Fatal Devastation

Verminator

29/04/2017

Autoproduction

Dans un désir d’exotisme poussé, je vous entretiendrai aujourd’hui d’un très intéressant combo venant de Kuala Terengganu en Malaisie, ce pays situé à deux cents kilomètres de l’équateur, et dont nous n’entendons pas assez souvent parler en termes de Metal affolé. Ce statut pourrait d’ailleurs très vite changer, grâce à l’impulsion donnée par les féroces VERMINATOR, qui sous un nom de baptême plutôt classique, proposent une musique qui ne l’est pas moins. Mais qui dit classique ne dit pas dénuée d’intérêt et d’intensité, qui sont deux valeurs que défend ce trio d’enfer, bien décidé à prouver au monde que les malaisiens ont aussi leur note à jouer en termes de Thrash bourrin.

Bourrin, mais pas tant que ça. Si Yoe (guitare/chant), Ajim (basse) et Zam (batterie) ne prennent pas de risques au niveau influences typiques en citant les incontournables sidérurgistes germains (KREATOR, SODOM et DESTRUCTION), ils composent plutôt malin, et font preuve d’un joli sens de la nuance Heavy qui confère à leurs compos ce petit plus de stabilité dans la folie.

Jouissance, puissance, urgence, telles sont les trois mamelles d’un album qui n’a rien d’un catalogue de ritournelles, et qui joue la bousculade dans les ruelles, pour nous entraîner dans un ballet outrancier de rythmiques saccadées et de vocaux juvénilement agacés. Sans surprises, l’influence qui se dégage le plus ouvertement est celle de Tom Angelripper et ses acolytes déments, puisque lors des passages les plus fumants, l’ombre du kit de Witchhunter plane rapidement, tout comme la guitare d’un Blackfire très convaincant. SODOM donc, pour cette brutalité assumée, mais aussi quelques petites touches d’un VIO-LENCE condensé, et d’un HOLY MOSES radicalisé, pour une quintessence Thrash qui ne fait pas de quartier. Mais c’est sans doute pour ça qu’on a payé…

Fatal Devastation, ça nous ramène aux souvenirs émus des Bestial Invasion et autre Bestial Devastation, pour autant, le son se veut moderne sans tomber dans le Groove Metal faisandé. L’orientation est passéiste mais réaliste, et les morceaux défilent à belle allure pour un massacre qui en a, et la lassitude ne gagne jamais des cœurs noircis par des années de BPM cramoisis. Mais cette même vitesse de croisière reste raisonnable, et permet aux compositions de rester intelligibles, ce qui est idoine au vu des idées développées. Bons musiciens, les trois malaisiens connaissent l’abécédaire Thrash sur le bout des annulaires, et frappent, cognent, mais calment les cigognes en insérant en gigogne un bon paquet d’accalmies Heavy, qui témoignent d’un potentiel hardi. Dès lors, les hymnes défilent et se veulent parfois surprenants d’une basse ronflant (« Verminator », si avec un titre pareil vous n’avez pas compris qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil…), mais aussi de breaks intelligents qu’un DEATH ANGEL ruminerait avec talent. Des références multiples donc, pour un Crossover terriblement pertinent, qui nous saute à la gueule dès l’intro délicate « Watchword », toute en arpèges apaisants. Mais « Death Population » remet très vite les compteurs au nombre réel de victimes, et tonitrue sévère de son riff ventru, qui rappelle les plus grandes heures du Heavy Thrash repu. On pense à MORTAL SIN, à XENTRIX, et autres valeurs sures d’un underground à l’affut, en gros, à tout ce qui a fait de ce style une pierre angulaire absolue. Bénéficiant en outre d’une production étonnamment claire et épurée, Fatal Devastation propose donc un bel équilibre entre les trois intervenants, et tutoie même le radicalisme académique d’un DEATHROW avant la mutation techno. Enregistré aux Erylasia studios, qui se sont aussi chargé du mix et du mastering, ce premier effort ne vous en fera faire aucun d’attention, ce que vous aurez compris dès « Sadistic Souls », qui de ses pirouettes guitaristiques et explosions rythmiques vous aura convaincu du potentiel d’un groupe potentiellement mythique.

Les trois compères versent aussi dans la modulation éponyme en forme de tribut à un EXODUS certainement fier de ses poulains, même si le spectre d’un Schmier pourrait aussi revendiquer la paternité d’un Speed/Thrash déchaîné et chafouin (« Fatal Devastation », c’est limite plagiaire, mais tellement bien fait qu’on…laisse faire). Morceaux longs mais raisonnables, plans un peu malléables qui rebondissent sur un Heavy pas toujours valable (l’intro de « Icon Of Infidel », qui heureusement dégénère vite en incartade Hardcore avant de lutter au Thrash à corps d’une double grosse caisse qui en veut encore), pour une conclusion progressive qui distille la tension et partage le chant à la maison (« Nature Disappeared », évolutif et ludique).

Si l’on se souvient parfois avec nostalgie d’un Thrash germain jamais assouvi, et que des réminiscences d’un ASSASSIN déterminé remontent à la surface sans soucis (« The Evil In Your Heart »), l’ensemble dégage une conviction sans failles, et surtout, présente une interprétation de taille. Les VERMINATOR ne jouent pas pour amuser la galerie, mais plutôt pour la convaincre de leurs connaissances du sujet. Avec un duo basse/batterie incroyablement soudé, et un chanteur/guitariste confirmé, ce LP qui sent la poudre et le staccato brulé est une jolie déclaration d’intention, qui replace la Malaisie sur l’échiquier, et qui permettra sans doute à ses nouveaux héros de s’affirmer.

D’une qualité indéniable, en tenant compte des standards récents de production (pléthorique), Fatal Devastation ne propose ni la révolution, ni la pure tradition, et trouve un bon compromis entre les deux conceptions, en nous narrant ses vues sur un Metal tranchant en fusion. Certes, SODOM et DESTRUCTION semblent deux obsessions dont il faudra s’éloigner pour ne pas tomber dans la répétition, mais en attendant un avenir qu’on leur prédit radieux, les VERMINATOR éliminent la vermine qui gangrène l’usine à riffer en dégainant rapidement, mais d’un geste assuré.

Des dératiseurs de l’extrême que je vous conseille si votre maison est infestée de sons aseptisés. Les leurs ont déjà été testés il y a de nombreuses années, mais montrent toujours le même potentiel d’agressivité.


Titres de l'album:

  1. Watchword
  2. Death Population
  3. Sadistic Souls
  4. The Evil In Your Head
  5. Verminator
  6. Fatal Devastation
  7. Icon Of Infidel
  8. Nature Disappeared

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2017 à 17:31
78 %    678

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51