J’avais quitté les THUNDERMOTHER en 2015 en tant que quintette, je les retrouve en 2018 en tant que quatuor. Ce sont les aléas de la vie de groupe me direz-vous, mais force est d’admettre que lorsque Filippa Nässil, guitariste et fondatrice de la troupe fait le ménage, elle ne le fait pas à moitié. Saluons donc l’entrée en piste de Guernica Mancini au chant (SOULS ON 11, ROYAL RUCKUS), de Sara Petterson à la basse et d’Emlee Johansson à la batterie (VISION, FRANTIC AMBER, SPITCHIC), pour un gang renouvelé de fond et presque en comble, rentrant dans le moule souhaité par Filippa, et dont les contours furent définis dès les premières années. Non, malgré cette formation renouvelée, le style n’a pas vraiment changé, presque d’un iota serait-je tenté de dire, et c’est donc avec plaisir que nous sevrons une fois encore nos oreilles de ce Hard-Rock in your face, joué no bullshit style, aux influences australes prononcées mais qui toutefois n’hésite pas à s’ouvrir à des horizons plus distanciés. Road Fever m’avait contaminé de son énergie de toutes les diablesses, et je n’avais pas hésité à l’époque à citer quelques références bien frappées, AC/DC évidemment, mais aussi les KIX, D.A.D., que j’avais juxtaposés aux immanquables AIRBOURNE, à MOTORHEAD, mais aussi aux RUNAWAYS, la moue lippue juvénile en moins et le torse bombé en plus, et une fois encore, ces mêmes clins d’œil sont toujours d’actualité, puisque ce troisième album éponyme ne trahit en rien la philosophie d’origine, en privilégiant un Rock joué Hard simple mais honnête, et surtout, carré aux entournures, et au moteur chromé qui carbure. Thundermother ne marquera donc pas la fin d’une époque, autre que celle symbolisée par la configuration en quintette, et les fans qui ont pu assister aux shows chauds du gang l’été dernier au Wacken ne seront pas surpris de retrouver leurs héroïnes dans un costume binaire qui leur sied à merveille. Car en faisant fi de toute innovation trop marquée, cet album au tempo en acier trempé les fera hurler sans discontinuer.

Lorsqu’on écoute THUNDERMOTHER, c’est par besoin viscéral. On sait quasiment d’avance à quoi s’attendre de la part d’un groupe qui n’a jamais joué la carte de la nuance ou de la dualité, et on apprécie ces hymnes à la vie sur la route pour ce qu’ils sont. D’autant plus que les brulots ont été captés à chaud, au studio Nordic Soundlab de Skara, avec Thomas Plec Johansson (Mustasch, Hardcore Superstar, Watain, pas mal comme références) derrière la console. Ce dernier a concocté aux musiciennes un son sur mesure, âpre mais pas trop, épais mais costaud, qui permet même à la basse de briller comme il faut. Dans les nouveaux rôles du casting, les trois bleusailles s’en sortent à merveille, et donnent le sentiment d’adhérer à la philosophie éternelle, sans que l’on sente le moindre effet de « pièce rapporté ». A tel point que ça en devient parfois troublant, à l’occasion du pamphlet crâmeur de bitume « Racing On The Mainstream », qu’un Jesper Binzer aurait pu enflammer de son gosier irrité. On sent le quatuor en pleine cohésion d’ensemble, et l’énergie énorme que dégage ce morceau valide toutes les transitions opérées par la leadeuse Filippa, qui doit certainement se réjouir de ses choix. Evidemment, malgré quelques variations de palette, on ne peut pas dire que Thundermother soit radicalement différent de Road Fever, même si quelques moments d’émotion disséminés de çà et là nous permettent de reprendre notre souffle. Ainsi, « Fire In The Rain » et son intro délicate et délicieusement fifties des nineties nous déroule le velours sur un tapis sonore plus subtil que d’ordinaire, et suggère quelques accointances rétrogrades avec la décennie des L7 et autres Rrriot Grrls à l’étendard fermement tenu. Non que la comparaison se valide au niveau du propos, mais le son, l’attitude et les options rappellent vraiment cette époque charnière où le Hard-Rock se voulait plus ouvert, et légèrement alternatif sur les bords. Mais rassurez-vous, les girls n’ont pas changé le leur, et marchent toujours sur le même trottoir Rock, qu’elles arpentent le pas leste et le geste preste.

D’ailleurs, impossible de se tromper en découvrant l’ouverture « Revival », qui dès ses premières notes paie son hommage au regretté Malcolm Young, certainement très fier de son au-delà de constater que son héritage est constamment pérennisé. Mais impossible non plus de ne pas relever que les filles ont légèrement adouci leur approche, et qu’elles osent des choses beaucoup plus abordables que par le passé, comme le démontre avec un certain flair « Hanging At My Door », à la limite d’un Pop-Rock purement eighties qui accepte son histoire et la raconte de son point de vue. Ce son un peu plus poli, ces respirations un peu moins strangulées de folie autorisent donc une plus grande variété de ton, et une linéarité infléchie, qui cherche une porte de sortie qu’on n’espère pas forcément commerciale, mais qui confère à cet éponyme effort une aura différente. Mais les burners sont toujours de sortie - comment pourrait-il en être autrement ? - et « Rip Your Heart Out », sous des atours un peu Punk de battre le rappel des troupes autour d’un refrain une fois de plus irrésistible. On sent que la maturité a pointé le bout de son nez, même si le passé ressurgit juste avant d’être rappelé (« The Original Sin », le Rock dans toute sa splendeur), et qu’il se montre aussi vif qu’un souvenir ressassé (« Quitter », de quoi vous filer des crampes Suzy QUATRO dans les jambes D.A.D.). D’ailleurs, le groupe le crie haut et fort, « We Fight For Rock N’Roll », autre pamphlet tonitruant qui nous ramène dare-dare dans le giron d’un binaire de bon ton, mais qui profite de modulations vocales plus prononcées émanant du gosier d’une vocaliste au timbre bien marqué. D’ailleurs, le choix de Guernica Mancini pour prendre en charge les vocal duties semble le bon, puisque les variations de la chanteuse s’accordent parfaitement des légères fluctuations de composition, que l’ambiance soit lourde comme un trente-huit tonnes de tournée chargé à bloc, ou que l’atmosphère se recueille d’un aftershow un peu nostalgique sur les bords (« Follow Your Heart », Blues, Pop, Rock, Alternatif, tout à la fois mais surtout, pas mal d’émotion au bout des doigts).

Et si « Children On The Rampage » semble marquer le pas de sa synthèse pas forcément transcendante, « Won’t Back Down » joue les au-revoir bluesy à souhait, et nous laisse sur un sentiment étrange, nous privant de l’épiphanie explosive qui nous revenait de droit. Mais comment en vouloir à un groupe qui joue la musique qu’il ressent, et qui respire le Rock comme il exhale le Hard ? Thundermother marque un peu le pas, se veut parfois un peu hésitant sur son optique générique, mais nous offre les morceaux les plus attachants du répertoire des suédoises, et surtout, une tentative de variété qui fait plaisir à entendre. On pouvait craindre une redite un peu redondante, mais le choix d’avoir ouvert quelques portes fut le bon, et comme le nouveau line-up passe admirablement bien son test d’entrée, la route tracée par le quatuor semble pavée d’or et d’argent. Il n’y a pas de mal à prendre un peu de distance avec ses convictions, et mieux vaut militer différemment plutôt que de se montrer limité dans le temps. Souhaitons que l’avenir sourie à ces musiciennes bénies, mais avec une musique pareille, il n’y a pas à attendre de paradis. Seul l’enfer supportera cette débauche d’énergie, quoique le purgatoire sente quand même une possibilité de rédemption.


Titres de l'album:

  1. Revival
  2. Whatever
  3. Survival Song
  4. Racing On Mainstream
  5. Fire In The Rain
  6. Hanging At My Door
  7. Rip Your Heart Out
  8. The Original Sin
  9. Quitter
  10. We Fight For Rock N Roll
  11. Follow Your Heart
  12. Children On The Rampage
  13. Won't Back Down

Site officiel


par mortne2001 le 03/03/2018 à 14:30
80 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.