Un ajout de plus dans la grande famille des suffixes restrictifs, avec l’adjonction de FULLMINATOR, qui rejoint donc ses cousins, oncles et tantes pour tenter de s’imposer comme membre actif de la grande communauté agressive mondiale. On se méfie toujours des groupes en OR, à juste titre puisque la plupart se placent dans un créneau de Thrash rebattu et interchangeable, mais autant avoir confiance dans les groupes en or. Pourtant, ces nouveaux arrivants sur la planète saccadée n’ont pas choisi l’optique la plus simple, puisqu’outre une philosophie musicale assez classique, ils ont aussi opté pour un second-degré assez prononcé, ce qui a généralement le don de multiplier les risques de gamelle par deux. Impossible d’oublier les performances passées des GWAR, de CEREBRAL FIX, d’INTENSE MUTILATION, de MACABRE et autres clowns extrêmes plus ou moins heureux de leurs vannes, mais attention. Se réclamer d’un comique de situation et proposer une musique ludique mais accrocheuse n’est pas donné à tout le monde, et le ravin de la gaudriole navrante étant assez profond et glissant, il est très facile de s’affaler dans le comique troupier et d’oublier en route comment jouer. Beaucoup d’artistes ont payé le prix fort de leurs blagounettes à deux balles sur fond de bal musette anal, la méfiance est donc de mise, mais dès les premiers instants de ce premier album, on réalise qu’avant d’être des amuseurs publics, les  FULLMINATOR se veulent musiciens capables, et aptes à composer de véritables morceaux mettant en valeur leurs aventures farfelues.

Nous en venant de Porto-Rico, ces gonflés du bulbe aux costumes de super-héros improbables (Reptilian Deluxe (chant), Commissar Gartallax (batterie), Kiununtriux (guitare rythmique), Bilox (guitare lead) et Blowmeux (basse)) ont entamé leur carrière en 2015, et ont depuis proposé un EP initial, un an plus tard (From The Future), avant de semer quelques simples sur leur route histoire d’annoncer ce premier long, Crackattack. Mais Crackattack, c’est quoi au juste ? Thématiquement, les aventures d’une bande de tarés venant du futur, pour sauver notre monde de la menace diabolique du colonel Roach, par le simple pouvoir de leur musique. Si esthétiquement, la bande ressemble à un mix entre les Power Rangers et Bioman déguisés en membres de SUICIDAL TENDENCIES, musicalement, l’image est à proprement parler la même. Les FULLMINATOR pourraient être des résidents d’un Venice californien de 2125, revenus dans le temps pour nous protéger et vanter les mérites des chemises à carreaux et bandanas sur le front. Impossible en effet à l’écoute de leur barouf de ne pas penser à la première partie de carrière de la bande à Mike Muir, que ces héros costumés ont mâtinée d’inflexions à la EXCEL, GAMA BOMB et IRON REAGAN, histoire d’élargir leur champ d’inspiration. On pourrait presque aussi citer les anglais d’ACID REIGN et de SLAMMER pour offrir un tableau exhaustif, tant les morceaux proposés ici piochent un peu dans toute la saga haute en couleur de la saccade 80’s. Ce qui n’empêche nullement les portoricains de présenter un visage assez particulier, et pas seulement à cause de leurs masques, mais surtout pour leur façon d’accommoder des restes encore chauds et nous offrir l’album de Crossover de cette rentrée 2018.

Les non-anglophones auront bien évidemment beaucoup de mal à trouver ça drôle, puisque les textes leur échapperont complètement, mais ils pourront se rabattre sur l’instrumental qui lui, reste universel dans son langage. Beaucoup de syncopes donc, des breaks à foison, et surtout, de la bonne humeur collective qui ne prend jamais le pas sur la qualité musicale. Si les riffs empestent la Californie à des années-lumière à la ronde, les chœurs incroyablement présents et ce chant juvénile qui harangue avec conviction permettent d’équilibrer moderne une recette passée qui a déjà fait ses preuves. Et si la plupart des morceaux fonctionnent sur un mécanisme de répétition assez flagrant, le groupe a toujours l’intelligence de placer une ou deux trouvailles au niveau des arrangements pour rende l’écoute moins redondante. La base se repose donc sur une alternance de guitares hargneuses et de tempi rapides, soudainement interrompus par une narration qui répond à des exigences de cohérence, histoire de continuer à raconter une histoire sans oublier un épisode en route. Individuellement, chaque membre est d’importance, avec une mention très spéciale aux deux équilibristes de la bande, d’une part le frappeur Commissar Gartallax, qui se pose en fils illégitime de Dave Lombardo et R.J Herrera, et d’autre part le tricoteur de génie Bilox, qui nous torche des soli que Rocky George aurait pu signer de son talent sans avoir à en rougir. Les deux fortes têtes n’en font d’ailleurs qu’à la leur, en multipliant les interventions, mais sans phagocyter la place réservée à leurs compagnons d’armes. Mais leur folie permet à Crackattack de décoller vers les cimes du fun musical le plus outrancier, et de conférer à cette première réalisation une épaisseur d’exubérance parfaitement délicieuse.

Et il fallait bien ça pour meubler les presque cinquante minutes d’odyssée improbable, métrage assez peu usuel dans le monde du Crossover, souvent habitué à plus de concision et de brièveté. Alors, certes, les minutes peuvent parfois paraître longues, spécialement lorsque les idées se répercutent de chapitre en chapitre, mais la bonne humeur globale et le nombre de riffs pertinents et entraînants rétablit l’équilibre, hissant ce premier album au rang des réussites joyeuses. Alors, entre un instrumental d’entrée qui pose les jalons de la cocasserie sci-fi (« Hit The Pipes »), un premier morceau qui ose les images incongrues sur fond de Mosh fatal au coin d’une rue (« Johnny Died in a Mosh », qui aurait pu être partagé sur scène par les ST et les RAMONES), des rencontres avec l’ennemi juré qui sentent le coup Thrash fourré (« Colonel Roach », MORDRED et SLAMMER se tirent la bourre dans un ring aux confins de la galaxie), des galéjades sur fond de régurgitation qui piquent à Mike Muir son chant et à Rocky ses riffs inquiétants (« Puke Queen »), et quelques allusions grivoises agrémentées de cris de jouissance en Thrash de réjouissance (« Bulletproof Panties »), l’aventure se suit avec un certain bonheur, et on finit par adhérer à la cause de ces justiciers, qui s’ils n’ont pas encore l’envergure des super-héros de notre enfance, on déjà le costume pour les singer devant le miroir. D’ailleurs, pour bien se laisser à notre bon souvenir, les FULLMINATOR fulminent d’un dernier épilogue de dix minutes, via « Bath Salt Blues (Roachsmoker) », pour ne pas qu’on oublie de les remercier avant qu’ils ne repartent vers leur avenir. Du fun donc, mais aussi une musique qui donne envie de mosher, pour un équilibre presque parfait, qui gagnerait quand même à se montrer plus bref et plus varié. Mais soyez rassurés braves thrasheurs, vous pouvez continuer à slammer en toute tranquillité, puisque la menace intersidérale est écartée. Ouvrez-donc une bière et buvez la à leur santé.              

 

Titres de l'album :

                         1.Hit the Pipes          

                         2.Johnny Died in a Mosh    

                         3.Bulletproof Panties           

                         4.Colonel Roach

                         5.The Glow of the Nuclear Hash

                         6.Reptilian Breath

                         7.Puke Queen

                         8.Hell Cop

                         9.Crackbot

                        10.Summertime Teeth and Blood

                        11.Bath Salt Blues (Roachsmoker)

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/10/2018 à 14:26
78 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.