15 Pearls And Gems

Hartmann

24/04/2020

Pride And Joy Music

Il y a des noms comme ça, qui vous évoquent forcément quelque chose…Celui d’HARTMANN ne peut donc pas vous être inconnu si vous êtes fan de Hard-Rock et de Heavy Metal, sous leurs aspect les plus traditionnels. Car HARTMANN, c’est Oliver Hartmann, l’un des musiciens allemands les plus respectés de sa génération, et pour cause, eu égard à un palmarès impressionnant. On retrouve son nom et son talent derrière les AT VANCE, avec lesquels il a accumulé les succès jusqu’aux années 2000, mais on retrouve aussi sa patte sur la discographie des immanquables AVANTASIA, l’un des plus gros projets internationaux de ces dernières années. Le musicien aurait pu s’arrêter là, convaincu du travail exemplaire accompli, mais c’eut été sans compter sur sa boulimie de travail qui l’a vu rejoindre le concept ROCK MEETS CLASSIC, mais aussi le cover band de PINK FLOYD allemand, ECHOES. Et comme si tout ce travail n’était pas suffisant à ses yeux, le chanteur/guitariste a aussi trouvé le moyen de lancer à l’orée des années 2000 un projet sous son propre nom… HARTMANN a donc entamé les hostilités discographiques en 2005 avec la parution de son premier long, Out in the Cold, signe du départ d‘une des carrières les plus stables de l’industrie musicale allemande, rapidement suivi d’autres chapitres, dont Home, Balance, ou la compilation The Best is Yet to Come en 2013. En 2018, Hands On The Wheel fut le dernier témoignage du groupe, et c’est par la petite porte qu’il revient aujourd’hui, avec un nouvel album qui n’en est pas vraiment un, au format en triptyque un peu bâtard. 15 Pearls And Gems est donc comme son titre l’indique une sorte de cadeau à l’intention des fans, non un simple résumé des années parcourues (The Best is Yet to Come est là pour ça), mais plutôt un collage des différents visages du groupe, avec un découpage en trois parties inégales, mais d’intérêt pour ceux qui suivent la carrière de l’allemand depuis le début.

Les trois segments de ce nouvel album sont donc constitués de cinq inédits (ou presque dans un cas), de cinq reprises diverses et variées, et de cinq titres live, ce qui permet d’apprécier les différentes facettes d’un groupe qui aime tout autant s’amuser que consolider sa fanbase. Coproduit par le compère Sascha Paeth (AVANTASIA, BEYOND THE BLACK, KAMELOT), 15 Pearls And Gems célèbre donc plus ou moins les quinze ans de carrière du groupe, avec une splendide édition digipack à venir, mais doit s’appréhender comme un cadeau d’Oliver à son public, et comme une curiosité pour les autres. Il en est une assurément, avec son format étrange et hybride, mais malgré ce qui pourrait passer pour un handicap, il n’en reste pas moins une entrée originale dans la carrière du groupe, permettant de distinguer ses différents visages. Admettons-le immédiatement, ce qui n’est d’ailleurs pas forcément bon, les inédits ne représentent pas l’intérêt majeur de cette réalisation. Alors qu’en général les compositions sont censées faire la force d’un album « sampler », elles ne sont ici que des intermèdes en attendant le plus consistant, malgré quelques bonnes tentatives. Mais autant être franc, les quatre morceaux sentent un peu le réchauffé d’une carrière déjà bien remplie, et sentent le brûlé de leftovers qui n’auraient pas forcément du finir sur un album officiel. Reconnaissons-leur au moins le mérite de proposer un panaché des styles abordés par le groupe depuis le début de sa carrière, avec en ouverture, une vraie bonne surprise avec « Can't Stop This Train », sorte d’archétype de Heavy à l’allemande joué comme du Hard-Rock américain. Vrai bon morceau qui rappelle d’ailleurs Rick Springfield mais aussi BONFIRE, CINDERELLA, c’est une entrée en matière très travaillée qui permet d’apporter une fraîcheur indéniable à cette fausse compilation. De là, il y en a pour tous les goûts, avec du gros Hard qui fait bouger les meubles (« Walking On A Thin Line »), une ballade assez emphatique qui rappelle que les germains ont été les premiers à comprendre leur importance sur le marché (« How Does It Feel », très jolie blue-song qui n’aurait pas dépareillé au catalogue de SCORPIONS ou AXEL RUDI PELL), un gros Heavy qui ne tâche pas mais qui assume complètement ses racines bluesy à la WHITESNAKE/DEEP PURPLE/DIO (« You Will Make It »), et une nouvelle version d’un classique du répertoire du groupe, « Glow », s’offrant un remix 2020 ne présentant pas un intérêt majeur.

Les reprises sont généralement les friandises les plus appréciées de ce genre de pot-pourri, qui ne l’est pas vraiment d’ailleurs, et les fans et curieux de se jeter immédiatement sur l’appropriation incongrue de la scie radiophonique « When The Rain Begins To Fall » du tandem Jackson/Zadora, qui fit les beaux jours du Top 50, moins celle des amateurs de cinéma de qualité. Entonnée avec l’aide vocale de la flamboyante Ina Morgan, sœur d’arme des rangs AVANTASIA, l’appropriation respecte le format Pop de l’originale, en abusant de claviers ludiques, mais sans oublier de corser le tout d’une distorsion bienvenue. Le résultat est donc à la hauteur des classiques Pop repris Hard par l’industrie d’outre-Rhin, ne manque pas d’entrain, et reste un plaisir sucré un peu corsé parfaitement délicieux. Autre surprise, le « Street Cafe » des australiens d’ICEHOUSE,  classique de l’Electro-Pop australe de l’orée des années 80, lâchée en 1982 et trouve ici un éclairage beaucoup moins exposé aux néons et plus dans le clair-obscur d’un WHITESNAKE de 1987. Pas moins heureuse, la relecture du « Uninvited » d’Alanis MORISSETTE se voit transfigurée d’une grandiloquence toute en émotion et parcimonie de claviers, et reste la vraie surprise de ce chapitre de reprises, comme si elle sortait d’un cover album d’AVANTASIA. Belle réussite que cette adaptation, qui prend aux tripes et qui développe de belles nuances. Pour conclure, « I Go To Extremes » reste fidèle à son modèle, se veut évidemment plus amplifiée, mais n’apporte pas grand-chose à l’original.

Le tome live permet d’apprécier des classiques du répertoire du groupe dans des conditions optimales, et le groupe lâche les watts et le groove, sonnant presque comme en studio, avec toutefois un regain d’énergie très ZEP sur « The Sun's Still Rising ». Ces quelques morceaux sont aussi l’occasion de retrouver les amis Tobias Sammet & Sascha Paeth, venus très logiquement apporter leur soutien sur « Brothers ». « Out In The Cold » permet de renouer avec les premières années de HARTMANN, et on retrouve avec délice ce mélange de mélodies et de puissance allemande, qui avec les années a appris de la délicatesse précieuse du Hard US des années 80. 15 Pearls And Gems n’est donc pas un album qui permettra au néophyte de pénétrer les arcanes de HARTMANN, mais un joli cadeau adressé aux fans qui ne manqueront pas de remercier leur groupe fétiche pour ça.            

                                                                                                      

Titres de l’album :

01. Can't Stop This Train

02. Walking On A Thin Line

03. How Does It Feel

04. You Will Make It

05. Glow (remix version 2020)

06. When The Rain Begins To Fall (ft. Ina Morgan)

07. Street Cafe

08. I Go To Extremes

09. Uninvited

10. Fire And Water

11. The Sun's Still Rising (live)

12. What If I (live)

13. Don't Give Up Your Dream (live)

14. Brothers (live - ft. Tobias Sammet & Sascha Paeth)

 15. Out In The Cold (live)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/09/2020 à 17:57
78 %    425

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33

Jack

Dear French Friends,Kat without Roman Kostrzewski but with Piotr Luczyk is like Metallica without James Hetfield but with Kirk Hammett. If you want listen to REAL successor of this legendary band, just listen to Kat & Roman Kostrzewski right here:

14/09/2021, 07:57

Gargan

Un gros plus, le chant en français. Faut quand même aller le chercher chez des irréductibles cousins, arf..

14/09/2021, 07:20

Adam

Luczyk its not human , its total shit

14/09/2021, 07:03

666

No one cares about this pathetic imitation of KAT. Luczyk has no respect for the band's history and legacy, he should be forgotten. 

14/09/2021, 00:14

TO ALL INTERNATIONAL READERS WHO TRY TO GET WHAT\'S GOING ON WITH ALL THESE COMMENTS:

Piotr Luczyk has written many VERY disrespectful words on Roman Kostrzewski, an original KAT vocalist who was diagnosed with cancer recently. Fans & friends of Roman organize an event and a special record to fundraise money for a fight with his disease, Luczyk called it a business move and &q(...)

13/09/2021, 21:44

Jobi Joba

Et vous pariez combien que ces espèces de tanches de youtube viendront pleurer dès que le metal aura mauvaise presse? Avec des zobs pareils, pas étonnant que le metal ne soit pas pris au sérieux.

13/09/2021, 20:43

Gargan

Si encore c'était en hommage à un fameux guitariste...

13/09/2021, 20:30

Emoji Crotte lol rofl

"kk" metal  et "jmechitsu" dès la minute, c'est rédhibitoire pour mon humour de plus de 40 ans. C'est dommage, j'aurais bien écouté les intervenants et ce qu'ils ont à dire, mais c'est ce genre d'humour, c&a(...)

13/09/2021, 15:04

Orphan

Ces clips en 2021.....putain j'en peu plus....

13/09/2021, 11:40