En fait, je finis par me dire que les Grindcoreux sont de grands hyperactifs incapables de rester quinze secondes à ne rien faire. Entre les répètes, les tournées, les albums, les EP, les concerts hold-up organisés à l’arrache et le reste des turpitudes habituelles de leurs vies d’hommes, ces flingués trouvent toujours le moyen de consacrer une après-midi entre potes histoire de partager un split et quelques blasts.

Faudrait peut-être vous calmer les gars sinon votre discographie va finir par ressembler aux volumes de l’antique bibliothèque d’Alexandrie juste avant l’incendie…

Mais en fait, qui irait s’en plaindre ?

Pas les fans de Grind en tout cas, qui se repaissent de leurs exactions à intervalles très réguliers, et qui vont encore trouver matière à se réjouir en ce mois de juin ensoleillé.

Les héros du jour nous offrent un grand écart climatique en traçant une ligne droite entre les USA et la Suède, ou ont peut-être creusé un tunnel sous-marin entre le New Jersey et Växjö, mais peu importe le moyen, puisqu’ils ont réussi à se réunir virtuellement à l’occasion de deux faces partagées, et offertes sur un plateau rouillé par Horror Pain Gore Death productions, célèbre label activiste de Philadelphie.

Au menu ?

Deux factions aussi complémentaires que différentes, qui proposent deux concepts qui se rejoignent tout en évoluant en parallèle, pour deux plans de carrière assez opposés.

Le cas des suédois de BIRDFLESH est donc le premier abordé. J’ai connu ces tarés venus du froid à l’occasion de leur premier LP, Alive Autopsy, publié il y a une grosse quinzaine d’années, et j’avais même osé émettre une opinion sur leur art consommé du boucan gelé lors de la parution de Mongo Musicale, en 2006 

Les originaires de Växjö sont donc les vétérans de l’étape et de l’épate, et proposent donc un Grind assez familial, pas vraiment symptomatique des us et coutumes locales et un brin paillard, mais toujours musical dans l’esprit. Ici, la débauche ne rime pas avec ébauche, et leurs morceaux, quoi que très courts sont peaufinés et bien décongelés, histoire de ne pas se faire chier avec la chaîne du froid. On pense même à leur écoute à un gros Powerviolence bien dosé, bien que les fréquentes accélérations démontrent que le Grind est quand même leur moyen de transport préféré. Mais en bénéficiant d’un son massif et clair, Smattro Ansjovis (batterie et chant), Achmed Abdulex (guitare et chant) et Panda Flamenco (basse et chant) se permettent de nous soigner au petit scalpel, avec une bordée de morceaux joyeux et entrainants, qui ne versent jamais dans le chaos d’un stockage de congélation instable. On sent évidemment que l’humour est toujours une composante importante de leur travail, mais au cas où la chose vous aurait échappé, des intitulés comme « Caligoulash », « The Lawn Mover » ou « Miss Complaint » se feront une joie de vous le rappeler.

Musicalement, tout ceci est évidemment très rapide et violent, mais sait rester bon enfant, et trousser des hymnes assez déments, que l’on reprend le cœur vaillant (« Trapped In Forcepower », hit improbable que l’on hurle de concert avec les déments).

L’emphase est mise sur des refrains vraiment fédérateurs et des riffs simples mais irrésistibles, empreints de Thrashcore brulant et de Hardcore fumant.

Efficaces, ludiques, les BIRDFLESH se proposent donc d’incarner le versant le plus abordable du Grind scandinave, dans une veine qui préfère la bonne humeur à l’agression de tueur. Un split qui ne fera pas tâche dans leur discographie pléthorique, qui en compte déjà un nombre assez conséquent, en sus de quatre LP. D’ailleurs, le dernier datant de 2008, il serait temps de vous remettre au boulot les gars, faut pas déconner.

Les originaires du New-Jersey d’ORGAN DEALER sont quant à eux beaucoup moins bavards, quoique leur carrière n’a débuté qu’en 2013. Depuis, Jeffrey Knoblauch, Scot Moriarty, Trevor Graham, Eric Schnee et

Thomas Maher nous ont proposé une livraison par an, sous la forme d’un rein, d’une rate ou d’un poumon, dans un sac pas vraiment hermétique. Une première démo en 2014, un LP l’année suivante (Visceral Infection), un single seulement en 2016, et cette promenade en compagnie des BIRDFLESH pour 2017.

Bilan donc assez maigre pour un groupe se vautrant dans le Grind à tendance Death bien débridé, et assez proche des THE KILL et autres INFEST dans l’esprit, privilégiant la noirceur et la puissance à la nuance et la pâleur.

C’est donc à neuf morceaux de corps que nous avons droit, pour une épaisseur moyenne d’une minute, et une attitude frondeuse et fonceuse qui ne donne ni dans la dentelle, ni dans l’opération à cœur ouvert. Ici, on charcute dans les grandes largeurs, et on ne s’emmerde même pas à recoudre après. C’est éminemment bourrin, mais aussi salement technique dans l’approche, avec des passages d’un tranchant exemplaire, qui permettent même de retenir quelques motifs au passage.

Mais le but du jeu n’étant pas de passer pour des chirurgiens consciencieux ni pour des bouchers prétentieux, tout fan de Grind gras mais digeste y trouvera de quoi remplir sa panse et soulager ses tympans, dans une exubérance toute américaine.

Nous nous voyons même gratifiés d’un final orgiaque qui ose agresser les cent-vingt-neuf secondes, en faisant preuve d’une variété de tempo et de riffs, chatouillant même la corde sensible NAPALM DEATH de sa gravité de circonstance.

Le reste est du même niveau, et reste dans une norme d’excellence Grind, donc, pas d’inquiétude. L’honneur est sauf et le greffon bien arrivé à la maison.

Un split qui se justifie donc de lui-même, et qui permet à l’arrière-garde de trôner aux côtés de la nouvelle génération. Une pluralité de bordel assez fascinante qui ne se contente pas d’un seul visage, mais offre plusieurs facettes, pour un split miroir qu’on dévore sur le pouce, sans assiette.

Et qui n’oblige même pas à rester couvert.

Organ Dealer Bandcamp

Birdflesh Facebook



par mortne2001 le 17/07/2017 à 14:30
75 %    182

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.