Tu es américain, tu joues du Hardcore, du Powerviolence ou un truc entre les deux, alors on retrouve logiquement derrière ta console et tes potards Brad Boatright ou/et Kurt Ballou. Non que leur omniprésence soit une fatalité, mais plutôt un passage obligé pour choper LE truc et avoir LE son. C’est comme ça, une trademark qui traîne dans l’air et qui donne derechef une AOC inimitable à ta musique. Un peu à l’image des Dierks Studios dans les 80’s, ou de l’omnipotence Death des Sunlight studios et de Tomas Skogsberg la décennie suivante. On n’y coupe pas, ça a parfois tendance à uniformiser les productions, mais ça a l’avantage d’être efficace et big. Larger than life. D’un autre côté, et dans une logique similaire, si ton propos artistique se situe du côté des 70’s, et que les cotes suédoises sont ton horizon quotidien, alors tu lorgneras tous les jours la tronche de Nicke Andersson derrière la vitre du studio, parce qu’il est l’un des rares à avoir pigé que pour copier sans plagier, il est inutile d’aller traquer l’ampli Orange d’époque ou le jack torsadé qui en fout plein la gueule. Et ça, les locaux de GRANDE ROYALE l’ont parfaitement pigé. Ils connaissent l’individu (mais qui ne le connaît pas ?), et pour leur première sortie officielle sur un label, ils n’ont pas hésité à lui confier leur destin, le sachant entre de rassurantes mains. Et admettons-le sans mordiller nos lèvres, l’animal et ex-batteur d’ENTOMBED a encore une fois accompli un travail admirable. Parce que la production de ce Breaking News est incroyablement claire, puissante, mais pas forcément trop collée aux préceptes en vogue il y a quarante ans. Nous sommes en 2017 man, plus en 74, alors inutile de faire semblant et de perdre du temps. Et non que leurs deux premiers albums fussent des balbutiements, mais avouons tout de go que ce troisième LP fait partie du haut du panier.

Et le panier est pourtant profond, et rempli des chaussettes de Nicke qui fout le bordel partout où il passe.

GRANDE ROYALE et les glorieuses seventies, c’est une longue et sincère histoire d’amour. Le quintette (Hampus Steenberg – chant, Gustav Wremer – guitare, Andreas Jenå – guitare, Calle Ljungström- basse et Mackey Gustafsson – batterie) n’a jamais caché son admiration pour le LYNYRD et la chose bluesy sudiste, et il est parvenu aujourd’hui à en synthétiser le meilleur de guitares flamboyantes, transcendées par des mélodies pas si Pop qu’elles n’aimeraient l’être. Le Vintage Rock, on le sait, c’est casse-gueule, que la copie vise le voisin des années 80, ou l’autre plus lointain de la décade précédente. Une poignée d’élus passent la rampe d’un loop alors que les victimes malchanceuses se ramassent à la pelle des feuilles mortes, et si les noms de THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, de GRAVEYARD ou justement des HELLACOPTERS sont restés gravés sur la potiche de la postérité, le hasard n’a pas eu à s’en mêler. Le talent ne s’achète pas, et même si celui des suédois est très marqué de celui de leur tripatouilleur de curseurs préférés (les COPTERS seraient fiers d’entendre cet album en sachant leur compère en partie responsable de l’affaire), ils n’en tirent pas moins leur épingle du jeu, en s’affirmant comme une valeur sûre qui ne doit rien à un hasard heureux. Au timing de cette troisième livraison bénéficiant enfin d’une bonne distribution, à peine une demi-heure de musique, comme à la grande époque, mais une fournée de tubes à reprendre en chœur les soirs d’été. Une musique toujours aussi limpide, simple mais intelligente, qui ose des couplets high on energy agrémentés de refrains hyper catchy. Le principe est toujours le même, mais pas aussi simple qu’il n’y paraît, parce que pour en arriver là, il faut savoir composer. Sous cet aspect-là, les GRANDE ROYALE n’ont aucune leçon de politesse à recevoir, puisque leur cahier des charges est bien rempli, mais exempt de figures imposées un peu trop usées.

Ils ne sont pourtant pas allé chercher bien loin la solution au faux problème, puisque Breaking News n’annonce aucune nouvelle fracassante, se contentant de reprendre les fax, notules et télex déjà envoyés à l’occasion de Cygne Noir et No Fuss - A Piece by Resolute Men. Le titre est donc trompeur à plusieurs niveaux, puisque la satire sociale en est purement absente, et puisque la nouveauté n’en est pas plus marquante. Mais on marche une fois de plus, le deal étant tout à notre avantage, et les dix morceaux salement sauvages, mais harmonieux à l’ouvrage.

Notons quand même une professionnalisation qui ne sacrifie rien aux ambitions pas forcément domptées, puisque le calibrage cette fois-ci est quasiment parfait, avec des guitares qui lacèrent sans faire saigner, une basse qui négocie les virages avec un dos rond comme un nuage, un kit qui tanne les peaux sans écho, et un chanteur sobre au timbre rauque et Rock qui partage la vedette avec quelques chœurs disséminés avec une intelligence remarquée. Musicalement, pas de grande métamorphose, et les choses sont clarifiées dès « Know It All », qui de son titre en aveu et de son riff un peu baveux jure allégeance au Rock le plus intrépide et le moins insipide. On se retrouve à batifoler en terrain connu, à mi-chemin entre des HELLACOPTERS plus polis que d’ordinaire et un CORROSION OF CONFORMITY nineties un peu plus clair, avec ce mélange subtil de fragrances Rock et Pop, pour un hit en puissance que les charts des seventies auraient célébré avec jouissance. Si l’enregistrement donne tous les aspects d’un live de studio, avec cette spontanéité qui transforme chacun des arrangements en idée sur le pouce, on comprend quand même que les compos ont été étudiées et rodées avant d’être lâchées. Tout tourne rond, mais reste suffisamment naturel pour séduire sans rimmel, et le job de Nicke a été de permettre à ces morceaux de conserver toute leur énergie sans les dénaturer d’artifices surproduits.

Breaking News défile, et si l’on se dit que tout ça est convenu, on se prend au jeu d’un Rock à tendance Hard velu mais pas rompu, qui coule comme une rivière Classic Rock le long des oreilles, tout en gardant un air détaché voulu. De là, chacun fera son propre menu, du charnu « Brake Light », au plus tendu « Daily Illustration », aux accents bluesy lippus, en passant par le binaire si cher aux frères Young de « R’N’R Business », qui ne cache rien de son message de foi en massage riffé, le lapidaire « Devil’s Place » qui a de quoi satisfaire un Lucifer toujours persuadé que le Rock ne doit pas s’en faire…Le choix est vaste, et la cohérence aérée de nuances dispersées, qui se remarquent à peine, mais qui achèvent de nous persuader. Respectant à la lettre le commandement de leur lieutenant Andersson, les GRANDE ROYALE ont pris grand soin de se concentrer sur des accroches facilement mémorisables pour nous hypnotiser, et le truc marche, et nous courrons, de « Got To Move » et sa bougeotte à « I’m On The Loose » et son émotion réciproque, qui tente le coup des déchirements soul sur fond de Rock N’Pop qui nous font triper, peu importe l’époque. Alors, en définitive, troisième album en forme de reprise ou de méprise ? Aucun des deux chers amis, mais encore une grosse étape de franchie pour ce quintette suédois qui se montre de plus en plus adroit. Producteur connu certes, mais musiciens alertes qui savent encore qu’une bonne chanson est le remède contre tous les maux, et qui se contentent de jouer simple pour nous faire grimper aux rideaux.

Pas le genre d’album que les infos signaleront à grand renfort de bandeaux, mais un truc qui reste dans la tête et qui frotte agréablement le dos.


Titres de l'album:

  1. Know It All
  2. Brake Light
  3. Devil's Place
  4. Breaking News
  5. Live With Your Lie
  6. Daily Illustration
  7. Got To Move
  8. One Second
  9. R'N'R Business
  10. I'm On The Loose

Site officiel



par mortne2001 le 15/09/2017 à 14:44
82 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.