Mercredi, jour des enfants typique, soyons ludique. Jouons à un petit jeu illustratif et visuel, et plantons le décor d’une chronique qui va sans doute mettre tout le monde d’accord. Imaginez-vous aux abords d’une maison de banlieue, l’esprit chafouin, et désireux de commettre un menu larcin. Vous poussez la grille, certain que les propriétaires sont absents, marchez lentement sur le chemin, vous approchant de la porte d’entrée, lorsque soudain, de l’arrière-cour surgissent trois ou quatre mâtins la bave aux lèvres, le grognement sourd, la dent affutée et le pas lourd. Constatant la terrible méprise que vous avez commise, vous commencez à suer à grosses perlées, à peu près certain de vous faire niaquer. Lorsque soudainement, après quelques grondements, les molosses vous foncent dessus, vous obligeant à détaler à travers champ pour ne pas perdre une moitié de vos fesses en partant. Vous visualisez le tableau ? Parfait, alors dites-vous que vous éprouverez la même sensation en écoutant le premier long des canadiens de RELEASE THE HOUNDS. Ces malades de la brutalité contrôlée et de la vitesse maîtrisée n’ont donc pas choisi leur patronyme au hasard, puisque leur musique évoque à merveille la rage de clébards qui constatent qu’on empiète gaiement sur leur territoire. Et vous connaissez la légitime réaction de molosses insatisfaits de voir leur espace vital piétiné par des indésirables auto-invités…Alors, quoi de plus idoine pour concrétiser cette impression qu’un bon gros Hardcore joué à fond, fast and raw, crude and above the law, ce qui est exactement la démarche choisie par ce quintette qui ose pousser à fond les amplis.

Nous en venant de Goulds, St. John's, Newfoundland and Labrador, Canada, ces cinq enragés de la babine décollée (Adam Hearn - batterie, Matthew Myler & Barry O'keefe - guitares, Griffin Simpson - chant et Brad Clarke - basse) viennent donc de sortir leur premier LP éponyme qui risque fort de faire décoller le marteau et l’enclume des fans de Hard et Fastcore, sans en rajouter, sans excès, mais en jouant comme si leur destin en dépendait. Et c’est quelque part le cas, et assurément la seule façon de jouer le Hardcore correctement. Loin du gonflage excessif du Deathcore et du Metalcore, les RELEASE THE HOUNDS reprennent intelligemment à leur compte des ficelles classiques, qu’ils nouent très serrées, façon nœud coulant pour pendu déprimant, alors même que leur barouf évoque joyeusement quelques références classiques qu’ils se font un malin plaisir à identifier. Les chiens de l’enfer se réclament donc des SNFU, BIGWIG, BELVEDERE, STRUNG OUT, RAISED FIST, REFUSED, et certainement beaucoup d’autres auxquels ils ne pensent plus, et nous mordent les tibias, nous serrent la gorge entre leurs molaires, via une douzaine de morceaux aussi efficaces que percutants. Surfant sur la vague traditionaliste du NYHC, mais en y insufflant une résonnance moderne, les canadiens tiennent la dragée haute, et le menton fier, pour nous offrir une grosse poignée d’hymnes de fer. Il est relativement bluffant de constater que sur les trente-quatre minutes de ce premier méfait, aucune n’est gaspillée, tant le quintette varie les ambiances, les tempi, tout en gardant la même intensité tout du long, et en entretenant la colère avec conviction.

Aussi Punk que Core, aussi Fast que Raw, Release the Hounds est un manifeste, un genre de Demonstrating My Style qui en a l’air, mais aussi les chansons, bien que les MADBALL de l’ami Cricien pourraient en prendre de la graine (eut égard à leur dernier effort qui n’a pas dû en nécessiter beaucoup niveau originalité…). Car en plus de savourer une brutalité de première bourre, nos cousins du grand froid manipulent la mélodie sans effroi, et diluent leur véhémence dans une solide dose de romance, sans craindre de sombrer dans la mièvrerie. Ainsi, des morceaux aussi efficaces qu’accrocheurs tels « Weed On » ou « 7 21 » associent harmonies prononcées et puissance revendiquée, pour s’ancrer dans un élan de séduction/répulsion qui parfois, parvient à unir dans un même désir les guitares à la tierce de MAIDEN et l’âpreté rythmique et vocale des NO USE FOR A NAME. Un petit miracle ? Oui, sauf que le talent des instrumentistes justifie à lui seul ce résultat, sans avoir à recourir à une quelconque prière du Dieu Streetcore…Ainsi, les pirouettes et arrangements de « Chi Pig » ne manqueront pas de vous interpeler, alors que la rapidité et l’instantanéité de « Invincible » ne manquera pas de rapprocher les RELEASE THE HOUNDS d’un crossover tirant sur le Fastcore, et game over…On pense dans ces moments-là à l’épaisseur fluide des miraculeux LEEWAY, d’autant qu’en termes d’ampleur, les canadiens n’ont pas grand-chose à leur envier (« Below Me ». Quoi donc ? Ben les autres par exemple…). Mais en juxtaposant les chapitres les plus développés et les crises de rage limite Speedcore (« Skater Song », avec une telle cadence, les pauvres planchistes n’ont pas fini de se panser les blessures, « Call You Out », un poil plus modéré et mélodisé, mais tout aussi acharné), les cerbères nous font valser à un rythme de frappés, et tiennent la course haletante de bout en bout.

On a même parfois le sentiment que le pauvre Griffin Simpson va y laisser sa gorge, tant il hurle comme un cochon qu’on égorge (« Fuck Cancer », si avec ça le message ne passe pas, inutile d’écrire à l’ARC), même si l’ambiance change soudain pour suggérer des accointances Metal en transe, qui rapprochent le Canada de Nouvelle-Orléans et de la vague NOLA (« Your Highness », le genre de truc capable de réconcilier la NWOBHM et Phil Anselmo). Mais vous l’aurez compris en lisant ma prose, Release the Hounds est le genre d’album qui joue l’ambivalence dans la puissance, et qui permet au Hardcore de garder ses lettres de noblesse, même si sur le final, l’ombre du REFUSED le plus teigneux plane sévère (« The Rapture »). Pour un premier essai, on pourrait presque parler de coup de maître, bien que ces cinq-là ne doivent s’en réclamer d’aucun. Non, je les imagine plus volontiers en meute, protégeant leur terre des importuns, et n’hésitant pas à montrer les crocs aux petits malins. Peut-être vous d’ailleurs, si vous ne vous ruez pas sur leur Bandcamp pour acquérir l’œuvre en question pour cinq malheureux dollars. Avouez que le prix de la tranquillité n’est pas cher payé !


Titres de l'album:

1. Release the Hounds
2. Invincible
3. Skater Song
4. Below Me
5. Shred Penner
6. Weed On
7. 21
8. Call You Out
9. Chi Pig
10. Fuck Cancer
11. Your Highness

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 17/05/2018 à 14:35
90 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...