Marako Te Ruki

Te Ruki

21/04/2022

Autoproduction

Un brin d’originalité dans les chroniques ne peut pas faire de mal. Car en effet, il y a une vie artistique et brutale en dehors des Etats-Unis, de l’Allemagne, du Brésil, de la Grande-Bretagne, Russie, Suède, etc…La preuve en est ce premier album de TE RUKI, groupe originaire de Polynésie Française, chantant entièrement en Tuamotu, langue morte parlée par une petite poignée d’individus sur terre. Voilà de quoi attiser la curiosité, mais autant vous prévenir de suite : malgré toute cette originalité, TE RUKI est un groupe comme les autres, avec ses influences, son champ d’action, et la globalité de cette œuvre est suffisamment consensuelle pour intéresser tous les fans de Black Metal.

Car TE RUKI (la nuit en VF) joue un Black Metal d’obédience assez classique, avec toutefois quelques petits ingrédients maison, comme ces rythmiques typiquement polynésiennes, et ce groove incroyable même dans les passages les plus brutaux. Pour avoir une image assez précise de l’optique choisie, imaginez une rencontre nocturne sur les îles Windward entre SLIPKNOT, MARDUK et le SEPULTURA de l’axe tribal, et vous obtiendrez une compassion assez fiable.

Bien évidemment, ces cinq musiciens (Aroma - guitare/chant, Tauahinui - guitare, Marania - claviers, Sébastien - basse et Tamatoa - batterie/percussions polynésiennes) n’ont pas besoin de comparaisons, mêmes flatteuses pour exister, et ce Marako Te Ruki vous fauche de plein fouet de sa fougue et de sa puissance presque surhumaine. Animés par un esprit diabolique, les membres de TE RUKI se souviennent d’un côté de la bestialité typiquement sud-américaine et de l’autre la froideur scandinave des années 90, pour pondre un premier album en carton plein, dont même l’intro est indispensable.    

Enregistré au AMSP Studio de Tahiti, mixé et masterisé au Vamacara Studio en France, et bénéficiant du soutien du gouvernement de Polynésie Française et de la SACEM polynésienne, Marako Te Ruki a donc bénéficié de moyens conséquents, qui se remarquent dès les premières notes. Avec un son ample, profond et policé, les morceaux tournent donc à plein régime, à l’image de « Huero a Tamaera », qui sous couvert d’un démarrage de blasts en pleine folie furieuse, nous entraine rapidement sur la trace d’un Black/Death fumasse mais intelligent. Et là est l’un des points forts de ce disque, savoir varier dans l’intensité sans perdre en brutalité, injecter des mélodies amères à une rythmique incroyablement groovy, tout en plaçant quelques syncopes à la SLAYER, histoire de prêter allégeance à la violence traditionnelle.

Peu avares en citations nationales, les TE RUKI nous proposent donc autre chose qu’une vulgaire charge virulente. Les percussions polynésiennes et une flûte mutine (jouée par Tony APA, flûte qui se nomme d’ailleurs vivo dans la langue des polynésiens) introduisent donc le title-track  « Marako Te Ruki », le morceau le plus long et progressif de l’album, et monstre d’efficacité avec sa double grosse caisse purement Thrash et ses riffs formels transcendés par une énergie palpable. Et outre des performances individuelles notables, c’est surtout le collectif qui impressionne, cette façon de jouer en rangs serrés pour ne pas perdre de vue l’objectif principal : offrir une nouvelle peau au Black Metal en le confrontant à un pays qui n’est pas réputé pour ses encapuchonnés perdus dans la forêt.

Entre la Suède de l’axe historique 93/98, le Groove Metal le plus pugnace et débarrassé de tous ses gimmicks, et quelques accents Punk à la DARKTHRONE (« Te Aka Tamaki »), Marako Te Ruki s’approprie donc le vocabulaire le plus véhément, et se propulse en tête de liste des sorties les plus intéressantes de ce premier semestre 2022. Evidemment, en restant honnête et en faisant abstraction du caractère exotique de la provenance du groupe, on admettra que l’album est encore très classique, que les claviers ne s’imposent pas encore assez, et que les ambiances auraient parfois gagné à être plus aérées.

Mais avec un ouragan aussi puissant que « Komeri a Kamahi » dans la musette, les TE RUKI n’ont pas grand-chose à se reprocher. Atmosphère grandiloquente, relents d’EMPEROR en filigrane, groove en binaire totalement irrésistible, placé en fin de parcours, ce morceau représente le pinacle du talent des polynésiens en terme de brutalité souple.

Parfait dans la forme, encore un peu complaisant dans le fond, TE RUKI gagnera à développer les traits les plus originaux de son caractère pour s’imposer dans les grandes largeurs. Mais en tant que premier album, Marako Te Ruki est une réussite exemplaire d’une qualité exceptionnelle, qui permet à la Polynésie Française de se placer enfin sur la carte de la violence internationale.

    

        

Titres de l’album :

01. Orero (intro)

02. Huero a Tamaera

03. Tohitika

04. Ruahatu

05. KuraKura Te Kavake

06. Marako Te Ruki

07. Te Aka Tamaki

08. Komeri a Kamahi

09. Tokerau Rua

10. Tomo Te Aho


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/07/2022 à 17:57
82 %    216

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Fakino
@203.185.165.243
15/08/2022, 20:50:10

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI


Humungus
membre enregistré
16/08/2022, 09:31:11

Intrigué par tout cela, je suis en train de m'écouter le EP pour l'instant.

Génial.

Je reviens vers vous une fois l'album lui aussi ingéré...


Humungus
membre enregistré
17/08/2022, 16:00:44

Bah voilà...

Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.

Dommage qu'il n'existe pas en format physique (pour l'instant ?) car j'aurai bien aimé claquer quelques kopeks là-dedans.

Les références sont effectivement bel et bien là (EMPEROR-ENSLAVED), mais SLIPKNOT... J'vois pas... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

MALEMORT: les fantômes d'Hérouville.

mortne2001 27/09/2022

Interview

Obscura + Persefone + Disillusion

RBD 26/09/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : CARDIAC CEASE

Jus de cadavre 25/09/2022

Vidéos

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 4

mortne2001 04/09/2022

La cave

MOTOCULTOR 2022 / XIII édition

Jus de cadavre 30/08/2022

Live Report

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous
Concerts à 7 jours
The Vintage Caravan + Volcanova 08/10 : Espace Solana, Chalons-en-champagne (51)
Cult Of Luna + Caspian + Holy Fawn 11/10 : Stereolux, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

cool ! je connais maintenant 2 groupes Bulgares ! pour ceux qui connaissent pas, ya Terravore qui fait du bon thrash ;)

06/10/2022, 10:49

NecroKosmos

Le seul intérêt de ce concert, c'est la première partie. RAVEN : un groupe fantastique sous-estimé.

06/10/2022, 05:51

Satan

C'est terrible... Et puis, quel groupe d'exception, ça me fait mal au cœur pour eux.

05/10/2022, 21:22

Arioch91

Un concept album sur un écrit de Lovecraft ? Ok je prend direct !

05/10/2022, 20:41

VonDerKrieg

A noter que tout vient du compte twitter d'un certain "Alex", qui après avoir envoyé au maire de la ville de Bessancrout plusieurs messages publiques remplis de conclusion hâtives et de liens à l'emporte piéce quant au passé de certains(...)

05/10/2022, 18:36

Gargan

Je m'attendais à du très bon, tout sauf déçu. J'espère qu'ils vont percer au-delà de l'hexagone, car ils le méritent amplement.

05/10/2022, 09:18

Sadam Mustaine

Le reproche que je fais a Metallica c'est de vivre sur ses lauriers depuis 30 ans et de vivre sur 10 grandes années de carrière pour depuis faire des albums de la qualité d'un groupe qui remplirai tout juste des petites salles 

04/10/2022, 23:31

Adolpho Ramirez

L'orga qui réagit comme des grosses pédales en chouinant sur Internet et en faisant une cagnotte (qui a été supprimé LOL), au lieu d'aller directement confronter le cuck soyboy à l'origine de l'annulation. Finalement, si ça peut(...)

04/10/2022, 22:00

Alex fan

Magnifique retour aux sources de ma jeunesse 

04/10/2022, 19:17

Jus de cadavre

Le type à l'origine de ce merdier est un gars de la scène. Qui en son temps fut pris en photo avec des tshirts tendencieux de BM. Le monsieur veut sans doute se racheter ?Pathétique.

04/10/2022, 14:11

Jus de cadavre

Metallica n'oublie clairement pas d'ou ils viennent. Les premiers mecs / roadies du fan club recoivent encore aujourd'hui des invitations pour les concerts dans leurs villes.Juste mega respect.

04/10/2022, 14:06

Simony

Pseudo-nazi de ce que j'ai compris.

04/10/2022, 11:17

Humungus

Et l'hurluberlu dénonçait quoi exactement ?Une imagerie satanique ou une accointance pseudo-nazi ?

04/10/2022, 10:12

Humungus

Bordel !Avant de lire ton commentaire Simony, c'est exactement ce que je m'apprêtais à poster...METALLICA = Le groupe que l'on ne peut pas complétement détester.

04/10/2022, 10:08

Simony

On peut dire ce que l'on veut sur ce groupe que je ne suis plus depuis de nombreuses années mais c'est encore un des rares à faire ce qui leur chante et avoir ce genre d'attention envers ceux qui les ont aidé et leurs fans, musicalement ça ne me parle pl(...)

04/10/2022, 09:10

Simony

Pression d'un illuminé sur la localité qui accueillait l'évènement quand à la présence d'un groupe de Black Metal. Je ne sais pas quel groupe était visé par cette action remplie de courage mais il a eu gain de cause puisque le(...)

04/10/2022, 09:07

Humungus

Tout cela ne me donne toujours pas les raisons de l'annulation...

03/10/2022, 23:41

Simony

Pour ceux que ça intéresse, opération d'ANTIQ LABEL en soutien au festival,SPECIAL SALE / VENTE SPECIALEEn soutien au

03/10/2022, 22:34

Satan

Et après on dit que l'extrême-droite est le danger suprême, alors que l'extrême-gauche est en train d'installer en sous-pente la dictature. Taake et ensuite ça.... on n'est pas dans la merde avec des pignoufs pareils.

03/10/2022, 22:22

Orphan

Ils n'ont qu'à faire un "RAP FEST" avec l'idéologie nauséabonde qui va avec.

03/10/2022, 14:16