Pièce en quatre actes du jour. Ils sont deux, s’appellent Destroyer (chant, guitare, basse et électronique) et A. (batterie), proviennent ou jouent encore dans des groupes comme AZARATH, KRIEGSMASCHINE, HATE, ou LOST SOUL, habitent en Pologne, à Cracovie, et nous proposent donc leur premier spectacle en commun, produit par les bons soins d’Osmose Productions. Le célèbre label a dû flairer anguille sous roche pour s’intéresser de près à ces deux musiciens au pedigree underground fameux, puisqu’on les sait assez exigeants sur leurs signatures…Alors, à quoi s’attendre de la part de ce projet, visiblement prévu de longue haleine selon la bio accompagnant l’album ? Du Black Metal évidemment, mais pas n’importe lequel, puisque cet éponyme entame d’UNTERVOID se veut plurielle, et nuancée comme le BM sait l’être lorsqu’il raisonne et résonne. Il faut dire que le concept est né dès 2015, l’année de la collaboration entre ces deux instrumentistes/compositeurs, qui désiraient ardemment travailler ensemble depuis longtemps, et qui ont donc fini par coucher sur bande un certain nombre de pistes, dont quatre sont présentées sur cet Untervoid à l’allure assez funeste. Pour autant, inutile de vous attendre à une longue complainte de DSBM, puisque le Metal de ces deux polonais est aussi véhément qu’il n’est ambiancé, et surtout, diversifié. Pas de course contre la montre de Satan, toujours en avance d’un temps, mais pas non plus de litanie funèbre propice à faire pleurer tous les misanthropes de la terre. Ici, on crie, mais à dessein, on accélère, mais selon son destin, et surtout, on travaille les atmosphères, pour les dépeindre comme un sale petit matin passé à regarder à sa fenêtre dérailler les trains. Quoi d’autre ? Beaucoup de choses, mais difficilement formalisables, et donc, hautement recommandables.

Ces quatre morceaux ont donc été enregistrés dans divers studios, dont les Sound Division et les No Solace, avec un mix final offert par la maison Satanic Audio. Ce préambule est donc un gros hors d’œuvre à déguster avant la sortie du LP complet, qui selon les avis exprimés ne devrait pas tarder à voir le jour. Difficile d’en dire plus en se basant sur les arguments promo communiqués, ou via les historiques divulgués par les sites officiels. La page Facebook du groupe ne révèle pas grand-chose, et ne se répand pas en énumération d’influences, ce qui est toujours bon signe. Et il est certain que comparer les UNTERVOID à d’autres entités n’est pas chose facile, même si quelques réminiscences d’EMPEROR, de MAYHEM, de CELTIC FROST, de SHINING ou d’ULVER sont détectables à intervalles plus ou moins réguliers. Mais ce qui est le plus intéressant dans la démarche de Destroyer et A., c’est cette propension à régurgiter des riffs purement Rock, dans un contexte méchamment Black Metal. Le meilleur exemple à fournir en étant « Radiant Divinity », qui ose un motif vraiment mémorisable et une construction à tiroirs, sans le sacrifier à l’originalité d’un côté, ou à l’efficacité de l’autre. La voix de Destroyer, très théâtrale, est fascinante d’incarnation, tandis que les arrangements en arrière-plan confèrent aux morceaux une texture occulte prenante, sans prendre le pas sur un instrumental qui en dit long sur le bagage des musiciens. Mais tout ceci est palpable dès l’entrée en matière tonitruante de « Messer », qui en six minutes, joue la carte de l’agression et de l’oppression, sans nous laisser le loisir de situer le créneau d’activité des deux bonhommes. Nappes vocales scandées ou toutes en gravité, rythmique compressée et évolutive, guitare progressive mais parsemant les couplets de thématiques accrocheuses, pour une relecture du BM moderne via son prisme le plus nostalgique. Efficace et intrigant, deux substantifs/qualificatifs qui s’adaptent relativement bien à l’intégralité de cet EP.

D’ailleurs, le sombre « Twilight », loin de faire référence à Edward et Bella, s’orienterait plutôt du côté dark de la lune, et la chante d’ailleurs sous des airs d’infortune, usant de riffs qu’Euronymous aurait pu pleurer à son époque la plus inspirée. Aussi violent qu’il n’est atmosphérique, cet Untervoid est une sorte de porte s’ouvrant sur un univers pluridimensionnel, osant le chaos et la création, en naviguant dans des galaxies où la mélodie et la brutalité ont droit formel de coexister. Et comme ce court voyage se termine sur une épopée de plus de huit minutes, à l’introduction plus Heavy Metal qu’une pose de Steve Harris, on nage en plein métissage extrême, à tel point que le duo préfère se référer à un vague Extreme Metal pour définir les contours de son art. Lourdeur, oppression, lancinance, pour un long épilogue à la beauté morbide sublime, qui place des interludes harmoniques striés de soli intimes de pureté, avant de les souiller d’un BM tirant sur le Doom le plus ténébreux, histoire de manipuler la dualité à sa guise. On se perd alors en conjectures, mais on apprécie d’autant plus la performance, qui finalement, au bout de vingt-quatre minutes, nous laisse méchamment sur notre faim. On pense à un mélange d’OPETH et de DEATHSPELL OMEGA, sans pour autant citer l’un ou l’autre, mais en utilisant leurs contrastes et différences pour tenter de situer l’univers si intelligemment brossé par les deux polonais. Et lorsque la dernière note à enfin rendu l’âme dans une nuit entachée d’étoiles, on se prend à rêver à ce fameux longue-durée qu’on tarde de pouvoir écouter.

Bravo à Osmose d’avoir encore une fois fait preuve d’un grand flair pour nous dénicher cette perle d’Europe de l’Est, qui je l’espère s’aménage une carrière que l’on pressent riche et passionnante. Mais en attendant la suite des évènements, UNTERVOID signe avec ce premier EP un petit chef d’œuvre d’ambivalence, aussi menaçant qu’il n’est séduisant.


Titres de l'album:

  1. Messer
  2. Twilight
  3. Radiant Divinity
  4. Inner Shrine

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/01/2018 à 17:50
85 %    205

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)