Ils sont quatre, viennent de Charleston, Caroline du Sud, mais ne le dansent pas et ne vous incitent pas à le faire non plus.

Ils viennent tout juste de sortir leur premier EP, distribué en CD et tape par Bitter Melody Records, ils sont jeunes, bruyants, et prônent le mélange des genres sans tomber dans la fusion ni le Crossover, et ils s’appellent, ils s’appellent ?

Les MOTHMOTHER.

C’est donc par l’entremise de mon Vk préféré que je les ai découverts, et puisque leur EP initial est dispo en NYP sur leur Bandcamp, j’ai décidé de vous parler d’eux, mais surtout parce que leur musique est aussi violente que versatile, et aussi percutante que coercitive. Du Powerviolence évidemment, mais aussi du gros Doom bien plombé, quelques touches de Grind enlevé, une basse énorme et distordue, et surtout, un chant féminin bien tordu, pour une poignée de titres qui replacent la Caroline du Sud sous les feux des projecteurs. Et en l’état, un des EP les plus déterminés et déterminants que j’ai pu entendre depuis un bon moment, pour une vingtaine de minutes de Hardcore/Metal bien dans son époque tourmentée.

\'pe-se-,mi-zem\, c’est la force d’un Sludge vraiment massif et dissonant, la vitesse d’un Grind qui le dispute à la pesanteur d’un Doom maladif, quelques accès de rage Powerviolence qui vous tailladent à vif, et un quatuor qui a bien relu sa partition avant de la jouer. Dylan Gosnell (guitare), Chris White (batterie), Jose Gonzalez (basse) et Cera Callahan (chant) développent donc de nouvelles théories à base d’anciennes philosophies, et séduiront tout autant les fans de NAILS que les accros à DEAFHEAVEN, tout en faisant de l’œil aux nostalgiques de la scène Indus de Birmingham, et du pied sous la table des fidèles des MIND ERASER.

Leur recette ?

Elle est expliquée dans la dissection phonétique du titre de leur premier jet de bile, pessimism. Beaucoup de noirceur donc dans les six titres qui vous sont offerts sur un plateau rouillé, sur lequel trône une splendide lame de rasoir rouillée, au cas où la tentation de mettre fin à vous jours vous apparaisse séduisante.

Non que la bande soit la plus sombre et nihiliste que je connaisse (je laisse cette couronne aux affreux manipulateurs de Funeral Doom ou de Depressive Black), mais entre les riffs ombrageux de Dylan, et les hurlements stridents et maladifs de Cera, l’ambiance n’est pas forcément au beau-fixe ou aux joyeusetés collectives.

Mais, le tout est solidement ficelé, et bénéficie d’une production très professionnelle, qui ne néglige personne et équilibre les forces en présence. Evidemment, on tombe parfois dans le ravin de la déprime Post BM/Post Hardcore (le final « Outro », grondant, grouillant, caverneux et capiteux, avec une incarnation vocale diabolique de Cena qui recrache ses tripes), mais le reste du temps imparti est consacré à mixer toutes les références Core possible, en tentant de les amalgamer dans un tout qui fait aussi mal au corps qu’à l’âme. D’ailleurs, pour ne prendre personne à revers, les Américains débutent avec le morceau le plus court et le plus synthétique, qui démarre sa course piano sur un riff pas cadeau, et qui soudain s’excite d’un Grind que les NASUM pourraient leur envier en termes d’intensité.

Petit passage par la case Powerviolence/Crust, guitares tendues au feedback charnu, et basse qui impose quelques notes dans un épilogue lourd d’un Sludgecore qui dénote. Et si l’ensemble résumé en ces mots vous semble un peu pataud, sachez que les MOTHMOTHER ne perdent jamais leur sens du groove qui leur permet de rester chaloupés même dans les instants les plus plombés.

« Pressure » nous en met un coup via un Chaotic Core vraiment retors, avant une fois de plus de laisser la folie des blasts agir, comme pour annoncer avec ironie un nouvel écrasement. Les nombreuses cassures qui laissent les amplis libres prendre la parole se font les oracles de breaks vraiment douloureux, sur lesquels les dimensions plurielles du quatuor, toujours à la limite de la schizophrénie, prennent corps pour vous déstabiliser. Mais avec une logique d’enchaînement imparable, les quatre malades sautent du prozac au cyanure sans donner le sentiment d’être perdus dans leur labyrinthe, ce qui est toujours le témoignage d’un groupe sur de son fait. D’ailleurs, pas de fade out entre les morceaux, le tout suit une cohésion d’ambiance remarquable, et « Dominate » finit de noircir complétement le panorama de son intro poisseuse et déliquescente. Balade nocturne chez les psychopathes diurnes, le voyage est toujours aussi mouvementé et les brusques changements de tempo assumés, ce que confirme «Brave », qui lâche quand même quelques samples qui s’intègrent parfaitement dans le cadre oppressant.

Violence crue, cris drus, et Crust impromptu, alors que « Silent Torture » termine avec cruauté la séance de torture musicale, avec sa batterie qui part en free-lance, additionnant les coups de toms et les brisures imprévues.

Mais l’aspect cathartique de \'pe-se-,mi-zem\ n’échappera pas aux initiés. Et de plus, la musique s’accompagne d’un message tout aussi virulent, traitant des agressions sexuelles, et d’ailleurs le groupe vous informe que sur chaque CD ou tape vendus, un dollar sera reversé à l’association People Against Rape, qui prend en charge les victimes de viols en leur offrant une aide matérielle et un suivi psychologique. Mais en cas de donation pour un téléchargement, c’est la moitié de la somme qui sera confiée.

Alors, si musicalement, l’affaire en vaut la peine, et que l’éthique même de l’opération est d’importance publique et remarquable, je ne saurais que trop vous conseiller d’investir vos deniers dans \'pe-se-,mi-zem\. Ce qui prouve par la même occasion, que même en ces temps troublés, il reste toujours une lueur d’optimisme lorsqu’on sait la chercher.


Titres de l'album:

  1. Taken
  2. Pressure
  3. Dominate
  4. Brave
  5. Silent Torture
  6. Outro

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/06/2017 à 17:11
78 %    427

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Tu me files un figolu", j'imagine le groupe qui met ça dans Google Traduction pour savoir qu'est-ce que peut bien raconter mortne2001 sur leur album...


Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.


pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.