Crackattack

Fullminator

15/09/2018

Autoproduction

Un ajout de plus dans la grande famille des suffixes restrictifs, avec l’adjonction de FULLMINATOR, qui rejoint donc ses cousins, oncles et tantes pour tenter de s’imposer comme membre actif de la grande communauté agressive mondiale. On se méfie toujours des groupes en OR, à juste titre puisque la plupart se placent dans un créneau de Thrash rebattu et interchangeable, mais autant avoir confiance dans les groupes en or. Pourtant, ces nouveaux arrivants sur la planète saccadée n’ont pas choisi l’optique la plus simple, puisqu’outre une philosophie musicale assez classique, ils ont aussi opté pour un second-degré assez prononcé, ce qui a généralement le don de multiplier les risques de gamelle par deux. Impossible d’oublier les performances passées des GWAR, de CEREBRAL FIX, d’INTENSE MUTILATION, de MACABRE et autres clowns extrêmes plus ou moins heureux de leurs vannes, mais attention. Se réclamer d’un comique de situation et proposer une musique ludique mais accrocheuse n’est pas donné à tout le monde, et le ravin de la gaudriole navrante étant assez profond et glissant, il est très facile de s’affaler dans le comique troupier et d’oublier en route comment jouer. Beaucoup d’artistes ont payé le prix fort de leurs blagounettes à deux balles sur fond de bal musette anal, la méfiance est donc de mise, mais dès les premiers instants de ce premier album, on réalise qu’avant d’être des amuseurs publics, les  FULLMINATOR se veulent musiciens capables, et aptes à composer de véritables morceaux mettant en valeur leurs aventures farfelues.

Nous en venant de Porto-Rico, ces gonflés du bulbe aux costumes de super-héros improbables (Reptilian Deluxe (chant), Commissar Gartallax (batterie), Kiununtriux (guitare rythmique), Bilox (guitare lead) et Blowmeux (basse)) ont entamé leur carrière en 2015, et ont depuis proposé un EP initial, un an plus tard (From The Future), avant de semer quelques simples sur leur route histoire d’annoncer ce premier long, Crackattack. Mais Crackattack, c’est quoi au juste ? Thématiquement, les aventures d’une bande de tarés venant du futur, pour sauver notre monde de la menace diabolique du colonel Roach, par le simple pouvoir de leur musique. Si esthétiquement, la bande ressemble à un mix entre les Power Rangers et Bioman déguisés en membres de SUICIDAL TENDENCIES, musicalement, l’image est à proprement parler la même. Les FULLMINATOR pourraient être des résidents d’un Venice californien de 2125, revenus dans le temps pour nous protéger et vanter les mérites des chemises à carreaux et bandanas sur le front. Impossible en effet à l’écoute de leur barouf de ne pas penser à la première partie de carrière de la bande à Mike Muir, que ces héros costumés ont mâtinée d’inflexions à la EXCEL, GAMA BOMB et IRON REAGAN, histoire d’élargir leur champ d’inspiration. On pourrait presque aussi citer les anglais d’ACID REIGN et de SLAMMER pour offrir un tableau exhaustif, tant les morceaux proposés ici piochent un peu dans toute la saga haute en couleur de la saccade 80’s. Ce qui n’empêche nullement les portoricains de présenter un visage assez particulier, et pas seulement à cause de leurs masques, mais surtout pour leur façon d’accommoder des restes encore chauds et nous offrir l’album de Crossover de cette rentrée 2018.

Les non-anglophones auront bien évidemment beaucoup de mal à trouver ça drôle, puisque les textes leur échapperont complètement, mais ils pourront se rabattre sur l’instrumental qui lui, reste universel dans son langage. Beaucoup de syncopes donc, des breaks à foison, et surtout, de la bonne humeur collective qui ne prend jamais le pas sur la qualité musicale. Si les riffs empestent la Californie à des années-lumière à la ronde, les chœurs incroyablement présents et ce chant juvénile qui harangue avec conviction permettent d’équilibrer moderne une recette passée qui a déjà fait ses preuves. Et si la plupart des morceaux fonctionnent sur un mécanisme de répétition assez flagrant, le groupe a toujours l’intelligence de placer une ou deux trouvailles au niveau des arrangements pour rende l’écoute moins redondante. La base se repose donc sur une alternance de guitares hargneuses et de tempi rapides, soudainement interrompus par une narration qui répond à des exigences de cohérence, histoire de continuer à raconter une histoire sans oublier un épisode en route. Individuellement, chaque membre est d’importance, avec une mention très spéciale aux deux équilibristes de la bande, d’une part le frappeur Commissar Gartallax, qui se pose en fils illégitime de Dave Lombardo et R.J Herrera, et d’autre part le tricoteur de génie Bilox, qui nous torche des soli que Rocky George aurait pu signer de son talent sans avoir à en rougir. Les deux fortes têtes n’en font d’ailleurs qu’à la leur, en multipliant les interventions, mais sans phagocyter la place réservée à leurs compagnons d’armes. Mais leur folie permet à Crackattack de décoller vers les cimes du fun musical le plus outrancier, et de conférer à cette première réalisation une épaisseur d’exubérance parfaitement délicieuse.

Et il fallait bien ça pour meubler les presque cinquante minutes d’odyssée improbable, métrage assez peu usuel dans le monde du Crossover, souvent habitué à plus de concision et de brièveté. Alors, certes, les minutes peuvent parfois paraître longues, spécialement lorsque les idées se répercutent de chapitre en chapitre, mais la bonne humeur globale et le nombre de riffs pertinents et entraînants rétablit l’équilibre, hissant ce premier album au rang des réussites joyeuses. Alors, entre un instrumental d’entrée qui pose les jalons de la cocasserie sci-fi (« Hit The Pipes »), un premier morceau qui ose les images incongrues sur fond de Mosh fatal au coin d’une rue (« Johnny Died in a Mosh », qui aurait pu être partagé sur scène par les ST et les RAMONES), des rencontres avec l’ennemi juré qui sentent le coup Thrash fourré (« Colonel Roach », MORDRED et SLAMMER se tirent la bourre dans un ring aux confins de la galaxie), des galéjades sur fond de régurgitation qui piquent à Mike Muir son chant et à Rocky ses riffs inquiétants (« Puke Queen »), et quelques allusions grivoises agrémentées de cris de jouissance en Thrash de réjouissance (« Bulletproof Panties »), l’aventure se suit avec un certain bonheur, et on finit par adhérer à la cause de ces justiciers, qui s’ils n’ont pas encore l’envergure des super-héros de notre enfance, on déjà le costume pour les singer devant le miroir. D’ailleurs, pour bien se laisser à notre bon souvenir, les FULLMINATOR fulminent d’un dernier épilogue de dix minutes, via « Bath Salt Blues (Roachsmoker) », pour ne pas qu’on oublie de les remercier avant qu’ils ne repartent vers leur avenir. Du fun donc, mais aussi une musique qui donne envie de mosher, pour un équilibre presque parfait, qui gagnerait quand même à se montrer plus bref et plus varié. Mais soyez rassurés braves thrasheurs, vous pouvez continuer à slammer en toute tranquillité, puisque la menace intersidérale est écartée. Ouvrez-donc une bière et buvez la à leur santé.              

 

Titres de l'album :

                         1.Hit the Pipes          

                         2.Johnny Died in a Mosh    

                         3.Bulletproof Panties           

                         4.Colonel Roach

                         5.The Glow of the Nuclear Hash

                         6.Reptilian Breath

                         7.Puke Queen

                         8.Hell Cop

                         9.Crackbot

                        10.Summertime Teeth and Blood

                        11.Bath Salt Blues (Roachsmoker)

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/10/2018 à 14:26
78 %    579

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07