Voir son album mixé et masterisé par le grand Harry Hess lui-même, en termes de Hard Rock mélodique, confère la même caution qu’un son élaboré par Kurt Ballou et trituré par Brad Boatright lorsqu’on joue du Hardcore. C’est une sorte de sticker virtuel qu’on appose sur la pochette d’un album qui semble dire « attention, celui-là vaut le coup d’oreilles ». Certes, certaines obligations contractuelles et autres histoires d’affinités peuvent fausser ce jugement, mais globalement, le leader de HAREM SCAREM ne travaille jamais sur des projets qui ne lui parlent pas, ce qui fait de ce LP de BARROS une curiosité pour le moins, et une réussite dans le meilleur des cas. La vérité dans ce cas précis se situant à mi-chemin entre les deux possibilités, chacun se fera sa propre opinion. Le combo ne sortant pas de nulle part, gageons que les accointances professionnelles ont légèrement influé sur le destin d’une œuvre qui si elle ne révolutionne guère le petit monde du Rock mélodique, y apporte sa non négligeable contribution. Formé par le guitariste Paulo Barros de TARENTULA, gang versé dans le Power Metal plutôt puissant et efficace, BARROS est une sorte de liaison entre les époques, et de pont entre les styles, qui refuse la facilité d’un AOR radiophonique un peu trop immédiat en y insufflant des références typiquement 90’s. Dès lors, inutile de vous attendre à un énième album que les italiens de Frontiers auraient pu produire, même si le label des portugais se situe lui aussi dans le même pays. Les choix présentent des similitudes, mais aussi pas mal de différences, puisque l’optique abordée par les lusophones semble plus nuancée, moins ouvertement Heavy/Hard/FM, et plus encline à moduler son inspiration pour lui faire épouser les contours d’un crossover entre les décades.

Quatuor estimable (Paulo Barros - guitare, Ray Van D - chant, Pico Moreira - batterie et Vera Sa - basse), BARROS s’évertue à piocher dans l’héritage d’un HAREM SCAREM en pleine mutation RUBBER, en admettant que le Rock alternatif des nineties a joué un grand rôle dans la transformation du Heard Rock des années 80. On retrouve donc dans leur musique une ambivalence intéressante, les plaçant en interférence entre Rock et Grunge, un peu comme si les BUSH et autres SOUL ASYLUM découvraient les joies du Big Rock seventies de PEARL JAM en lisant un songbook de WHITESNAKE. C’est assez séduisant sur le papier, un peu moins musicalement, car les portugais semblent constamment hésiter à prendre position. Pas forcément à l’aise avec leur choix, les musiciens délivrent toutefois une solide performance, parfois redondante, parfois un peu anonyme, mais terriblement intéressante et attachante. Si le talent de Paul Barros n’est plus à prouver, il a su s’entourer d’une équipe solide, et notamment d’un chanteur qui aurait eu sa place dans les combos les plus marqués par la vague Post-MTV, et qui offre une certaine modulation dans ses parties vocales. On a même parfois le sentiment d’écouter un Hard Rock moderne d’il y a vingt ou vingt-cinq ans, lorsque les héros des 80’s tentaient de se faire une place au soleil des 90’s. C’est assez manifeste sur un morceau comme « When It Rains It Pours », qui tente de traduire le vocable du HAREM SCAREM de Mood Swings dans le langage putassier du SKIDROW de Subhuman Race. Même mélodies moins évidentes et plus amères, même envie de s’adapter à l’air du temps sans vraiment renoncer à son crédo d’origine, pour un résultat à la lisière du Rock alternatif, en dépit de mélodies symptomatiques du Melodic Rock le plus classique.

La patte HAREM SCAREM est quasiment omniprésente, sur les morceaux les plus évidents qui transpirent du savoir-faire d’Harry et Pete, savoir-faire qui est systématiquement traduit dans un langage différent, plus rugueux mais moins Heavy, moins mélodique mais plus déviant. L’ouverture « My Everything » en est une des illustrations les plus probantes, amplifiée par une production sèche et rugueuse, qui permet au groupe de ne pas glisser du côté AOR où il risque de s’engluer. Les interventions en solo de Paul sont toujours aussi pertinentes, empreintes de classicisme baroque’n’roll, et brillamment soutenues par une rythmique performante, qui ne cherche jamais à en faire des tonnes, et lorsque le Heavy syncopé parvient à se faire une place, le résultat est plus que satisfaisant, à l’image de ce killer « My Kingdom For A Day », qui s’il n’a rien à voir avec les FAITH NO MORE, adopte les tics de la même décade. Non anglophones d’origines, les BARROS se perdent parfois dans la naïveté de textes consacrés à l’amour mais aussi à l’humanité, qui s’expriment dans un lexique assez simple, mais qui s’intègrent parfaitement à une musique assez naïve elle aussi, sans sens péjoratif. Pas mal de fraicheur donc, et quelques tentatives plus osées, comme ce feutré « Live Before We Die », suintant de bons sentiments et de philosophie Carpe Diem simpliste, mais sincère. De temps à autres, le quatuor joue la carte de la franchise, et propose un Hard Rock solide légèrement Sleaze sur les bords, mais évitant le fardage d’un maquillage un peu trop prononcé (« A Love That Shines », sorte de digression sur un thème HAREM SCAREM par la vague Glam des années 90). More Humanity Please... est donc à l’image de son titre, et joue le jeu de l’honnêteté musicale tout en affirmant son identité sans trembler.

Le title-track lui-même est d’ailleurs plus volontiers encadré par un Classic Rock typiquement ricain, et suggère des liens avec les DEL AMITRI, les MATCHBOX TWENTY, tout en gardant l’âpreté d’un Hard Rock musclé se réveillant sur le refrain. Et si la production manque légèrement d’ampleur sur les passages les plus musclés, elle se révèle riche et pleine sur les instants les plus modulés, et le choc entre les deux visages n’en est que plus intéressant. En l’état, rien ne nous permet d’affirmer que ce projet se montrera viable ou restera à l’état d’anecdote charmante, mais en appréciant le final AOR nerveux « How Does It Feel », j’espère sincèrement que les BARROS poursuivront encore un peu leur chemin, en gommant quelques erreurs de jeunesse naturelles, sans perdre de leur spontanéité. Imparfait mais frais, aussi futile que séduisant, cet album semble incarner la bande son parfaite d’un été qui se rappelle de sa propre jeunesse sans oublier dans quelle époque il vit.    

       

Titres de l'album:

                         01. My Everything

                         02. Disconnect

                         03. Kingdom For A Day

                         04. Take Me As I Am

                         05. Tearing Us Apart

                         06. When It Rains It pours

                         07. Live Before We Die

                         08. A love That Shines

                         09. More Humanity Please

                         10. How Does It Feel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/07/2018 à 18:50
75 %    277

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.