Balayons d’un revers de clavier le débat inhérent à telle chronique. Les albums de reprises sont pour la plupart des cas hautement dispensables, et uniquement destinés à combler un trou ou amener plus ou moins subtilement une tournée à venir. De là, les cas d’école sont nombreux et les exceptions plutôt rares, les cover albums avec un réel intérêt artistique se comptant sur les doigts d’une main, dont deux sont déjà levés pour Bowie et Tori Amos. Alors une fois cette fausse problématique réglée, abordons le cas de JORN LANDE qui pour la seconde fois de sa carrière nous fait le coup de la pause d’appropriation, quatre ans après le premier tome de Heavy Rock Radio qui le voyait reprendre DIO, Kate BUSH ou Frida. Toujours sur Frontiers, le preux vocaliste norvégien reprend donc du service, avec la radio de son adolescence à la main pour nous offrir une nouvelle palette d’appropriations, qui selon lui l’ont aidé à forger sa propre identité musicale. Le souci avec cette sortie, c’est que son jugement est biaisé dès le départ. Jorn fait en effet partie de cette caste élitiste de vocalistes à qui on pardonne à peu près tout, même des albums faibles et des collaborations hasardeuses. Pourquoi ? Parce qu’il possède l’une des plus belles voix du Heavy Metal de ces vingt dernières années, et qu’à l’instar d’un Coverdale, d’un Kiske, d’un Scott Soto ou d’un Turner, il peut tout se permettre, restant digne même dans les catastrophes les moins pardonnables. Alors, évidemment, écouter une fois encore sa voix sur des morceaux plus ou moins connus est toujours un plaisir qu’on ne peut refuser, même si le contenu de ce second LP de reprises n’est pas des plus inoubliables en termes d’originalité et de démarcation.

Avec une équipe montée de toute pièce par Frontiers, inutile donc de s’attendre à une quelconque forme de nuance, d’autant plus que tout est avoué dans le titre de l’album. JORN est ici pour se la jouer Heavy, et qu’importent les versions d’origine, puisque les reprises sont là pour dépoter et faire encore une fois preuve d’allégeance au Metal le moins compromis. Dès lors, que l’artiste se fasse plaisir avec CHIC ou DEEP PURPLE, le résultat sera le même et emballé dans une énorme production maison gommant toutes les aspérités éventuelles. En même temps, avec un lieutenant de la trempe d’Alessandro Del Vecchio (qui évidemment s’occupe également des claviers), il ne fallait pas s’attendre à un son intimiste et c’est donc en toute logique que Heavy Rock Radio II - Executing The Classics sonne comme l’album de Heavy Metal qu’il est. La pochette signé du talentueux Stan W Decker se permet même une allusion au « No More Mr Nice Guy » de MEGADETH, histoire de renforcer les accointances entre potes de reprises, ce qui permet à ce nouvel effort de rester cohérent jusqu’au bout. Je n’irai pas discuter le choix des morceaux qu’on retrouve sur cette nouvelle récréation, ce choix appartenant à l’artiste qui une fois encore, à brouillé les pistes et mélangé du Rock et du moins, histoire de prouver son éclectisme. Ce qui frappe évidemment au prime abord et sans rentrer dans les détails, c’est la bonne humeur et l’énergie qui drivent ce projet. Sans entrer dans les détails individuels, on peut déjà affirmer que le chanteur est en grande forme et a vraiment pris son pied à incarner ces versions personnelles d’une éducation musicale ne l’étant pas moins. Et comme dans la majorité des cas d’albums de covers, ce sont toujours les chansons les moins attachées au patrimoine Hard ou Rock qui se distinguent, un peu comme dans le cas de METALLICA et son Garage Inc.

Pourtant JORN n’a pas manqué de nous rappeler une fois encore s’il était besoin son amour de DEEP PURPLE et DIO, puisqu’un titre de chacun de ces groupes s’est frayé un chemin dans le tracklisting. C’est classique, attendu, mais toujours efficace, puisque le grand chanteur norvégien connaît la partition par cœur. Son timbre de voix se rapproche d’ailleurs d’une façon assez impressionnante de celui de Gillan sur « Bad Attitude », tellement proche de l’original qu’on en est troublé. Même traitement fidèle pour le « Mystery » du regretté Ronnie James, qui se voit respecté et traduit à la croche près, sans que l’on s’ennuie. Mais là où le chanteur nous surprend le plus, c’est lorsqu’il sort de sa zone de confort Metal en taquinant le répertoire des légendes US du Rock le plus traditionnel…Et lorsque résonnent les premières notes du « New York Minute » de Don « EAGLES » HENLEY, on sait qu’on va se prendre une bonne claque à la « Turn de Page » de Bob SEGER chapardé par METALLICA. Ce morceau, emphatique au possible et traité façon gros Hard Rock ne perd aucunement de sa portée émotionnelle, et représente vraiment le pinacle de la justification d’une telle entreprise. Avec son tempo lourd, ses modulations vocales et son ambiance dramatique, ce morceau justifie à lui seul l’écoute de Heavy Rock Radio II - Executing The Classics tant il parvient à traduire dans un langage amplifié le vocable de Henley, sans trahir sa fragilité. Tout aussi surprenant et ludique, le « Quinn the Eskimo (The Mighty Quinn) » du Dieu Dylan et popularisé par MANFRED MANN tressaillit des claviers 70’s de Del Vecchio, et nous offre une jolie bouffée d’air frais dans une ambiance survoltée.

Avec un line-up de premier choix (outre JORN et Alessandro on retrouve Sid Ringsby à la basse, Tore Moren, Jgor Gianola qui n’a rien à voir avec David à la guitare, et Francesco Jovino à la batterie), et quelques sidekicks de luxe aux soli dont Trond Holter (avec qui JORN a participé à l'opera-rock METAL Dracula en 2015), Jgor Gianola (CORELEONI, ex-U.D.O) ainsi que Luca Princiotta (BLAZE BAYLEY) et Andrea ''Girtuga'' Seveso (assistant d'Alessandro Del Vecchio), Heavy Rock Radio II - Executing The Classics évite donc la redondance et la vacuité. Et on aimera plus particulièrement « The Rhythm of the Heat » de Peter GABRIEL transformé en machine à swing Hard, « Winning » de BALLARD, sorte de surprise sucrée sortie des coffres de souvenirs, tout en admettant que la scie radiophonique « Needles and Pins » n’avait pas forcément besoin d’une énième version. L’album se présente dans une élégante version CD+DVD, comprend quelques bonus dispensables (des versions edit de « Hotel California » des EAGLES, de « The Final Frontier » de MAIDEN ou de « Die Young » de BLACK SABBATH), mais reste en définitive un plaisir mineur pour un chanteur majeur, qui depuis des années sait contenter ses nombreux fans.      

                                   

Titres de l’album :

                       01. Lonely Nights (Bryan ADAMS)

                       02. Winning (Russ BALLARD)

                       03. New York Minute (Don HENLEY)

                       04. Needles and Pins (THE NEW SEEKERS)

                       05. Love

                       06. I Do Believe In You (PAGES)

                       07. Night Life (FOREIGNER)

                       08. Bad Attitude (DEEP PURPLE)

                       09. Quinn the Eskimo (The Mighty Quinn) (Bob DYLAN)

                       10. Mystery (DIO)

                       11. The Rhythm of the Heat (Peter GABRIEL)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/02/2020 à 18:09
78 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !