Autant vous dire que sur ce coup-là, je suis comme Jon Snow, je ne sais rien. J’ai juste découvert ce groupe au hasard de mes pérégrinations sur la toile, et jugé leur musique (presque) suffisamment intéressante et accrocheuse pour lui consacrer quelques signes.

En dehors de cette constatation, rien, même pas un loup perdu dans la forêt pour me guider, sauf pour me mener de loin vers la ville de Huskvarna, d’où vient ce quatuor qui semble légèrement nostalgique des courants en vogue dans les années 80. Ah si, j’ai trouvé un site en Suédois qui m’explique en substance (et via une traduction Google pas du tout approximative), que les TEASER SWEET en sont déjà à leur second LP, et que le premier était plutôt marqué par un respect envers les sacro-saintes 70’s, tandis que cet In the Night fait plutôt référence à la décade suivante, ce qui est flagrant dès la première écoute.

Cette source d’info précise aussi deux ou trois trucs, la façon très dilettante qu’a le groupe de gérer sa carrière, sans forcer le destin, et le plaisir qu’ils prennent à jouer leur musique, en espérant qu’un maximum de gens en soient séduits.

Comme vous le constatez, je suis bien comme Jon Snow, je ne sais rien, ou pas grand-chose.

TEASER SWEET, c’est un peu l’archétype du groupe qui ne cherche pas à faire le malin en jouant sur un Crossover hasardeux, ou une fusion fumeuse, mais qui se contente de suivre les préceptes d’un Hard-Rock à tendance Heavy, très en vogue il y a trente ans, en Suède ou ailleurs. On retrouve parfois dans leur musique des aspects connus de la musique locale, cette tendance à privilégier les mélodies sans nuire à la puissance des guitares qui mordent sans blesser, mais sans tomber dans les travers d’un Rock Vintage un peu trop connoté, et sans sombrer dans un AOR mou du genou et trop dilué.

Entre les deux, leur musique, agressive mais sans plus, agréable mais convenue, et surtout, bien composée, bien interprétée avec application, mais sans ce petit grain de folie typiquement scandinave.

In the Night, c’est justement l’acceptation du monde de la nuit comme révélateur des passions. Certes, en trente-cinq minutes le quatuor Suédois (Thess – chant, Marcus – guitare, Coffe – basse et Kalle – batterie) ne propose pas grand-chose de neuf, mais sait parfois nous séduire de ses chansons simples et accrocheuses, dans une veine Pat Benatar en plus saignant.

Ils alignent d’ailleurs une poignée de références assez probantes, de KISS à SKID ROW en passant par DIO, TESLA, DEEP PURPLE ou RAINBOW, soit la crème de la crème Hard-Rock d’une époque toujours pas révolue dans le cœur des fans.

C’est bien produit, bien joué, ça manque un peu de passion dans le rendu un peu feutré, et le mid tempo est un peu trop martelé, mais pour peu que vous jouiez le jeu, vous allez vite vous laisser entraîner et séduire par la sincérité d’un combo qui ne cherche pas à devenir le leader d’une mouvance quelconque.

Alors, oui, je l’avoue, les riffs sentent parfois le réchauffé. Oui, les rythmiques sont simples et sans fantaisie, et le chant de Thess, s’il est convaincant, ne fera oublier ni Lita Ford, ni Joan Jett, ni Pat Benatar ou n’importe laquelle de nos frontwomen de l’enfer.

Oui, les morceaux ont tendance à beaucoup se ressembler, étant tous construits sur le même moule et ondulant du même tempo.

Certes, au bout d’une demi-heure, on n’a pas franchement envie de remettre le couvert, mais bizarrement, l’ensemble reste sympathique, à défaut d’être novateur ou vraiment efficace dans l’hommage aux 80’s.

Les refrains sont mémorisables, mais tout ça évoque volontiers la vague des groupes Européens des années 80, coincés dans une seconde division à laquelle ils n’avaient aucune d’échapper.  

Si les soli de Marcus ont la flamboyance nécessaire pour tirer les breaks vers le haut, si les intonations de Thess sont assez séduisantes lorsqu’elles deviennent caressantes, si certains morceaux pourraient passer pour des hits oubliés d’une décennie loin d’être enterrée (« Prove Me », qu’on aurait pu trouver sur un album de Benatar de 85/86), le manque de prise de risques handicape grandement le projet qui n’arrive jamais à décoller, et qui reste collé à un binaire un brin éculé, trop timoré pour vraiment vous faire craquer.

Pourtant, on sent les TEASER SWEET capables de beaucoup mieux que ça, même si un détail vient toujours gâcher les espoirs naissant, comme ce riff Heavy vraiment trop ressassé sur « Paralysed », ou ces accalmies basse/batterie prévisibles striées d’harmoniques sur « Pay Or Die »…Et les exemples ne manquent malheureusement pas…

Alors, une fois de temps en temps, ça fonctionne, comme sur « Demon Inside », qui parvient au moins à jouer avec minutie la copie parfaite de démarcages Hard’n’Heavy, malgré une certaine mièvrerie de guitare pardonnée par un chant qui se veut un peu plus modulé, ou lorsque « Blackbird » vient un peu rompre le schéma léthargique en ralentissant un peu le beat et en osant des mélodies moins téléphonées.

Le final « Hunger », laisse même sur une note un peu plus explosive que la moyenne, et se pose même comme le seul véritable hit de cet album, en plongeant la tête dans une ambiance de fête, un peu Glam et Sleaze sur les bords et donc plus légère.

Ok, le groupe le dit, leur seul but est de se faire plaisir, et je suis certain que les chansons de cet In the Night feront un véritable tabac sur scène. Sur disque, c’est une autre affaire, mais après tout, avec des prétentions aussi modestes, les TEASER SWEET ne vous bombardent pas de fausses promesses, et c’est tout à leur honneur. Il faudra quand même faire attention la prochaine fois à ne pas proposer peu ou prou cinq ou six fois le même morceau avec des intitulés différents, histoire de garantir une plus grande variété d’inspiration.  

 Puisqu’il n’est quand même pas interdit d’être efficace sans chercher l’originalité à tout prix.


Titres de l'album:

  1. Paralyzed
  2. Demon Inside
  3. In the Night
  4. Pay or Die
  5. Prove Me
  6. Kings and Queens
  7. Blackbird
  8. Hunger

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/03/2017 à 14:07
60 %    566

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...