SHINING a 20 ans et est venu nous le faire savoir au Petit Bain à Paris par une froide soirée de décembre... Récit...

Ma première "rencontre" avec SHINING date de 2006/2007... A l'époque, j'avais lu sur feu VS-webzine que le chanteur, un certain Niklas Kvarforth, avait disparu et que les membres de son groupe craignait qu'il ne soit parti en forêt, non pas chercher des champignons, mais se suicider... Quelques jours de buzz après, le dit Niklas est réapparu, bien vivant, lors d'un concert qui devait annoncer son successeur, alors qu'en fait c'était lui déguisé en goule... Voici tout à fait le genre de cirque à buzz qui m'avait détourné du groupe pendant plusieurs années... Quelle erreur ! Devant les dithyrambes lues et relues au cours des années en l'honneur de leur 5ème album, Halmstad, je me décidai, courant 2012 à poser une oreille curieuse sur cette galette, histoire de ne pas mourir con... et je crois qu'au final SHINING est un groupe qui a changé ma vie... Au sens propre... Ou en tous cas, ma perception de la musique et du musique business.


Du musique business car j'ai pu, notamment au travers de vidéos, rattraper mon retard et observer, malgré moi, la mutation "commerciale" de Kvarforth. Jusque dans les années 2008/2009, c'était la spontanéité sauvage, extrême, parfois mal maîtrisée, avec des concerts où il pouvait se passer tout et surtout n'importe quoi, des interviews chaotiques, des séances de dédicaces au couteau, mais cela donnait à l'ensemble une intensité sans égal. A mon sens, Neka Morgondagen live au Hellfest 2008 représente bien cette période de folie certainement motivée par l'abus de substances en tout genres... Ensuite, 2009/2013 il y a la période où le business s'est organisé autour du groupe. SHINING met des mannequins très aguichants, de cuir et court vêtu, sur son shop pour attirer le metalleux libidineux, Kvarforth nous invite chez lui pour nous montrer comment il dédicace ses bouquins, les bras en sang, sur fond de film X et se laisse pousser une bedaine tout sauf "depressive suicidal black metal"... J'ai l'impression que c'est la période du sevrage et que d'un monstre incontrôlable, SHINING est en train de devenir une machine à cash... Ces dernières années n'ont fait que confirmer cette impression. Le merch est foisonnant, la comm' omniprésente (pas très depressive suicidal tout ça), SHINING tourne beaucoup, mais Niklas est redevenu fit (il s'en vante dans les interviews). Ce n'est plus le junkie bipolaire auquel nous avons à faire, mais le business man réfléchi. Les concerts ne sont plus sanglants, mais contrôlés et professionnels... Cette observation m'appartient, je peux tout à fait me tromper, mais je voulais la soumettre à votre jugement histoire de confronter les avis...


Sur la partie musicale, SHINING m'a fait comprendre que la musique n'était pas forcément manichéenne. Qu'on pouvait mélanger des parties ultra speed et brutales dans un morceau avec de la guitare acoustique, des cris sauvages avec des parties chantées et que l'ensemble conserve une cohérence sans faille, une intensité bestiale et une beauté extrême... Là où je n'avais jamais réussi (eu envie) de casser les barrières des codes et des styles, Shining a explosé tout cela m'offrant de nouvelles perspectives de voyages musicaux... ouais, quand j'y repense, c'est pas rien ! J'ai évidemment depuis exploré toute la discographie du groupe et Halmstad tourne en moyenne 3 ou 4 fois par semaine dans ma platine depuis plusieurs années sans que je n'en ressente une quelconque lassitude...


Forcément, lorsque SHINING est en concert dans le coin, je me dois d'être présent... Pour apprécier la musique ou tenter d'observer la mutation du monstre qui, je crois, est arrivé à un stade de stabilité et de maturation commerciale lui permettant d'abreuver de manière continue son compte en banque à l'aune de son tryptique cd / merch / concert. J'avais vu le groupe pour la première fois au Divan du monde pour la sortie de "IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends" (concert énorme) puis une seconde fois au Fall of Summer (petite déception due à la playlist beaucoup trop calme). La date de ce soir, au "Petit Bain", a été ajoutée à la tournée des 20 ans qui a sillonné l’Europe en fin d'année. Le Petit Bain est une péniche qui mouille à proximité de la bibliothèque François Mitterrand. Le lieu est confiné et sympathique, idéal pour la proximité entre le groupe et le public. En raisons de soucis d'ordre professionnel, je n'arrive au milieu du set de TAAKE. Corpsepaints, blasts et banjo (oui oui) au programme ! Je me pose à un endroit stratégique pour siroter une décoction houblonnée en profitant des harangues de Hoest, me promettant d'offrir une oreille par la suite attentive à la production de ce groupe.

Fin du show, les roadies préparent le matos et je me glisse sur la rampe droite pour me rapprocher de la scène et observer attentivement les agissements du sieur Niklas...

Le groupe entre sur scène au son de "Villa & Drom" (issu de leur excellent dernier album). Niklas ne semble pas en forme. Il souffre sur les parties criées et n'assure carrément pas ses voix claires... Wow ! Qué paso ? Le fait qu'il donne d'emblée sa boutanche de Jack Daniels au public, qu'il ne boive que de l'eau et refuse les verres tendus par les fans devant aurait dû me mettre la puce à l'oreille ! Une bonne vieille grippe... L'est tout malade le pauv' bichon ! Je pense que dans sa période rock'n'roll il aurait gerbé partout, mais le pro qu'est devenu Niklas assure le show comme il le doit pour son public qui a payé... Vachement moins inattendu et subversif, mais bon... c'est comme ça...

Une paire de morceaux plus tard (Framtidsutsikter et Submit to self Destruction si je ne m'abuse), la voix et son colosse sont maintenant bien chauds. Il est temps de faire parler la poudre... Et que je te fais chier les musiciens en les embrassant (le nouveau bassiste prend cher) et que je pars me cacher dans le public et que je te sors mes regards hallucinés et mes vocaux torturés... C'est bon, on a retrouvé le bonhomme qui, lui même, a trouvé sa victime... En effet, au premier rang se trouve un fan, un vrai, un die hard... Le mec connaît la totalité des paroles du groupe (impressionnant car pour rappel, la majorité des morceaux est en suédois). Bref une victime facile à humilier sans risquer de rébellion inappropriée. Le pauvre a donc eu droit à toute l'attention de Kvarforth qui l'a collé contre sa bite (à travers le pantalon, mais tout de même), lui a fait bouffer son gant (le mec doit au final être ravi de partir avec une relique de son héros), giflé (pas la grosse mandale, mais bon) pour, en guise de clou du spectacle, se fourrer la main dans le froc avant... de la coller dans la bouche de la copine du mec... Au lieu de monter sur scène laver cet affront manu militari, le couple a célébré ce moment de grâce par une soupe de langue... certainement pour partager les champignons ! Bref, pathétique, mais sans être GG Allin, il est parfois risqué de se positionner trop près de l'animal et de lui montrer une trop grande dévotion (= faiblesse)...

Passé ces anecdotes, le show était également l'occasion de découvrir sur scène les 2 nouveaux membres Marcus Hammarström et Jarle Byberg - de retour 8 ans après son premier passage - qui ont respectivement remplacés Christian Larsson et Rainer Tuomikanto. Les mecs font le taff comme il faut, mais je trouve que les précédents avaient plus de charisme. Tant pis, de toutes façons, SHINING c'est Niklas, un peu Huss... le reste c'est de l'accessoire !


Le set balaie globalement l'ensemble de la discographie du groupe et notamment l'ensemble des meilleurs morceaux de chaque album (Submit to self destruction, Claws of perdition...). Un véritable pied pour les fans du groupe !

La -selon moi- jolie surprise du set fut l'énormissime Vemodets Arkitektur, titre rare en concert et qui contient des riffs de fous et des parties de double grosses caisses énormes... Rien que pour ça, ma soirée a été réussie.

Niklas communique beaucoup, je n'ai malheureusement pas compris grand chose à son baragouinage. Si le son était bon sur le morceau, l'accent de Niklas, mon niveau d'anglais et le son assez sourd de son micro lorsqu'il parle ne m'ont pas permis d'extraire la substantifique moelle de ses propos...


1h30 plus tard, après un second rappel initialement non prévu, les lumières se rallument définitivement... On a assisté à un bon concert ce soir ! particulièrement long, avec d'excellents morceaux interprétés par des musiciens très pros... mais c'est justement ce que je reprocherai au groupe, de perdre sa folie originelle ! Passé ce constat personnel, mes oreilles ont joui !

Un grand merci à Garmonbozia pour l'accréditation !


par grinder92 le 04/01/2017 à 13:00
   385

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)