Rester dans l’anonymat. Chercher un concept. Le trouver. Le mettre en musique. Le rendre fascinant et efficient musicalement.

Complexe, et tout ça n’est pas donné à tout le monde. Le résultat dépend d’une équation qu’on parvient ou pas à résoudre, selon ses capacités intrinsèques à identifier des variables et des inconnues pour parvenir à un résultat exact, ou presque.

Parfois, le concept est solide, mais l’interprétation hasardeuse, voire, banale. Parfois l’instrumentation et la composition sont intrigants, mais le concept bancal, peu crédible, ou aux ficelles usées jusqu’à la corde. Et parfois, tous les éléments se mettent en place naturellement, pour former les contours et l’épicentre d’un cauchemar dont nul ne sort indemne, ses créateurs pas plus que ses auditeurs/voyageurs.

La misère humaine, la solitude, la maltraitance, la folie, l’isolement, la maladie mentale, les mauvais traitements. Tout ça représente un lot de traumas auxquels de nombreux musiciens se sont frottés, en croyant y trouver une catharsis.

Personnelle, ou universelle.

Et les Australiens de MISERIST en font partie…

Selon les arguments promotionnels fournis par leur label, on ignorerait tout de leur identité. Tout ça pourrait bien résulter des efforts d’un seul homme ou de plusieurs, mais après tout, là n’est pas la question, seul le résultat compte et surtout, la capacité de faire ressentir à un public ce qu’on a soi-même ressenti à un moment T.

Selon l’histoire, un des musiciens du groupe s’est mis en tête après avoir vu un documentaire sur un institut psychiatrique pour enfants (il y en a eu plusieurs et de très traumatisants, je vous laisse trouver celui qui a servi de base à son inspiration), de retranscrire en musique les images qui hantaient sa mémoire. Il a donc accouché du pivot de l’album, la longue suite « Narikuntu » que l’on trouve en fin de cet EP, et qui pendant dix longues minutes, tente d’y donner un épilogue à la hauteur du désespoir engendré par les pistes précédentes.

Mais tous les détails étant fournis dans le synopsis de ce Miserist, il est relativement aisé d’en retracer la gestation…

Signés sur le label personnel de Loic F (membre d’AUTOKRATOR et N.K.V.D), Krucyator Productions, ce premier EP des MISERIST fait donc suite à une première démo, publiée sous le nom de HEADWAR, avant un changement de patronyme, mais pas de philosophie musicale. L’affiliation avec les orientations de Loïc est évidente, et il n’est pas surprenant de retrouver cette sortie dans son écurie, qui disons-le tout de suite, ne fera aucunement tâche dans sa production exigeante d’esthète de l’agression sonore et mentale. Bien au contraire, Miserist en l’état actuel des choses pourrait bien représenter une tête de gondole tout à fait viable, apte à attirer l’attention sur la structure bénéficiant déjà d’une aura certaine.

Mais concrètement, que propose la musique de ces mystérieux Australiens qui ne souhaitent pas divulguer leurs noms ?

Un EP de BM expérimental, Noisy et Industriel, qui tente de coucher en sons les horribles ressentiments de ces pauvres gamins enfermés dans les sous-sols d’une institution « à l’ancienne », qui les traitait comme du bétail sans faire preuve d’aucune empathie à leur égard, pas plus en tout cas que des scientifiques envers des rats de laboratoire tout juste bons à servir de cobayes…

D’ailleurs, l’un des concepteurs du projet le décrit en ces termes :

« Je venais juste de regarder un documentaire sur un institut psychiatrique pour enfants, et je me suis demandé ce que ça pouvait faire de vivre dans un endroit pareil, d’être traité comme un animal, d’être enfermé dans une pièce sombre avec d’autres personnes susceptibles de vous tuer, de vous violer, ou de vous déféquer dessus à n’importe quel moment…La misère à l’état pur »

Evidemment, avec ces quelques éléments mis à votre disposition, il se serait pas difficile d’établir un parallèle inconscient avec les divers travaux de STALAGGH, notamment Projekt Terror, et pourtant, rien ne pourrait être plus biaisé que cette comparaison qui ne ferait que minimiser l’extraordinaire boulot accompli par MISERIST qui a conçu son projet de bout en bout, de façon très logique et progressive, bien loin d’une simple association de sons et de cris censés illustrer le désespoir et l’isolement mental.

Certes, la musique dispensée sur les six morceaux de cet EP est dérangeante, abrasive, sans compromis, noire comme un destin funeste et sans aucune respiration, comme pour mieux matérialiser cette sensation de suffocation éprouvée par les pauvres petits patients de cet hôpital de l’enfer.

En utilisant les codes d’un BM Industriel très compact et ceux d’un Dark Ambient maîtrisé et canalisé, les Australiens sont parvenus à recréer un climat de terreur pure, d’oppression, de misère humaine et de confinement, en juxtaposant des riffs monstrueusement graves et amples à des rythmiques robotiques très cliniques, et en truffant le tout d’arrangements sonores métalliques en écho pour accentuer encore plus la claustrophobie ambiante…

Inutile lorsqu’on est confronté à ce genre d’effort de disséquer chaque piste pour en expliquer les tenants et aboutissants. Sachez juste que chaque morceau à sa propre thématique, et que la progression vous mènera au sommet de l’horreur que représente le long morceau « Narikuntu », sorte de longue plainte dans le vide des non-réponses qui fait froid dans le dos.

Vous entendrez des sonorités en écho de chairs meurtries, des dissonances brûlant vos poumons comme les fumées toxiques d’un bâtiment à l’agonie, et des évolutions maladives retranscrivant le quotidien de « patients » dont le seul destin était de s’enfoncer chaque jour un peu plus dans la douleur et la terreur. Une équation de l’impossible, résolue à grands coups de blasts, de riffs assourdissants, de rythmiques oppressantes et étouffantes, de rigueur Industrielle glaciale, et d’atmosphères Black et Post Black poisseuses.

Plus qu’un simple EP, Miserist est un documentaire en musique, en bruits, en sons bruts, en ressenti. C’est une plongée dans l’horreur de l’histoire sanitaire, sans complaisance, sans compromis, qui n’en rajoute ni dans le pathos, ni dans la grandiloquence morbide.

 Et plus concrètement, un disque assez unique, qui parvient sans l’aide d’un chant narratif (il est complétement instrumental) à vous faire éprouver les mêmes sensations insupportables que ces enfants qu’on imagine avec tristesse coincés dans des couloirs de la mort, hurlant au début, puis résignés en silence à leur triste sort dans l’indifférence générale, s’éteignant petit à petit pour devenir une anecdote de l’histoire, ou un simple fait divers…


Titres de l'album:

  1. Skin, Mold & Flame
  2. Miserist
  3. VIII
  4. Horror Infinitum
  5. Lung Rust
  6. Narikuntu

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/02/2017 à 14:05
80 %    462

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...