Dès le départ, ça sent l’arnaque. Je cherche évidemment de quoi alimenter cette chronique en infos sur la toile, et systématiquement, je tombe sur des pistes contradictoires.

Toutes les pages, fiables ou non, me parlent d’un single et d’une vidéo balancés en amont d’un LP à paraître pour l’été 2017, avec le fameux titre en exergue, sauf que je suis moi-même en train d’écouter un album d’anciennes chansons remises au goût du jour, sur lequel on ne trouve nullement trace de ce fameux single…alors que penser ?

Pas grand-chose, puisque je ne suis pas payé pour penser, mais pour écouter, décrire et extrapoler. Et là, pour le coup, je peux vraiment extrapoler.

Alors vous savez quoi ?

Ce fameux single/EP/Album est censé être sorti sur Tragic Hero Records au mois de janvier, et mis à part ça, je ne sais rien de plus. Alors admettons que j’ai quand même écouté le bon groupe et que je m’apprête à vous en parler en termes assez élogieux.

Dans les faits, ce groupe d’iconoclastes nous en vient de Floride, Miami, et n’ont rien à voir avec deux flics mais ont beaucoup de vices. Ils ont commencé leur carrière atypique en 2007, et depuis, ont aligné les sorties, dont deux longue durée, You Can't Spell Slaughter Without Laughter en 2008 sur le légendaire label Epitaph, et Astral Rejection en 2011.

Pour continuer leur aventure, ils s’apprêtent donc à balancer l’été prochain Caterpillar Sex, que ce single fantôme annonce à grands fracas, mais que je n’ai donc pas trouvé dans les sillons numériques de ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience qui porte pourtant le même titre…

Alors énigme ? Mais au jugé de la musique un peu décalée et folle de ce quintette qui refuse les barrières (Matt Mehana – chanteur/compositeur, Nathan Blasdell – guitare/choeurs, Connor Mitchener – basse/chœurs, Jonathan Rosell – guitare et Chris Thompson – batterie), il n’est pas étonnant de rencontrer quelques problèmes d’analyse sur leur parcours…

Alors admettons que ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience soit en quelque sorte une fausse compilation/réorchestration d’anciens hits du combo (que j’ai découvert aujourd’hui…), et jugeons le en tant que tel.

Car il développe suffisamment de qualités pour être écouté et apprécié en tant que tel, sans chercher la petite bête qui rampe dans les caleçons.

En substance, et si j’ai un minimum pigé la constitution du truc, ce My Uzi Holds a Hundred Round Conscience contient donc cinq nouveaux titres, et quatre réarrangements d’anciens « tubes » du groupe, pour une jolie valse de styles qui évolue au fur et à mesure de l’écoute. Et si le tout commence de façon tonitruante par une grosse attaque à la limite d’un Néo Thrash fusion, on sent rapidement un glissement vers un Post Hardcore assez jeune, tirant sur un Metalcore aux jolies teintes Power Punk, qui ne ménage ni les mélodies, ni les fantaisies rythmiques sassez échevelées.

Le tout s’écoute avec un plaisir non feint, même si certains morceaux n’évitent pas franchement l’écueil de la mièvrerie harmonique.

Au niveau des bonnes surprises, une nouvelle adaptation de leur « Excite Dyke », qui rappelle autant FAITH NO MORE que leurs anciens compagnons de label IWRESTLEDABEARONCE, le même genre de lifting apporté à «Narcisticismfof » qui se veut toutefois un peu moins fou et plus abordable dans un registre Pop Punk des 00’s, et une jolie franchise Thrash/Thrashcore/Punk/Mathcore sur l’épileptique « Party at The Moon Tower », qui ne refuse pas quelques accalmies en percussions grondantes et martiales, avec toujours ce mariage de voix qui communient dans une belle osmose un peu onirique.

En mettant les points sur les S (parce que sur les I, c’est trop mainstream), on peut résolument affirmer que les I SET MY FRIENDS ON FIRE savent effectivement mettre leur public en feu avec une poignée d’hymnes énergiques et hétéroclites, mais qu’ils restent toutefois en terrain assez connu, sans oser pousser la démence musicale dans ses derniers retranchements.

Pas vraiment le groupe le plus ouf de leur catégorie libre, mais des musiciens qui savent quand même faire  couiner leur instrument avec suffisamment de créativité et de liberté pour intriguer.

Ne connaissant pas le reste de leur discographie, je ne saurais juger de la pertinence comparée de cette sortie, mais dans un genre de Free Post Hardcore/Metalcore/Fusion, les floridiens font montre de belles propensions à écarter les frontières pour imposer leur touche personnelle.

Nombreuses allusions violentes et Thrash, capacité à trousser de jolis hymnes Metalcore teintés de Power Punk, pour une grosse louche d’enthousiasme musical qui saura parfois vous replonger dans l’époque chamarrée de la fin des nineties (« Cantalopue The Antelope », digne de la BO d’un Road Trip ou d’un American Pie), c’est structuré avec beaucoup de pertinence et s’apprécie comme une friandise Rock qui assume tous les parfums, des plus acidulés aux plus poivrés.

Alors certes, le nom, l’entame d’album laissaient présager d’un truc un poil plus débridé, mais la déception n’est pas à l’ordre du jour, surtout lorsqu’on tombe sur un « Rebornphin » au texte parfaitement en phase avec l’épiphanie musicale plurielle qui se vautre dans un genre de Metalcore/Pop Punk de première bourre.

Et comme en plus ces allumés du bulbe terminent leur boulot avec un gros « Zenith Anniversary Stab » qui reprend leurs plus grosses ficelles en les nouant encore plus solidement (comprenez, en osant enfin aller plus loin dans l’étrangeté), le bilan est plus que positif, et puis ces chœurs collégiaux disséminés un peu partout, c’est quand même assez séduisant.

Alors, de là, entre une basse gironde qui s’éclate comme elle peut, une paire de guitaristes à l’aise dans le tronçonnage de riffs aussi efficaces que méchants, et un chanteur aux délicieuses intonations juvéniles capable soudain de hurler à la Mike Patton, c‘est plutôt bien senti. D’autant plus que les quelques arrangements troussés sont plutôt agréables et ludiques.

Donc, nouveau single mais qu’on ne trouve pas, compilation ou EP pour patienter, My Uzi Holds a Hundred Round Conscience vaut les détours qu’il vous fera emprunter. Point à la ligne.

 Et à la pêche aussi. Aux moules.


Titres de l'album:

  1. Phantasmagoria
  2. Excite Dyke
  3. Narcisticismfof
  4. Party At The Moon Tower
  5. Cantalopue The Antelope
  6. Astral Rejection
  7. Infinite Suck
  8. Rebornphin
  9. Commit To The Hypothetical
  10. Zenith Anniversary Stab

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/03/2017 à 10:57
70 %    368

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...