C’est pénible d’être un grand sentimental et de s’attacher à des parcelles de souvenirs de sa jeunesse. Tiens, je m’en émeus régulièrement au regard du traitement atroce que subit le Death Metal de mon enfance, que des cuistres avides de productions en plastique ont réduit à l’état lamentable de Deathcore imbuvable. J’en avais presque oublié à quel point l’un de mes styles de prédilection était dégueulasse, immonde, putride et nocif, à force d’engorger mes oreilles de double grosse caisse compressée comme les seins de Pamela Anderson à Cannes…Et les vautrés du vintage à outrance n’avait rien la plupart du temps comme argument pour me faire admettre que « l’avant » était forcément mieux que le « maintenant ». Alors, qu’en est-il réellement ? Doit-on faire le deuil d’un des styles extrêmes les plus nauséabonds jamais inventés, à force d’attendre que la nouvelle garde se souvienne de ses sonorités les plus profondément ancrées dans l’inconscient psychopathe collectif des origines ? Non, car heureusement pour nous, certains n’ont pas la mémoire courte, et ont la décence de se vautrer comme des porcs dans un lupanar gratuit dégoulinant de la dégénérescence d’un Death absolument ignoble et réminiscent des émanations primales de sa légende américaine. Ce qui tombe forcément bien, puisque les OSSUARIUM, ces fossoyeurs du jour sont aussi américains. De Portland, Orégon. Et qu’ils sortent leur première démo en format tape via les bons soins des chirurgiens suédois de Blood Harvest. Alors, l’est content le légiste qui commençait à trouver les autopsies un peu ternes de l’hémoglobine ?

Oui, d’autant plus que l’AUTOPSY, le seul, le vrai, celui de Chris, est largement honoré par les trois titres de ce Calcified Trophies of Violence, qui comme son nom l’indique est :

  • Calciné
  • Un trophée
  • Très violent.

Pas de publicité mensongère donc, puisque ce quatuor (Daniel Kelley - guitare/vomi, Nate McCleary - Lead, Jeff Roman - basse et Ryan Koger - batterie) joue vraiment le Death le plus moribond que l’on puisse trouver sur le marché, de quoi rendre fous de rage les membres d’INCANTATION, médusés d’être relégués au simple rang d’utilisateurs de fréquences médium à peine dignes d’irriter modérément un chien pas forcément méchant. La gravité semble donc être l’obsession majeure de ces jeunes pourfendeurs de joie de vivre, qui n’ont pas oublié les enseignements résignés de CONVULSE ou CIANIDE, ni ceux de Severed Survival, qu’ils amplifient de leur désespoir et de leur instinct de mort prématuré. Ils sont bien vivants pourtant, mais accordés en la, et la mine triste et le nez coulant de morve Death bien épaisse, de celle qui s’échappe de cadavres encore frais et pas embaumés. Ici, le Metal est vraiment mortel, les guitares épaisses comme le chagrin d’une veuve éplorée, et la rythmique mouvante, mais toujours écrasante, dans un désir permanent de nous oppresser et de nous plonger dans les affres d’une déprime organisée. En seulement trois morceaux, les OSSUARIUM, prouvent qu’ils n’y a pas que Göteborg qui sait faire du chaos sa légende, et que les studios Sunlight ne sont pas la panacée, et surtout, qu’après tout, le mouvement est né aux Etats-Unis, et qu’il est toujours bon de le rappeler. En vomissant ses tripes par les narines par exemple.

Et l’ossuaire de ces dégénérés post-mortem n’a rien de la poésie de celui fièrement présenté par Francesco Dellamorte dans le film éponyme à sa belle Anna Falchi, mais ressemble plutôt à un bourbier maculé de boue de putréfaction, et d’os en décomposition, dans lequel il ne fait pas bon tremper le bout de ses pieds. Dès le bien nommé « Chapel Of Bones », le ton est donné, et l’ambiance plantée d’un gigantesque barnum collégial introductif, laissant s’échapper un des riffs les plus grotesques (dans le bon sens du terme) du circuit, qui nous met le moral à plat, et qui dévie nos instincts vers le bas, en visant une nécrophilie pas vraiment légale ni recommandable. Car écouter Calcified Trophies of Violence est plus qu’un plaisir, c’est une épreuve, un genre de rêve diurne qui voit des hordes de morts-vivants s’adonner à la luxure la plus infâme, et violer des sépultures pour s’abandonner aux joies d’un coït nécrophage sans arrière-pensée. On imagine très bien un vieil employé de cimetière municipal de Portland mater le spectacle d’un œil lubrique, en astiquant sa pelle par procuration, sans que personne ne trouve rien à redire. En toute logique, puisqu’à part lui, tout le monde est mort. Et entre des accélérations à la limite de la rupture, un son global absolument infâme et cryptique (architecturalement parlant), une voix qui adopte les intonations sentencieuses d’un héros de The Walking Dead en pleine crise de foie, et des guitares aux cordes si lâches qu’elles en pendent comme des viscères, le tableau est complet, et pas vraiment coloré, puisque même en version courte (« Deleterious Mutation »), l’atmosphère ne s’aère pas d’un soupçon d’air, et reste aussi suffocante de violence sourde.

En final homérique et apoplectique, « Abhorrent Travesty on the Human Shape » nous assomme de lourdeur et d’horreur, en privilégiant toujours les riffs les plus ténébreux, pour flirter avec les limites d’un Doom/Death à rendre les ENCOFFINATION verts de jalousie, mais sans pour autant tomber dans l’excès de la parodie, puisque toute cette affaire est à prendre avec le plus grand sérieux. Soli en rupture, cassures, le moule est pluriforme, et évite la redite, ce que le format court n’aurait pas supporté. Nous nous retrouvons donc en présence d’une excellente démo, qui aurait pu sortir à l’orée des années 90, pour amorcer une tournée en compagnie des grands disséqueurs d’AUTOPSY, en un package digne des plus grands blasphèmes de mort de l’histoire. A noter pour la bonne bouche qu’une édition en CD digipack est prévue plus en aval dans l’année, et qu’elle vous permettra de glisser cette infamie dans votre autoradio sans avoir à changer d’appareil. Et finalement, ça a du bon d’être sentimental lorsqu’on n’est pas seul à regretter le dernier coup de tocsin fatal. Alors merci aux OSSUARIUM de m’avoir rappelé que le Death le plus embrumé était digne de tous ces petits matins passés à chercher un ultime sens à l’existence. Et de ne pas le trouver.


Titres de l'album:

  1. Chapel Of Bone
  2. Deleterious Mutation
  3. Abhorrent Travesty Of The Human Shape

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/02/2018 à 13:53
78 %    362

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
14/02/2018 à 21:40:56
Voilà du Death Metal, c'est crade, ça pue, ça suinte de partout, magnifique chronique encore une fois cher Mortne2001.

Ajouter un commentaire


Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !