Une question comme ça en passant. A quel âge vous êtes-vous fait sauter la cerise ? En principe on s’en rappelle non, c’est le genre d’évènement qui laisse des traces…

Mais attention, point d’allusion au sexe ici, mais plutôt à la musique. Je veux dire, à quel âge vous êtes-vous rendu compte que vous n’étiez plus vierge et que l’album que vous veniez d’écouter vous avait transformé à jamais en adulte qui ne le deviendrait pas ?

Moi, ça a dû m’arriver à cinq ans…C’est tôt non ? Oui, mais c’était les BEATLES, alors j’y étais allé à fond…En parlant de cerise qui saute, celle de ce quatuor de Long Island, New-York, a certainement explosé lorsqu’ils ont découvert les albums des FLAG, des SLITS, ou des HEARTBREAKERS. Ou peut-être un truc d’AGNOSTIC FRONT tiens, je ne sais pas…

Tout ce que je sais, c’est ce qui est indiqué sur leurs pages officielles respectives, et ce que leur musique me permet de déduire.

Quoi donc ?

Que le Hardcore roots et rock n’roll à encore de trèèèèèèèèèès beaux jours devant lui.

Les CHERRY POP, se sont trois gars, une fille, aux pseudos qui sentent bon la révolte Punk urbaine (Dylan Acid – guitare/chœurs, Nick Hero – batterie, Kyle Filth – basse/chœurs, et Cherry Bee – chant), et qui ont longtemps traîné ensemble au sein de différents combos avant de se décider à unir leurs forces pour déclarer de concert leur amour d’un Punk Hardcore sans fioriture ni barrières.

Se déclamant aussi admiratifs des MISFITS, que de GG Allin, NO DOUBT, BIKINI KILL, Joan Jett, Richard Hell, ANAL CUNT ou les BLACK FLAG, ces jeunes énervés venant d’horizons divers (ACID BOY, FILTH BOMBS, HOLD FAST HOPE, ADAM'S ATOMS) jouent crânement la carte de la spontanéité, et avouons tout de go que ça leur va très bien.

Pas de chichis, juste un axe basse/batterie/guitare/chant, une production rêche qui ne cache en rien les approximations, et qui offre un rendu live un peu comme si nous étions dans le local de répète avec ces trublions.

Alors est-ce pour autant que notre cerise chérie va s’envoler dans les airs à l’écoute des quatre proposés par ce quatuor plus pro qu’il n’en a l’air ?

Tout dépend de votre perméabilité à un Hardcore qui ne se prend pas la tête, qui impose le binaire et les guitares incendiaires, qui restent collées à des thèmes simplifiés pour ne pas se compliquer…la vie. Elle l’est déjà assez comme ça, alors avec ce premier EP quatre titres, pas de blabla, juste du Punk joué en urgence puisqu’on n’a plus de temps de latence.  

Mais du coup, de quoi parle-t-on ? En étant plus précis et généraliste dans le temps, les CHERRY POP pourraient se concevoir comme une jonction entre la naissance de la scène NYHC du début des années 80 (STIMULATORS en tête) et le mouvement Riot Grrrl des nineties (BIKINI KILL), puisqu’ils empruntent les mêmes codes musicaux, à base de guitares sincères et abrasives, de vocaux à demi chantés ou hurlés, et d’une rythmique binaire basique qui porte le tout à ébullition.

Et tout ça fonctionne à merveille, et exhale un doux parfum de fraicheur juvénile qu’on respire comme du teen spirit, spécialement lorsque le mélange aboutit à des fragrances populaires qui ont tout d’un hit de revers (« Dyldo », néologisme associant le guitariste Dylan avec un objet de plaisir ?).

On n’oublie pas au passage de signer un très sain pamphlet direct et sans ambages (« Fuck You », aux accents Punk/Pop Punk délicats et solo tailladé dans le gras), et de jouer un peu la montre pour justement montrer qu’on est capable de composer des morceaux plus ambitieux (« Fallen Victim », au son fluctuant et à la justesse approximative, mais qui place un riff d’anthologie au milieu des décombres de chœurs bien vindicatifs).

En gros, un truc qui respire le vécu et qui ne joue sur aucune ambiguïté en mélangeant la fureur du Punk et la rage du Hardcore. Des origines évidemment.

Niveau technique, on s’en fout, là n’est pas le propos, mais soulignons quand même le chant méchamment aguicheur et frondeur de Cherry Bee, à l’aise dans les suggestions et les convictions, et l’allégeance de la guitare de Dylan à une base rock n’punk rouillée, mais pas encore figée.

Tout ça sent bon le EP instinctif, ce que le Hardcore devrait toujours être, et qui survole trois décennies de rébellion en passant des cases Punk/Hardcore new-yorkais jusqu’au ciel alternatif de Seattle, sur un jeu de marelle qui dispose d’un bon stock de cailloux.

 En sus, le truc est cadeau sur leur Bandcamp, alors dépêchez-vous tant qu’il en reste. Avec ça, votre cerise ne sautera peut-être pas, mais ça vous mettra une bonne dose de chantilly rance dessus.


Titres de l'album:

  1. Menace to Society
  2. Dyldo
  3. Fuck You
  4. Fallen Victim

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/02/2017 à 18:38
70 %    521

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?