Il fut un temps où je tentais toutes sortes d’expériences. Genre, mélanger la moutarde, la harissa, le pili-pili et le poivre gris pour coller dans mes pâtes. Genre mélanger de la vodka, du whiskey, une vieille prune et du gin pour corser un peu les débats. Pourquoi ? Parce que je me disais que plus c’était fort, plus c’était piquant et agressif, plus vite ma gorge serait en feu, et autant dire que toutes les expériences ont marché, à des degrés divers de souffrance. Visiblement, certains musiciens appliquent la même recette au moment de peaufiner leur style, et s’amusent beaucoup à fondre les extrêmes pour sonner encore plus extrême. On ne dénombre plus les hybridations tentées, du Black Sludge au Doom Death, en passant par le Math Grind ou le Blackened Post Hardcore. Les héros de gouttière du jour ont leur méthode à eux, et je dois reconnaître qu’elle fonctionne. Nous en venant de Boston, Massachussetts, les FUMING MOUTH ont décidé un jour que leur passion pour le Death Metal scandinave devait s’accompagner d’un hommage à la scène Hardcore des nineties, et ont commencé leur long travail d’élaboration. Né en 2013, le groupe a publié une démo la même année, avant de partager des faces avec les GATLIN, pour mieux lâcher une nouvelle démo en 2016 (Lotus), et se taire plus ou moins pendant trois ans. Mais comme il faut bien se lancer un jour, c’est cette année qu’ils ont choisi de nous présenter leur travail longue-durée, avec ce The Grand Descent qui n’est en effet rien d’autre qu’une plongée vertigineuse dans l’abime de la violence musicale la moins édulcorée. Et aussi formelle soit leur optique après une écoute distante, on comprend bien vite que seules la vilénie, la méchanceté, l’agressivité et la puissance absolue sont des préoccupations pour eux. Parce que finalement, et mis bout à bout, ces douze morceaux forment une symphonie outrancière entièrement dédiée à la bestialité sonore et au sadisme musical.

Evidemment on pouvait se douter qu’un producteur alléché allait se trouver embarqué dans l’affaire. Et une fois encore, c’est l’increvable Kurt Ballou qui a produit et mixé l’album, et qui lui a conféré cette patine énorme héritée de son parcours dans CONVERGE. Le résultat est donc gigantesque, grave, sombre, aux échos rebondissant d’une saloperie à l’autre, et permettant aux guitares de sonner plus froides que les mains d’un embaumeur, et à la batterie d’avoir des airs de pelles d’excavation travaillant sans relâche, nuit après nuit. FUMING MOUTH dans les faits pourrait être la révélation ultime de ces cinq dernières années. Les plus renseignés les compareront à des références comme PRIMITIVE MAN, NAILS, d’autres argueront qu’un mélange DISMEMBER/ENTOMBED/EXILE/HIS HERO IS GONE convient parfaitement pour décrire leur musique, et les deux camps auront raison. En mixant la quintessence putride du Death Metal, et le réalisme ultraviolent du Hardcore contemporain, les trois bostoniens (Ethan - basse, Rob - batterie et Mark - guitare/chant) s’illustrent en équivalent d’une association jamais validée entre les UNSANE et NIHILIST, le tout agrémenté d’une touche de folie sonore à la THE BODY, pour mieux affirmer leur identité qui ne donne pas forcément envie de les connaître…En tant qu’hommes évidemment, puisqu’en tant que musiciens, ils se montrent sous un jour créatif des plus séduisant dans la brutalité, et si chacun de leurs morceaux résonne comme un appel à la haine viscérale ou au contraire, au renoncement global, leur concept générique a de quoi effrayer tous les fans de Death de la création.

Osons le terme, tout ceci est très vilain, à de très rares exceptions près. Et en commençant leur entreprise de destruction par un rageur « Fatalism » ne dépassant pas les deux minutes, les américains ont fait le bon choix. Epais comme une armée de guitaristes découvrant les joies de la HM-2, dissonant comme des apprentis hardcoreux s’ouvrant au masochisme d’un feedback constant, lourd et étouffant comme une banda de percussionnistes frappant leurs peaux en même temps, ce premier titre est symptomatique de cette volonté d’associer la pesanteur et la vélocité, et trace les grandes lignes dans le sang et la bile. Ne cédant jamais à la pression d’un timing, le trio reste dans des balises de brièveté, mais insère de nouvelles idées à chaque pas, optant selon la saison pour un écrasement des tympans en règle (« Nothing to Bleed », du ENTOMBED puissance mille passé à la moulinette des RYKERS), ou un pilonnage systématique des défenses terrestres, bombardées du ciel par un Death/Crust au rendement optimal (« Out of the Shadows »). L’héritage des suédois de l’orée des années 90 est palpable, via cette production qui gèle sur place et qui transforme les guitares en congères, mais le legs du Hardcore de la même époque est lui aussi patent, puisque ces mêmes guitares n’hésitent jamais à proposer des motifs mémorisables, de ceux qui enflamment un mosh-pit malgré leur apparente condescendance. Car les trois olibrius ont bien compris que pour capter l’attention des psychopathes, il fallait d’abord travailler ses thèmes, et en sus de se montrer plus violents que la moyenne, ils jouent en rang serrés, pour mieux séduire avant de réduire au silence.

Tout ça donne parfois naissance à des monstres de puissance condensée (« Visions of Purgatory »), à des hits de l’impossible qui plaquent des riffs hardcore sur des structures Death (« Transfiguration »), à de longues litanies qui crient tellement que la nuit plonge dans l’insomnie (« Dead Asleep », un truc qui aurait pu figurer sur une anthologie du Death et du Hardcore nordique de la fin des années 90), ou à des créatures hybrides, belles comme la laideur ultime, et attachantes comme des mélodies vidées de toute substance (« The Spirit's Chain »). Aussi efficaces que la multiplication de l’efficacité des styles qu’ils empruntent, les FUMING MOUTH représentent donc un avenir néfaste pour la musique extrême, bénéfique en termes d’impact, mais conditionnant la génération future à faire preuve de plus d’imagination dans la psychose que ses aînés. Un disque qui ne fait pas de bien au cœur, qui noircit encore plus l’âme, mais qui démontre qu’on peut toujours aller plus loin pour peu qu’on en supporte les effets secondaires.

         

 Titres de l’album :

                          1.Fatalism

                          2.Nothing to Bleed

                          3.Out of the Shadows

                          4.Burning Hand

                          5.The Grand Descent

                          6.The Great Equalizer

                          7.Visions of Purgatory

                          8.Distant Voice

                          9.Transfiguration

                         10.Dead Asleep

                         11.The Spirit's Chain

                        12.Half Life

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/08/2019 à 17:50
85 %    96

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...