Voilà un moment que je voulais parler de metal progressif, et de sonorités souvent croisant des suffixes en « core » qui en France font souvent peur aux Métalleux de base. Vous savez ces  « puristes » comme ils s’autoproclament. Mon top album 2017 était déjà essentiellement composé de metal progressif, cependant j’attendais le bon album pour vous emmener dans ces eaux troubles qui peuvent en noyer plus d’un. Puis ce 16 Mars est sorti Where Owls Know My Name du groupe RIVERS OF NIHIL, le groupe et l’album parfait pour cela. Alors branchez vos enceintes, et préparez vous mentalement à du grandiose.

Entamons cette aventure par une brève présentation du groupe. RIVERS OF NIHIL est un groupe de Death Metal/Deathcore/Technique/Progressif (????) qui a vu le jour en 2009 en Pennsylvanie aux Etats-Unis. A cette époque, le groupe était encore tout jeune et avait déjà attiré l’attention de notre bon ami Erik Rutan de HATED ETERNAL, et qui a aussi jouer dans MORBID ANGEL. Le gaillard est également producteur d’albums de groupes comme CANNIBAL CORPSE, VITAL REMAINS, MADBALL, BELPHEGOR, NILE ou encore AGNOSTIC FRONT. Bref, ce dernier insista pour prendre en charge la production de leur premier album. Le groupe pose donc une bonne grosse paire de couilles sur la table d’entrée de jeu.

C’est donc ainsi, qu’en 2013 le groupe enregistre leur premier album The Conscious Seed of Light dans le Mana Recording Studio de notre cher monsieur Rutan. Le groupe exerçait dans un Death Metal beaucoup plus brut, moins progressif et moins technique qu’aujourd’hui. Cependant il se différenciait déjà de toute cette masse de groupes de death metal de l’époque en nous proposant un  death metal/deathcore délivrant une énergie qui s’apparente à celle du bon gros hardcore. On pourra y voir aussi quelques lointaines accointances à GOJIRA dans certains riffs de gratte (Ecoutez « Soil & Seed » vous verrez de quoi je parle). Au passage je vous conseille vraiment cet album qui peut vraiment être une bonne clé d’entrée pour découvrir l’univers du groupe. Un album génial !

En 2015, le groupe décide de placé la barre encore plus haute et enregistre son deuxième album Monarchy. Le groupe est soucieux de faire évoluer son style pour ne pas refaire la copie d’un même album à l’infini (comme beaucoup savent le faire depuis toujours). Ils prennent donc la route vers une musique plus technique mais en réussissant à garder cette empreinte qui les a fait connaitre avec The Conscious Seed of Light. Redoublant toujours d’originalité l’album fait encore une fois l’unanimité. Cependant les 5 américains ne sont pas encore arrivés à leur apogée.  

C’est donc le 16 Mars dernier que  RIVERS OF NIHIL sort son dernier album qui, à mes yeux, sera le meilleur de sa discographie. Celui-ci porte le nom de Where Owls Know My Name  et fait référence à un endroit où l'on peut faire l'expérience d'un isolement total, un lieu où seule la nature qui nous entoure est consciente de notre présence, un lieu où nous pouvons réfléchir silencieusement sur notre vie. Sur cet album Brody Uttley (le guitariste), qui chapeaute la composition des morceaux de son home studio personnel, a voulu tenter une manière un peu différente et « organique » de composer, ne voulant pas « se forcer à essayer » comme il le dit dans une de ses interviews. C’est-à-dire en ne cherchant pas à écrire un riff pour ensuite essayer de le jouer.  Ici la plus part des riffs ont été composés en essayant de ne pas penser à ce qu’il était en train de jouer, en restant le plus relaxé possible : I really tried to not think about what I was doing. I kind of just let my hands wander around the fret board to see what came out. Pretty much every song on this record was written by just staying as relaxed as possible and not really worrying about conforming to any specific set of requirements”. Cependant ne vous attendez pas à un résultat moins technique pour autant car le groupe reste toujours aussi désireux de monter en difficulté. A vrai dire sur cet album il y a même un énorme bond technique. Cependant les morceaux respirent beaucoup plus que dans les précédents opus, chaque morceau est un savant mélange de brutalité et d’harmonie. Tout au long de cet album on se retrouve bercé par des nappes atmosphériques portées par des jolies reverbs et delays qui confirment le passage du groupe à une musique beaucoup plus progressive et moderne.  Le groupe se permet vraiment ici d’explorer son propre univers, et insère donc à sa musique de la guitare acoustique, du clavier et même du saxophone, des purs moments jazzy de relaxation qui donne à la musique du groupe une vrai singularité, et nous plonge dans un vrai voyage musical. Pour illustrer cela je vous conseille d’écouter « Subtle Changes » une chanson pleine de contrastes et d’émotions. Sinon pour les amateurs de tempo dégénéré vous avez également « Hollow »  une chanson qui se cale sur un BPM de 260, avec un  batteur qui blaste et place de la double tranquillement comme si de rien n’était. Puis évidemment le groupe ne manquera pas de placer la 3ème partie de « Terrestria » un titre qui se décline sur chaque album du groupe.

Maintenant passons à la partie qui va bloquer une bonne partie d’entre vous : le chant. En effet le chant à énormément évolué depuis Monarchy , Jake Dieffenbach le chanteur habitué au growl puise maintenant dans des sonorités plus aigües, des screams démoniaques et aussi du chant clair. Personnellement, je n’ai absolument rien contre le chant clair, surtout quand il est aussi bien réalisé. Mais je sais que certains d’entre vous ne sont pas friands de ce genre de chose. D’ailleurs c’est quand même étrange d’être en capacité d’écouter des screams sorties du fond des enfers, ou des Pig Squeal de cochons égorgés et faire le fragile quand des artistes insèrent du chant clair pour donner  plus de profondeur à leur musique. L’essentiel  n’est-il pas là ? Demander à un chanteur de faire une croix sur le chant le clair, c’est comme de demander à un guitariste de ne jouer que sur 3 cordes, ou de ne jouer qu’avec le canal saturé et sans pédales… Je pense qu’il faut davantage se concentrer sur les paroles et leurs significations plutôt qu’à la manière dont elles sont chantées. La technique de chant utilisée ne reflète qu’un choix artistique qui se justifie par la signification et la sensation que le groupe veut donner à son morceau.

Bon alors, la conclusion ? Where Owls Know My Name montre clairement une évolution dans la musique du groupe. Certains vont peut-être désapprouver ce changement, cette production au son  beaucoup plus moderne et léché, ou ce chant clair etc… Mais le groupe va de l’avant, et ne se terre pas dans les sentiers qu’il connait et maitrise déjà et quand je vois le résultat je suis carrément content et ne peux qu’approuver cette évolution. J’espère vous avoir fait découvrir un groupe intéressant qui n’est peut-être pas dans votre style habituel d’écoute. Avec cette chronique je voulais vous amener (pour ceux qui n’y sont pas familier), à faire un premier pas vers les sonorités du metal moderne qu’on trouve dans le prog, le djent, le metalcore, ou encore le deathcore. Le chant clair est devenu un composant à part entière  de ces styles, essayez d’aller voir au-delà des apparences et questionnez vraiment le fond des choses. Puis si vous n’y arrivez vraiment pas vous pouvez toujours écouter les deux premiers albums.

Titre de l'album :
01. Cancer / Moonspeak
02. The Silent Life
03. A Home
04. Old Nothing
05. Subtle Change (Including the Forest of Transition and Dissatisfaction Dance)
06. Terrestria III: Wither
07. Hollow
08. Death Is Real
09. Where Owls Know My Name
10. Capricorn / Agoratopia

Facebook
Bandcamp


par L'Apache le 04/04/2018 à 17:26
95 %    401

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
05/04/2018 à 13:11:58
J'ai été très surpris par cette évolution. J'avais découvert RoN en live, il y a un an et demi, pour mon premier report chez Metalnews. Leur style paraissait tellement bien défini que je n'imaginais pour leur avenir qu'un perfectionnement technique mais pas de telles prises de risques combinées sur un temps aussi court.

Claude mandon
@89.94.244.177
08/04/2018 à 09:15:14
Je connais pas du tout mais ça donne envie de toute façon ,Metalnews very good webzine et rivers gagne à être connu, le prochain achat a faire et quel magnifique artwork, HAIL TO THE METAL

Humungus
membre enregistré
08/04/2018 à 21:58:22
J'ai écouté...
J'aime pô...
Peut-être bien parce que je suis un putain de "puriste"... ... ....

PS : Quoi qu'il en soit L'Apache, très belle et longue présentation du groupe et de(s) l'album(s).

L'Apache
@88.140.179.184
11/04/2018 à 09:57:27
Ah c'est dommage. Je ne dis pas que c'est mal d'être un "puriste". Je comprends que l'on puisse aimer un certain type de metal, des sonorités plus traditionnelles.... Chacun cherche différents types d'émotions en écoutant de la musique et certaines ne font pas partie de leurs recherches.

Je dis juste que c'est dommage de se fermer à toutes ces autres émotions qui peuvent apporter tellement de nouvelles choses, de nouvelles visions du monde... Mais chacun fait ce qu'il veut et ça n'empêche pas de bien m'entendre avec "les puristes". Même si ce mot n'a plus vraiment de sens à mon avis...

Quoi qu'il en soit merci d'avoir prit le temps d'écouter et de lire la chronique !

Humungus
membre enregistré
11/04/2018 à 22:17:16
Oh que si ce mot à un sens mon brave.
En tous cas pour moi et bon nombre de mes camarades...

Signé : True Purist Orthodox No Compromise Humungus
(sic)

Jefflonger
@90.51.23.41
09/10/2018 à 10:32:29
Bravo pour cette enrichissante prestation du groupe.
J'ai lu du très bon sur ce groupe et .. du moins bon. Une première lecture dans un magasine m'a donné envie d'en savoir plus par une écoute distraite. Puis des avis contradictoires et ta chronique qui titille . Pourtant je fais plutôt partie des "puristes" et des old school death metalleux (vu mon grand âge ). Alors pour me décider je me lance dans une écoute intégrale de l'album, merci le net. Très agréable, il viendra peut être alimenter une prochaine commande pour accompagner le nouveau Monstrosity, bloodbath ....

jefflonger
@90.51.23.41
09/10/2018 à 10:34:06
il faut lire "présentation " et non "prestation" désolé

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.