Mercredi, jour des enfants typique, soyons ludique. Jouons à un petit jeu illustratif et visuel, et plantons le décor d’une chronique qui va sans doute mettre tout le monde d’accord. Imaginez-vous aux abords d’une maison de banlieue, l’esprit chafouin, et désireux de commettre un menu larcin. Vous poussez la grille, certain que les propriétaires sont absents, marchez lentement sur le chemin, vous approchant de la porte d’entrée, lorsque soudain, de l’arrière-cour surgissent trois ou quatre mâtins la bave aux lèvres, le grognement sourd, la dent affutée et le pas lourd. Constatant la terrible méprise que vous avez commise, vous commencez à suer à grosses perlées, à peu près certain de vous faire niaquer. Lorsque soudainement, après quelques grondements, les molosses vous foncent dessus, vous obligeant à détaler à travers champ pour ne pas perdre une moitié de vos fesses en partant. Vous visualisez le tableau ? Parfait, alors dites-vous que vous éprouverez la même sensation en écoutant le premier long des canadiens de RELEASE THE HOUNDS. Ces malades de la brutalité contrôlée et de la vitesse maîtrisée n’ont donc pas choisi leur patronyme au hasard, puisque leur musique évoque à merveille la rage de clébards qui constatent qu’on empiète gaiement sur leur territoire. Et vous connaissez la légitime réaction de molosses insatisfaits de voir leur espace vital piétiné par des indésirables auto-invités…Alors, quoi de plus idoine pour concrétiser cette impression qu’un bon gros Hardcore joué à fond, fast and raw, crude and above the law, ce qui est exactement la démarche choisie par ce quintette qui ose pousser à fond les amplis.

Nous en venant de Goulds, St. John's, Newfoundland and Labrador, Canada, ces cinq enragés de la babine décollée (Adam Hearn - batterie, Matthew Myler & Barry O'keefe - guitares, Griffin Simpson - chant et Brad Clarke - basse) viennent donc de sortir leur premier LP éponyme qui risque fort de faire décoller le marteau et l’enclume des fans de Hard et Fastcore, sans en rajouter, sans excès, mais en jouant comme si leur destin en dépendait. Et c’est quelque part le cas, et assurément la seule façon de jouer le Hardcore correctement. Loin du gonflage excessif du Deathcore et du Metalcore, les RELEASE THE HOUNDS reprennent intelligemment à leur compte des ficelles classiques, qu’ils nouent très serrées, façon nœud coulant pour pendu déprimant, alors même que leur barouf évoque joyeusement quelques références classiques qu’ils se font un malin plaisir à identifier. Les chiens de l’enfer se réclament donc des SNFU, BIGWIG, BELVEDERE, STRUNG OUT, RAISED FIST, REFUSED, et certainement beaucoup d’autres auxquels ils ne pensent plus, et nous mordent les tibias, nous serrent la gorge entre leurs molaires, via une douzaine de morceaux aussi efficaces que percutants. Surfant sur la vague traditionaliste du NYHC, mais en y insufflant une résonnance moderne, les canadiens tiennent la dragée haute, et le menton fier, pour nous offrir une grosse poignée d’hymnes de fer. Il est relativement bluffant de constater que sur les trente-quatre minutes de ce premier méfait, aucune n’est gaspillée, tant le quintette varie les ambiances, les tempi, tout en gardant la même intensité tout du long, et en entretenant la colère avec conviction.

Aussi Punk que Core, aussi Fast que Raw, Release the Hounds est un manifeste, un genre de Demonstrating My Style qui en a l’air, mais aussi les chansons, bien que les MADBALL de l’ami Cricien pourraient en prendre de la graine (eut égard à leur dernier effort qui n’a pas dû en nécessiter beaucoup niveau originalité…). Car en plus de savourer une brutalité de première bourre, nos cousins du grand froid manipulent la mélodie sans effroi, et diluent leur véhémence dans une solide dose de romance, sans craindre de sombrer dans la mièvrerie. Ainsi, des morceaux aussi efficaces qu’accrocheurs tels « Weed On » ou « 7 21 » associent harmonies prononcées et puissance revendiquée, pour s’ancrer dans un élan de séduction/répulsion qui parfois, parvient à unir dans un même désir les guitares à la tierce de MAIDEN et l’âpreté rythmique et vocale des NO USE FOR A NAME. Un petit miracle ? Oui, sauf que le talent des instrumentistes justifie à lui seul ce résultat, sans avoir à recourir à une quelconque prière du Dieu Streetcore…Ainsi, les pirouettes et arrangements de « Chi Pig » ne manqueront pas de vous interpeler, alors que la rapidité et l’instantanéité de « Invincible » ne manquera pas de rapprocher les RELEASE THE HOUNDS d’un crossover tirant sur le Fastcore, et game over…On pense dans ces moments-là à l’épaisseur fluide des miraculeux LEEWAY, d’autant qu’en termes d’ampleur, les canadiens n’ont pas grand-chose à leur envier (« Below Me ». Quoi donc ? Ben les autres par exemple…). Mais en juxtaposant les chapitres les plus développés et les crises de rage limite Speedcore (« Skater Song », avec une telle cadence, les pauvres planchistes n’ont pas fini de se panser les blessures, « Call You Out », un poil plus modéré et mélodisé, mais tout aussi acharné), les cerbères nous font valser à un rythme de frappés, et tiennent la course haletante de bout en bout.

On a même parfois le sentiment que le pauvre Griffin Simpson va y laisser sa gorge, tant il hurle comme un cochon qu’on égorge (« Fuck Cancer », si avec ça le message ne passe pas, inutile d’écrire à l’ARC), même si l’ambiance change soudain pour suggérer des accointances Metal en transe, qui rapprochent le Canada de Nouvelle-Orléans et de la vague NOLA (« Your Highness », le genre de truc capable de réconcilier la NWOBHM et Phil Anselmo). Mais vous l’aurez compris en lisant ma prose, Release the Hounds est le genre d’album qui joue l’ambivalence dans la puissance, et qui permet au Hardcore de garder ses lettres de noblesse, même si sur le final, l’ombre du REFUSED le plus teigneux plane sévère (« The Rapture »). Pour un premier essai, on pourrait presque parler de coup de maître, bien que ces cinq-là ne doivent s’en réclamer d’aucun. Non, je les imagine plus volontiers en meute, protégeant leur terre des importuns, et n’hésitant pas à montrer les crocs aux petits malins. Peut-être vous d’ailleurs, si vous ne vous ruez pas sur leur Bandcamp pour acquérir l’œuvre en question pour cinq malheureux dollars. Avouez que le prix de la tranquillité n’est pas cher payé !


Titres de l'album:

1. Release the Hounds
2. Invincible
3. Skater Song
4. Below Me
5. Shred Penner
6. Weed On
7. 21
8. Call You Out
9. Chi Pig
10. Fuck Cancer
11. Your Highness

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 17/05/2018 à 14:35
90 %    85

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.