Dans un désir d’exotisme poussé, je vous entretiendrai aujourd’hui d’un très intéressant combo venant de Kuala Terengganu en Malaisie, ce pays situé à deux cents kilomètres de l’équateur, et dont nous n’entendons pas assez souvent parler en termes de Metal affolé. Ce statut pourrait d’ailleurs très vite changer, grâce à l’impulsion donnée par les féroces VERMINATOR, qui sous un nom de baptême plutôt classique, proposent une musique qui ne l’est pas moins. Mais qui dit classique ne dit pas dénuée d’intérêt et d’intensité, qui sont deux valeurs que défend ce trio d’enfer, bien décidé à prouver au monde que les malaisiens ont aussi leur note à jouer en termes de Thrash bourrin.

Bourrin, mais pas tant que ça. Si Yoe (guitare/chant), Ajim (basse) et Zam (batterie) ne prennent pas de risques au niveau influences typiques en citant les incontournables sidérurgistes germains (KREATOR, SODOM et DESTRUCTION), ils composent plutôt malin, et font preuve d’un joli sens de la nuance Heavy qui confère à leurs compos ce petit plus de stabilité dans la folie.

Jouissance, puissance, urgence, telles sont les trois mamelles d’un album qui n’a rien d’un catalogue de ritournelles, et qui joue la bousculade dans les ruelles, pour nous entraîner dans un ballet outrancier de rythmiques saccadées et de vocaux juvénilement agacés. Sans surprises, l’influence qui se dégage le plus ouvertement est celle de Tom Angelripper et ses acolytes déments, puisque lors des passages les plus fumants, l’ombre du kit de Witchhunter plane rapidement, tout comme la guitare d’un Blackfire très convaincant. SODOM donc, pour cette brutalité assumée, mais aussi quelques petites touches d’un VIO-LENCE condensé, et d’un HOLY MOSES radicalisé, pour une quintessence Thrash qui ne fait pas de quartier. Mais c’est sans doute pour ça qu’on a payé…

Fatal Devastation, ça nous ramène aux souvenirs émus des Bestial Invasion et autre Bestial Devastation, pour autant, le son se veut moderne sans tomber dans le Groove Metal faisandé. L’orientation est passéiste mais réaliste, et les morceaux défilent à belle allure pour un massacre qui en a, et la lassitude ne gagne jamais des cœurs noircis par des années de BPM cramoisis. Mais cette même vitesse de croisière reste raisonnable, et permet aux compositions de rester intelligibles, ce qui est idoine au vu des idées développées. Bons musiciens, les trois malaisiens connaissent l’abécédaire Thrash sur le bout des annulaires, et frappent, cognent, mais calment les cigognes en insérant en gigogne un bon paquet d’accalmies Heavy, qui témoignent d’un potentiel hardi. Dès lors, les hymnes défilent et se veulent parfois surprenants d’une basse ronflant (« Verminator », si avec un titre pareil vous n’avez pas compris qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil…), mais aussi de breaks intelligents qu’un DEATH ANGEL ruminerait avec talent. Des références multiples donc, pour un Crossover terriblement pertinent, qui nous saute à la gueule dès l’intro délicate « Watchword », toute en arpèges apaisants. Mais « Death Population » remet très vite les compteurs au nombre réel de victimes, et tonitrue sévère de son riff ventru, qui rappelle les plus grandes heures du Heavy Thrash repu. On pense à MORTAL SIN, à XENTRIX, et autres valeurs sures d’un underground à l’affut, en gros, à tout ce qui a fait de ce style une pierre angulaire absolue. Bénéficiant en outre d’une production étonnamment claire et épurée, Fatal Devastation propose donc un bel équilibre entre les trois intervenants, et tutoie même le radicalisme académique d’un DEATHROW avant la mutation techno. Enregistré aux Erylasia studios, qui se sont aussi chargé du mix et du mastering, ce premier effort ne vous en fera faire aucun d’attention, ce que vous aurez compris dès « Sadistic Souls », qui de ses pirouettes guitaristiques et explosions rythmiques vous aura convaincu du potentiel d’un groupe potentiellement mythique.

Les trois compères versent aussi dans la modulation éponyme en forme de tribut à un EXODUS certainement fier de ses poulains, même si le spectre d’un Schmier pourrait aussi revendiquer la paternité d’un Speed/Thrash déchaîné et chafouin (« Fatal Devastation », c’est limite plagiaire, mais tellement bien fait qu’on…laisse faire). Morceaux longs mais raisonnables, plans un peu malléables qui rebondissent sur un Heavy pas toujours valable (l’intro de « Icon Of Infidel », qui heureusement dégénère vite en incartade Hardcore avant de lutter au Thrash à corps d’une double grosse caisse qui en veut encore), pour une conclusion progressive qui distille la tension et partage le chant à la maison (« Nature Disappeared », évolutif et ludique).

Si l’on se souvient parfois avec nostalgie d’un Thrash germain jamais assouvi, et que des réminiscences d’un ASSASSIN déterminé remontent à la surface sans soucis (« The Evil In Your Heart »), l’ensemble dégage une conviction sans failles, et surtout, présente une interprétation de taille. Les VERMINATOR ne jouent pas pour amuser la galerie, mais plutôt pour la convaincre de leurs connaissances du sujet. Avec un duo basse/batterie incroyablement soudé, et un chanteur/guitariste confirmé, ce LP qui sent la poudre et le staccato brulé est une jolie déclaration d’intention, qui replace la Malaisie sur l’échiquier, et qui permettra sans doute à ses nouveaux héros de s’affirmer.

D’une qualité indéniable, en tenant compte des standards récents de production (pléthorique), Fatal Devastation ne propose ni la révolution, ni la pure tradition, et trouve un bon compromis entre les deux conceptions, en nous narrant ses vues sur un Metal tranchant en fusion. Certes, SODOM et DESTRUCTION semblent deux obsessions dont il faudra s’éloigner pour ne pas tomber dans la répétition, mais en attendant un avenir qu’on leur prédit radieux, les VERMINATOR éliminent la vermine qui gangrène l’usine à riffer en dégainant rapidement, mais d’un geste assuré.

Des dératiseurs de l’extrême que je vous conseille si votre maison est infestée de sons aseptisés. Les leurs ont déjà été testés il y a de nombreuses années, mais montrent toujours le même potentiel d’agressivité.


Titres de l'album:

  1. Watchword
  2. Death Population
  3. Sadistic Souls
  4. The Evil In Your Head
  5. Verminator
  6. Fatal Devastation
  7. Icon Of Infidel
  8. Nature Disappeared

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2017 à 17:31
78 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !