Voir son album mixé et masterisé par le grand Harry Hess lui-même, en termes de Hard Rock mélodique, confère la même caution qu’un son élaboré par Kurt Ballou et trituré par Brad Boatright lorsqu’on joue du Hardcore. C’est une sorte de sticker virtuel qu’on appose sur la pochette d’un album qui semble dire « attention, celui-là vaut le coup d’oreilles ». Certes, certaines obligations contractuelles et autres histoires d’affinités peuvent fausser ce jugement, mais globalement, le leader de HAREM SCAREM ne travaille jamais sur des projets qui ne lui parlent pas, ce qui fait de ce LP de BARROS une curiosité pour le moins, et une réussite dans le meilleur des cas. La vérité dans ce cas précis se situant à mi-chemin entre les deux possibilités, chacun se fera sa propre opinion. Le combo ne sortant pas de nulle part, gageons que les accointances professionnelles ont légèrement influé sur le destin d’une œuvre qui si elle ne révolutionne guère le petit monde du Rock mélodique, y apporte sa non négligeable contribution. Formé par le guitariste Paulo Barros de TARENTULA, gang versé dans le Power Metal plutôt puissant et efficace, BARROS est une sorte de liaison entre les époques, et de pont entre les styles, qui refuse la facilité d’un AOR radiophonique un peu trop immédiat en y insufflant des références typiquement 90’s. Dès lors, inutile de vous attendre à un énième album que les italiens de Frontiers auraient pu produire, même si le label des portugais se situe lui aussi dans le même pays. Les choix présentent des similitudes, mais aussi pas mal de différences, puisque l’optique abordée par les lusophones semble plus nuancée, moins ouvertement Heavy/Hard/FM, et plus encline à moduler son inspiration pour lui faire épouser les contours d’un crossover entre les décades.

Quatuor estimable (Paulo Barros - guitare, Ray Van D - chant, Pico Moreira - batterie et Vera Sa - basse), BARROS s’évertue à piocher dans l’héritage d’un HAREM SCAREM en pleine mutation RUBBER, en admettant que le Rock alternatif des nineties a joué un grand rôle dans la transformation du Heard Rock des années 80. On retrouve donc dans leur musique une ambivalence intéressante, les plaçant en interférence entre Rock et Grunge, un peu comme si les BUSH et autres SOUL ASYLUM découvraient les joies du Big Rock seventies de PEARL JAM en lisant un songbook de WHITESNAKE. C’est assez séduisant sur le papier, un peu moins musicalement, car les portugais semblent constamment hésiter à prendre position. Pas forcément à l’aise avec leur choix, les musiciens délivrent toutefois une solide performance, parfois redondante, parfois un peu anonyme, mais terriblement intéressante et attachante. Si le talent de Paul Barros n’est plus à prouver, il a su s’entourer d’une équipe solide, et notamment d’un chanteur qui aurait eu sa place dans les combos les plus marqués par la vague Post-MTV, et qui offre une certaine modulation dans ses parties vocales. On a même parfois le sentiment d’écouter un Hard Rock moderne d’il y a vingt ou vingt-cinq ans, lorsque les héros des 80’s tentaient de se faire une place au soleil des 90’s. C’est assez manifeste sur un morceau comme « When It Rains It Pours », qui tente de traduire le vocable du HAREM SCAREM de Mood Swings dans le langage putassier du SKIDROW de Subhuman Race. Même mélodies moins évidentes et plus amères, même envie de s’adapter à l’air du temps sans vraiment renoncer à son crédo d’origine, pour un résultat à la lisière du Rock alternatif, en dépit de mélodies symptomatiques du Melodic Rock le plus classique.

La patte HAREM SCAREM est quasiment omniprésente, sur les morceaux les plus évidents qui transpirent du savoir-faire d’Harry et Pete, savoir-faire qui est systématiquement traduit dans un langage différent, plus rugueux mais moins Heavy, moins mélodique mais plus déviant. L’ouverture « My Everything » en est une des illustrations les plus probantes, amplifiée par une production sèche et rugueuse, qui permet au groupe de ne pas glisser du côté AOR où il risque de s’engluer. Les interventions en solo de Paul sont toujours aussi pertinentes, empreintes de classicisme baroque’n’roll, et brillamment soutenues par une rythmique performante, qui ne cherche jamais à en faire des tonnes, et lorsque le Heavy syncopé parvient à se faire une place, le résultat est plus que satisfaisant, à l’image de ce killer « My Kingdom For A Day », qui s’il n’a rien à voir avec les FAITH NO MORE, adopte les tics de la même décade. Non anglophones d’origines, les BARROS se perdent parfois dans la naïveté de textes consacrés à l’amour mais aussi à l’humanité, qui s’expriment dans un lexique assez simple, mais qui s’intègrent parfaitement à une musique assez naïve elle aussi, sans sens péjoratif. Pas mal de fraicheur donc, et quelques tentatives plus osées, comme ce feutré « Live Before We Die », suintant de bons sentiments et de philosophie Carpe Diem simpliste, mais sincère. De temps à autres, le quatuor joue la carte de la franchise, et propose un Hard Rock solide légèrement Sleaze sur les bords, mais évitant le fardage d’un maquillage un peu trop prononcé (« A Love That Shines », sorte de digression sur un thème HAREM SCAREM par la vague Glam des années 90). More Humanity Please... est donc à l’image de son titre, et joue le jeu de l’honnêteté musicale tout en affirmant son identité sans trembler.

Le title-track lui-même est d’ailleurs plus volontiers encadré par un Classic Rock typiquement ricain, et suggère des liens avec les DEL AMITRI, les MATCHBOX TWENTY, tout en gardant l’âpreté d’un Hard Rock musclé se réveillant sur le refrain. Et si la production manque légèrement d’ampleur sur les passages les plus musclés, elle se révèle riche et pleine sur les instants les plus modulés, et le choc entre les deux visages n’en est que plus intéressant. En l’état, rien ne nous permet d’affirmer que ce projet se montrera viable ou restera à l’état d’anecdote charmante, mais en appréciant le final AOR nerveux « How Does It Feel », j’espère sincèrement que les BARROS poursuivront encore un peu leur chemin, en gommant quelques erreurs de jeunesse naturelles, sans perdre de leur spontanéité. Imparfait mais frais, aussi futile que séduisant, cet album semble incarner la bande son parfaite d’un été qui se rappelle de sa propre jeunesse sans oublier dans quelle époque il vit.    

       

Titres de l'album:

                         01. My Everything

                         02. Disconnect

                         03. Kingdom For A Day

                         04. Take Me As I Am

                         05. Tearing Us Apart

                         06. When It Rains It pours

                         07. Live Before We Die

                         08. A love That Shines

                         09. More Humanity Please

                         10. How Does It Feel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/07/2018 à 18:50
75 %    344

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)