a déjà quatre ans. Il se rapprocherait même du génie absolu de Poisoned Apple qui lâchait les bombes comme les amerloques le napalm sur le Vietnam, et réduit à l’état de quatuor, le groupe n’en est que plus solide et compétitif. Posons les bases une fois encore, et admettons que le supergroupe est l’un des plus doués et pourtant dilettantes de sa génération. En admettant ce casting magique une bonne fois pour toutes (Shane Embury - basse, Danny Herrera - batterie, Kevin Sharp - chant et John Cooke - guitare), et en constatant que l’ombre de NAPALM DEATH plane de plus en plus bas sur la réputation du quatuor, on se prend quand même à halluciner de la qualité d’un disque qui enterre la concurrence sans jouer la carte du sérieux, ou si peu. Parce que finalement, cette bande de furieux nous offre encore une fois l’album de Crust/Grind de l’année, sans forcer, mais en relativisant les choses : ils ne font rien de plus que jouer aux punks, et le rôle leur va comme un gant.

Rien de neuf sous les blasts, mais une bordée de morceaux qui vont encore une fois faire la joie des amateurs de Hardcore joué comme des hyènes rieuses. Production nickel, pochette admirable, son énorme mais sec comme un coup de trique sur la nuque, Politics Versus the Erection joue l’ironie et la distanciation protectrice à fond les ballons. Toujours aussi pertinents dans l’attaque, les VENOMOUS CONCEPT suivent la ligne de leur propre parti(e), et suggèrent que l’approche radicale mais Rock des POISON IDEA a encore cours de nos jours. Car les lascars sont Grind (évidemment, avec ND et BRUTAL TRUTH derrière-eux, ils auraient du mal à nier), mais ils ne sont pas que ça, surtout après tant d’années. Et ce projet leur permet de montrer un autre visage, plus détendu, même si un morceau comme « Carrion » rappelle le NAPALM Indus des années 90 et le BRUTAL TRUTH d’Endtime. On sent que la liberté d’une autre identité leur permet de s’extirper de leur condition de légende, et même le jeu d’ordinaire si figé de Danny prend une autre dimension, plus ludique et hystérique. Convaincant dans le mid tempo, on avait presque oublié que Herrera était capable de fluidifier sa frappe et de revenir aux fondamentaux du D-Beat et de l’Anarcho-Punk, même si ses blasts ont toujours cette précision terrible. De son côté, Kevin assure la caution Punk, et braille comme jamais, ce qui nous amène à des interventions aussi bordéliques qu’un tweet du Donald (« Broken Teeth », et son final aussi acrobatique qu’un calembour de Poutine), mais le tout est solide, et se rapproche des meilleures (ou pires selon le point de vue) exactions suédoises en la matière. Comme d’habitude, Shane est roublard, se souvient de son passé dans UNSEEN TERROR et LOCK UP, et confirme que ses projets annexes sont aussi importants que son groupe majeur. Certes, VENOMOUS CONCEPT n’est pas et n’a jamais été NAPALM DEATH, mais Politics Versus the Erection a quelque chose de grave dans sa légèreté de surface, ce que confirme un morceau dur et dark comme « Shadows ».

Sinon, la ligne de conduite n’a pas changé. Aborder tout le spectre de l’extrême en professionnels, assumer son passé et présent Hardcore, métalliser le tout et nous livrer un LP imparable qui va foutre à feu et à sang cette rentrée débile avec masques et distanciation réglable à volonté. Période électorale oblige, les mecs ont clairement choisi leur camp, et dénoncent, vitupèrent, même si les textes sont aussi compréhensibles qu’un rot de Lee Dorian époque From Enslavement. Mais ne vous y trompez pas, le fond est aussi important que la forme, et il serait inconvenant de considérer ça comme une blague de potaches qui dessinent la tronche du président sur un mur blême. Ok, « Mantis Toboggan » est rigolo comme un interlude cocasse, mais « Politics Versus The Erection » n’est pas super gai et laisse la basse du bon Shane rouler comme un orage qui s’annonce, et qui risque de déclencher la foudre d’une réélection qui serait perçue comme une vraie catastrophe. Alors, de Trump ou Biden, qui est le plus à même d’apprécier son faciès sur un futur album de tristesse dans l’absurde, je n’en sais rien et j’attendrai que les urnes rendent leur verdict. Moi, je ne suis là que pour juger la musique, qui dès « Simian Flu » est extraordinaire. Trois minutes de Crust, de D-beat et de Grind bien tassées, pour un rythme catchy qui prend à la gorge immédiatement, avec en cadeau les braillements de Sharp qui n’a rien perdu de sa précision dans l’abomination. En un seul titre d’introduction, VENOMOUS CONCEPT renvoie la concurrence brutale dans les cordes de sa normalité trop pensée, et nous fait plaisir d’un moment de violence partagée que les NAPALM auraient d’ailleurs pu placer sur leur dernier LP.

Cooke lâche des riffs totalement jubilatoires, que Danny se fait une joie de transcender d’une vitesse hallucinante (« Hole In The Ground »). Et si les textes ne sont pas DU TOUT amusants, la musique est quant à elle euphorique, sans perte de régime, atteignant les cimes de l’ultraviolence joviale (« Eliminate »). Loin de la private joke qui n’aurait fait rire que leurs fans, les frappés de VENOMOUS CONCEPT signent avec Politics Versus the Erection la meilleure campagne de propagande musicale de l’année, et donnent leur vision d’un monde qui part à la dérive. Mais je veux bien fournir le radeau pour contempler le triste spectacle à venir si la musique est aussi bonne, et qu’elle se donne. 

                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Simian Flu

02. Hole In The Ground

03. Eliminate

04. Lemonade

05. Colossal Failure

06. Promise

07. Septic Mind

08. Dementia Degeneration

09. Carrion

10. Broken Teeth

11. Shadows

12. Mantis Toboggan

13. Politics Versus The Erection


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/08/2020 à 14:50
90 %    378

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
29/08/2020, 16:14:49
Excellent ce nouvel album ! Putain cette fine équipe dans le line-up... A eux seul dans leurs différents groupes ils en auront lâché de la brutalité !

kul
@78.192.38.132
09/09/2020, 21:54:00
mauvais

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38