Voilà un moment que je voulais parler de metal progressif, et de sonorités souvent croisant des suffixes en « core » qui en France font souvent peur aux Métalleux de base. Vous savez ces  « puristes » comme ils s’autoproclament. Mon top album 2017 était déjà essentiellement composé de metal progressif, cependant j’attendais le bon album pour vous emmener dans ces eaux troubles qui peuvent en noyer plus d’un. Puis ce 16 Mars est sorti Where Owls Know My Name du groupe RIVERS OF NIHIL, le groupe et l’album parfait pour cela. Alors branchez vos enceintes, et préparez vous mentalement à du grandiose.

Entamons cette aventure par une brève présentation du groupe. RIVERS OF NIHIL est un groupe de Death Metal/Deathcore/Technique/Progressif (????) qui a vu le jour en 2009 en Pennsylvanie aux Etats-Unis. A cette époque, le groupe était encore tout jeune et avait déjà attiré l’attention de notre bon ami Erik Rutan de HATED ETERNAL, et qui a aussi jouer dans MORBID ANGEL. Le gaillard est également producteur d’albums de groupes comme CANNIBAL CORPSE, VITAL REMAINS, MADBALL, BELPHEGOR, NILE ou encore AGNOSTIC FRONT. Bref, ce dernier insista pour prendre en charge la production de leur premier album. Le groupe pose donc une bonne grosse paire de couilles sur la table d’entrée de jeu.

C’est donc ainsi, qu’en 2013 le groupe enregistre leur premier album The Conscious Seed of Light dans le Mana Recording Studio de notre cher monsieur Rutan. Le groupe exerçait dans un Death Metal beaucoup plus brut, moins progressif et moins technique qu’aujourd’hui. Cependant il se différenciait déjà de toute cette masse de groupes de death metal de l’époque en nous proposant un  death metal/deathcore délivrant une énergie qui s’apparente à celle du bon gros hardcore. On pourra y voir aussi quelques lointaines accointances à GOJIRA dans certains riffs de gratte (Ecoutez « Soil & Seed » vous verrez de quoi je parle). Au passage je vous conseille vraiment cet album qui peut vraiment être une bonne clé d’entrée pour découvrir l’univers du groupe. Un album génial !

En 2015, le groupe décide de placé la barre encore plus haute et enregistre son deuxième album Monarchy. Le groupe est soucieux de faire évoluer son style pour ne pas refaire la copie d’un même album à l’infini (comme beaucoup savent le faire depuis toujours). Ils prennent donc la route vers une musique plus technique mais en réussissant à garder cette empreinte qui les a fait connaitre avec The Conscious Seed of Light. Redoublant toujours d’originalité l’album fait encore une fois l’unanimité. Cependant les 5 américains ne sont pas encore arrivés à leur apogée.  

C’est donc le 16 Mars dernier que  RIVERS OF NIHIL sort son dernier album qui, à mes yeux, sera le meilleur de sa discographie. Celui-ci porte le nom de Where Owls Know My Name  et fait référence à un endroit où l'on peut faire l'expérience d'un isolement total, un lieu où seule la nature qui nous entoure est consciente de notre présence, un lieu où nous pouvons réfléchir silencieusement sur notre vie. Sur cet album Brody Uttley (le guitariste), qui chapeaute la composition des morceaux de son home studio personnel, a voulu tenter une manière un peu différente et « organique » de composer, ne voulant pas « se forcer à essayer » comme il le dit dans une de ses interviews. C’est-à-dire en ne cherchant pas à écrire un riff pour ensuite essayer de le jouer.  Ici la plus part des riffs ont été composés en essayant de ne pas penser à ce qu’il était en train de jouer, en restant le plus relaxé possible : I really tried to not think about what I was doing. I kind of just let my hands wander around the fret board to see what came out. Pretty much every song on this record was written by just staying as relaxed as possible and not really worrying about conforming to any specific set of requirements”. Cependant ne vous attendez pas à un résultat moins technique pour autant car le groupe reste toujours aussi désireux de monter en difficulté. A vrai dire sur cet album il y a même un énorme bond technique. Cependant les morceaux respirent beaucoup plus que dans les précédents opus, chaque morceau est un savant mélange de brutalité et d’harmonie. Tout au long de cet album on se retrouve bercé par des nappes atmosphériques portées par des jolies reverbs et delays qui confirment le passage du groupe à une musique beaucoup plus progressive et moderne.  Le groupe se permet vraiment ici d’explorer son propre univers, et insère donc à sa musique de la guitare acoustique, du clavier et même du saxophone, des purs moments jazzy de relaxation qui donne à la musique du groupe une vrai singularité, et nous plonge dans un vrai voyage musical. Pour illustrer cela je vous conseille d’écouter « Subtle Changes » une chanson pleine de contrastes et d’émotions. Sinon pour les amateurs de tempo dégénéré vous avez également « Hollow »  une chanson qui se cale sur un BPM de 260, avec un  batteur qui blaste et place de la double tranquillement comme si de rien n’était. Puis évidemment le groupe ne manquera pas de placer la 3ème partie de « Terrestria » un titre qui se décline sur chaque album du groupe.

Maintenant passons à la partie qui va bloquer une bonne partie d’entre vous : le chant. En effet le chant à énormément évolué depuis Monarchy , Jake Dieffenbach le chanteur habitué au growl puise maintenant dans des sonorités plus aigües, des screams démoniaques et aussi du chant clair. Personnellement, je n’ai absolument rien contre le chant clair, surtout quand il est aussi bien réalisé. Mais je sais que certains d’entre vous ne sont pas friands de ce genre de chose. D’ailleurs c’est quand même étrange d’être en capacité d’écouter des screams sorties du fond des enfers, ou des Pig Squeal de cochons égorgés et faire le fragile quand des artistes insèrent du chant clair pour donner  plus de profondeur à leur musique. L’essentiel  n’est-il pas là ? Demander à un chanteur de faire une croix sur le chant le clair, c’est comme de demander à un guitariste de ne jouer que sur 3 cordes, ou de ne jouer qu’avec le canal saturé et sans pédales… Je pense qu’il faut davantage se concentrer sur les paroles et leurs significations plutôt qu’à la manière dont elles sont chantées. La technique de chant utilisée ne reflète qu’un choix artistique qui se justifie par la signification et la sensation que le groupe veut donner à son morceau.

Bon alors, la conclusion ? Where Owls Know My Name montre clairement une évolution dans la musique du groupe. Certains vont peut-être désapprouver ce changement, cette production au son  beaucoup plus moderne et léché, ou ce chant clair etc… Mais le groupe va de l’avant, et ne se terre pas dans les sentiers qu’il connait et maitrise déjà et quand je vois le résultat je suis carrément content et ne peux qu’approuver cette évolution. J’espère vous avoir fait découvrir un groupe intéressant qui n’est peut-être pas dans votre style habituel d’écoute. Avec cette chronique je voulais vous amener (pour ceux qui n’y sont pas familier), à faire un premier pas vers les sonorités du metal moderne qu’on trouve dans le prog, le djent, le metalcore, ou encore le deathcore. Le chant clair est devenu un composant à part entière  de ces styles, essayez d’aller voir au-delà des apparences et questionnez vraiment le fond des choses. Puis si vous n’y arrivez vraiment pas vous pouvez toujours écouter les deux premiers albums.

Titre de l'album :
01. Cancer / Moonspeak
02. The Silent Life
03. A Home
04. Old Nothing
05. Subtle Change (Including the Forest of Transition and Dissatisfaction Dance)
06. Terrestria III: Wither
07. Hollow
08. Death Is Real
09. Where Owls Know My Name
10. Capricorn / Agoratopia

Facebook
Bandcamp


par L'Apache le 04/04/2018 à 17:26
95 %    498

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
05/04/2018 à 13:11:58
J'ai été très surpris par cette évolution. J'avais découvert RoN en live, il y a un an et demi, pour mon premier report chez Metalnews. Leur style paraissait tellement bien défini que je n'imaginais pour leur avenir qu'un perfectionnement technique mais pas de telles prises de risques combinées sur un temps aussi court.

Claude mandon
@89.94.244.177
08/04/2018 à 09:15:14
Je connais pas du tout mais ça donne envie de toute façon ,Metalnews very good webzine et rivers gagne à être connu, le prochain achat a faire et quel magnifique artwork, HAIL TO THE METAL

Humungus
membre enregistré
08/04/2018 à 21:58:22
J'ai écouté...
J'aime pô...
Peut-être bien parce que je suis un putain de "puriste"... ... ....

PS : Quoi qu'il en soit L'Apache, très belle et longue présentation du groupe et de(s) l'album(s).

L'Apache
@88.140.179.184
11/04/2018 à 09:57:27
Ah c'est dommage. Je ne dis pas que c'est mal d'être un "puriste". Je comprends que l'on puisse aimer un certain type de metal, des sonorités plus traditionnelles.... Chacun cherche différents types d'émotions en écoutant de la musique et certaines ne font pas partie de leurs recherches.

Je dis juste que c'est dommage de se fermer à toutes ces autres émotions qui peuvent apporter tellement de nouvelles choses, de nouvelles visions du monde... Mais chacun fait ce qu'il veut et ça n'empêche pas de bien m'entendre avec "les puristes". Même si ce mot n'a plus vraiment de sens à mon avis...

Quoi qu'il en soit merci d'avoir prit le temps d'écouter et de lire la chronique !

Humungus
membre enregistré
11/04/2018 à 22:17:16
Oh que si ce mot à un sens mon brave.
En tous cas pour moi et bon nombre de mes camarades...

Signé : True Purist Orthodox No Compromise Humungus
(sic)

Jefflonger
@90.51.23.41
09/10/2018 à 10:32:29
Bravo pour cette enrichissante prestation du groupe.
J'ai lu du très bon sur ce groupe et .. du moins bon. Une première lecture dans un magasine m'a donné envie d'en savoir plus par une écoute distraite. Puis des avis contradictoires et ta chronique qui titille . Pourtant je fais plutôt partie des "puristes" et des old school death metalleux (vu mon grand âge ). Alors pour me décider je me lance dans une écoute intégrale de l'album, merci le net. Très agréable, il viendra peut être alimenter une prochaine commande pour accompagner le nouveau Monstrosity, bloodbath ....

jefflonger
@90.51.23.41
09/10/2018 à 10:34:06
il faut lire "présentation " et non "prestation" désolé

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)