The Time Traveler

The Black Fall

13/11/2016

Eigen Beheer

Depuis quelques années, le cinéma nous propose de nouveau des histoires prospectives, des aventures temporelles parfois naïves, mais de temps en temps suffisamment pertinentes pour qu’on se pose les bonnes questions.  

Je pourrais citer aléatoirement le très bon Time Lapse, le juvénile Project Almanach, ou le tortueux Predestination. En remontant plus loin, nous avions aussi eu droit au minimaliste Primer, au déroutant mais essentiel Looper, et au terrifiant et émouvant Enter Nowhere. Mais tous envisageaient le concept sous le même angle. Le temps n’est qu’une boucle, qui se répète à l’infini, comme l’histoire ou les histoires qui en découlent, et parfois, il arrive que ses bords se touchent pour répéter ad vitam aeternam un évènement jusqu’à vous rendre fou, ou conscient de votre propre nature.

C’est plus ou moins l’axe de narration musical et thématique choisi par les Hollandais de THE BLACK FALL qui avec leur premier album (quoique je n’en sache rien…) s’amusent à faire se fondre les époques et styles les uns dans les autres, pour finalement créer une réalité alternative diablement intéressante d’un point de vue artistique.

Difficile toutefois de trouver des renseignements sur eux sans piocher dans leur page Facebook assez sommaire. Il semblerait que les informations les concernant se soient perdues dans un vortex ou une faille espace-temps, ce qui nous oblige à nous contenter du minimum…Les THE BLACK FALL évoluent donc en quatuor (Stefan – guitare/chant, Wouter – guitare, Luuk – basse/chant et Tiemen – batterie), sont nés aux alentours de 2013, et se revendiquent d’influences assez évidentes dans leur créneau, de PORCUPINE TREE à PINK FLOYD, en passant par PINEAPPLE THIEF, OPETH, Steven WILSON, pour les plus évidents, mais aussi de MESHUGGAH, TOOL, MASTODON, KARNIVOOL et GOJIRA pour les plus capillotractés et brutaux.

Mais au final, et après écoute de The Time Traveler, je pense que ces références ne sont ni citées au hasard ni usurpées, même si l’ombre de GOJIRA ou MASTODON ne couvre pas vraiment la lumière de leurs choix de composition…

Il n’empêche…Dans le créneau surchargé et hautement redondant du Rock/Metal progressif, les quatre bataves s’en tirent largement avec les honneurs, en refusant les facilités inhérentes à la pratique. Même si leurs morceaux sont évidemment d’une certaine façon placés sous l’égide des PORCUPINE TREE et autres Steven Wilson, les figures imposées inévitables, même si certaines parties fleurent bon le Metal progressif moderne découlant des origines contemporaines des 90’s, les quatre musiciens ont suffisamment de répondant pour ne pas tomber dans le piège des citations trop révérencieuses.

Alors oui, THE BLACK FALL sur The Time Traveler se la joue progressif, mais surtout Rock et Metal avant tout, avec parfois quelques inflexions Pop, et ne se contente pas d’aligner les plans gratuits et téléphonés pendant vingt minutes, histoire de remplir le cahier des charges.

Pourtant au jugé, quatre morceaux pour plus de quarante minutes de musique, c’est une indication qui peut rebuter les plus modérés d’entre vous. Mais je vous assure que ces trois-quarts d’heure passés en compagnie des Hollandais sont agréables, variés, et se dispensent dans l’espace vital comme un rêve éveillé dont on n’a pas forcément envie de s’extirper.

Pourquoi ? Parce que ces quatre-là s’y entendent pour développer des ambiances variées, tenant autant du progressif des 70’s pour la variété d’inspiration, que du Néo évolutif des 2000’s, qui n’hésitait pas à durcir le ton pour afficher clairement son affiliation Metal.

D’ailleurs, chaque titre est une déclaration en soi, l’affirmation du postulat pré cité, et même si deux d’entre eux dépassent la barre du quart d’heure, on ne sent jamais l’essoufflement pointer le bout de sa gamme.

La preuve, lorsque l’album fut terminé, j’avais le sentiment que quelques minutes seulement s’étaient écoulées, ce qui valide ce concept de « voyage dans le temps » et de relativité restreinte si chère à Albert.

Alors oui, PORCUPINE TREE reste l’influence la plus criante, et si la patte de MESHUGGAH n’est pas vraiment posée sur le sol mouvant de ce premier album, le Metal puissant et racé y a quand même droit de cité. D’ailleurs, un morceau comme le bref « Modern Day Slave » se permet de synthétiser tout ça en à peine trois cent secondes, tout en étalant des mélodies cristallines.

DREAM THEATER évidemment pour ces progressions rythmiques presque Thrash, Steven Wilson pour ces breaks inopinés et délicats, et une petite pincée de TOOL pour l’ambivalence de ton, lumineux mais sombre à la fois. Un chant qui n’hésite pas à s’arracher les cordes vocales lorsqu’il le faut, et une accumulation d’idées qui s’emboitent en gigogne, le tout dans un format court.

Mais le format long leur colle aussi à la peau, comme le démontre avec une facilité déconcertante l’ouverture « A Threshold of Love and Death », qui résume un parcours de vie comme pourrait le faire un RUSH des seventies perdu dans les couloirs du temps, et rencontrant METALLICA, OPETH et Neal Morse. Envoutement mélodique, percussions rythmiques, distorsion polie mais agressive à la fois, et surtout, un art du prolongement de style qui permet aux THE BLACK FALL d’éviter les écueils pompeux du progressif stérile. Difficile de dire s’ils jouent du Heavy Metal stricto sensu, ou du Hard Rock légèrement durci, mais peu importe le moyen puisque la manière affiche un panache modeste, mais criant. Guitares acoustiques doucereuses, lignes vocales veloutées, pour une approche à la ANT MILL débarrassé de ses velléités alternatives, ou une vision très personnelle d’un Post Rock expurgé de ses prétentions arty boursouflées.

On retrouve peu ou prou le même schéma sur le long final « The Time Traveler », qui effectivement nous propose un cheminement temporel artistique intéressant, et qui juxtapose l’abstraction d’un TOOL à la démesure labyrinthique faussement simple d’un Wilson. Double grosse caisse qui affirme sa compression, chœurs de guitare désincarnés, cocottes qui singent l’Indie Anglaise des 80’s  et gros riffs explosifs qui découlent sur des rivières d’arpèges cristallins…Subtil mélange d’énergie Metal et d’aménagements Rock et Pop, pour un faux crescendo qui se termine dans un épilogue de dextérité qui n’en fait jamais trop et qui s’échoue sur les rives d’un passé des cotes de Canterburry, sans pour autant se réclamer de son enseignement…

Progressif, Hard-Rock, Pop, Indie, Alternatif, Metal même par empruntes fugaces, The Time Traveler est aussi un Style Traveler qui refuse les restrictions, et revendique sa liberté de ton. Un album qui séduira les amateurs du genre, mais qui ne rebutera pas ses détracteurs, ce qui fait donc des Hollandais de THE BLACK FALL une entité fédératrice qui vous offre le temps d’un album, la possibilité de choisir votre époque.

 Le temps passe, mais se répète constamment. Comme le talent.


Titres de l'album:

  1. A Threshold of Love and Death
  2. Sonmi 4.5.1
  3. Modern Day Slave
  4. The Time Traveler

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/11/2016 à 14:48
75 %    768

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26