In for the Kill

Toxicrose

24/09/2021

Golden Robot Records

Peut-on être Glam et méchamment Heavy à la fois ? Vous avez quarante-deux minutes.

Inutile de vous torturer sur la question, j’ai déjà sa réponse. Elle est simple, s’appelle In for the Kill, et vous est offerte par les suédois de TOXICROSE. TOXICROSE, c’est un peu la fleur la plus séduisante et dangereuse du jardin botanique suédois de ces dernières années, celle que l’on découvre au fond de la serre déjà envahie par les espèces protégées, et exportées aux Etats-Unis et dans le reste de l’Europe. Une rose noire, qui à peine effleurée répand son poison sous votre peau, contaminant votre organisme de ses hymnes imparables et de son énergie incroyable. Je l’avais caressée à l’occasion de sa floraison éponyme en 2012, puis encore embrassée du bout des lèvres il y a cinq ans lorsque les boutons Total Tranquility s’étaient transformés en magnifiques pétales aux reflets bleutés, et malgré les dommages occasionnés à mon organisme, j’y suis revenu cette année, pour une fois encore admirer sa beauté létale.

Il aura quand même fallu attendre cinq ans pour admirer de nouveau cette fleur soyeuse aux épines fatales, mais autant dire que cette novelle bouture a bien poussé pour devenir un petit bijou de noirceur. Ce second album des suédois tient donc toutes les promesses contractées par son prédécesseur, et démontre une bonne fois pour toutes que le Sleaze et le Glam peuvent très bien être mis en forme avec un art certain de la violence musicale.

Lors de ma précédente chronique pour « Cuir et Jardins », j’avais établi quelques parallèles entre ces quatre musiciens et certains de leurs ainés. Ces parallèles sont toujours aussi valides aujourd’hui, et en écoutant les dix morceaux de ce second longue-durée, je n‘ai pas pu m’empêcher de penser à nos BLACKRAIN, aux SHOTGUN MESSIAH, mais aussi aux TIGERTAILZ version « Sick Sex ». Du Glam donc, des paillettes d’Halloween, mais aussi une musculature imposante sous le costume, et des tatouages qui en disent long sur le parcours.  

Le chanteur Andy TXR, le guitariste Tom Wouda, le batteur Michael Sweet et le bassiste Johannes Sandberg continuent donc sur leur lancée, et nous livrent leur propre vision de la chose Sleaze, avec toujours en exergue cette volonté de ne pas sombrer dans le gouffre des refrains putassiers et des couplets Hard-Pop que la génération 86/89 a popularisés histoire de se faire une place au sein du sacro-saint Billboard. Inutile donc de vous attendre à du POISON revisité et à peine durci, puisque les TOXICROSE sont toujours aussi Heavy, et même Power à l’occasion, lors de certains titres qui suintent la méchanceté musicale et le ressenti vocal.

With 10 fist pumping tracks filled with big choruses, In For The Kill is an album that fires from all cylinders from start to finish. 

 

Le groupe est donc tout à fait conscient d’avoir lâché un monstre sur le monde post-pandémie, qui se demande encore à quoi le futur va pouvoir ressembler. Eux ne se posent pas la question, puisque leur univers est clos, et proche d’une version plus romantique de Mad Max, avec cuir obligatoire et maquillage post-apocalyptique. Et lorsqu’une bête s’échappe de sa cage, elle ne le fait pas en crochetant la serrure, mais bien en explosant les grilles. Et pour bien illustrer cette évasion, le quatuor suédois nous a réservé une explosion en règle dès le début de l’aventure, mettant la basse en avant et poussant les amplis à fond pour une doublette sacrement épaisse.

Dès « Blood On Blood », la production prévient gentiment les auditeurs que les ballades sucrées ne seront pas en terre sainte. La voix toujours aussi rauque et écorchée d’Andy TXR accroche l’oreille et captive l’attention. Mais c’est - une fois n’est pas coutume dans le genre - la section rythmique qui sert de menace directe. Mid tempo frappé comme sonne une trompette de Jéricho, double grosse caisse, le tout sur un tapis de riffs efficaces qu’un refrain mélodique ne parvient pas à castrer. 

« Heroes » accentue encore plus cette sensation de menace tapie dans l’ombre, et propose même une version très crédible de Sleaze Thrash, hybride qu’on n’aurait jamais pensé valide. Les chœurs sont certes ancrés dans la tradition lipstick, mais sonnent plus allemands qu’américains. On se rassure donc assez vite sur les intentions du quatuor, qui n’a pas l’intention de vendre son âme au show-biz pour réussir sa vie.

L’art consommé des suédois est justement d’avoir trouvé le très juste milieu entre Metal et Glam, et leurs arguments promotionnels sont donc tout à fait vrais. On connaît ce talent de métissage chez les musiciens scandinaves et les TOXICROSE n’échappent pas à la règle. Les morceaux sont taillés pour faire un malheur live, dès que la situation permettra de mettre une tournée sur pied, et entre le très remonté « Remedy », synthétique et bondissant, et le furieux « Domination » qui claque les coups de fouet comme une maitresse punit son esclave, In for the Kill ne fait pas de quartiers et rentre dans le lard.

Impeccablement produit pour faire briller les chromes sans donner l’impression du neuf « à peine sorti du garage », In for the Kill est un dragster custom qui force l’admiration dans les rues. Un dragster qui dégage une impression de puissance phénoménale, mais qui sait aussi aborder les virages en saccades (« Open Up N’ Bleed », limite Metalcore sur l’intro), pour venir se garer en souplesse et récupérer l’amour d’un soir (« New Breed »). Confirmation ferme, ce second album des TOXICROSE est une petite perle de Sleaze hargneux, et sans doute la rose la plus belle et mortelle du jardin d’Eden suédois.     

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Blood On Blood

02. Heroes

03. In For The Kill

04. Remedy

05. Angel Down

06. Outta Time

07. Domination

08. Open Up N’ Bleed

09. New Breed

10. The Great Escape


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/10/2021 à 14:20
80 %    158

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46