Il y avait un petit moment que je ne m’étais pas aventuré sur le terrain du BM lo-fi, et je dois avouer que j’avais soif de nouvelles découvertes. Il faut dire que le style s’y prête, et que chaque semaine apporte son lot de nouveaux venus, plus ou moins intéressants.

La plupart du temps, le travail est toujours le même, une accumulation de sons disparates assemblés à la hâte, vaguement crédibilisée du sceau « Evil Metal », avec son cortège d’insultes préparées à l’encontre des hostiles jugeant la chose fort peu convaincante ou à-propos.

De ce point de vue, les acteurs de l’ombre se ressemblent tous. Une horde de misanthropes solitaires (logique au demeurant…), qui aiment à se mettre en scène dans des postures pseudo inquiétantes, et divaguant sur des concepts de haine de l’humanité.

Mais il faut admettre que très souvent, ces musiciens au corpsepaint aussi délavé que leur inspiration ne sont que de pauvres gars rejetés par la société bienpensante, un peu seuls dans leur coin, ayant transformé leur tristesse en fausse violence d’apparat, lassés d’apparaître comme des victimes faciles de la vindicte populaire.

D’où ma surprise matinale en découvrant l’univers de NATANAS, one man band qui décidément ne conçoit pas les choses comme ses homologues peinturlurés.

NATANAS, projet perso de Namtaräum, alias Nathaniel Leveck, est étymologiquement un savant néologisme de Natan (l’équivalent espagnol de Nathan) et de Natas (Satan à l’envers pour les étourdis), existant depuis une poignée d’années (2013 pour être précis), et qui se complaît dans un BM teinté de Drone, de Doom, d’Ambient, assez libre d’inspiration, mais surtout, incroyablement prolifique.

Depuis sa création, le projet s’est répandu sur un nombre impressionnant de sorties, dont vingt-trois longue durée, pas mal de splits, et même des compilations. Ce qui avouons-le de suite est assez bluffant, d’autant plus que l’homme-orchestre responsable de cette manne musicale ne se contente pas de coucher ses divagations pénibles sur bande, mais travaille sa musique pour lui faire adopter des contours occultes assez intéressants en soi.

Toute la discographie du projet est disponible sur le Bandcamp ou le site officiel de distribution (en autoproduction bien sûr) gratuitement, ce qui n’est pas anecdotique, tant l’homme n’est pas avare de son temps ni de sa créativité.

Mais au-delà de la musique et de ses conséquences, c’est la bio de ce musicien originaire de Rock Springs dans le Wyoming qui interpelle. Loin de se présenter comme un fils du malin occupé à décapiter des vierges et torturer des animaux dans les forêts environnantes ou à brûler la bible dans la cave de ses parents, Nathaniel joue la carte de la transparence et de la vérité, sans l’enjoliver ou la déformer de fantasmes abracadabrants. Le musicien a donc choisi de nous dire qu’il a travaillé pendant dix ans dans l’industrie pétrolière, puis dans la programmation, et qu’il est aujourd’hui un mari comblé, père de trois enfants, et heureux maître de quatre chats et un chien.

Et je vais être franc avec vous, cette franchise peu commune m’a séduit, et permis d’appréhender sa musique avec un recul inédit, en faisant-fi d’un quelconque décorum de l’absurde, ce qui est plus que rare de nos jours.

Et de ce côté-là, sans être transcendé ou chamboulé, je dois aussi reconnaître que Withered est un travail tout à fait honnête de BM pas si lo-fi qu’il n’en a l’air sur son entame.

Bien loin évidemment d’une quelconque prétention symphonique, ce BM lourd et suintant, refusant tout accès de violence crue est assez captivant en soi, même si les trois morceaux qui s’y trouvent sont assez similaires, et d’une longueur assez rebutante pour le néophyte.

Namtaräum admet évidemment quelques influences notables sur sa page Facebook, dont les inévitables DARKTHRONE, BURZUM, et XASTHUR mais aussi NECROENNUI, SVARTSKOGG, IDAALIUR, LEVIATHAN, ABANDONED BY LIGHT, ULFRINN, MUSIC DISTROYER, UNHAPPY, BUKAVAC, NOCTURNAL TOXIN & CARNAGE, DANZIG, ou STRIBORG, j’en passe, et même des LED ZEPPELIN. Musicalement, on retrouve évidemment de solides traces du DARKTHRONE de Panzerfaust, notamment dans ces riffs lancinants et atonaux, mais aussi des réminiscences du BATHORY le plus diabolique dans les intonations de chant.

Mélange assez homogène en soi, qui prône une certaine lenteur de tempo, s’accommodant fort bien de cette tonalité de guitare inamovible qui sert de réceptacle à tous les morceaux.

Il est aussi possible de penser à un mélange amateur entre ABRUPTUM et FORGOTTEN TOMB, sans ce côté suicidal prononcé, mais pas forcément plus ouvert et optimiste.

Trois titres donc, qui frisent ou dépassent les dix minutes, et qui sont autant de litanies de l’occulte, cette fois-ci consacrées à honorer nos ancêtres tombés au champ d’horreur et d’honneur.

Techniquement, l’affaire est assez sommaire dans sa cohérence, mais chaque titre est truffé d’effets sonores renforçant l’aspect assez décalé de l’entreprise, et qui sont utilisés à bon escient et non comme remplissage ou gimmick hautement dispensable.

Evidemment, la variété n’est pas de mise, mais comme tel n’est pas l’objectif, je ne saurais transformer cette remarque en grief à l’encontre de Nathaniel.

Vous pouvez donc piocher votre intervention favorite, de l’ouverture assez concassante de « Snowflake » (la plus ouvertement BM du lot) à la fermeture évolutive « Hades », en passant par l’intermédiaire « Poseidon », ou écouter l’intégralité pour vous plonger dans un voyages aux confins du BM des origines, celui qui pérennisait l’héritage de BATHORY sur les côtes Norvégiennes. Comme en plus, la pochette est assez réussie, dans un registre assez proche du Womrwood de MARDUK, et que l’album est gratuit, l’affaire est assez équitable et honnête.

J’aurais en tout cas découvert un personnage très sympathique, à l’univers très personnel, qui joue du Black à sa façon, parce qu’il aime ça, et non parce que sa pratique le transforme en soldat de l’enfer censé nous coller les jetons. Ce qui bien évidemment, n’arrive jamais.

Je souhaite donc une belle vie à Nathaniel/Namtaräum/NATANAS, mais il semble que l’homme soit déjà comblé.

Peut-être que sa musique vous comblera aussi. Je le souhaite en tout cas. Ah, et dernière info, si ce Black vous inspire, sachez que l’intégralité de la discographie de NATANAS (mp3+vidéos) est disponible pour 15 dollars sur clé USB de 32 go.

Un deal valable.


Titres de l'album:

  1. Snowflake
  2. Poseidon
  3. Hades

Site officiel

Lien écoute album

par mortne2001 le 04/05/2017 à 17:27
65 %    261

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...