Le Rock est vivantAlive and well ? Visiblement oui, mais pas seulement lui, ses fidèles représentants aussi…Et en termes de fidélité et d’abnégation, les suédois de UNIVERSE INFINITY en connaissent un rayon, eux dont la carrière ne fut pas entamée avant-hier. Car c’est sous le nom plus bref de UNIVERSE que ces originaires d’Upplands-Väsby ont commencé leur parcours en 1982. A l’époque, leur style était bien évidemment orienté vers les sonorités nostalgiques des années 70, et ces preux chevaliers se voyaient alors comme les descendants les plus directs de DEEP PURPLE, de WHITESNAKE, de CACTUS ou LED ZEPPELIN, tout en conférant à leur musique un côté Hard-Rock beaucoup plus prononcé. On trouvait alors dans leur entourage des faciès et noms fameux comme ceux des futurs EUROPE John Norum et Joey Tempest, bien avant que ces derniers ne connaissent le succès planétaire qu’ils apprécièrent quelques années après…Et c’est justement en 1985 que les UNIVERSE eurent enfin le loisir de sortir leur premier LP éponyme, qui contenait alors quelques perles mélodiques comme "Rollin' On", "Stories from the Old Days", ou "Strong Vibrations", et qui déclencha quelques réactions enthousiastes de la part du public national et des médias européens. S’engageant alors dans la voie de la continuité, et en préparant une suite à cette entame prometteuse, les scandinaves connurent alors les sempiternels problèmes de line-up, perdant leur chanteur Kjell Wallen, vite remplacé par Janne Åström…Ils enregistrèrent quelques démos, mais aucune ne sut attirer l’attention des labels, et c’est très logiquement résignés qu’ils préfèrent jeter l’éponge collective en 1988, pour se consacrer à des projets individuels. Mais ils gardèrent néanmoins le contact, ce qui leur permit de remettre le couvert en 2002 sous l’impulsion du guitariste Per Nilsson…Las, une fois de plus, le destin capricieux les garda éloignés d’un comeback discographique, avant que les années ne se montrent enfin plus clémentes à leur égard…

C’est donc en 2018 que le grand retour se fête, avec l’arrivée d’un nouveau vocaliste, le plutôt doué et volubile Andreas Eklund (ex-HOUSE OF SHAKIRA), et la sortie coup sur coup de leur premier album inédit depuis plus de trente ans, mais aussi de la réédition de Universe, leur premier véritable LP, remis sur le marché par les bons soins de la maison allemande Pride And Joy. Double actualité donc pour les suédois au line-up renouvelé (Andreas Eklund - chant,

Michael Kling - guitare/chœurs, Per Nilsson - guitare/chœurs, Hasse Hagman - basse, Anders Wetterström - batterie et Freddie Kriström - claviers), qui ont enfin la chance de prouver leur valeur aux yeux d’un monde qui saura leur faire un regard plus que doux…Bénéficiant d’une exposition inespérée, celle de la vague nostalgique venue du froid qui squatte les médias depuis près d’une décennie, mais aussi celle d’un pays d’origine presque toujours garant d’un label de qualité incontestable, ce Rock Is Alive a donc tout pour casser la baraque, à commencer par les bonnes compositions. Certes, rien de foncièrement original à se mettre sous la dent, puisque les UNIVERSE INFINITY n’ont pas exploré les confins de l’univers pour trouver l’inspiration qui gisait sous le bout de leurs cordes. C’est donc à une solide démonstration de Hard-Rock mélodique à laquelle nous avons droit, très inspirée des codes d’honneur en vogue dans les années 70, mais qui mélange avec bonheur le savoir-faire respectif de W.E.T., HARDLINE ou WHITESNAKE. Du gros son donc, des volutes vocales lyriques, des riffs éprouvés mais efficaces, et une rythmique implacable et malléable, pour cinquante minutes de tradition « à la suédoise », AOC qui en dira long aux amateurs…Niveau intégration, saluons la performance d’Andreas Eklund, qui s’est glissé dans la peau du frontman comme un caméléon, et qui donne l’impression d’avoir toujours fait partie de la bande. Bande qui elle aussi fait montre d’une osmose tangible, alors que le temps perdu aurait aisément pu les séparer artistiquement parlant. Point s’en faut, puisque outre une ossature basse/batterie soudée comme un tuyau de robinet étanche, on note l’implication totale de deux guitaristes qui connaissent leur affaire, et qui tricote en duo comme en solitaire.

Alors, finalement, tout ce temps, toutes ces chances, et ce hasard en errance valaient-ils la peine qu’on les affronte pour enfin pouvoir s’exprimer sans frein ni regrets ? Oui, évidemment, puisque Rock Is Alive se montre méchamment performant et séduisant, parfois lyrique et emphatique, parfois doux et romantique, mais toujours pertinent et plein d’allant. Toutes les fragrances du Hard-Rock noble et fier sont passées en revue, et le plaisir auditif est absolu. J’en conviens, les ficelles sont connues, et les thèmes rebattus, mais le classicisme ne doit pas occulter la dextérité et la pertinence, puisqu’aucun morceau de ce second album ne présente de faiblesse notable. Et entre des charges appuyées et dramatisées comme « Red Submarines », aux petites prouesses techniques remarquables, et les clins d’œil appuyés à un AOR de qualité (« Start Give All Your Love », « Company’s Coming »), le panorama est ensoleillé et chamarré, tirant parfois sur la rigueur d’un BONFIRE en pleine conquête d’un marché ricain ou d’un DANGER DANGER épuré de ses aspirations les plus maquillées. Couplets hargneux, refrains engagés, breaks veloutés et soli peaufinés, tout ceci sent le travail admirablement bien fait, et le rendu profite d’une production bien réglée qui n’en fait pas trop, mais qui gonfle les entournures pour garder le moteur au chaud. Le groupe a formidablement bien négocié le changement de siècle sans trahir son identité, et c’est à un album typiquement 80’s relooké 2K que nous avons droit, comme le prouve le burner impitoyable « Born In Flames », que le roi David Coverdale aurait pu s’approprier, ou le binaire burné « Rock Is Alive » qui multiplie les appels du pied au DEEP PURPLE de « Highway Star ». Quelques syncopes placées en embuscade sur terrain Fm pour séduire ces dames (« We Were Just Dancing »), un chaloupé Heavy qui rappelle que les cousins de EUROPE évoluaient autrefois dans le cercle des intimes (« Lady Luck », et son gimmick de chorus imparable qui rendrait Joey Tempest vert de rage), pour un final progressif typique mais harmonique (« Streets of Hate »)…

Bilan donc largement au-dessus de la moyenne pour les UNIVERSE INFINITY qui nous bluffent de leur vitalité. Pour un peu, on aurait pu les croire cryogénisé, et sorti de leur caisson pour reprendre du service en béton, comme si les années ne s’étaient pas perdues au détour d’une promesse oubliée. De quoi en remontrer à bien des petits jeunes qui peinent à faire preuve d’autant d’efficacité, et réconcilier les générations. Une façon comme une autre de faire le lien entre WHITESNAKE et la relève de la garde, sans tomber dans le passéisme ni l’excès de jeunisme. Assumer son âge, mais rester alerte et plein d’espoir. C’est peut-être comme ça qu’on garde le Rock en vie après tout…


Titres de l'album:

  1. Start Give All Your Love
  2. Catch of My Life
  3. Companys Coming
  4. She Can't Get Enough
  5. Red Submarines
  6. Born in Flames
  7. Rock Is Alive
  8. We Were Just Dancing
  9. Lady Luck
  10. Streets of Hate

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/05/2018 à 14:49
80 %    348

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Universe Infinity "Rock is alive"
@87.96.226.89
04/05/2018 à 21:13:58
A Big thank you for this detailed review, it makes us feel proud and we are happy that you like it, Thank You
Universe Infinity

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.