Necrotic Verses

Death Courier

05/06/2020

Transcending Obscurity

Je découvre encore ce matin un groupe qui n’est pas né de la dernière pluie d’acide, puisque les origines de DEATH COURIER remontent à la fin des années 80, alors que le groupe était l’un des pionniers de la scène extrême underground grecque. Formé en 1987 à Patras, le groupe a alors connu un début de carrière de quelques années étalées entre 87 et 1993, parvenant même avant son premier split à publier une kyrielle de démos, un EP, et même un LP initial, Demise, un an avant sa séparation. Dommage dira-t-on, mais ça n’était que partie remise, puisque la bête s’est relevée quelques temps plus tard sous l’impulsion de Billy Soulas, peu décidé à voir son bébé partir avec l’eau des toilettes d’Athènes. C’est ainsi qu’en 2009, seize ans après sa disparition, l’hydre à trois têtes se mit en sienne de reconquérir le monde, et nous offrit un second long en 2013, Perimortem. Mais en sept ans, le groupe ne fut pas des plus productifs, et malgré un split, un live (Die Hard), et une compilation regroupant ses démos et son EP (Necrorgasm, 1990), pas de matériel frais à se mettre sous le caveau, jusqu’à ce que 2020 célèbre le retour en fanfare des bestiaux. Et c’est le fameux label Transcending Obscurity qui se joint à la fête en nous proposant ce Necrotic Verses dans divers formats, troisième LP en plus de trente ans de carrière, et bien décidé à mettre les choses au point et à replacer les grecs sur l’échiquier de la brutalité européenne. Pour ce faire, pas grand changement dans la continuité, toujours cette hybridation entre Thrash et Death, et une furieuse envie d’en découdre, teintée d’ambitions de compositions qui sont manifestes dans leur simplicité effective. Soyons clair, Necrotic Verses ne propose rien de neuf, mais affiche une bonne santé, et si les webzines du monde entier se montrent assez dithyrambiques à propos de l’objet en question, il convient de modérer quelque peu leur enthousiasme pour juger de la bête en toute objectivité.

DEATH COURIER est un pur produit de sa génération, celle émergeant du marigot de l’humanité à la fin des eighties pour définir les courants putrides des nineties, décade où le genre explosa sur le marché. Seul membre d’origine, Billy Soulas (basse/chant) est secondé depuis 2009 par George Petousis à la guitare circulaire, et depuis 2014 par la frappe d’Ilias Iliopoulos, et continue son chemin comme un Paul Speckmann, fier de ses origines, et peu enclin à faire la moindre concession aux normes actuelles. C’est donc une nouvelle tranche de Death traditionnel à laquelle nous avons droit, sur laquelle de gros riffs bien épais ont été étalés façon rillettes de l’enfer, avec une grosse pincée de condiments épicés pour relever le tout. On retrouve donc l’énergie d’un trio qui ne se dément pas pendant une grosse demi-heure, des morceaux simples joués avec les tripes, des grognements sourds, des changements de tempo à l’avenant, et une tendance à la brutalité très appuyée. Il n’est pas rare que les titres soient entamés par un orage de blasts assez dense, avant que le rythme ne change quelque peu pour offrir des cassures salvatrices et dynamiques. Bien évidemment, le tout est dominé par la voix caverneuse de Billy, mais ce qu’on remarque avant tout, c’est le jeu incroyable d’un batteur à trois mains qui colle des fills partout et qui utilise ses mollets comme Steve Austin, lâchant des parties de double incroyables de vélocité, tout en maltraitant sa caisse claire avec la régularité d’un fusil mitrailleur.

En quatre coups de caisse claire bien secs, « Necrotic Verses » plonge dans le bain de folie, et définit le rythme à tenir sur toute la durée de l’album. Les blasts affilient les grecs à la frange la plus dure des acteurs du Death Metal classique, tandis que les breaks plus fluides confèrent la patine souple Thrash qui rend les attaques plus digestes. Et une fois ce coup de semonce frappé, le reste n’a plus qu’à suivre la ligne de conduite, sans dévier de sa trajectoire. En proposant un troisième album très formel, les grecs jouent la sécurité, mais surtout l’efficacité. Sans sombrer dans la prétention d’un Death trop technique et démonstratif, mais en étayant leurs thèses brutales de quelques finesses personnelles, les trois instrumentistes font preuve d’un savoir-faire qui remonte aux origines du genre, et sans le trahir, ils lui offrent un éclairage contemporain. Doté d’une production sans artifices, mais efficace et ne laissant pas la basse se noyer dans les fréquences, emballé dans un superbe artwork signé Misanthropic Art, Necrotic Verses ne trahit en rien les promesses de son titre, rappelle les débuts de GORGUTS, maltraite quelques harmonies acides, et offre un nombre conséquent de plans qui ne font qu’ajouter à la frénésie de l’ensemble. Certes, on a parfois du mal à distinguer les morceaux, mais avec un abattage pareil, un chant aussi sourd, et des riffs qui se suivent et s’enfilent à une vitesse infernale, pas le temps de trop réfléchir, et l’effet « claque dans la tronche » est maximal. Roi du blast qui tombe comme une pluie d’orage, Ilias Iliopoulos turbine comme une centrale atomique, rappelant les meilleurs batteurs du cru, avec sa frappe hystérique, mais précise. Les quelques passages lents permettent de respirer quelques secondes, mais pas trop longtemps pour ne pas perdre cette sensation d’apnée générale. Et c’est ainsi que la cadence ne faiblit jamais jusqu’à « Visceral Slice », proposant près de trente minutes d’attaque ininterrompue.

Le final « Remnants » propose un épilogue un peu différent en prenant son temps, pour plus de six minutes de démonstration renvoyant au meilleur de MALEVOLENT CREATION et DEMOLITION HAMMER, avec une grosse touche de SUFFOCATION par-dessus. Passés depuis longtemps maîtres dans l’art de la destruction, les DEATH COURIER continuent donc le massacre sans penser au lendemain, mais en s’appuyant sur une longue expérience de sadisme musical. Un LP Death résolument old-school de par la nature de pionniers des instrumentistes, mais qui fait méchamment du bien à l’âme souillée par les vices de l’humanité.

          

Titres de l’album :

01. Necrotic Verses

02. Mourning Ecstasy

03. As Heaven Blends With Roth

04. When Death Fits to Skin

05. Interlude

06. Pillars of Murk

07. Morsimon Imar

08. Immune to Burial

09. Visceral Slice

10. Remnants


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/10/2021 à 14:41
78 %    185

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
25/10/2021, 10:55:02

Excellent disque, en effet

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54