Pièce en quatre actes du jour. Ils sont deux, s’appellent Destroyer (chant, guitare, basse et électronique) et A. (batterie), proviennent ou jouent encore dans des groupes comme AZARATH, KRIEGSMASCHINE, HATE, ou LOST SOUL, habitent en Pologne, à Cracovie, et nous proposent donc leur premier spectacle en commun, produit par les bons soins d’Osmose Productions. Le célèbre label a dû flairer anguille sous roche pour s’intéresser de près à ces deux musiciens au pedigree underground fameux, puisqu’on les sait assez exigeants sur leurs signatures…Alors, à quoi s’attendre de la part de ce projet, visiblement prévu de longue haleine selon la bio accompagnant l’album ? Du Black Metal évidemment, mais pas n’importe lequel, puisque cet éponyme entame d’UNTERVOID se veut plurielle, et nuancée comme le BM sait l’être lorsqu’il raisonne et résonne. Il faut dire que le concept est né dès 2015, l’année de la collaboration entre ces deux instrumentistes/compositeurs, qui désiraient ardemment travailler ensemble depuis longtemps, et qui ont donc fini par coucher sur bande un certain nombre de pistes, dont quatre sont présentées sur cet Untervoid à l’allure assez funeste. Pour autant, inutile de vous attendre à une longue complainte de DSBM, puisque le Metal de ces deux polonais est aussi véhément qu’il n’est ambiancé, et surtout, diversifié. Pas de course contre la montre de Satan, toujours en avance d’un temps, mais pas non plus de litanie funèbre propice à faire pleurer tous les misanthropes de la terre. Ici, on crie, mais à dessein, on accélère, mais selon son destin, et surtout, on travaille les atmosphères, pour les dépeindre comme un sale petit matin passé à regarder à sa fenêtre dérailler les trains. Quoi d’autre ? Beaucoup de choses, mais difficilement formalisables, et donc, hautement recommandables.

Ces quatre morceaux ont donc été enregistrés dans divers studios, dont les Sound Division et les No Solace, avec un mix final offert par la maison Satanic Audio. Ce préambule est donc un gros hors d’œuvre à déguster avant la sortie du LP complet, qui selon les avis exprimés ne devrait pas tarder à voir le jour. Difficile d’en dire plus en se basant sur les arguments promo communiqués, ou via les historiques divulgués par les sites officiels. La page Facebook du groupe ne révèle pas grand-chose, et ne se répand pas en énumération d’influences, ce qui est toujours bon signe. Et il est certain que comparer les UNTERVOID à d’autres entités n’est pas chose facile, même si quelques réminiscences d’EMPEROR, de MAYHEM, de CELTIC FROST, de SHINING ou d’ULVER sont détectables à intervalles plus ou moins réguliers. Mais ce qui est le plus intéressant dans la démarche de Destroyer et A., c’est cette propension à régurgiter des riffs purement Rock, dans un contexte méchamment Black Metal. Le meilleur exemple à fournir en étant « Radiant Divinity », qui ose un motif vraiment mémorisable et une construction à tiroirs, sans le sacrifier à l’originalité d’un côté, ou à l’efficacité de l’autre. La voix de Destroyer, très théâtrale, est fascinante d’incarnation, tandis que les arrangements en arrière-plan confèrent aux morceaux une texture occulte prenante, sans prendre le pas sur un instrumental qui en dit long sur le bagage des musiciens. Mais tout ceci est palpable dès l’entrée en matière tonitruante de « Messer », qui en six minutes, joue la carte de l’agression et de l’oppression, sans nous laisser le loisir de situer le créneau d’activité des deux bonhommes. Nappes vocales scandées ou toutes en gravité, rythmique compressée et évolutive, guitare progressive mais parsemant les couplets de thématiques accrocheuses, pour une relecture du BM moderne via son prisme le plus nostalgique. Efficace et intrigant, deux substantifs/qualificatifs qui s’adaptent relativement bien à l’intégralité de cet EP.

D’ailleurs, le sombre « Twilight », loin de faire référence à Edward et Bella, s’orienterait plutôt du côté dark de la lune, et la chante d’ailleurs sous des airs d’infortune, usant de riffs qu’Euronymous aurait pu pleurer à son époque la plus inspirée. Aussi violent qu’il n’est atmosphérique, cet Untervoid est une sorte de porte s’ouvrant sur un univers pluridimensionnel, osant le chaos et la création, en naviguant dans des galaxies où la mélodie et la brutalité ont droit formel de coexister. Et comme ce court voyage se termine sur une épopée de plus de huit minutes, à l’introduction plus Heavy Metal qu’une pose de Steve Harris, on nage en plein métissage extrême, à tel point que le duo préfère se référer à un vague Extreme Metal pour définir les contours de son art. Lourdeur, oppression, lancinance, pour un long épilogue à la beauté morbide sublime, qui place des interludes harmoniques striés de soli intimes de pureté, avant de les souiller d’un BM tirant sur le Doom le plus ténébreux, histoire de manipuler la dualité à sa guise. On se perd alors en conjectures, mais on apprécie d’autant plus la performance, qui finalement, au bout de vingt-quatre minutes, nous laisse méchamment sur notre faim. On pense à un mélange d’OPETH et de DEATHSPELL OMEGA, sans pour autant citer l’un ou l’autre, mais en utilisant leurs contrastes et différences pour tenter de situer l’univers si intelligemment brossé par les deux polonais. Et lorsque la dernière note à enfin rendu l’âme dans une nuit entachée d’étoiles, on se prend à rêver à ce fameux longue-durée qu’on tarde de pouvoir écouter.

Bravo à Osmose d’avoir encore une fois fait preuve d’un grand flair pour nous dénicher cette perle d’Europe de l’Est, qui je l’espère s’aménage une carrière que l’on pressent riche et passionnante. Mais en attendant la suite des évènements, UNTERVOID signe avec ce premier EP un petit chef d’œuvre d’ambivalence, aussi menaçant qu’il n’est séduisant.


Titres de l'album:

  1. Messer
  2. Twilight
  3. Radiant Divinity
  4. Inner Shrine

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/01/2018 à 17:50
85 %    369

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)