Un ajout de plus dans la grande famille des suffixes restrictifs, avec l’adjonction de FULLMINATOR, qui rejoint donc ses cousins, oncles et tantes pour tenter de s’imposer comme membre actif de la grande communauté agressive mondiale. On se méfie toujours des groupes en OR, à juste titre puisque la plupart se placent dans un créneau de Thrash rebattu et interchangeable, mais autant avoir confiance dans les groupes en or. Pourtant, ces nouveaux arrivants sur la planète saccadée n’ont pas choisi l’optique la plus simple, puisqu’outre une philosophie musicale assez classique, ils ont aussi opté pour un second-degré assez prononcé, ce qui a généralement le don de multiplier les risques de gamelle par deux. Impossible d’oublier les performances passées des GWAR, de CEREBRAL FIX, d’INTENSE MUTILATION, de MACABRE et autres clowns extrêmes plus ou moins heureux de leurs vannes, mais attention. Se réclamer d’un comique de situation et proposer une musique ludique mais accrocheuse n’est pas donné à tout le monde, et le ravin de la gaudriole navrante étant assez profond et glissant, il est très facile de s’affaler dans le comique troupier et d’oublier en route comment jouer. Beaucoup d’artistes ont payé le prix fort de leurs blagounettes à deux balles sur fond de bal musette anal, la méfiance est donc de mise, mais dès les premiers instants de ce premier album, on réalise qu’avant d’être des amuseurs publics, les  FULLMINATOR se veulent musiciens capables, et aptes à composer de véritables morceaux mettant en valeur leurs aventures farfelues.

Nous en venant de Porto-Rico, ces gonflés du bulbe aux costumes de super-héros improbables (Reptilian Deluxe (chant), Commissar Gartallax (batterie), Kiununtriux (guitare rythmique), Bilox (guitare lead) et Blowmeux (basse)) ont entamé leur carrière en 2015, et ont depuis proposé un EP initial, un an plus tard (From The Future), avant de semer quelques simples sur leur route histoire d’annoncer ce premier long, Crackattack. Mais Crackattack, c’est quoi au juste ? Thématiquement, les aventures d’une bande de tarés venant du futur, pour sauver notre monde de la menace diabolique du colonel Roach, par le simple pouvoir de leur musique. Si esthétiquement, la bande ressemble à un mix entre les Power Rangers et Bioman déguisés en membres de SUICIDAL TENDENCIES, musicalement, l’image est à proprement parler la même. Les FULLMINATOR pourraient être des résidents d’un Venice californien de 2125, revenus dans le temps pour nous protéger et vanter les mérites des chemises à carreaux et bandanas sur le front. Impossible en effet à l’écoute de leur barouf de ne pas penser à la première partie de carrière de la bande à Mike Muir, que ces héros costumés ont mâtinée d’inflexions à la EXCEL, GAMA BOMB et IRON REAGAN, histoire d’élargir leur champ d’inspiration. On pourrait presque aussi citer les anglais d’ACID REIGN et de SLAMMER pour offrir un tableau exhaustif, tant les morceaux proposés ici piochent un peu dans toute la saga haute en couleur de la saccade 80’s. Ce qui n’empêche nullement les portoricains de présenter un visage assez particulier, et pas seulement à cause de leurs masques, mais surtout pour leur façon d’accommoder des restes encore chauds et nous offrir l’album de Crossover de cette rentrée 2018.

Les non-anglophones auront bien évidemment beaucoup de mal à trouver ça drôle, puisque les textes leur échapperont complètement, mais ils pourront se rabattre sur l’instrumental qui lui, reste universel dans son langage. Beaucoup de syncopes donc, des breaks à foison, et surtout, de la bonne humeur collective qui ne prend jamais le pas sur la qualité musicale. Si les riffs empestent la Californie à des années-lumière à la ronde, les chœurs incroyablement présents et ce chant juvénile qui harangue avec conviction permettent d’équilibrer moderne une recette passée qui a déjà fait ses preuves. Et si la plupart des morceaux fonctionnent sur un mécanisme de répétition assez flagrant, le groupe a toujours l’intelligence de placer une ou deux trouvailles au niveau des arrangements pour rende l’écoute moins redondante. La base se repose donc sur une alternance de guitares hargneuses et de tempi rapides, soudainement interrompus par une narration qui répond à des exigences de cohérence, histoire de continuer à raconter une histoire sans oublier un épisode en route. Individuellement, chaque membre est d’importance, avec une mention très spéciale aux deux équilibristes de la bande, d’une part le frappeur Commissar Gartallax, qui se pose en fils illégitime de Dave Lombardo et R.J Herrera, et d’autre part le tricoteur de génie Bilox, qui nous torche des soli que Rocky George aurait pu signer de son talent sans avoir à en rougir. Les deux fortes têtes n’en font d’ailleurs qu’à la leur, en multipliant les interventions, mais sans phagocyter la place réservée à leurs compagnons d’armes. Mais leur folie permet à Crackattack de décoller vers les cimes du fun musical le plus outrancier, et de conférer à cette première réalisation une épaisseur d’exubérance parfaitement délicieuse.

Et il fallait bien ça pour meubler les presque cinquante minutes d’odyssée improbable, métrage assez peu usuel dans le monde du Crossover, souvent habitué à plus de concision et de brièveté. Alors, certes, les minutes peuvent parfois paraître longues, spécialement lorsque les idées se répercutent de chapitre en chapitre, mais la bonne humeur globale et le nombre de riffs pertinents et entraînants rétablit l’équilibre, hissant ce premier album au rang des réussites joyeuses. Alors, entre un instrumental d’entrée qui pose les jalons de la cocasserie sci-fi (« Hit The Pipes »), un premier morceau qui ose les images incongrues sur fond de Mosh fatal au coin d’une rue (« Johnny Died in a Mosh », qui aurait pu être partagé sur scène par les ST et les RAMONES), des rencontres avec l’ennemi juré qui sentent le coup Thrash fourré (« Colonel Roach », MORDRED et SLAMMER se tirent la bourre dans un ring aux confins de la galaxie), des galéjades sur fond de régurgitation qui piquent à Mike Muir son chant et à Rocky ses riffs inquiétants (« Puke Queen »), et quelques allusions grivoises agrémentées de cris de jouissance en Thrash de réjouissance (« Bulletproof Panties »), l’aventure se suit avec un certain bonheur, et on finit par adhérer à la cause de ces justiciers, qui s’ils n’ont pas encore l’envergure des super-héros de notre enfance, on déjà le costume pour les singer devant le miroir. D’ailleurs, pour bien se laisser à notre bon souvenir, les FULLMINATOR fulminent d’un dernier épilogue de dix minutes, via « Bath Salt Blues (Roachsmoker) », pour ne pas qu’on oublie de les remercier avant qu’ils ne repartent vers leur avenir. Du fun donc, mais aussi une musique qui donne envie de mosher, pour un équilibre presque parfait, qui gagnerait quand même à se montrer plus bref et plus varié. Mais soyez rassurés braves thrasheurs, vous pouvez continuer à slammer en toute tranquillité, puisque la menace intersidérale est écartée. Ouvrez-donc une bière et buvez la à leur santé.              

 

Titres de l'album :

                         1.Hit the Pipes          

                         2.Johnny Died in a Mosh    

                         3.Bulletproof Panties           

                         4.Colonel Roach

                         5.The Glow of the Nuclear Hash

                         6.Reptilian Breath

                         7.Puke Queen

                         8.Hell Cop

                         9.Crackbot

                        10.Summertime Teeth and Blood

                        11.Bath Salt Blues (Roachsmoker)

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/10/2018 à 14:26
78 %    324

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....