Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Hollow Haze

12/07/2019

Frontiers Records

Beaucoup de groupes splittent. La plupart du temps, cette séparation est due à la lassitude, aux conflits internes, problèmes juridiques et/ou de business, ou plus simplement parce que les musiciens sentent le bout de la route atteint, et rêvent d’autres horizons. Ces séparations peuvent durer plus ou moins longtemps, certains bifurquant pendant des décennies, tandis que d’autres s’accordent une pause variant de quelques mois à une poignée d’années. C’est cette dernière option qu’a choisi le tempétueux leader Nick Savio, démantelant son combo HOLLOW HAZE pour former ETERNAL IDOL en compagnie de Fabio Lione (ANGRA, RHAPSODY), Camillo and Giorgia Colleluori, et Andy Buratto (HELL IN THE CLUB, SECRET SPHERE). Mais après quelques notes partagées avec ces nouveaux collègues, le besoin de repartir sur d’anciennes bases se fit sentir, et le brave Nick décida de faire renaître HOLLOW HAZE de ses cendres, avec toutefois quelques ajustements. En s’accompagnant d’un de ses anciens compagnons d’armes, Dave Cestaro, bassiste depuis 2010, et en enrôlant deux nouvelles recrues (Fabio Dessi (ARTHEMIS) au chant et Paolo Caridi (MLB) à la batterie), Nick tenait là la formation parfaite pour repartir sur de nouvelles bases, et ainsi passer de Scarlet Records au référentiel Frontiers, histoire de mettre toutes les chances promotionnelles de son côté. C’est ainsi que le septième LP de HH vit le jour, ce Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas à la pochette colorée et explicite quant au message propagé. Espérant que cet ajout de sang neuf allait redonner à son groupe l’allant dont il avait besoin depuis sa création en 2003, Savio misa donc sur sa capacité de compositeur à trouver des thèmes et des mélodies accrocheurs pour entériner ce comeback brisant quatre ans de silence, et il gagne haut la main son pari. Car sans rien révolutionner dans le petit monde du Heavy mélodique, ce septième chapitre se hisse au rang des réussites personnelles pour le guitariste.

Ecrit par Nick et Fabio, ce nouveau tome des aventures italiennes s’ancre parfaitement dans la logique artistique d’un label qui ne souhaite manquer aucune bonne affaire. Toujours aussi épris de puissance et d’émotion, HOLLOW HAZE continue donc son cheminement logique, et nous offre onze nouvelles compositions qui ont tout de classiques du Hard transalpin puissant et racé, bien que l’appellation « progressive » souvent accolée au groupe fasse cruellement défaut. A moins de considérer les quelques arrangements grandiloquents et les nappes de synthé souvent versées comme composantes essentielles du genre, Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas n’est rien de plus qu’un excellent LP de Heavy mélodique comme seuls les italiens savent les faire, et regorge d’harmonies, de riffs larger than life, et d’une ambiance contemporaine délicieuse qui renvoie pourtant au passé de groupes comme SAVATAGE, pour ne nommer qu’eux. Du SAVATAGE revu et corrigé Frontiers 2019, avec quelques allusions aux nineties des ANGRA, VANDEN PLAS, mais aussi à tous les artistes produits à un moment ou à un autre par Alessandro Del Vecchio, soit la quintessence absolue d’une vision plaçant sur un pied d’égalité puissance et nuance. Reprenant à son compte toutes ses performances d’antan, Nick a voulu en quelque sorte composer l’album parfait pour un retour en fanfare, et nous inonde de soli dans la plus pure tradition d’un Heavy formel, accentuant la rage d’une énergie palpable, qui témoigne de son envie de redonner à sa discographie un éclairage neuf sans tamiser ses réussites passées. Et le résultat est aussi brillant que sensible, avec ces inserts romantiques placés de çà et là, qui permettent à certains titres d’atteindre le niveau du meilleur Power Metal moderne (« New Era »).

Rien de bien nouveau donc sous le soleil de Vicence, mais beaucoup d’efficacité et de lucidité, l’effort s’arrêtant juste au niveau des cinquante minutes pour onze morceaux, ce qui en donne suffisamment sans en faire trop. La motivation est bien là, ce que nous prouve l’entame « Destinations », qui définit le cap à venir de ses claviers pompeux précédant un riff hautement accrocheur sur fond de beat gluant. On reconnaît plus ou moins la patte suédoise du roi Midas qui transforme n’importe quel lick en or, notamment ce beat élastique et jumpy qui nous englue tout en nous laissant esquisser quelques bonds, le tout transposé dans un art de l’orfèvrerie typiquement italien qui assume son héritage tout en louchant sur les réussites sud et nord-américaines et nord européenne. « Oblivion » enfonce encore plus le clou avec son affrontement synthé/guitare, mettant en relief le chant lyrique mais efficace du petit nouveau Fabio Dessi, qui n’en fait jamais trop, mais qui tient à prouver ses capacités. Très down to earth, le Metal de HOLLOW HAZE admet sans problème son besoin de mélodies qui s’incrustent pour mieux faire passer la pilule d’une guitare délibérément agressive, reconnaissant aussi la nécessité de séduire le grand public sans trahir son noyau de fans hardcore. Un bel équilibre entre prétentions commerciales et purisme Rock, pour une belle démonstration de savoir-faire à l’italienne, et un niveau de qualité ne se démentant jamais. Je le disais, l’émotion n’est jamais loin derrière la passion, et « It’s Always Dark Before The Dawn » de calmer plus ou moins le jeu en conférant à la batterie un léger son synthétique si apprécié par les scandinaves, osant même la séduction du Metal alternatif US et de ses refrains teenage si calibrés.

De la bel ouvrage, qui tente le coup de la citation dreamy 80’s, avec la délicatesse énamourée de « I Will Be There », typique des quarts d’heure américains passés sur la piste de danse. Mais la volonté de Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas et de Nick était de trouver le parfait équilibre entre concession mélodique et hargne électrique, ce que des morceaux comme « The Upside Down » ou « A Different Sky » parviennent à faire sans trop d’effort. Pas de remplissage, des hits que le public reprendra en chœur entre deux classiques du groupe, quelques glissements sur le terrain d’un AOR musclé (« Your Are My End And My Beginning »), pour un final à la hauteur du travail accompli (« Behind The Wall » et ses chœurs en gimmick), et un comeback précipité qui finalement, ne représente qu’une continuité dans le parcours de HOLLOW HAZE.         

 

   

Titres de l’album :

                             1.Destinations

                             2.Oblivion

                             3.It’s Always Dark Before The Dawn

                             4.Through Space And Time

                             5.I Will Be There

                             6.The Upside Down

                             7.New Era

                             8.A Different Sky

                             9.Resurrection

                             10.Your Are My End And My Beginning

                             11.Behind The Wall

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2019 à 17:27
80 %    345

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29