Voir son album mixé et masterisé par le grand Harry Hess lui-même, en termes de Hard Rock mélodique, confère la même caution qu’un son élaboré par Kurt Ballou et trituré par Brad Boatright lorsqu’on joue du Hardcore. C’est une sorte de sticker virtuel qu’on appose sur la pochette d’un album qui semble dire « attention, celui-là vaut le coup d’oreilles ». Certes, certaines obligations contractuelles et autres histoires d’affinités peuvent fausser ce jugement, mais globalement, le leader de HAREM SCAREM ne travaille jamais sur des projets qui ne lui parlent pas, ce qui fait de ce LP de BARROS une curiosité pour le moins, et une réussite dans le meilleur des cas. La vérité dans ce cas précis se situant à mi-chemin entre les deux possibilités, chacun se fera sa propre opinion. Le combo ne sortant pas de nulle part, gageons que les accointances professionnelles ont légèrement influé sur le destin d’une œuvre qui si elle ne révolutionne guère le petit monde du Rock mélodique, y apporte sa non négligeable contribution. Formé par le guitariste Paulo Barros de TARENTULA, gang versé dans le Power Metal plutôt puissant et efficace, BARROS est une sorte de liaison entre les époques, et de pont entre les styles, qui refuse la facilité d’un AOR radiophonique un peu trop immédiat en y insufflant des références typiquement 90’s. Dès lors, inutile de vous attendre à un énième album que les italiens de Frontiers auraient pu produire, même si le label des portugais se situe lui aussi dans le même pays. Les choix présentent des similitudes, mais aussi pas mal de différences, puisque l’optique abordée par les lusophones semble plus nuancée, moins ouvertement Heavy/Hard/FM, et plus encline à moduler son inspiration pour lui faire épouser les contours d’un crossover entre les décades.

Quatuor estimable (Paulo Barros - guitare, Ray Van D - chant, Pico Moreira - batterie et Vera Sa - basse), BARROS s’évertue à piocher dans l’héritage d’un HAREM SCAREM en pleine mutation RUBBER, en admettant que le Rock alternatif des nineties a joué un grand rôle dans la transformation du Heard Rock des années 80. On retrouve donc dans leur musique une ambivalence intéressante, les plaçant en interférence entre Rock et Grunge, un peu comme si les BUSH et autres SOUL ASYLUM découvraient les joies du Big Rock seventies de PEARL JAM en lisant un songbook de WHITESNAKE. C’est assez séduisant sur le papier, un peu moins musicalement, car les portugais semblent constamment hésiter à prendre position. Pas forcément à l’aise avec leur choix, les musiciens délivrent toutefois une solide performance, parfois redondante, parfois un peu anonyme, mais terriblement intéressante et attachante. Si le talent de Paul Barros n’est plus à prouver, il a su s’entourer d’une équipe solide, et notamment d’un chanteur qui aurait eu sa place dans les combos les plus marqués par la vague Post-MTV, et qui offre une certaine modulation dans ses parties vocales. On a même parfois le sentiment d’écouter un Hard Rock moderne d’il y a vingt ou vingt-cinq ans, lorsque les héros des 80’s tentaient de se faire une place au soleil des 90’s. C’est assez manifeste sur un morceau comme « When It Rains It Pours », qui tente de traduire le vocable du HAREM SCAREM de Mood Swings dans le langage putassier du SKIDROW de Subhuman Race. Même mélodies moins évidentes et plus amères, même envie de s’adapter à l’air du temps sans vraiment renoncer à son crédo d’origine, pour un résultat à la lisière du Rock alternatif, en dépit de mélodies symptomatiques du Melodic Rock le plus classique.

La patte HAREM SCAREM est quasiment omniprésente, sur les morceaux les plus évidents qui transpirent du savoir-faire d’Harry et Pete, savoir-faire qui est systématiquement traduit dans un langage différent, plus rugueux mais moins Heavy, moins mélodique mais plus déviant. L’ouverture « My Everything » en est une des illustrations les plus probantes, amplifiée par une production sèche et rugueuse, qui permet au groupe de ne pas glisser du côté AOR où il risque de s’engluer. Les interventions en solo de Paul sont toujours aussi pertinentes, empreintes de classicisme baroque’n’roll, et brillamment soutenues par une rythmique performante, qui ne cherche jamais à en faire des tonnes, et lorsque le Heavy syncopé parvient à se faire une place, le résultat est plus que satisfaisant, à l’image de ce killer « My Kingdom For A Day », qui s’il n’a rien à voir avec les FAITH NO MORE, adopte les tics de la même décade. Non anglophones d’origines, les BARROS se perdent parfois dans la naïveté de textes consacrés à l’amour mais aussi à l’humanité, qui s’expriment dans un lexique assez simple, mais qui s’intègrent parfaitement à une musique assez naïve elle aussi, sans sens péjoratif. Pas mal de fraicheur donc, et quelques tentatives plus osées, comme ce feutré « Live Before We Die », suintant de bons sentiments et de philosophie Carpe Diem simpliste, mais sincère. De temps à autres, le quatuor joue la carte de la franchise, et propose un Hard Rock solide légèrement Sleaze sur les bords, mais évitant le fardage d’un maquillage un peu trop prononcé (« A Love That Shines », sorte de digression sur un thème HAREM SCAREM par la vague Glam des années 90). More Humanity Please... est donc à l’image de son titre, et joue le jeu de l’honnêteté musicale tout en affirmant son identité sans trembler.

Le title-track lui-même est d’ailleurs plus volontiers encadré par un Classic Rock typiquement ricain, et suggère des liens avec les DEL AMITRI, les MATCHBOX TWENTY, tout en gardant l’âpreté d’un Hard Rock musclé se réveillant sur le refrain. Et si la production manque légèrement d’ampleur sur les passages les plus musclés, elle se révèle riche et pleine sur les instants les plus modulés, et le choc entre les deux visages n’en est que plus intéressant. En l’état, rien ne nous permet d’affirmer que ce projet se montrera viable ou restera à l’état d’anecdote charmante, mais en appréciant le final AOR nerveux « How Does It Feel », j’espère sincèrement que les BARROS poursuivront encore un peu leur chemin, en gommant quelques erreurs de jeunesse naturelles, sans perdre de leur spontanéité. Imparfait mais frais, aussi futile que séduisant, cet album semble incarner la bande son parfaite d’un été qui se rappelle de sa propre jeunesse sans oublier dans quelle époque il vit.    

       

Titres de l'album:

                         01. My Everything

                         02. Disconnect

                         03. Kingdom For A Day

                         04. Take Me As I Am

                         05. Tearing Us Apart

                         06. When It Rains It pours

                         07. Live Before We Die

                         08. A love That Shines

                         09. More Humanity Please

                         10. How Does It Feel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/07/2018 à 18:50
75 %    370

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes