Deu.Ils

Wntrhltr

04/05/2022

Autoproduction

Premier album/EP pour le projet parisien WNTRHLTR, longtemps considéré comme un one-man-band articulé autour de la pensée de son leader Winterhalter. WNTRHLTR, à prononcer Winterhalter, du nom du peintre Franz Xaver Winterhalter, mais aussi tiré du mot Winterhalter, qui signifie « gardien de l’hiver », se propose donc d’explorer des propres sentiments, et notamment celui du deuil, que l’on retrouve partiellement dans le titre même de l’album. En effet, Deu.Ils, ou Deux Ils, ou Deuil, renvoie à ce sentiment de perte connu par le musicien lorsqu’il a perdu son père alors qu’il avait trente ans.

Deu.Ils est donc un exutoire pensé d’abord comme un album solo, pour pouvoir poser des mots sur cette douleur, mais aussi, laisser ses proches comprendre ses propres sentiments. Un disque fondamentalement humain donc, cathartique d’une certaine façon, qui décrit en musique des émotions complexes, mais qui justement, évite bien des discours stériles que seule une victime de perte proche peut ressentir. De fait, Deu.Ils reste un album contrasté, empli de lumière et de ténèbres, décrivant avec une belle acuité la lutte perpétuelle d’un être déchiré par ses propres démons qu’il souhaite maîtriser, apprivoiser, pour ne plus avoir à subir leur diktat.

Enregistré au Studio Sainte Marthe à Paris, mixé et masterisé par l’incontournable Francis Caste (HANGMAN’S CHAIR, BUKOWSKI, KICKBACK), et flanqué d’un superbe artwork signé Samuel Guigues, Deu.Ils se situe donc en convergence des genres, et propose une digression viscérale sur le thème d’un Post Hardcore fort et abrupt, qu’on sent influencé par les références du genre, dont NEUROSIS, TENGIL, et nombre d’autres artistes mixant avec bonheur la violence la plus crue et la contemplation mélodique la plus pure.

En tant que chef de projet, Winterhalter aiguise sa guitare, dont il tire les riffs les plus massifs, et éructe ses textes avec l’énergie du désespoir d’un patient sur la voie de la guérison artistique. Comme possédé par son sujet, le musicien parisien lâche tout, exprime ses sentiments les plus enfouis, et utilise les méthodes du docteur Janov pour mettre un cri d’honneur à cette période de deuil entamée il y a quatre ans. Ainsi, les morceaux gardent cette ligne directrice de brutalité ouverte mais pas hermétique, en imposant de courts silences, des digressions plus harmonieuses, sans pour autant édulcorer la virulence de la thématique.

On se demande même parfois si la frontière du Post Black n’est pas franchie, tant son chant se rapproche des hurlements les plus désespérés des maniaco-dépressif de la scène BM. Entre DSBM et DSPH, WNTRHLTR est un cri, que l’on ressent au plus profond de son être, à peine atténué par un prologue et un épilogue conviant la délicatesse et la douceur étrange de Laure le Prunenec (ex-IGORRR, RÏCÏNN).

Chemin de croix ou acceptation de la vérité, WNTRHLTR tergiverse alterne, penche d’un côté puis de l’autre, mais reste sincère tout du long. « Sonar » et son jeu de sons impose le son, énorme, le rythme, pachydermique, la voix, usée, et le cheminement à partir de ce point de départ est logique, avec des tendances plus franches, mais aussi des atermoiements introspectifs assez troublants.

On retiendra de ce premier album un traumatisme mis en musique, via des plages longues et explicatives, comme ce « Caught », totalement cauchemardesque, d’une lancinance éprouvante, et qui juxtapose des guitares fanées à une rythmique lasse.

Entre lumière et pénombre (« Light »), Deu.Ils est donc deux, il et les autres, je par le caractère personnel du ressenti, mais aussi pluriel dans l’expression d’un deuil auquel tout le monde fait face dans sa vie. La possibilité donc de se retrouver dans cet étalage de sentiments complexes, et de peut-être, en apprendre plus sur soi, et sur un musicien qui ne triche pas, et pose sur la table sa personnalité telle qu’il la voit et telle que les autres la perçoivent. Un bon moyen de guérir, et plus simplement, une pièce de musique âpre mais belle, pour un Post-Hardcore certes classique, mais authentique, sincère et…triste évidemment.

Mais des ténèbres jaillit toujours la lumière.          

    

Titres de l’album :                                             

01. Prologue (avec Laure le Prunenec)

02. Sonar

03. Caught

04. Light

05. Adored

06. Deuil (avec Laure le Prunenec)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/05/2022 à 16:35
80 %    55

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02