A force d’en parler, il allait bien falloir en parler. Vraiment. Je veux dire, en l’écoutant, avec attention, avec passion, avec toute la déférence due à une légende, mais aussi avec le recul qu’inspire le respect suscité par une carrière (presque) sans failles.

Et comme c’est au pied du pit qu’on voit le mieux le thrasheur, les idoles d’antan et d’aujourd’hui ont toujours bonne mine. 1984/2017, qui peut se targuer d’avoir traversé trois décennies de bruit, de fureur et d’énergie sans y avoir laissé quelques plumes de créativité en route ?

KREATOR peut-être, que beaucoup, à l’instar des TESTAMENT et SLAYER, voient comme les seuls garants de la cause Thrash. Alors quoi, le deal c’est quoi finalement ? Rester bloqué sur les sempiternels classiques, les comparer et s’apercevoir qu’ils n’auront jamais d’égal dans la discographie des Allemands ? Mais qui a dit que Mille et Jürgen avaient envie de répéter ad vitam aeternam la même recette de violence jusqu’à l’overdose ? Ni eux, ni moi, ni leurs vrais fans. Et c’est justement à eux que je fais un appel du pied ce matin, à eux, et à ceux qui pensent que le Metal radical a encore des beaux jours de catastrophes devant lui.

Et tiens, c’est bien de ça dont Mille parle, de ce monde à la dérive qui ressemble à une tragédie Grecque, avec des Dieux élevés au rang de dictateurs de la pensée, qui nous poussent à nous détruire à petit feu…Car après tout, ces fameux « Dieux de la violence », c’est nous, et…les autres…

Il était parti d’un concept, il finit par un concept. Non thématique, mais métaphorique. Celui qui impose une bande d’Allemands furieux en créateurs d’un dogme que personne n’osera remettre en question. Alors certes, beaucoup d’esprits chagrins vous diront que KREATOR depuis le début des années 2000 se contente de faire du KREATOR, mais je ne suis pas certain que leurs admirateurs leur demandent de faire autre chose.

En guise d’avant-bouche, cédant à cette nouvelle mode de la vidéo à tout va, nous avons eu droit à une poignée de titres, largement diffusés sur les plateformes sociales, et les analyses de comptoir allaient bon train. Si « Gods Of Violence », le morceau, semblait déchaîner les passions, « Satan Is Real » offrait des réactions plus mitigées. Un peu trop mélodique sur les bords, avec cette Göteborg touch qui finalement, n’allait pas comme un gant à Mille et sa bande.

Mais aujourd’hui, et depuis quelques jours, l’album est là. Alors terminons-en avec ces discussions de coins de table, et…parlons-en.        

Aux dernières nouvelles, le quatuor nous avait laissé sur un Phantom Antechrist il y a cinq ans, qui n’offrait rien de neuf, mais qui perpétuait la légende avec flair. Entre temps, une allusion aux années Noise, un EP bâtard offert en cadeau avec un magazine célèbre, et puis, de l’attente. Beaucoup d’attente. Et finalement, ce résultat, qui se veut analyse objective d’une civilisation qui vit peut-être ses derniers instants, rythmés par un Metal torride et chauffé à bloc et à blanc, et qui pourrait représenter la bande son idéale d’un Armageddon inévitable. Gods Of Violence, en l’état, et au même niveau que son prédécesseur, se veut résumé parfait de la carrière de ces jeunes chiens fous Thrash qui un beau jour de 1986 ont lâché à la face du monde leur intention de tuer, et d’y prendre du plaisir.

Aujourd’hui, KREATOR ne veut plus tuer personne, mais regarde le monde le faire à sa place…Et fait un survol de son parcours, avec des arrêts sur les cases Endorama, Renewal, Violent Revolution et Hordes Of Chaos, en prenant grand soin d’éviter le radicalisme de ses premières œuvres pour oser un challenge un peu fou, celui de marcher en équilibre sur la ligne Thrash en tenant fermement cette branche symphonique et mélodique qui coupe à peine le ciel en deux.

Ce quatorzième album, produit une fois de plus par Jens Bogren (OPETH, KATATONIA, AMON AMARTH, SYMPHONY X), laisse transparaitre un casting haut de gamme, avec présence d’un chœur, de musiciens additionnels (Boris Pfeiffer d’IN EXTREMO à la cornemuse, le jeune Tekla-Li Wadensten à la harpe, à peine plus d’une dizaine d’années, Dagobert Jäger au chant), et bien sûr les quatre héros de l’apocalypse, dont le line-up n’a pas changé depuis des années, avec la présence des deux lieutenants Christian Giesler à la basse et Sami Yli-Sirniö à la lead.

Mais toutes ces données ne doivent pas occulter le point le plus important ce de nouvel effort studio. Son contenu. Et si celui-ci pourra désappointer les plus radicaux, il saura enchanter et rassurer les plus modérés, les plus passionnés, les plus collés, accolés, les moins objectifs et les plus exigeants, puisqu’il faut bien admettre, partialité mise à part, qu’il représente une sorte de point de culminance dans la carrière de KREATOR post 2000.

On y retrouve tout ce qui fait l’attrait des originaires d’Essen depuis les années 90. Cette façon d’aborder le Thrash sans compromis, d’expérimenter des terrains défrichés, une propension à injecter une grosse dose de mélodie dans la folie instrumentale ambiante, mais aussi de l’ambition, de la création, et pas mal d’abnégation. Doté d’un son made in First Neo Death Wave Of Swedish Death Metal, Gods Of Violence à la grandiloquence et la violence de la mythologie grecque, transposées dans un contexte contemporain. Alors, les brutales accélérations, les passages en mid qui mettent la pression, les intros délicates et les progressions harmoniques qui éclatent soudain au fracas d’un solo stellaire, tout est là, et bien là, agencé avec beaucoup d’intelligence via une succession de morceaux au-dessus de tout soupçon qui nous mènent presque à l’heure d’écoute.

Et sans vouloir jouer les esprits chagrins, admettons que même si Mille et Ventor sont restés sur une ligne de conduite médiane, ils ont signé là un de leurs magnum opus dont personne – y compris les abrutis restés perchés sur leurs vinyles d’Endless Pain et Pleasure To Kill – ne pourra remettre en cause la qualité ou la pertinence. Et à l’heure ou TESTAMENT met tout le monde à terre et METALLICA jette les graines de la discorde comme ils ont toujours su le faire, KREATOR s’en bat les saccades et avance à son rythme pour tous nous faire taire…ou gueuler comme des veaux, au contraire.

Evacuons d’office les titres déjà connus et repris par cœur. « Gods Of Violence » et sa déclaration d’intention Thrash pourtant introduite de cordes classiques subtiles, son break écrasant  et son phrasé dément, « Satan Is Real » qui de ses harmonies un peu mièvres nous persuade que nous avons-nous même créé notre diable à force d’y croire, ainsi que le terrassant « Totalitarian Terrror », le plus vilain du lot, qui concassait tout de sa double grosse caisse mitraillette et de ses couplets nous ramenant au temps béni d’Extreme Agression en le saluant d’arrangements scandinaves un peu Power sur les bords, fleurissant sur un refrain terriblement emprunté aux AT THE GATES et autres SOILWORK des jours de fête.

De son côté, « Fallen Brother » jouait l’efficacité médium en calquant son thème et son rythme sur le « Drive By Shooting » de GZR, sans pourtant se la jouer Néo, en plaçant un refrain typiquement allemand aux accents guerriers un peu usés, mais percutants au demeurant.

Une fois ceci fait, il nous restait quand même la bagatelle de sept titres inécoutés, mais plus qu’écoutables

 

Et comme on n’introduit pas une bande son de fin du monde en tapant dans ses mains près d’un feu de bois, même dans la Ruhr, l’intro « Apocalypticon » se la joue Star Wars avec son emphase militaire et ses velléités symphoniques qui en disent long sur la débauche de violence à venir. Et cette violence trouve sa concrétisation dans un « World War Now » qui pioche dans le répertoire du AT THE GATES de « Blinded By Fear », pour mieux rappeler aux étourdis que la créature KREATOR était là avant tout le monde. Phrasé net et précis, batterie en coup fourré, et refrain hystérique, c’est un travail léché, un peu trop diront certains, mais qui convainc sans trop forcer.

Mais comme Gods Of Violence joue sur l’ambivalence d’un Thrash dilué d’un Heavy progressif ample, « Hail To The Hordes » appuie sur les nuances et tente le coup du pamphlet à la ACCEPT revu et corrigé par l’école de la rue d’Essen, et se concentre sur les parias, les rejetés, qu’il accueille dans son giron pour une ronde malmenée, efficace mais un peu éculée.

Le travail en solo de Sami Yli-Sirniö est tout de même remarquable, et ce, tout au long de l’album, et sauve de ses interventions les quelques errances qui tournent un peu en rond, comme sur ce « Army of Storm » qui une fois de plus mâtine le radicalisme d’une propension à l’euphémisme Heavy brutalement arraché du ciel par des couplets Thrash sans pareil. Une fois encore, un refrain fédérateur nous rassemble tous autour de quelques notes plus subtiles, notes que l’on retrouve en masse en écoulement de « Lion With Eagle Wings », sur lequel Mille susurre en acoustique avant que l’apocalypse n’en fasse éclater la bulle de cristal supposée nous protéger. On pense BLIND GUARDIAN, on pense DRAGONFORCE, mais finalement, on hurle KREATOR, puisque c’est bien de ça dont il s’agit….

Alors non, tout n’est pas parfait, tout n’est pas bon, certaines idées déjà pas forcément pertinentes à la base sont recyclées, mais quand même…Comment ne pas rester admiratif devant ce vaisseau qui n’a jamais baissé son pavillon alors même que ses contemporains lâchaient l’affaire pour de bon…

Qui mieux que KREATOR peut se poser en parangon d’un style dont on soulignait avec raillerie le côté éphémère alors même qu’il venait juste de pousser ses premiers cris ? SEPULTURA évidemment, TESTAMENT éventuellement, mais en dehors de ça.

La leçon à tirer de Gods Of Violence ? Que notre monde se meurt de n’avoir pas su accepter l’inéluctabilité de sa propre nature, et que KREATOR fut, est, et sera toujours une valeur sûre. Je me souviens de cette chronique de Sabouret ou Georges Amann à l’occasion de la sortie de Terrible Certainty il y a trente ans, dans les colonnes de Hard-Rock Magazine. Médusé par la violence et l’entêtement dont faisaient preuve ces jeunes musiciens, le journaliste hébété se posait cette question :

« On se demande simplement jusqu’où ça ira… »

 Trente ans plus tard, tu as ta réponse. Ici, et maintenant. Et personne, même pas Mille ou Ventor à l’époque n’aurait pu la connaître. D’une douleur éternelle ont émergé des Dieux de violence. Et ça n’est qu’un juste retour des choses…


Titres de l'album:

  1. Apocalypticon
  2. World War Now
  3. Satan Is Real
  4. Totalitarian Terror
  5. Gods of Violence
  6. Army Of Storms
  7. Hail To The Hordes
  8. Lion With Eagle Wings
  9. Fallen Brother
  10. Side By Side
  11. Death Becomes My Light

Site officiel



par mortne2001 le 01/02/2017 à 11:00
80 %    464

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


BozKiller
@92.107.80.128
03/02/2017 à 14:00:24
Grand fan devant l'eternel de Kreator, je suis à la fois enchanté de ce nouvel album, mais aussi bien déçu.
Déçu, car il n'apporte rien de neuf par rapport aux 3 précédantes offrandes. on se retrouve en terrain largement connu. Mais on a l'habitude aujourd hui, cf Arch Enemy, Amon Amarth, etc...

Mais excité comme Rocco le soir car c est Kreator putain, et qu ils ont la niaque, et qu'ils savent pondre des putains de hits! Leurs melodies font mouche, leurs rythmiques typiques et typées font mouche aussi. Mille chante toujours aussi bien, et est inimittable. il ya quelques moments moins bons, mais c'est pas bien grave :) Au final c'est une bonne baffe qui donne la patate et le sourire! Yeah!!!

Humungus
membre enregistré
03/02/2017 à 23:47:51
1) "Ils ont signé là un de leurs magnum opus dont personne – y compris les abrutis restés perchés sur leurs vinyles d’Endless Pain et Pleasure To Kill – ne pourra remettre en cause la qualité ou la pertinence"...
Bah l'abruti que je suis remet totalement en cause la qualité de cet album.
A si ! Y'a la pochette qui est bien. Et encore... C'est parce que c'est un plagiat quasi éhonté de "South of Heaven".
2) "Et à l’heure ou TESTAMENT met tout le monde à terre"...
Bah non. Toujours pas désolé.
3) "On pense BLIND GUARDIAN, on pense DRAGONFORCE"...
Ah là ouais !!!
C'est ce à quoi m'a fait pensé cette galette : Du Power.
Et autant ne pas vous le cacher : Je déteste ce style.
4) "Qui mieux que KREATOR peut se poser en parangon d’un style dont on soulignait avec raillerie le côté éphémère alors même qu’il venait juste de pousser ses premiers cris ? SEPULTURA évidemment, TESTAMENT éventuellement, mais en dehors de ça"...
Bah SLAYER tout bêtement.
Et quand on voit le "caca-Thrash technique" que nous a sorti SEPULTURA dernièrement, c'est d'autant plus évident.

Bref, navré d'être aussi bougon, mais vu que je ne suis d'accord en rien avec ta chronique mortne2001 (qui est pourtant foutrement bien écrite et étoffée).

Simony
membre enregistré
04/02/2017 à 08:53:18
Perso j'avoue ne pas accrocher à ce nouveau disque de KREATOR non plus alors qu'un Hordes Of Chaos et compagnie me secouait bien la tête (sans parler des standards du début de carrière) et c'est certainement cette facette Heavy Power qui me rebute, je suis pas fan, mais alors pas fan du tout de DRAGONFORCE, ceci expliquant peut-être cela.
Ceci dit, je reconnais le talent d'écriture de ce groupe qui ne me déçoit en rien puisqu'il ne fait que suivre sa route, un choix que je respecte au plus haut point, je passe celui-ci et on verra le prochain... et c'est la même chose pour TESTAMENT dont le dernier ne m'a pas plus convaincu que ça alors que The Formation Of Damnation m'avait retourné.

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.