Ou aurait tendance à penser à tort que la Finlande est le pays du Rock, du Hard-Rock un peu Sleaze, de l’AOR ou du Vintage, ou même la terre de naissance des LORDI, ces vainqueurs improbables de l’Eurovision.

Si toutes ces assertions sont assez vraies, il ne faudrait pas oublier que certains choisissent un autre chemin, moins évident et typé, et plus empreint de culture underground « classique ». La preuve en est faite avec ce second longue-durée des TETRAGON, qui se répand dans des effluves de Metal progressif et hautement technique, tirant subtilement vers le Thrash tout en restant collé à un principe mélodique assez flagrant.

Niveau étymologie, un TETRAGON, comme tout le monde ou presque le sait, est un polygone à quatre côté, définition qui colle parfaitement à la formation en quatuor de cette entité (Jani Rajamäki – batterie, Jyrki Saranpää – guitare, Toni Rajamäki – guitare/chant et Sami Rajala – basse), mais qui épouse aussi à merveille les contours nets de sa musique, qui peuvent pourtant se montrer plus ou moins flous selon l’inclinaison. Voilà pour le petit préambule introductif, passons maintenant au vif du sujet.

Les TETRAGON viennent donc de Tampere en Finlande, et n’ont à leur disposition discographique qu’un simple EP et ce premier LP, ce qui tendrait à nous faire croire que leur formation est assez récente.

Cruelle erreur (logique somme toute), puisque le band existe depuis 1988, et qu’il s’est exprimé via un nombre conséquent de démos jusqu’en 1995, avant de s’auto réduire au silence. C’est donc à un pilier de la scène underground locale à qui nous avons affaire, qui a même proposé à ses fans une compilation en 2008 histoire de résumer sa première partie de carrière (Brothers In Blood).

Mais si cette quasi décennie était placée sous les auspices d’un Thrash assez classique et d’inspiration typiquement US, les choses ont changé depuis la résurgence du combo dans les années 2000. Non qu’ils se soient départis de leurs références, mais ils les ont adaptées pour aérer leur musique et lui donner une dimension plus ambitieuse et emphatique, au gré des détournements d’un Thrash à tendance progressive et évolutive.

Le résultat ?

Un album diablement cohérent, qui présente quelques similitudes avec les cadors du genre, CYNIC, NOCTURNUS et VEKTOR, dans une moindre mesure, en ligne de mire.

Certes, le propos n’est pas terriblement original en soi, d’autant plus que les compositions suivent toutes un fil rouge assez évident à repérer. Mais les Finlandais ont le mérite d’avoir dilué leurs influences Thrashy dans un bouillon d’inflexions Death, avec des accès de colère assez graves, et des aplatissements de tempo manifestes. Les passages en chant clair sont aussi utilisés avec conviction, rapprochant les TETRAGON des SOILWORK et autres CHILDREN OF BODOM, dans une version plus light, mais les nombreuses accélérations soudaines sont là pour rappeler leur passé, qu’ils ne font rien pour renier. Un premier LP soigné donc, qui n’étale que six compositions de durées variées, toutes assez développées, mais qui savent rester dans une décence temporelle assez appréciable.

Et si l’ouverture « Until The Ravens Fall » ne laisse pas planer le mystère de l’inspiration bien longtemps, avec son lourd riff d’intro et sa rythmique pachydermique, les enjolivements et autres digressions harmoniques nous aiguillent très vite sur la piste d’un Crossover assez malin, évitant l’écueil de la naïveté mélodique sans pour autant renier toute forme de sensibilité.

Riffs en circonvolutions qui soudain sombrent dans la syncope typique, chant qui comme celui de Paul Masvidal se partage entre grognements sourds et litanies sensibles et zen, ce titre se veut exploration de la piste CYNIC en version plus humble, et surtout, moins métaphorique.

Les quelques arrangements synthétiques ont le mérite de dynamiser l’ensemble, qui ne rechigne pas à placer au bon moment des breaks galvanisants.

D’un autre côté, et presque à l’opposé du spectre, « Soil Of Tears » joue la carte de la délicatesse en piochant chez TESTAMENT, TRIVIUM, mais aussi PERIPHERY son essence propre, en osant les arpèges électriques subtils, explosant soudainement au son d’un énorme Heavy Thrash terriblement efficace.

Il est évident que les instrumentistes connaissent leur boulot et leur partition, et le tout sonne terriblement carré et professionnel sans non plus être trop stérile et prévisible.

Il est tout à fait raisonnable à ce moment-là de laisser son esprit divaguer du côté des DARK TRANQUILITY adaptés à un contexte MEGADETH, même si le spectre de LAMB OF GOD en version plus apaisée plane au- dessus de la compo en question.

Les morceaux ont d’ailleurs tendance à s’allonger en se rapprochant de la fin de l’album, sans pour autant se perdre dans des sinuosités répétitives, même si l’option globale reste inchangée.

On sent d’ailleurs que les musiciens n’ont pas la mémoire Thrash courte, lorsque le puissant et véloce « Place In Afterlife » démarre sur les chapeaux de roue avant de se caler sur un mid tempo mélodique en forme de refrain typiquement Finlandais.

Il résume d’ailleurs à merveille l’ambivalence violence/harmonie qui reste un des signes distinctifs de l’album, qui penche des deux côtés sans jamais choisir.

Les TETRAGON peuvent donc dans certains cas faire tout autant penser à SLAYER qu’à GRIP INC ou CREMATORY, sans jamais perdre de vue leurs racines nordiques au travers d’inflexions typiquement AT THE GATES/SOILWORK. Et le mélange est savoureux, et même délicieux au moment de refermer les débats, puisque le quatuor a placé son chapitre le plus ambitieux en épilogue.

« Edges » nous emmène en effet au bord de leur monde, multipliant les petites prouesses techniques pour dessiner les contours d’un univers évolutif, qui une fois de plus souffle le chaud et le froid, permettant à Toni Rajamäki de faire preuve d’un joli sens de la modulation vocale.

TETRAGON, malgré un parcours assez chaotique présente donc un visage aux traits bien dessinés en 2017, et nous offre avec Chapter II une nouvelle étape de leur longue histoire. Cette histoire leur permet de traverser les époques en en gardant des stigmates, et d’affirmer aujourd’hui que leur passé reste au service de leur avenir.

Un Metal progressif qui butine, se veut Thrash mais Heavy, harmonieux mais sachant se montrer violent et quelque peu vicieux, pour un résultat largement à la hauteur des standards actuels, tout en se dévoilant sous un jour encore un peu trop formel.


Titres de l'album:

  1. Until The Ravens Fall
  2. Distant Sirens
  3. Downfall
  4. Soil Of Tears
  5. Place In Afterlife
  6. Edges

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/05/2017 à 14:14
72 %    556

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...


Miammmmmmm

https://www.youtube.com/watch?v=NOfwWvd2rR8


Decade est énorme c'est vrai et surement le meilleur live.

Mais Still Reigning bordel moi ça m'a autant marqué.

Cette version de ANGEL OFFFFFF DEAAAAATH.

https://www.youtube.com/watch?v=Ol87N0nxfVs

Non c'est énorme, putain je donnerais une fort(...)


Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.