En trente-cinq ans de carrière, on a largement le temps de perdre la foi. Enregistrer des disques qui de toutes façons seront piratés, et dont la perte sera à peine comblée par les achats en vinyle des die-hard, les tournées incessantes, les festivals, la routine bien huilée par les décades passées…Les raisons de raccrocher les gants, de se contenter de relever les compteurs tous les cinq ou six ans, de capitaliser sur un illustre passé, de compiler les compilations en y ajoutant un ou deux inédits qui auraient dû le rester…Bref, les motifs négatifs ne sont pas rares, et il est toujours admirable de constater que certains artistes ont non seulement gardé confiance, mais qu’ils continuent de produire à un rythme remarquable pour étancher la soif de leurs fans. Les KMFDM sont de cette catégorie d’artistes qui ne peuvent s’empêcher d’enregistrer, de tourner, de proposer une musique novatrice, alors même qu’ils en ont défini des contours vastes durant leur (toujours) vivant. Depuis l’orée des années 80, Sascha Konietzko n’a jamais baissé sa garde, et c’est ainsi qu’il célèbre en 2019 son vingt-et-unième album studio, un record pour un concept de ce cru qui depuis plus de trois décennies brutalise l’EBM pour le rendre plus Metal, déforme l’Industriel pour lui faire adopter une silhouette abrasive, et insère des tics Hip-Hop, Pop, Electro dans un comportement rigide, et pourtant incroyablement dansant. J’ai connu la bête sur le tard, un beau jour de 1990 lorsqu’un disquaire hilare et fier de sa trouvaille me colla dans les tympans la rythmique dance de « Naïve », sur l’album éponyme, découverte hallucinante dont je ne me suis jamais vraiment remis depuis…Vus en concert, dévorés sur disque, les KMFDM ont toujours fait partie de mon quotidien, comme du vôtre certainement, et c’est avec joie que j’accueille la nouveauté de Paradise dans mon paysage audio-sensoriel actuel, satisfait de constater qu’après vingt longue-durée, Sascha continue d’avancer, de tenter des choses, de nous coller des morceaux de trompette dans un déluge de plomb, et de faire confiance à des rappeurs pour durcir le ton de sa musique déjà pas forcément aimable.

En 2019, qui est donc KMFDM ? Humainement parlant, toujours le duo/ossature de base, soit Sascha Konietzko/Lucia Cifarelli, soutenu par la rythmique d’Andy Selway et la guitare d’Andee Blacksugar. Artistiquement parlant, le groupe qu’il a toujours été, et un peu plus que celui que nous avions retrouvé en 2017 avec la sortie de Hell Yeah, puisque Sascha affirme à qui veut bien l’entendre que Paradise est ce que son concept a proposé de plus varié. De plus varié sur un temps condensé donc, puisque le groupe a toujours joué sur la diversité pour enivrer sa fanbase, des sonorités synthétiques et dansantes de Naïve en passant par les attaques soniques de Xtort. N’ayant jamais perdu des oreilles le parcours, j’avoue que le nouveau siècle m’avait réservé de très bonnes surprises avec Hau Ruck, et sa reprise de Dutronc, m’avait méchamment entamé la santé auriculaire avec le bombastic Kunst, et rassuré quant au potentiel toujours intact il y a deux ans avec ce fameux vingtième album qui traçait sa route, tout en ouvrant des perspectives. Ces mêmes perspectives sont concrétisées aujourd’hui via Paradise, qui en effet ressemble fortement à un éventail de tendances grand ouvert, gardant une trame de base élastique et Indus, mais y greffant des éléments Trip et Hip-Hop, Pop, EBM, Rock, Metal, Hardcore, le tout dans une folle sarabande que le maître d’œuvre contrôle de sa tour d’ivoire électronique. Et la liste des invités à la fête est assez impressionnante pour qui est familier de l’univers allemand, puisqu’on retrouve sur ce disque les interventions de Doug Wimbish (TACKHEAD, LIVING COLOUR) à la basse groovy sur le chaloupé mais méchant « Piggy. » Cheryl Wilson qui vient pousser ses cordes vocales Soul sur le discoïde « WDYWB », alors que le rappeur Andrew « Ocelot » Lindsley crache sa bile sur l’assassin « K-M-F. » La cerise sur le gâteau étant l’implication du vieux pote Raymond “PIG” Watts  sur l’infernal « Binge Boil & Blow », sa première apparition aux côtés de Sascha depuis plus de seize ans. Vous comprendrez avec ces éléments que ce vingt-et-unième album est donc bien plus qu’une simple étape de plus sur l’histoire de la légende, d’autant que le groupe renoue avec certaines de ses traditions perdues depuis longtemps…

Mais les surprises, les accolades, les regards en arrière ne sont rien au moment de juger de la qualité d’une musique qui ne se dément pas avec les années, et si KMFDM montre son visage le plus souriant et rieur sur « Disturb The Peace », enflammant les boites louches de Berlin d’un tempo épileptique et de mélodies graciles, il montre aussi les dents sur « K-M-F », et son « Kill, motherfucking kill ! » braillé d’une voix robotique sur fond de Hop tendance, un peu comme si Sascha réglait son compte à quatre décennies de Krautrock en faisant emprunter à son patrimoine un chemin peu commun. Moins rigide que certaines étapes, Paradise est peut-être aussi moins concentré sur les guitares. Ce qui n’entame en rien la rage qui en émane, et la puissance qui s’en dégage, puisque quel que soit le style abordé, le traitement est toujours extrême et intelligent, comme le démontre longuement « Paradise », et ses huit minutes de circonvolution hypnotiques. Percussions, cassures, ambiance à la NIN, pour une longue transe qui nous prouve s’il en était besoin que le compositeur a toujours des idées pertinentes, et qu’il adore toujours autant les mettre en exergue avec sa partenaire de longue date. Lucia, toujours aussi présente chante, hurle, susurre, feule, griffe, et s’affirme comme l’alter ego parfait de son conjoint artistique, ce qui donne lieu à des joutes assez intéressantes, sur le sensuel et romantico-sombre « Oh My Goth », dégoulinant de stupre urbain et de riffs suintant. Pas vraiment de révélation, pas de gros étonnement, si ce n’est celui de réaliser que depuis 1984, KMFDM n’a jamais déçu, malgré quelques chapitres plus mineurs que les autres. Paradise n’en fait assurément pas partie, et nous entraîne dans une folle nuit de délices corporels, lorsque les tympans sont aussi caressés que la chair n’est veloutée, avec toujours cette capacité incroyable de tirer le négatif de la vie vers le positif de la nuit sur des machines de danse comme « Megalo ».

Chacun décidera de son titre favori, même si « Automaton » s’est déjà taillé une belle réputation dans ce domaine, avec sa rythmique concassée et son chant traité, le tout saupoudré d’arrangements virevoltant. Mais il est honnêtement très difficile de dégager un consensus autour d’un morceau, tant tous rappellent d’autres références, SKINNY PUPPY, NINE INCH NAILS, MINISTRY, ATARI TEENAGE RIOT, et tous les leaders d’un Indus aussi frappant que dansant. Ce qui est certain, c’est que tout le monde trouvera son compte sur Paradise, qui s’avère paradis pour les fans du groupe, supérieur à son aîné, et faisant partie des meilleures réalisations de KMFDM. Time to dance and kill boys.                

   

Titres de l’album :

                         1. K-M-F

                         2. No Regret

                         3. Oh My Goth

                         4. Paradise

                         5. Wdywb

                         6. Piggy

                         7. Disturb The Peace

                         8. Automaton

                         9. Binge Boil & Blow

                         10. Megalo

                         11. No God

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/01/2020 à 14:42
80 %    200

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !