Parlons un peu de Power Trio ibères, et pour ce faire, direction la grande Madrid, histoire d’y faire la connaissance des sympathiques THEOMER, qui visiblement, s’épanouissent dans un bruit assez structuré et dérivant de plusieurs courants.

On trouve aux commandes de ce jeune ensemble Salas (basse et chant), Raul (guitare) et Juanjo (batterie), qui après une première démo parue en mai de l’année dernière se sont concentrés sur plusieurs mois pour donner naissance à ce premier EP totalement autoproduit, qui se révèle fort intéressant dans un créneau multiple. Loin des obsessions brutes du Hardcore, les espagnols s’épancheraient plutôt dans un genre d’Emoviolence faisant la part belle aux mélodies acides, et aux rythmiques plurielles, soutenues par un chant très abrasif. Le résultat est encore assez brouillon il faut le reconnaître, mais annonce une future floraison de fleurs du mal qui pourrait me donner raison quant à l’intérêt que je leur ai porté.

Juventud Violenta, jeunesse violente, dans un pays qui a dansé au bord du précipice et qui a bien failli tomber dans les abysses du chaos, c’est un titre assez adapté à l’histoire d’une Espagne dont le passé est parsemé d’accidents, de périodes troubles, et de recherche d’un avenir plus clément.

Mais c’est bien de leur présent dont nous font part les THEOMER, qui semblent désabusés, mais encore suffisamment en colère pour continuer d’avancer, en parsemant leur parcours de lyrics rageurs et de Darkcore frondeur.

Le mélange des genres est assez patent et relativement envoutant, même si la production assez erratique place la basse bien trop en avant, et laisse grésiller la guitare en arrière-plan. La batterie fait quant à elle ce qu’elle peut pour imposer son rythme lent ou enlevé, mais souffre toutefois d’un mix qui laisse la basse lui bouffer ses fréquences.

En dépit de ces quelques remarques sonores, les morceaux proposés sur cet EP sont d’excellente facture, et hurlés d’une voix époumonée dans un espagnol natal très adapté.

On y décèle d’ailleurs des traces de Post Hardcore teinté d’Emocore relevé (« Los Olivos no Florecieron en Mayo », l’un des plus sombres du lot, qui pourtant laisse la lumière filtrer pour inonder l’avenir d’un espoir caressé), des éléments Ambient assez prononcés (« Tras La Barricada » et sa longue intro qui s’évanouit dans un Hardcore tenace et éprouvé), et des imbrications plus opaques (« Ben-Kylo Ren », Hardcore cramoisi qui peine toutefois à tenir debout face à une production qui n’a pas bouché les trous).

Harmonies subtiles distillées dans une pénombre poisseuse et empesée (« Pied Descalzos », presque NEUROSIS/TENGIL dans l’esprit, et l’un de mes favoris), coups de folie Grind au son si tassé qu’on prend de pleine face un quasi BM assumé (« Postmodernismo », grosse bourrasque qui laisse la tête en vrac), lenteur qui sombre dans la pesanteur d’un Doom introductif larvé (« Tiempo de Cosecha », qui dégénère assez vite en fronde Crust/Grind ébouriffante de véhémence), dérive indescriptible, assez Noisy et concentrique (« Psiquiatría », qui évoque à merveille la folie, mais qui offre quand même un break rythmique bien senti) et interlude d’une beauté harmonique apaisante bienvenue (« Coronas I », CULT OF LUNA, ALCEST, etc…), pour un ensemble si varié qu’on en regrette d’autant plus les approximations d’enrobage qui nous empêchent de l’apprécier pleinement.

Tel sera donc mon constat pour l’analyse de ce Juventud Violenta qui en un petit quart d’heure étale de belles idées, et présente un groupe qui prône l’ouverture.

Dommage donc que le son soit si handicapé par un mixage un peu léger, et des fréquences graves trop prononcées qui dominent le tout d’un bourdonnement un peu envahissant.

Mais en l’état, et en attendant mieux, ce premier EP des madrilènes de THEOMER reste une excellente surprise dans un registre Emocore à tendance assez expérimentale et Post Metal/Hardcore.

Une jeunesse révoltée qui prend les instruments comme des armes pour exprimer sa rancœur et son dégoût d’un monde qui s’écroule de n’avoir pas su relever la tête et accorder ses idéaux à la réalité.


Titres de l'album:

  1. Juventud Violenta
  2. Ben-Kylo Ren
  3. Pies Descalzos
  4. Psiquiatría
  5. Coronas I
  6. Los Olivos no Florecieron en Mayo
  7. Tras la Barricada
  8. Postmodernismo
  9. Tiempo de Cosecha

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/04/2017 à 17:07
68 %    398

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.


Cool !


...Coeurs à Vif ? ok je sors...

P.S : sinon, en vrai, la musique est plutôt très cool.


@ Wildben: je me suis fait la même réflexion dès la première écoute. Je trouve d'ailleurs que ça en devient agaçant d'entendre "fuck" toutes les deux lignes. C'est bon pour l'ado rebel, après, on grandit (ou on devrait grandir...)

Pour ce qui est de la musique, c'est nettement m(...)


Bien vu LeMoustre ! Grossière erreur de ma part concernant la date :/ ! Ça permettra à ceux qui sont passé à coté d'y jeter une oreille ;) Car oui c'est du tout bon !


Euh, n'y a t-il pas une erreur, voilà un disque que je possède depuis plusieurs mois (excellent au demeurant) ?
A recommander aux fans de thrash allemand de tradition.


Pas encore écouté en entier, mais c'est sur la liste. Ils ne s'arrêtent jamais eux en tout cas ! Ils passent littéralement leur vie sur la route et quand ils n'y sont pas ils sont en studio !


Superbe chronique pour un album inattendu. Le style musical évolue vers un Progressif plus épuré qui fait effectivement penser à Pink Floyd, c'est incontestable. C'est également plus digeste que les essais pur Prog' précédents, par conséquent. Les langues scandinaves passent bien sur le Rock(...)


Bof bof OVERKILL. Quelques albums d'enfer, quelques trucs pas mal et pas mal de trucs fades. 75 % de leur discographie est à oublier.


Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.