Damon's Rage

Jesse Damon

28/02/2020

Aor Heaven

Petite précision si d’aventure le nom de Jesse DAMON n’agitait pas vos neurones. Jesse est un musicien qui a de la bouteille, et qui a commencé sa carrière internationale dans les années 80, en œuvrant au sein du combo plus ou moins obscur SILENT RAGE. SILENT RAGE ne faisant pas partie de la A-list des eighties, je ne vous en voudrais pas d’être passé à côté, mais sachez quand même qu’après un premier LP éponyme publié en 1987, le groupe signa avec le nouveau label créé par Gene Simmons pour distribuer Don’t Touch Me There en 1988. Bon album, qui connut son petit succès, mais qui scella surtout l’amitié entre Jesse et Gene, à tel point que DAMON signa « Thou Shalt Not » sur Revenge de KISS. Mais la carrière de ce sympathique musicien ne saurait être résumée à cette amitié fameuse, puisque Jesse, depuis plus de vingt ans publie des albums solo de grande qualité, collaborant avec un autre artiste célèbre, Paul Sabu. C’est ainsi que depuis 2003 Jesse DAMON aligne des albums impeccables, six au total avec ce petit dernier. The Hands That Rocks initia son envolée en solitaire, Nothin’ Else Matters poursuivit en 2004, immédiatement suivi de Rebel Within, avant un long silence de sept ans jusqu’à Temptation In The Garden Of Eve. Depuis, l’homme semble avoir retrouvé sa régularité, avec Southern Highway en 2016, puis ce Damon's Rage cette année. Toujours flanqué de son capitaine en second Sabu (qui se charge des chœurs, de la basse, des claviers et de la programmation), Jesse se consacre donc aux deux choses qu’il sait faire le mieux, chanter et jouer de la guitare, tout en restant fidèle à une optique adoptée il y a de nombreuses années. Jouer un Hard-Rock facile d’accès, aux mélodies gorgées de soleil, et aux refrains hautement addictifs. Nous avons donc droit à un véritable festival de Rock vitaminé, à la bonne humeur transpirant des portées, autant empreint d’AOR que de Hard californien, les deux styles que le guitariste/chanteur affectionne plus que tout.

Revenu dans le giron d’AOR Heaven (qui s’était déjà occupé du cas de Temptation In The Garden Of Eve), Jesse DAMON affiche donc une confiance toute légitime, ayant foi en ces douze nouveaux morceaux. Certains disent même depuis quelques semaines que le musicien s’est fendu de son meilleur album, mais seul le temps rendra son jugement. Il n’en reste pas moins que Damon's Rage présente bien des qualités, les mêmes soulignées par les albums précédents, avec toujours cet équilibre très stable entre puissance et délicatesse. Habile guitariste, chanteur convaincant au timbre un peu râpeux, DAMON est en quelque sorte un archétype AOR de première catégorie, qui trouve logiquement sa place au sein de l’écurie AOR Heaven. Pour autant son approche du style évite le mielleux dégoulinant des claviers envahissants, et on sent que la guitare n’a pas l’intention de se laisser marcher sur le manche dès « Play To Win ». Comme il l’affirme dans un refrain plein d’entrain, Jesse joue pour gagner, et avec une entame pareille, c’est un full aux as qui se plaque sur le tapis vert. Synthétisant des décennies de parcours musical, Jesse prouve que sa collaboration avec Paul Sabu fonctionne toujours à plein régime, nous ramenant à la glorieuse époque d’un Hard-Rock résolument optimiste et fédérateur. Inutile dès lors de perdre son temps en comparaisons, les groupes s’affiliant au travail de Jesse étant légion, et chacun de les reconnaître selon ses goûts personnels. On pense toutefois de temps à autre à BON JOVI évidemment, lorsque nos oreilles se posent sur le délicat et synthétique « Shadows Of Love », qui aurait largement eu sa place sur le légendaire Slippery When Wet, mais dans un style aussi balisé, il est toujours difficile de s’éloigner des canons du genre.

L’avantage de ce genre d’album est cette variété qui nous permet de voyager dans les arcanes de la musique populaire américains des années 80. Ces années dominées par des charts envahis d’harmonies musclées, lorsque les JOURNEY, LOVERBOY, STARSHIP, WHITESNAKE trustaient les premières places, et qui trouvent toujours un écho nostalgique aujourd’hui. Il n’y a pourtant pas grand-chose de nostalgique dans le Rock joué sur Damon's Rage, qui s’il n’est pas vraiment en rage, diffuse suffisamment d’énergie pour convaincre. On se laisse happer par la brillance d’un « Electric Magic », tout comme on accepte la délicatesse extrême d’un quart d’heure américain sur le tendre « Love Is The Answer ». L’amour est donc la réponse à tous les maux selon Jesse, et si les mots sont rarement les plus importants sur ce type d’album, la musique laisse opérer la magie, et nous réserve quelques surprises plus foncièrement Rock que Hard (« Tell Me Lili », un peu Bryan ADAMS dans le déroulé). Les surprises sont plus ou moins rares en AOR, le but du jeu n’étant pas de sonner plus original que ses voisins, mais plus efficace et mélodique. A ce petit jeu, Jesse ne craint pas grand monde, en tout cas tant qu’il sera capable de pondre des hymnes comme « Here Comes Trouble », ou des morceaux utilisant les mélodies les plus symptomatiques des BEATLES (« Lonely Tonight »). La fin de l’album, au propos plus nuancé et aux différences plus marquées nous permet de tenir l’heure de jeu sans avoir à reprendre notre souffle, et le très LED ZEP « Flying Dutchman » fait honneur à la légende du Hollandais volant avec sa guitare emphatique et sa rythmique plombée.

Sans casser les codes, mais sans les respecter à la lettre, Jesse signe donc un album impeccable, faisant totalement l’impasse sur l’originalité pour mieux se concentrer sur l’efficacité. Ce qui n’empêche pas quelques prouesses à la guitare, une osmose chant/clavier assez remarquable, et quelques incartades Hard-Rock du plus bel effet (« Adrenaline »). Des chœurs bien dosés qui n’envahissent pas l’espace, et un final étonnant de psychédélisme planant (« Wildest Dreams »), pour un cocktail global revigorant, qui panse les plaies d’oreilles souvent soumises à des traitements plus rudes. Mais en évitant une fois encore le piège de la guimauve déguisée en pomme d’amour, Jesse DAMON signe un nouveau manifeste Rock/AOR de première qualité, qui fait honneur à sa discographie pourtant déjà très riche.    

              

Titres de l’album :

                         01. Play To Win

                         02. Love Gone Wild

                         03. Shadows Of Love

                         04. Damon’s Rage

                         05. Electric Magic

                         06. Love Is The Answer

                         07. Tell Me Lili

                         08. Here Comes Trouble

                         09. Lonely Tonight

                         10. Flying Dutchman

                         11. Adrenaline

                         12. Wildest Dreams

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/10/2020 à 17:23
80 %    37

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15