Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Hollow Haze

12/07/2019

Frontiers Records

Beaucoup de groupes splittent. La plupart du temps, cette séparation est due à la lassitude, aux conflits internes, problèmes juridiques et/ou de business, ou plus simplement parce que les musiciens sentent le bout de la route atteint, et rêvent d’autres horizons. Ces séparations peuvent durer plus ou moins longtemps, certains bifurquant pendant des décennies, tandis que d’autres s’accordent une pause variant de quelques mois à une poignée d’années. C’est cette dernière option qu’a choisi le tempétueux leader Nick Savio, démantelant son combo HOLLOW HAZE pour former ETERNAL IDOL en compagnie de Fabio Lione (ANGRA, RHAPSODY), Camillo and Giorgia Colleluori, et Andy Buratto (HELL IN THE CLUB, SECRET SPHERE). Mais après quelques notes partagées avec ces nouveaux collègues, le besoin de repartir sur d’anciennes bases se fit sentir, et le brave Nick décida de faire renaître HOLLOW HAZE de ses cendres, avec toutefois quelques ajustements. En s’accompagnant d’un de ses anciens compagnons d’armes, Dave Cestaro, bassiste depuis 2010, et en enrôlant deux nouvelles recrues (Fabio Dessi (ARTHEMIS) au chant et Paolo Caridi (MLB) à la batterie), Nick tenait là la formation parfaite pour repartir sur de nouvelles bases, et ainsi passer de Scarlet Records au référentiel Frontiers, histoire de mettre toutes les chances promotionnelles de son côté. C’est ainsi que le septième LP de HH vit le jour, ce Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas à la pochette colorée et explicite quant au message propagé. Espérant que cet ajout de sang neuf allait redonner à son groupe l’allant dont il avait besoin depuis sa création en 2003, Savio misa donc sur sa capacité de compositeur à trouver des thèmes et des mélodies accrocheurs pour entériner ce comeback brisant quatre ans de silence, et il gagne haut la main son pari. Car sans rien révolutionner dans le petit monde du Heavy mélodique, ce septième chapitre se hisse au rang des réussites personnelles pour le guitariste.

Ecrit par Nick et Fabio, ce nouveau tome des aventures italiennes s’ancre parfaitement dans la logique artistique d’un label qui ne souhaite manquer aucune bonne affaire. Toujours aussi épris de puissance et d’émotion, HOLLOW HAZE continue donc son cheminement logique, et nous offre onze nouvelles compositions qui ont tout de classiques du Hard transalpin puissant et racé, bien que l’appellation « progressive » souvent accolée au groupe fasse cruellement défaut. A moins de considérer les quelques arrangements grandiloquents et les nappes de synthé souvent versées comme composantes essentielles du genre, Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas n’est rien de plus qu’un excellent LP de Heavy mélodique comme seuls les italiens savent les faire, et regorge d’harmonies, de riffs larger than life, et d’une ambiance contemporaine délicieuse qui renvoie pourtant au passé de groupes comme SAVATAGE, pour ne nommer qu’eux. Du SAVATAGE revu et corrigé Frontiers 2019, avec quelques allusions aux nineties des ANGRA, VANDEN PLAS, mais aussi à tous les artistes produits à un moment ou à un autre par Alessandro Del Vecchio, soit la quintessence absolue d’une vision plaçant sur un pied d’égalité puissance et nuance. Reprenant à son compte toutes ses performances d’antan, Nick a voulu en quelque sorte composer l’album parfait pour un retour en fanfare, et nous inonde de soli dans la plus pure tradition d’un Heavy formel, accentuant la rage d’une énergie palpable, qui témoigne de son envie de redonner à sa discographie un éclairage neuf sans tamiser ses réussites passées. Et le résultat est aussi brillant que sensible, avec ces inserts romantiques placés de çà et là, qui permettent à certains titres d’atteindre le niveau du meilleur Power Metal moderne (« New Era »).

Rien de bien nouveau donc sous le soleil de Vicence, mais beaucoup d’efficacité et de lucidité, l’effort s’arrêtant juste au niveau des cinquante minutes pour onze morceaux, ce qui en donne suffisamment sans en faire trop. La motivation est bien là, ce que nous prouve l’entame « Destinations », qui définit le cap à venir de ses claviers pompeux précédant un riff hautement accrocheur sur fond de beat gluant. On reconnaît plus ou moins la patte suédoise du roi Midas qui transforme n’importe quel lick en or, notamment ce beat élastique et jumpy qui nous englue tout en nous laissant esquisser quelques bonds, le tout transposé dans un art de l’orfèvrerie typiquement italien qui assume son héritage tout en louchant sur les réussites sud et nord-américaines et nord européenne. « Oblivion » enfonce encore plus le clou avec son affrontement synthé/guitare, mettant en relief le chant lyrique mais efficace du petit nouveau Fabio Dessi, qui n’en fait jamais trop, mais qui tient à prouver ses capacités. Très down to earth, le Metal de HOLLOW HAZE admet sans problème son besoin de mélodies qui s’incrustent pour mieux faire passer la pilule d’une guitare délibérément agressive, reconnaissant aussi la nécessité de séduire le grand public sans trahir son noyau de fans hardcore. Un bel équilibre entre prétentions commerciales et purisme Rock, pour une belle démonstration de savoir-faire à l’italienne, et un niveau de qualité ne se démentant jamais. Je le disais, l’émotion n’est jamais loin derrière la passion, et « It’s Always Dark Before The Dawn » de calmer plus ou moins le jeu en conférant à la batterie un léger son synthétique si apprécié par les scandinaves, osant même la séduction du Metal alternatif US et de ses refrains teenage si calibrés.

De la bel ouvrage, qui tente le coup de la citation dreamy 80’s, avec la délicatesse énamourée de « I Will Be There », typique des quarts d’heure américains passés sur la piste de danse. Mais la volonté de Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas et de Nick était de trouver le parfait équilibre entre concession mélodique et hargne électrique, ce que des morceaux comme « The Upside Down » ou « A Different Sky » parviennent à faire sans trop d’effort. Pas de remplissage, des hits que le public reprendra en chœur entre deux classiques du groupe, quelques glissements sur le terrain d’un AOR musclé (« Your Are My End And My Beginning »), pour un final à la hauteur du travail accompli (« Behind The Wall » et ses chœurs en gimmick), et un comeback précipité qui finalement, ne représente qu’une continuité dans le parcours de HOLLOW HAZE.         

 

   

Titres de l’album :

                             1.Destinations

                             2.Oblivion

                             3.It’s Always Dark Before The Dawn

                             4.Through Space And Time

                             5.I Will Be There

                             6.The Upside Down

                             7.New Era

                             8.A Different Sky

                             9.Resurrection

                             10.Your Are My End And My Beginning

                             11.Behind The Wall

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2019 à 17:27
80 %    309

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Lifting Catastrophy

Ca sonnait nouveau à l'époque, en plus de l'album de Dimmu (enthroned darkness triumphant), et ça a apporté une certaine fraîcheur. J'ai quand même préféré l'album suivant, Cruelty and the beast, avec un son un peu plus rond. Tout ce qui sonnait un peu radical n'était pas déplaisant dans (...)

29/05/2020, 12:33

JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46

Gargan

Bon sang ! Je n’avais même pas vu qu’il s’étaient reformés depuis quelques années, j’en suis resté au Lp de 92 !

29/05/2020, 08:41

Humungus

Super album qui effectivement déroute d'entrée de jeu mais qui de fait à les couilles au cul de le faire. Je me souviens comme si c'était hier la première fois que j'ai écouté ce fameux "Achilles" : "Mais qu'est-ce qu'ils foutent là bordel ?!?!"... Ben ils avaient simplement réussi leur par(...)

29/05/2020, 08:39

Humungus

Au vu de la chronique et des précédents commentaires, j'ai donc jeté une oreille là-dessus.
Bah désolé, mais je suis plutôt de l'avis d'asqer...

29/05/2020, 08:31

asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07