Dès le départ, ça sent l’arnaque. Je cherche évidemment de quoi alimenter cette chronique en infos sur la toile, et systématiquement, je tombe sur des pistes contradictoires.

Toutes les pages, fiables ou non, me parlent d’un single et d’une vidéo balancés en amont d’un LP à paraître pour l’été 2017, avec le fameux titre en exergue, sauf que je suis moi-même en train d’écouter un album d’anciennes chansons remises au goût du jour, sur lequel on ne trouve nullement trace de ce fameux single…alors que penser ?

Pas grand-chose, puisque je ne suis pas payé pour penser, mais pour écouter, décrire et extrapoler. Et là, pour le coup, je peux vraiment extrapoler.

Alors vous savez quoi ?

Ce fameux single/EP/Album est censé être sorti sur Tragic Hero Records au mois de janvier, et mis à part ça, je ne sais rien de plus. Alors admettons que j’ai quand même écouté le bon groupe et que je m’apprête à vous en parler en termes assez élogieux.

Dans les faits, ce groupe d’iconoclastes nous en vient de Floride, Miami, et n’ont rien à voir avec deux flics mais ont beaucoup de vices. Ils ont commencé leur carrière atypique en 2007, et depuis, ont aligné les sorties, dont deux longue durée, You Can't Spell Slaughter Without Laughter en 2008 sur le légendaire label Epitaph, et Astral Rejection en 2011.

Pour continuer leur aventure, ils s’apprêtent donc à balancer l’été prochain Caterpillar Sex, que ce single fantôme annonce à grands fracas, mais que je n’ai donc pas trouvé dans les sillons numériques de ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience qui porte pourtant le même titre…

Alors énigme ? Mais au jugé de la musique un peu décalée et folle de ce quintette qui refuse les barrières (Matt Mehana – chanteur/compositeur, Nathan Blasdell – guitare/choeurs, Connor Mitchener – basse/chœurs, Jonathan Rosell – guitare et Chris Thompson – batterie), il n’est pas étonnant de rencontrer quelques problèmes d’analyse sur leur parcours…

Alors admettons que ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience soit en quelque sorte une fausse compilation/réorchestration d’anciens hits du combo (que j’ai découvert aujourd’hui…), et jugeons le en tant que tel.

Car il développe suffisamment de qualités pour être écouté et apprécié en tant que tel, sans chercher la petite bête qui rampe dans les caleçons.

En substance, et si j’ai un minimum pigé la constitution du truc, ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience contient donc cinq nouveaux titres, et quatre réarrangements d’anciens « tubes » du groupe, pour une jolie valse de styles qui évolue au fur et à mesure de l’écoute. Et si le tout commence de façon tonitruante par une grosse attaque à la limite d’un Néo Thrash fusion, on sent rapidement un glissement vers un Post Hardcore assez jeune, tirant sur un Metalcore aux jolies teintes Power Punk, qui ne ménage ni les mélodies, ni les fantaisies rythmiques sassez échevelées.

Le tout s’écoute avec un plaisir non feint, même si certains morceaux n’évitent pas franchement l’écueil de la mièvrerie harmonique.

Au niveau des bonnes surprises, une nouvelle adaptation de leur « Excite Dyke », qui rappelle autant FAITH NO MORE que leurs anciens compagnons de label IWRESTLEDABEARONCE, le même genre de lifting apporté à «Narcisticismfof » qui se veut toutefois un peu moins fou et plus abordable dans un registre Pop Punk des 00’s, et une jolie franchise Thrash/Thrashcore/Punk/Mathcore sur l’épileptique « Party at The Moon Tower », qui ne refuse pas quelques accalmies en percussions grondantes et martiales, avec toujours ce mariage de voix qui communient dans une belle osmose un peu onirique.

En mettant les points sur les S (parce que sur les I, c’est trop mainstream), on peut résolument affirmer que les I SET MY FRIENDS ON FIRE savent effectivement mettre leur public en feu avec une poignée d’hymnes énergiques et hétéroclites, mais qu’ils restent toutefois en terrain assez connu, sans oser pousser la démence musicale dans ses derniers retranchements.

Pas vraiment le groupe le plus ouf de leur catégorie libre, mais des musiciens qui savent quand même faire  couiner leur instrument avec suffisamment de créativité et de liberté pour intriguer.

Ne connaissant pas le reste de leur discographie, je ne saurais juger de la pertinence comparée de cette sortie, mais dans un genre de Free Post Hardcore/Metalcore/Fusion, les floridiens font montre de belles propensions à écarter les frontières pour imposer leur touche personnelle.

Nombreuses allusions violentes et Thrash, capacité à trousser de jolis hymnes Metalcore teintés de Power Punk, pour une grosse louche d’enthousiasme musical qui saura parfois vous replonger dans l’époque chamarrée de la fin des nineties (« Cantalopue The Antelope », digne de la BO d’un Road Trip ou d’un American Pie), c’est structuré avec beaucoup de pertinence et s’apprécie comme une friandise Rock qui assume tous les parfums, des plus acidulés aux plus poivrés.

Alors certes, le nom, l’entame d’album laissaient présager d’un truc un poil plus débridé, mais la déception n’est pas à l’ordre du jour, surtout lorsqu’on tombe sur un « Rebornphin » au texte parfaitement en phase avec l’épiphanie musicale plurielle qui se vautre dans un genre de Metalcore/Pop Punk de première bourre.

Et comme en plus ces allumés du bulbe terminent leur boulot avec un gros « Zenith Anniversary Stab » qui reprend leurs plus grosses ficelles en les nouant encore plus solidement (comprenez, en osant enfin aller plus loin dans l’étrangeté), le bilan est plus que positif, et puis ces chœurs collégiaux disséminés un peu partout, c’est quand même assez séduisant.

Alors, de là, entre une basse gironde qui s’éclate comme elle peut, une paire de guitaristes à l’aise dans le tronçonnage de riffs aussi efficaces que méchants, et un chanteur aux délicieuses intonations juvéniles capable soudain de hurler à la Mike Patton, c‘est plutôt bien senti. D’autant plus que les quelques arrangements troussés sont plutôt agréables et ludiques.

Donc, nouveau single mais qu’on ne trouve pas, compilation ou EP pour patienter, My Uzi Holds a Hundred Round Conscience vaut les détours qu’il vous fera emprunter. Point à la ligne.

 Et à la pêche aussi. Aux moules.


Titres de l'album:

  1. Phantasmagoria
  2. Excite Dyke
  3. Narcisticismfof
  4. Party At The Moon Tower
  5. Cantalopue The Antelope
  6. Astral Rejection
  7. Infinite Suck
  8. Rebornphin
  9. Commit To The Hypothetical
  10. Zenith Anniversary Stab

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/03/2017 à 10:57
70 %    319

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)