Malaya

The Seeker

07/06/2017

Dead Punx Records, Professional Punkers Records

Ils commencent sérieusement à me gonfler ces italiens. C’est vrai, je veux dire…Dans les années 80, en termes de Metal et dérivés, on pouvait facilement les chambrer, mais depuis quelques années, la blague se retourne contre nous.

Un peu à l’image des suédois, ils monopolisent l’attention en dominant crânement tous les secteurs de jeu. Alors à part en évoquant la débâcle de la Juve récemment en ligue des champions (et encore, si les gus sont fans de foot, sinon, ça tombe à plat, de pâtes évidemment), je ne vois pas vraiment d’argument pour les toiser du haut de notre élitisme musical.

Bon, je ne vais pas résumer leur parcours sur une décade, mais franchement, ça commence à devenir dramatique. BM, Post BM, Post Metal, Metal expérimental, Thrash, et maintenant Hardcore et Fastcore, demain Powerviolence, et puis si on continue sur la lancée, Symphonic Metal, Black progressif, et je ne sais quoi encore.

Bref, fuck.

Hier ici, aujourd’hui par-là, demain ailleurs, mais focalisons-nous sur le sujet du jour justement, qui concerne un quatuor qui n’y va pas par quatre chemins pour nous bousiller les esgourdes et nous briser les tympans, via un énorme Fastcore à tendance Power, qui ramone bien les conduits, au moins autant que Pavarotti qui digresse sur un aria interminable.         

Sauf que leur comédie à eux est tout sauf dell’arte, et plutôt Punk. Alors, présentations. THE SEEKER, Maiko (guitare), Covaz (batterie), Edz (basse) et Dominik (chant) viennent de Milan, ont déjà deux réalisations à leur actif (Angst-filled Youth en 2015 et An Open Letter deux ans auparavant), et augmentent le volume des productions avec ce nouvel EP/LP, Malaya, qui ne calme pas vraiment le jeu niveau décibels et cris de belette.

Ces milanais qui semblent vénérer quelques références connues (SCHOLASTIC DETH, SPAZZ, KILLING THE DREAM, MK-ULTRA, DROPDEAD, CHARLES BRONSON, LARM) se vautrent donc dans les plaisirs lubriques et coupables d’un Core bien velu et chevelu, qui alterne avec bonheur les sautes d’humeur Fastcore et les délires Powerviolence, agrémentant le tout de paroles assez bien troussés, et d’intitulés tout à l’avenant. Nous avons donc droit à de petites perles d’ultraviolence décomplexée, et quelques allusions finaudes via « Ronald McAsshole », « Jean Claude Van Damn You! », « An Ode To Nietzsche » et autres « Try Jesus », qui ne font ni dans la dentelle, ni dans la pizza au fromage.

D’ailleurs, les gus se réclament plutôt de trois bols de riz pour une seule assiette de pâtes, ce qui en dit long sur leur ouverture d’esprit mondialiste.

Inutile de croire qu’ils vont vous la jouer La Belle et le Clochard, avec spaghetti mangés de concert à chaque bout pour un baiser d’enfer, leur approche serait plutôt du genre directe, et du style fuck the rules and everything in between.

Alors, à défaut de pasta, ils balancent la purée. Sauf qu’en plus d’être de joyeux drilles, les mecs sont affûtés techniquement et que leur boucan déménage tout en laissant la place nette. Et sans bavures.

Cela dit, en à peine un quart d’heure, difficile de rater son coup. Et même si l’intro « Das Ende Von Allem » joue l’ambivalence d’une grosse lourdeur Loudcore sur trente secondes, « Fail Now, Cry Later » se rue dans nos brancards et accélère le rythme pour nous faire dévier de notre route.

Riffs qui se multiplient comme des pains dans la tronche de Judas, dissonances, stridences, fréquences irritantes, changements de rythme affolants d’inconstance qui les rapprochent parfois d’un Mathcore hystérique, et mid qui nous bourre le bide d’un Hardcore savoureux, qui dégénère vite en Grind fastueux (« Ronald McAsshole »).

Pas de soucis, les milanais savent recevoir, et se plient en quatre pour animer votre soirée. A l’aise dans tous les domaines, ils accumulent les pirouettes rythmiques, les astuces de composition, pour soigner un des EP les plus surprenants de ce milieu d’année.

Loin de se contenter de nous refourguer des restes à peine réchauffés, le quatuor nous dispose des mets de premier choix sortant tout juste du four, four dans lequel ils nous enfournent la tronche histoire de voir si le thermostat fonctionne toujours.

Avec une section rythmique qui ferait rougir n’importe quel fan de BRUTAL TRUTH ou FULL OF HELL, et un guitariste qui exploite toutes les possibilités Core de son instrument, le bal est outrancier, et la gigue démenée.

On se déplace les prothèses de hanche de leur mélange de folie, qui alterne toutes les non couleurs de la palette Core extrême, et qui se satisfait très bien d’un second degré qui ne cache rien du sérieux de leur musique.

En gros, c’est fun, mais carré, drôle, mais appliqué, et parfois salement corsé (« Jean Claude Van Damn You! »).

Des morceaux entre les cinquante secondes et la minute trente fatidique, pour une gymnastique Powerfast qui remplace tous les régimes, et surtout, des thèmes qu’on retient facilement (« I <3 Spitboy »).

Beaucoup d’énergie, pas mal de folie, et finalement, un quart d’heure qui passe beaucoup trop vite. On en veut encore !!

Quoi, vous ne servez pas de restes ?

Enfoirés…

A noter que les THE SEEKER proposent Malaya pour une bouchée de parmesan sur leur Bandcamp, et que la sortie physique est parrainée par une bonne douzaine de labels de distro italiens, hongrois, malaisiens, philippins et même belges ou autrichiens.

Quand je vous disais que les gus étaient ouverts sur le monde. En attendant, le leur va vous tomber sur la gueule comme une sous-couche de faux-plafond de pizzeria.


Titres de l'album:

  1. Das Ende Von Allem
  2. Fall Now, Cry Later
  3. Ronald McAsshole
  4. Shall We Tanz
  5. Kapatid
  6. Jean Claude Van Damn You!
  7. I <3 Spitboy
  8. Try Jesus
  9. I'm Sick - o)))
  10. Le Masque
  11. We should have Quit Years Ago...
  12. Paalam
  13. An Ode To Nietzsche

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2017 à 17:48
85 %    473

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50