Hideous Entity

Hyperdontia

12/11/2021

Me Saco Un Ojo Records

Accrochez-vous à ce que vous pouvez, le concept international HYPERDONTIA revient à la charge avec un album bourré d’explosifs et autres feux d’artifices variés. Entre Copenhague et Istanbul, ces musiciens au passé chargé nous proposent donc la suite de leurs aventures, déjà méchamment entamées sur Nexus of Teeth paru il y a trois ans.

Pour autant, pas de fainéantise à dénoncer, puisque ces trois années ont été exploitées à plein régime, via des compilations, formats courts et autres splits pour garder la main. Il fallait faire chauffer les turbines pour que l’usine de la mort fonctionne toujours à plein régime, et avec Hideous Entity, l’usine a passé le turbo et augmenté ses quotas de production, débitant du cadavre à la chaîne. Pour son retour, le groupe a mis tous les atouts de son côté, à commencer par cette pochette signée de la main même de l’artiste Ben Wescotter (AUTOPSY, BROKEN HOPE, HYPOCRISY, INCANTATION, NILE, SINISTER, VADER), aux pinceaux rompus à l’art macabre. Et cette créature vomissant de ses dents de tripes des goules encore plus inquiétants que ceux festoyant sur la pochette d’Altars of Madness est sans doute la mieux placée pour vous prévenir du contenu peu empathique de cet album porté sur la violence nordique la plus froide, réchauffée d’un brin de fantaisie bestiale turque.

« Snakes of Innards » tape d’ailleurs très fort en entame, et contient assez d’idées et de plans pour faire rêver une discographie entière d’outsider moins inspiré. Et si un riff lourd comme le Doom le plus maladif introduit le tout au chausse-pied funèbre, ne vous laissez pas duper par cette mise en jambes somme toute assez conventionnelle. Très rapidement, le quatuor se répand en contretemps, accélérations, hurlements dantesques, et autres riffs débités à la chaîne.

On est rapidement happé par ce concentré de violence brute. Et il semblerait même que le collectif ait fait d’énormes progrès depuis son premier album, accumulant les retournements de situation, les virages au biseau négociés au millimètre près, pour nous servir encore bouillante et cauchemardesque une véritable symphonie de l’horreur, pas si éloignée que ça d’un Death très technique et chaotique. Mais entre une production plus raw qu’un fémur à ronger, une attitude bravache, et un penchant pour les sonorités old-school, HYPERDONTIA reste entre les balises de son propre terrain de jeu, et préfère se vautrer dans le Death bestial, mais non dénué de prétentions individuelles et collectives. Et si les licks sont classiques, ils n’en restent pas moins terriblement groovy, comme une mort séduisante qui vous fait de l’œil un jour de dépression profonde dans la brume d’un matin anonyme.

Mathias (guitare/chant), Mustafa (guitare), Malik (basse) et Tuna (batterie) osent même quelques fioritures comme cette basse mélodique et sinueuse à la Steve DiGiorgio, tout en se montrant allusifs au passé glorieux d’un MORBID ANGEL en multipliant les soli sur fond de rythmique inépuisable et frénétique.

Le résultat est concret et immédiat : on se perd dans ce dédale d’enchaînements supersoniques, on perd rapidement ses repères, et la farandole horrifique atteint assez rapidement son rendement le plus effectif. D’autant que le groupe enchaîne immédiatement sur l’aplatissant « Trapped in the Void », mené tambour battant, et toujours dominé par les intonations gravissimes de Mathias. A l’image d’un SUFFOCATION perdu dans un monde post-mortem de complication instrumentale, HYPERDONTIA joue la carte de la surcharge, et truffe ses morceaux de plans tous plus acrobatiques et équilibristes les uns que les autres.

Du coup, difficile de faire un choix sur l’étal du marché, tous les produits étant d’une qualité constante et supérieure. Jouant entre la lourduer, l’oppression et la cavalcade de zombies après minuit, le quatuor signe un manifeste dense à l’usage des fans d’un Death copieux et complexe, mais n’en oublie pas pour autant les bienfaits d’un thème accrocheur et gluant. Ainsi, « Beast Within » accroche l’oreille de ses passages en mid, très bien troussés, tandis que le malin et impitoyable « Wretched Mockery of Creation » joue la concision et la violence concentrée et immédiate.

Dominé par une envie de placer sur un même pied d’égalité la complexité et l’efficacité, Hideous Entity est aussi laid que sa pochette, mais aussi détaillé dans l’ignominie. « Lacerated and Bursting » incarne même la quintessence de la recherche vintage, avec ses passages qui semblent empruntés aux plus grandes références de l’époque, entre IMMOLATION, PESTILENCE, et la vague suédoise la moins patiente.     

     

Et en tant que conclusion inévitable pour éviter les quarante minutes de jeu de justesse, « Impervious Veil » se pose en épilogue cruel, mais totalement satisfaisant. Mélodies torturées, son épais, graves sentencieux, pour un exercice de style qui laisse présager d’un futur sombre, glauque, poisseux, mais chirurgical dans l’approche. Sorte de chaos organisé autour de la virtuosité individuelle et globale, Hideous Entity replace HYPERDONTIA dans le contexte d’une vague old-school sur laquelle il surfe sur un cercueil décati et rongé par les asticots. Du technique sale, de l’élaboré crade, et de quoi reprendre confiance en l’inéluctabilité d’une fin  proche et horrible.

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Snakes of Innards

02. Trapped in the Void

03. Beast Within

04. Coils of Wrath

05. Grinding Teeth

06. Lacerated and Bursting

07. Wretched Mockery of Creation

08. Impervious Veil


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/06/2022 à 15:43
82 %    63

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04