SHINING a 20 ans et est venu nous le faire savoir au Petit Bain à Paris par une froide soirée de décembre... Récit...

Ma première "rencontre" avec SHINING date de 2006/2007... A l'époque, j'avais lu sur feu VS-webzine que le chanteur, un certain Niklas Kvarforth, avait disparu et que les membres de son groupe craignait qu'il ne soit parti en forêt, non pas chercher des champignons, mais se suicider... Quelques jours de buzz après, le dit Niklas est réapparu, bien vivant, lors d'un concert qui devait annoncer son successeur, alors qu'en fait c'était lui déguisé en goule... Voici tout à fait le genre de cirque à buzz qui m'avait détourné du groupe pendant plusieurs années... Quelle erreur ! Devant les dithyrambes lues et relues au cours des années en l'honneur de leur 5ème album, Halmstad, je me décidai, courant 2012 à poser une oreille curieuse sur cette galette, histoire de ne pas mourir con... et je crois qu'au final SHINING est un groupe qui a changé ma vie... Au sens propre... Ou en tous cas, ma perception de la musique et du musique business.


Du musique business car j'ai pu, notamment au travers de vidéos, rattraper mon retard et observer, malgré moi, la mutation "commerciale" de Kvarforth. Jusque dans les années 2008/2009, c'était la spontanéité sauvage, extrême, parfois mal maîtrisée, avec des concerts où il pouvait se passer tout et surtout n'importe quoi, des interviews chaotiques, des séances de dédicaces au couteau, mais cela donnait à l'ensemble une intensité sans égal. A mon sens, Neka Morgondagen live au Hellfest 2008 représente bien cette période de folie certainement motivée par l'abus de substances en tout genres... Ensuite, 2009/2013 il y a la période où le business s'est organisé autour du groupe. SHINING met des mannequins très aguichants, de cuir et court vêtu, sur son shop pour attirer le metalleux libidineux, Kvarforth nous invite chez lui pour nous montrer comment il dédicace ses bouquins, les bras en sang, sur fond de film X et se laisse pousser une bedaine tout sauf "depressive suicidal black metal"... J'ai l'impression que c'est la période du sevrage et que d'un monstre incontrôlable, SHINING est en train de devenir une machine à cash... Ces dernières années n'ont fait que confirmer cette impression. Le merch est foisonnant, la comm' omniprésente (pas très depressive suicidal tout ça), SHINING tourne beaucoup, mais Niklas est redevenu fit (il s'en vante dans les interviews). Ce n'est plus le junkie bipolaire auquel nous avons à faire, mais le business man réfléchi. Les concerts ne sont plus sanglants, mais contrôlés et professionnels... Cette observation m'appartient, je peux tout à fait me tromper, mais je voulais la soumettre à votre jugement histoire de confronter les avis...


Sur la partie musicale, SHINING m'a fait comprendre que la musique n'était pas forcément manichéenne. Qu'on pouvait mélanger des parties ultra speed et brutales dans un morceau avec de la guitare acoustique, des cris sauvages avec des parties chantées et que l'ensemble conserve une cohérence sans faille, une intensité bestiale et une beauté extrême... Là où je n'avais jamais réussi (eu envie) de casser les barrières des codes et des styles, Shining a explosé tout cela m'offrant de nouvelles perspectives de voyages musicaux... ouais, quand j'y repense, c'est pas rien ! J'ai évidemment depuis exploré toute la discographie du groupe et Halmstad tourne en moyenne 3 ou 4 fois par semaine dans ma platine depuis plusieurs années sans que je n'en ressente une quelconque lassitude...


Forcément, lorsque SHINING est en concert dans le coin, je me dois d'être présent... Pour apprécier la musique ou tenter d'observer la mutation du monstre qui, je crois, est arrivé à un stade de stabilité et de maturation commerciale lui permettant d'abreuver de manière continue son compte en banque à l'aune de son tryptique cd / merch / concert. J'avais vu le groupe pour la première fois au Divan du monde pour la sortie de "IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends" (concert énorme) puis une seconde fois au Fall of Summer (petite déception due à la playlist beaucoup trop calme). La date de ce soir, au "Petit Bain", a été ajoutée à la tournée des 20 ans qui a sillonné l’Europe en fin d'année. Le Petit Bain est une péniche qui mouille à proximité de la bibliothèque François Mitterrand. Le lieu est confiné et sympathique, idéal pour la proximité entre le groupe et le public. En raisons de soucis d'ordre professionnel, je n'arrive au milieu du set de TAAKE. Corpsepaints, blasts et banjo (oui oui) au programme ! Je me pose à un endroit stratégique pour siroter une décoction houblonnée en profitant des harangues de Hoest, me promettant d'offrir une oreille par la suite attentive à la production de ce groupe.

Fin du show, les roadies préparent le matos et je me glisse sur la rampe droite pour me rapprocher de la scène et observer attentivement les agissements du sieur Niklas...

Le groupe entre sur scène au son de "Villa & Drom" (issu de leur excellent dernier album). Niklas ne semble pas en forme. Il souffre sur les parties criées et n'assure carrément pas ses voix claires... Wow ! Qué paso ? Le fait qu'il donne d'emblée sa boutanche de Jack Daniels au public, qu'il ne boive que de l'eau et refuse les verres tendus par les fans devant aurait dû me mettre la puce à l'oreille ! Une bonne vieille grippe... L'est tout malade le pauv' bichon ! Je pense que dans sa période rock'n'roll il aurait gerbé partout, mais le pro qu'est devenu Niklas assure le show comme il le doit pour son public qui a payé... Vachement moins inattendu et subversif, mais bon... c'est comme ça...

Une paire de morceaux plus tard (Framtidsutsikter et Submit to self Destruction si je ne m'abuse), la voix et son colosse sont maintenant bien chauds. Il est temps de faire parler la poudre... Et que je te fais chier les musiciens en les embrassant (le nouveau bassiste prend cher) et que je pars me cacher dans le public et que je te sors mes regards hallucinés et mes vocaux torturés... C'est bon, on a retrouvé le bonhomme qui, lui même, a trouvé sa victime... En effet, au premier rang se trouve un fan, un vrai, un die hard... Le mec connaît la totalité des paroles du groupe (impressionnant car pour rappel, la majorité des morceaux est en suédois). Bref une victime facile à humilier sans risquer de rébellion inappropriée. Le pauvre a donc eu droit à toute l'attention de Kvarforth qui l'a collé contre sa bite (à travers le pantalon, mais tout de même), lui a fait bouffer son gant (le mec doit au final être ravi de partir avec une relique de son héros), giflé (pas la grosse mandale, mais bon) pour, en guise de clou du spectacle, se fourrer la main dans le froc avant... de la coller dans la bouche de la copine du mec... Au lieu de monter sur scène laver cet affront manu militari, le couple a célébré ce moment de grâce par une soupe de langue... certainement pour partager les champignons ! Bref, pathétique, mais sans être GG Allin, il est parfois risqué de se positionner trop près de l'animal et de lui montrer une trop grande dévotion (= faiblesse)...

Passé ces anecdotes, le show était également l'occasion de découvrir sur scène les 2 nouveaux membres Marcus Hammarström et Jarle Byberg - de retour 8 ans après son premier passage - qui ont respectivement remplacés Christian Larsson et Rainer Tuomikanto. Les mecs font le taff comme il faut, mais je trouve que les précédents avaient plus de charisme. Tant pis, de toutes façons, SHINING c'est Niklas, un peu Huss... le reste c'est de l'accessoire !


Le set balaie globalement l'ensemble de la discographie du groupe et notamment l'ensemble des meilleurs morceaux de chaque album (Submit to self destruction, Claws of perdition...). Un véritable pied pour les fans du groupe !

La -selon moi- jolie surprise du set fut l'énormissime Vemodets Arkitektur, titre rare en concert et qui contient des riffs de fous et des parties de double grosses caisses énormes... Rien que pour ça, ma soirée a été réussie.

Niklas communique beaucoup, je n'ai malheureusement pas compris grand chose à son baragouinage. Si le son était bon sur le morceau, l'accent de Niklas, mon niveau d'anglais et le son assez sourd de son micro lorsqu'il parle ne m'ont pas permis d'extraire la substantifique moelle de ses propos...


1h30 plus tard, après un second rappel initialement non prévu, les lumières se rallument définitivement... On a assisté à un bon concert ce soir ! particulièrement long, avec d'excellents morceaux interprétés par des musiciens très pros... mais c'est justement ce que je reprocherai au groupe, de perdre sa folie originelle ! Passé ce constat personnel, mes oreilles ont joui !

Un grand merci à Garmonbozia pour l'accréditation !


par grinder92 le 04/01/2017 à 13:00
   414

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes