Lors d'un précédent entretien de votre serviteur avec Simon et Geoffrey, guitaristes au sein de la formation Nordiste THE LUMBERJACK FEEDBACK, le premier nommé précisait à propos de Blackened Visions, premier effort longue durée du groupe, que celui-ci avait « une très grosse influence Black Metal» et qu'avec l'album suivant le groupe avait « renversé tout ça ». Cet album c'est donc ce Mere Mortals. Et force est de constater que ce qu'en disait le six-cordistes à son sujet s'avère tout à fait vrai. Mais revenons un peu en arrière.

Blackened Visions, datant de 2016, intervenait après 2 EP qui avaient mis l'eau à la bouche de tout bon amateur de son lourd, lent, gras et saturé mais néanmoins personnel. Une personnalité affirmée par le côté instrumental du groupe et par la présence en son sein non pas d'une mais de deux batteries. Le tout pour un premier album à l'ambiance très marquée. Sombre, très sombre, profondément sombre, ladite ambiance. Et ce dès la pochette, affichant une silhouette aussi mystérieuse qu'inquiétante et qui s'avérait décrire parfaitement la musique de cet album.

Et c'est à peu près la même chose qu'il se passe ici. Exit la gamme de couleurs allant du noir profond au gris ténébreux. Bonjour le rouge vif et incandescent. Car oui, THE LUMBERJACK a effectivement renversé son FEEDBACK à 180°C. Ce qui, concrètement, nous donne une offrande sonore lorgnant vers le Stoner et le Rock Prog'. En tout cas vers quelque chose de beaucoup plus catchy et entraînant, mais aussi planant (« New Order (Of The Ages) Part 1 ») et lumineux tout en gardant sa lourdeur originelle (« A White Horse Called Death »).  MONKEY3 est, par exemple, une référence à laquelle on pense à l'écoute de cette galette, le côté psyché en moins. Pour autant, si renversement il y a, le son du groupe est tout à fait cohérent avec leurs précédents travaux. Et c'est peut-être là le tour de force de ce Mere Mortals et, par là même, de ses compositeurs : arriver à proposer quelque chose de quasi-totalement différent et pourtant parfaitement cohérent. Comme le côté pile et face d'une même pièce. Mieux, comme si, avec ces deux albums, THE LUMBERJACK FEEDBACK avait commencé à bâtir une sphère musicale dont Blackened Visions et Mere Mortals seraient les premiers quartiers, se complétant mais s'opposant, se différenciant mais partageant une base commune (« Therapy ?»). Et plus l'on écoute cet album plus cette nouvelle personnalité développée par le groupe fait sens. Plus le souvenir de Blackened Visions s'estompe pour, non pas disparaître, mais laisser la juste place à cette nouvelle facette déployée par ces mêmes géniteurs. 

Alors oui lorsque, comme moi, l'on est grand fan du premier méfait, l'acclimatation, que dis-je, l'appropriation de ces nouvelles compositions prend du temps. Du fait d'un son beaucoup plus doux, de batteries dont on distingue mal, au premier abord, leur dualité. Mais l'on y revient. A son insu. Et l'on se rend compte que oui, le son est peut-être moins profond mais il est parfaitement adapté aux notes distillées ici. Oui, des fois l'on cherche les deux batteries pour, en définitive, se rendre compte qu'elles ont toujours été là, se complétant tellement parfaitement qu'on pourrait les confondre. Et l'on ne peut alors que s'incliner, s'enthousiasmer et finalement faire sien ces sept titres qui savent se faire tour à tour contemplatifs, dansant (« Kill ! Kill ! Kill ! Die ! Die ! Die ! »), rêveurs, énergiques (« Wind Last Blow ») ; qui nous font  voyager ou simplement nous accompagnent (« New Order(Of The Ages) Part 2 »), ou nous soutiennent, quand ils ne nous motivent pas. Voir parfois, tout cela à la fois (« Kobe (DoorsOf Spirit) »). 

Ce Mere Mortals surprend donc, mais n'en est pas moins abouti et très convaincant. Gommant même les quelques (infimes) longueurs générées par le précédent opus pour étoffer encore un peu plus la palette musicale de THE LUMBERJACK FEEDBACK. On se prend alors à se demander ce qu'ils vont bien pouvoir nous trouver pour la suite, car nul doute qu'avec ces gaziers là, on peut désormais s'attendre à tout. Pour notre plus grand plaisir.

Titres de l'album :

1 - Therapy?

2 - Kill! Kill! Kill! Die! Die! Die!

3 - New order (of the ages) - Part I

4 - New order (of the ages) - Part II

5 - Wind last's blow

6 - A white horse (called Death)

7 - Kobe (the doors of spirit)


Site Officiel

Page Facebook



par JTDP le 16/04/2019 à 08:00
83 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.