More Humanity Please...

Barros

29/06/2018

Rockshots Records

Voir son album mixé et masterisé par le grand Harry Hess lui-même, en termes de Hard Rock mélodique, confère la même caution qu’un son élaboré par Kurt Ballou et trituré par Brad Boatright lorsqu’on joue du Hardcore. C’est une sorte de sticker virtuel qu’on appose sur la pochette d’un album qui semble dire « attention, celui-là vaut le coup d’oreilles ». Certes, certaines obligations contractuelles et autres histoires d’affinités peuvent fausser ce jugement, mais globalement, le leader de HAREM SCAREM ne travaille jamais sur des projets qui ne lui parlent pas, ce qui fait de ce LP de BARROS une curiosité pour le moins, et une réussite dans le meilleur des cas. La vérité dans ce cas précis se situant à mi-chemin entre les deux possibilités, chacun se fera sa propre opinion. Le combo ne sortant pas de nulle part, gageons que les accointances professionnelles ont légèrement influé sur le destin d’une œuvre qui si elle ne révolutionne guère le petit monde du Rock mélodique, y apporte sa non négligeable contribution. Formé par le guitariste Paulo Barros de TARENTULA, gang versé dans le Power Metal plutôt puissant et efficace, BARROS est une sorte de liaison entre les époques, et de pont entre les styles, qui refuse la facilité d’un AOR radiophonique un peu trop immédiat en y insufflant des références typiquement 90’s. Dès lors, inutile de vous attendre à un énième album que les italiens de Frontiers auraient pu produire, même si le label des portugais se situe lui aussi dans le même pays. Les choix présentent des similitudes, mais aussi pas mal de différences, puisque l’optique abordée par les lusophones semble plus nuancée, moins ouvertement Heavy/Hard/FM, et plus encline à moduler son inspiration pour lui faire épouser les contours d’un crossover entre les décades.

Quatuor estimable (Paulo Barros - guitare, Ray Van D - chant, Pico Moreira - batterie et Vera Sa - basse), BARROS s’évertue à piocher dans l’héritage d’un HAREM SCAREM en pleine mutation RUBBER, en admettant que le Rock alternatif des nineties a joué un grand rôle dans la transformation du Heard Rock des années 80. On retrouve donc dans leur musique une ambivalence intéressante, les plaçant en interférence entre Rock et Grunge, un peu comme si les BUSH et autres SOUL ASYLUM découvraient les joies du Big Rock seventies de PEARL JAM en lisant un songbook de WHITESNAKE. C’est assez séduisant sur le papier, un peu moins musicalement, car les portugais semblent constamment hésiter à prendre position. Pas forcément à l’aise avec leur choix, les musiciens délivrent toutefois une solide performance, parfois redondante, parfois un peu anonyme, mais terriblement intéressante et attachante. Si le talent de Paul Barros n’est plus à prouver, il a su s’entourer d’une équipe solide, et notamment d’un chanteur qui aurait eu sa place dans les combos les plus marqués par la vague Post-MTV, et qui offre une certaine modulation dans ses parties vocales. On a même parfois le sentiment d’écouter un Hard Rock moderne d’il y a vingt ou vingt-cinq ans, lorsque les héros des 80’s tentaient de se faire une place au soleil des 90’s. C’est assez manifeste sur un morceau comme « When It Rains It Pours », qui tente de traduire le vocable du HAREM SCAREM de Mood Swings dans le langage putassier du SKIDROW de Subhuman Race. Même mélodies moins évidentes et plus amères, même envie de s’adapter à l’air du temps sans vraiment renoncer à son crédo d’origine, pour un résultat à la lisière du Rock alternatif, en dépit de mélodies symptomatiques du Melodic Rock le plus classique.

La patte HAREM SCAREM est quasiment omniprésente, sur les morceaux les plus évidents qui transpirent du savoir-faire d’Harry et Pete, savoir-faire qui est systématiquement traduit dans un langage différent, plus rugueux mais moins Heavy, moins mélodique mais plus déviant. L’ouverture « My Everything » en est une des illustrations les plus probantes, amplifiée par une production sèche et rugueuse, qui permet au groupe de ne pas glisser du côté AOR où il risque de s’engluer. Les interventions en solo de Paul sont toujours aussi pertinentes, empreintes de classicisme baroque’n’roll, et brillamment soutenues par une rythmique performante, qui ne cherche jamais à en faire des tonnes, et lorsque le Heavy syncopé parvient à se faire une place, le résultat est plus que satisfaisant, à l’image de ce killer « My Kingdom For A Day », qui s’il n’a rien à voir avec les FAITH NO MORE, adopte les tics de la même décade. Non anglophones d’origines, les BARROS se perdent parfois dans la naïveté de textes consacrés à l’amour mais aussi à l’humanité, qui s’expriment dans un lexique assez simple, mais qui s’intègrent parfaitement à une musique assez naïve elle aussi, sans sens péjoratif. Pas mal de fraicheur donc, et quelques tentatives plus osées, comme ce feutré « Live Before We Die », suintant de bons sentiments et de philosophie Carpe Diem simpliste, mais sincère. De temps à autres, le quatuor joue la carte de la franchise, et propose un Hard Rock solide légèrement Sleaze sur les bords, mais évitant le fardage d’un maquillage un peu trop prononcé (« A Love That Shines », sorte de digression sur un thème HAREM SCAREM par la vague Glam des années 90). More Humanity Please... est donc à l’image de son titre, et joue le jeu de l’honnêteté musicale tout en affirmant son identité sans trembler.

Le title-track lui-même est d’ailleurs plus volontiers encadré par un Classic Rock typiquement ricain, et suggère des liens avec les DEL AMITRI, les MATCHBOX TWENTY, tout en gardant l’âpreté d’un Hard Rock musclé se réveillant sur le refrain. Et si la production manque légèrement d’ampleur sur les passages les plus musclés, elle se révèle riche et pleine sur les instants les plus modulés, et le choc entre les deux visages n’en est que plus intéressant. En l’état, rien ne nous permet d’affirmer que ce projet se montrera viable ou restera à l’état d’anecdote charmante, mais en appréciant le final AOR nerveux « How Does It Feel », j’espère sincèrement que les BARROS poursuivront encore un peu leur chemin, en gommant quelques erreurs de jeunesse naturelles, sans perdre de leur spontanéité. Imparfait mais frais, aussi futile que séduisant, cet album semble incarner la bande son parfaite d’un été qui se rappelle de sa propre jeunesse sans oublier dans quelle époque il vit.    

       

Titres de l'album:

                         01. My Everything

                         02. Disconnect

                         03. Kingdom For A Day

                         04. Take Me As I Am

                         05. Tearing Us Apart

                         06. When It Rains It pours

                         07. Live Before We Die

                         08. A love That Shines

                         09. More Humanity Please

                         10. How Does It Feel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/07/2018 à 18:50
75 %    869

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19