Les Internets. On n’en parle souvent et c’est devenu une private joke mondiale. Il faut dire qu’avec Youtube nous sommes servis depuis les années 2000, sans compter que la TV, avec un train de retard comme d’habitude n’est jamais la dernière à nous tenir au courant des derniers phénomènes à la mode. Phénomène. Voici un terme qui convient parfaitement à la jeune demoiselle dont je vais vous parler aujourd’hui, qui est en quelque sorte le parangon de cette gloire virtuelle qui voit les fans remplacés par des followers. Puisqu’on n’aime plus un artiste, mais on le like, puisqu’on n’achète plus ses œuvres, on le suit, autant se mettre à la page, quoiqu’elle soit toujours tournée à un moment donné…Sauf si vous avez un vrai talent. Les stars ayant émergé du Net sont légion en 2020, de Justin Bieber à Carly Rae Jepsen en passant par Shawn Mendes ou Timeflies, le mouvement ayant semble-t-il épargné notre musique de prédilection qui ne se satisfait que très rarement de gloire virtuelle. Mais comme personne n’est à l’abri d’un accident, la donne risque de changer. Ce qui n’épargne pas le public Metal par contre, c’est sa méfiance et sa défiance face à des artistes mainstream s’aventurant en terre distordue, encore plus lorsque les dits artistes sont d’abord façonnés par une maison de disque ou un designer futé. On le sait, le hard-rockeur de base n’a que peu d’affection pour les pauvres BABYMETAL, qui sont devenues les têtes de turc/renard préférées des puristes, alors, soyez heureux mes chers haters au moment même où les kawaii sisters deviennent presque légitimes, tout du moins passées de haine. J’ai un nouvel épouvantail à vous proposer, une cible de fléchette plus sexy qu’une lolycéenne asiatique en culotte et socquettes, le genre de fantasme inavouable de vieux pervers libidineux sevré au Heavy allemand. Please welcome POPPY, votre nouvelle girouette qui tourne plus vite que le vent et qui aujourd’hui, pointe (sans mauvais jeu de mot sale et lubrique) dans votre direction. Ne bavez pas encore, laissez-moi parler d’abord.   

                   

POPPY, c’est un peu la next big thing you’d love to hate. Une jolie petite poupée sortie des arcanes de la toile, une nymphe un peu barge mais terriblement intelligente, une V3.0 des Teen singers Us des années 90 et 2000, le genre de gamine qu’on s’attend à voir débarquer dans une série estampillée Disney barrée Candle Cove sous acide. J’en suis conscient, mon discours ne va pas sembler intelligible aux moins concernés, mais l’image est forte, et adaptée. Avant d’en arriver à parler d’elle dans un webzine Metal, se sont écoulées quelques années qui lui ont permis d’asseoir son règne de nouvelle starlette de la Pop ultra sucrée, chargée en marguerites parfumées et petits lapins roses. Car I Disagree mine de rien, est déjà le troisième long format de la belle Moriah Rose Pereira (non, désolé, elle ne s’appelle pas vraiment POPPY en fait), LE fameux troisième album qui doit confirmer ou infirmer le talent éventuel. Sauf que comme Moriah ne fait rien comme tout le monde, ce troisième album n’a pas grand-chose à voir avec les deux précédents, à quelques exceptions près. Nous avions plus l’habitude de voir la jolie blonde renifler des fleurs et caresser de mignonnes petites biches, sauf qu’à l’instar de Britney, elle a choisi de devenir une bitch. Enfin, musicalement parlant, n’allez pas choper une crise de priapisme même si elle a changé subtilement son image. Fini le kawaii poussé à l’extrême, ou presque, bonjour la pochette un peu glauque à la MASS HYSTERIA dans un donjon californien, et surtout, bonjour les guitares distordues au maximum, les ambiances sombres, et le virage à 180 degrés. Et de fait, le résultat surprend, et ne manquera pas de donner des haut-le-cœur aux fans les plus sincères d’un Metal formel. Car POPPY, comme son nom l’indique, ne renoncera jamais à la Pop. Sauf que désormais, et pour le moment, elle aime y ajouter un peu plus de Rock, d’Indus light, d’Alternatif provocant, histoire de faire genre. Et miraculeusement, inexplicablement, incompréhensiblement, ça fonctionne. Pas tout le temps, mais la plupart. Alors oui, vous allez pouvoir détester une nouvelle jeune fille, et ça, ça n’a pas de prix.

Comprenons-nous bien, au-delà de l’aspect mercantile et marketing, la musique de I Disagree est futée, très futée. Comme l’artiste qui se cache derrière ce pseudo et ces costumes roublards. On ne devient pas forcément une star du Net sans raison, en tout cas, pas sans un certain flair et un panache assumé dans l’excès. Et comme d’habitude, dans tous les cas, lorsque POPPY fait quelque chose, elle le fait à fond. Lorsqu’elle est gentille, elle sauve des chatons, lorsqu’elle est méchante, elle fouette des vieux cochons. Mais son album une fois encore, est terriblement dans l’air du temps. Si Am I A Girl s’interrogeait gentiment sur les questions d’identité, de célébrité et de changement climatique, I Disagree se recentre sur l’essentiel et questionne, encore. Il questionne tous les vilains qui n’aiment pas les jeunes blondinettes (« Je ne suis pas d’accord avec la façon dont vous me mettez la pression/ Je ne suis pas d’accord sur la façon que vous avez d’échouer à me faire plaisir »), mais aussi la capacité des hommes à s’offrir un monde meilleur (« Si vous pouviez tous voir le monde comme je le vois/Alors peut-être pourrions-nous vivre en harmonie »), et son message se veut symptomatique d’une jeune femme de vingt-quatre ans qui s’étonne à moitié de sa gloire, mais qui aimerait quand même en profiter. Et elle le mérite, parce que l’un dans l’autre, on ne se retrouve pas sur un label comme Sumerian Records par hasard ou parce qu’on porte bien le maquillage. Un label qui a épaulé BODY COUNT ou DILLINGER ESCAPE PLAN n’est que peu porté sur les feux de paille, et préfère suivre la route de la qualité. Bonne pioche, bon choix, cet album en est justement un bon exemple.

Parce que derrière les gimmicks, derrière les messages un peu lénifiants, POPPY est sans aucun doute l’artiste la plus excitante apparue depuis CHELSEA WOLFE ou MYRKUR. Non que je compare les trois eut égard à leur genre, mais admettons leur monde à part et leur propension à ne rien faire comme les autres. Et sincèrement, si vous avez déjà entendu un truc comme « Concrete », jetez-moi le premier chamallow ou le premier ours en peluche. Ce morceau d’ouverture se paie le luxe de sonner consécutivement Indus, Nu Metal, purement Pop bubble-Gum, et Rock à la fois, avec force arrangements électroniques, riffs velus, double grosse caisse compressée, et rappellera évidemment les BABYMETAL, signant le générique d’un manga encore plus barré que Ranma ½. Ok, « BLOODMONEY » sonne comme un leftover de KORN période dubstep, chanté par une des filles des musiciens. Et alors ? Ça tape en pleine gueule et ça laisse des souvenirs plein les oreilles, et que demande-t-on de plus ?  « Bite Your Teeth » réconcilie les FEAR FACTORY et Nicole Dollanganger, en passant par MY RUIN. « Nothing I Need » est aussi Pop qu’un bisou entre Mandy Moore et Christina Aguilera. Mais c’est mignon. « Sit / Stay » ferait danser les fans des APPOLO 440 même sur un tapis de charbons ardents. « Don't Go Outside » est le genre de ballade cristalline bizarre qui fait les grandes conclusions en queue de poisson (surtout si l’on considère qu’elle est défigurée par un énorme riff 80’s en plein milieu et par un final à la Devin TOWNSEND).

Mais c’est quoi au juste tout ça ? Un machin sans queue ni tête assemblé au hasard, par pure provocation ou sens d’acuité du marché virtuel ? A vrai dire, on se fout complètement de savoir ce que c’est, ou de savoir combien de metalleux vont transposer leur haine de BABYMETAL à elle. Puisque le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer. De ce côté-là, pas de souci, POPPY a tout compris. Vous peut-être moins par contre.        


Titres de l’album :

                          01. Concrete

                          02. I Disagree

                          03. BLOODMONEY

                          04. Anything Like Me

                          05. Fill the Crown

                          06. Nothing I Need

                          07. Sit / Stay

                          08. Bite Your Teeth

                          09. Sick of the Sun

                          10. Don't Go Outside

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/01/2020 à 17:39
90 %    391

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


MorbidOM
@195.98.254.133
23/01/2020 à 10:29:18
"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints

POMAH
membre enregistré
23/01/2020 à 14:16:33
J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...

Yann
@78.192.38.132
25/01/2020 à 08:12:32
le renouveau de la merde musicale

NecroKosmos
@90.32.228.183
26/01/2020 à 20:58:56
Il vaut mieux en rire...

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !