Beaucoup de groupes splittent. La plupart du temps, cette séparation est due à la lassitude, aux conflits internes, problèmes juridiques et/ou de business, ou plus simplement parce que les musiciens sentent le bout de la route atteint, et rêvent d’autres horizons. Ces séparations peuvent durer plus ou moins longtemps, certains bifurquant pendant des décennies, tandis que d’autres s’accordent une pause variant de quelques mois à une poignée d’années. C’est cette dernière option qu’a choisi le tempétueux leader Nick Savio, démantelant son combo HOLLOW HAZE pour former ETERNAL IDOL en compagnie de Fabio Lione (ANGRA, RHAPSODY), Camillo and Giorgia Colleluori, et Andy Buratto (HELL IN THE CLUB, SECRET SPHERE). Mais après quelques notes partagées avec ces nouveaux collègues, le besoin de repartir sur d’anciennes bases se fit sentir, et le brave Nick décida de faire renaître HOLLOW HAZE de ses cendres, avec toutefois quelques ajustements. En s’accompagnant d’un de ses anciens compagnons d’armes, Dave Cestaro, bassiste depuis 2010, et en enrôlant deux nouvelles recrues (Fabio Dessi (ARTHEMIS) au chant et Paolo Caridi (MLB) à la batterie), Nick tenait là la formation parfaite pour repartir sur de nouvelles bases, et ainsi passer de Scarlet Records au référentiel Frontiers, histoire de mettre toutes les chances promotionnelles de son côté. C’est ainsi que le septième LP de HH vit le jour, ce Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas à la pochette colorée et explicite quant au message propagé. Espérant que cet ajout de sang neuf allait redonner à son groupe l’allant dont il avait besoin depuis sa création en 2003, Savio misa donc sur sa capacité de compositeur à trouver des thèmes et des mélodies accrocheurs pour entériner ce comeback brisant quatre ans de silence, et il gagne haut la main son pari. Car sans rien révolutionner dans le petit monde du Heavy mélodique, ce septième chapitre se hisse au rang des réussites personnelles pour le guitariste.

Ecrit par Nick et Fabio, ce nouveau tome des aventures italiennes s’ancre parfaitement dans la logique artistique d’un label qui ne souhaite manquer aucune bonne affaire. Toujours aussi épris de puissance et d’émotion, HOLLOW HAZE continue donc son cheminement logique, et nous offre onze nouvelles compositions qui ont tout de classiques du Hard transalpin puissant et racé, bien que l’appellation « progressive » souvent accolée au groupe fasse cruellement défaut. A moins de considérer les quelques arrangements grandiloquents et les nappes de synthé souvent versées comme composantes essentielles du genre, Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas n’est rien de plus qu’un excellent LP de Heavy mélodique comme seuls les italiens savent les faire, et regorge d’harmonies, de riffs larger than life, et d’une ambiance contemporaine délicieuse qui renvoie pourtant au passé de groupes comme SAVATAGE, pour ne nommer qu’eux. Du SAVATAGE revu et corrigé Frontiers 2019, avec quelques allusions aux nineties des ANGRA, VANDEN PLAS, mais aussi à tous les artistes produits à un moment ou à un autre par Alessandro Del Vecchio, soit la quintessence absolue d’une vision plaçant sur un pied d’égalité puissance et nuance. Reprenant à son compte toutes ses performances d’antan, Nick a voulu en quelque sorte composer l’album parfait pour un retour en fanfare, et nous inonde de soli dans la plus pure tradition d’un Heavy formel, accentuant la rage d’une énergie palpable, qui témoigne de son envie de redonner à sa discographie un éclairage neuf sans tamiser ses réussites passées. Et le résultat est aussi brillant que sensible, avec ces inserts romantiques placés de çà et là, qui permettent à certains titres d’atteindre le niveau du meilleur Power Metal moderne (« New Era »).

Rien de bien nouveau donc sous le soleil de Vicence, mais beaucoup d’efficacité et de lucidité, l’effort s’arrêtant juste au niveau des cinquante minutes pour onze morceaux, ce qui en donne suffisamment sans en faire trop. La motivation est bien là, ce que nous prouve l’entame « Destinations », qui définit le cap à venir de ses claviers pompeux précédant un riff hautement accrocheur sur fond de beat gluant. On reconnaît plus ou moins la patte suédoise du roi Midas qui transforme n’importe quel lick en or, notamment ce beat élastique et jumpy qui nous englue tout en nous laissant esquisser quelques bonds, le tout transposé dans un art de l’orfèvrerie typiquement italien qui assume son héritage tout en louchant sur les réussites sud et nord-américaines et nord européenne. « Oblivion » enfonce encore plus le clou avec son affrontement synthé/guitare, mettant en relief le chant lyrique mais efficace du petit nouveau Fabio Dessi, qui n’en fait jamais trop, mais qui tient à prouver ses capacités. Très down to earth, le Metal de HOLLOW HAZE admet sans problème son besoin de mélodies qui s’incrustent pour mieux faire passer la pilule d’une guitare délibérément agressive, reconnaissant aussi la nécessité de séduire le grand public sans trahir son noyau de fans hardcore. Un bel équilibre entre prétentions commerciales et purisme Rock, pour une belle démonstration de savoir-faire à l’italienne, et un niveau de qualité ne se démentant jamais. Je le disais, l’émotion n’est jamais loin derrière la passion, et « It’s Always Dark Before The Dawn » de calmer plus ou moins le jeu en conférant à la batterie un léger son synthétique si apprécié par les scandinaves, osant même la séduction du Metal alternatif US et de ses refrains teenage si calibrés.

De la bel ouvrage, qui tente le coup de la citation dreamy 80’s, avec la délicatesse énamourée de « I Will Be There », typique des quarts d’heure américains passés sur la piste de danse. Mais la volonté de Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas et de Nick était de trouver le parfait équilibre entre concession mélodique et hargne électrique, ce que des morceaux comme « The Upside Down » ou « A Different Sky » parviennent à faire sans trop d’effort. Pas de remplissage, des hits que le public reprendra en chœur entre deux classiques du groupe, quelques glissements sur le terrain d’un AOR musclé (« Your Are My End And My Beginning »), pour un final à la hauteur du travail accompli (« Behind The Wall » et ses chœurs en gimmick), et un comeback précipité qui finalement, ne représente qu’une continuité dans le parcours de HOLLOW HAZE.         

 

   

Titres de l’album :

                             1.Destinations

                             2.Oblivion

                             3.It’s Always Dark Before The Dawn

                             4.Through Space And Time

                             5.I Will Be There

                             6.The Upside Down

                             7.New Era

                             8.A Different Sky

                             9.Resurrection

                             10.Your Are My End And My Beginning

                             11.Behind The Wall

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2019 à 17:27
80 %    100

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.