J’avoue que ces grecs ont raison. On s’emmerde toujours à vouloir coller de jolies étiquettes sur les albums, mais finalement, est-ce que ça a vraiment une utilité quelconque ? J’en suis même venu à en créer de toute pièce, histoire de rendre le jeu un peu plus amusant. Mais parfois, ce sont les artistes eux-mêmes qui se livrent à ce petit amusement, certainement fatigués de devoir répondre à la sempiternelle question :

« Et toi, à quoi tu joues ? »

Les DEPHOSPHORUS eux, jouent de l’Astrogrind. Rien à voir avec Astro Boy, ce petit super-héros impudique au torse nu, quoique niveau vitesse de propulsion, les deux doivent partager des poussées en commun. Non, les originaires d’Athènes ne se sont pas pris la tête pour être comparés à un mini-héros de bande dessinée juste pour faire les malins. Mais il est certain que leur créneau est du genre multiple, mais toujours extrême. C’est d’ailleurs ce qui lie leurs morceaux entre eux, cette glu extra-forte qui les fait s’empêtrer sur la palette collante de la violence, du Death au Grind, en passant par le Crust, le Powerviolence, et finalement, tout ce qui fait vite et qui va mal. Ou l’inverse, mais c’est pareil.

Et puis finalement, comme ce sont souvent les principaux intéressés qui se présentent le mieux, je leur laisse la parole sur quelques lignes pour vous éclairer :

« Avec six vinyles entre 2011 et 2015, les athéniens se sont embarqués dans un voyage cosmique. Leur concept et leur esthétique tirent leurs influences de la cosmologie, de l’astronomie, de la littérature de science-fiction comme de la sociopolitique et des répercussions existentielles. Le groupe définit simplement ce style comme étant de l’Astrogrind »

Vous me direz qu’avec ça vous n’en savez pas plus, et vous n’aurez pas vraiment tort. Alors affirmons, comme eux le font d’ailleurs, qu’Impossible Orbits est leur troisième longue durée, mais aussi leur effort le plus sombre et violent. Distribué par les mercenaires polonais de Selfmadegod (ce qui en dit déjà assez long en soi pour que vous chopiez l’importance du truc), ce nouvel LP a été enregistré et mixé analogiquement aux studios Unreal, et caché sous un artwork signé par Viral Graphics, et à l’écoute de ses pistes ébouriffantes, on comprend que les athéniens tiennent à garder une certaine patine vintage dans leur développement d’outrance. Alors oui, tout y passe, un peu comme d’habitude. Le Grind le plus velu, le Death le plus charnu, le Crust le plus bourru, et même le D-beat le plus ardu. Ils mélangent le tout dans un grand shaker de haine, et font gicler le tout en grandes gerbes qui vous éclaboussent les tympans sévère. Ça ne bricole pas, et pourtant ça n’est pas dénué de nuances, comme le prouve la grosse bourrade « The Light of Ancient Mistakes », qui s’éloigne un peu des systèmes solaires battus, pour se concentrer sur des circonvolutions plus lourdes et même parfois un peu Sludge sur les bords, sans tomber dans le statisme gênant. Il est toutefois difficile de se faire une idée précise sur les qualités et la diversité de DEPHOSPHORUS en se contentant de l’entame « Above The Threshold », qui tout en jouant franc jeu, se permet quand même quelques cachoteries sur le reste du contenu du voyage.

Ce voyage est éminemment rapide, chaotique, et souvent ultrasonique, mais sait aussi ralentir la cadence pour ne pas vous laisser KO avant l’arrivée.

Thanos Mantas (guitare), John Votsis (batterie), Panos Agoros (chant) et Costas Ragiadakos (basse) ont relativement bien assimilé le concept « d’extrême », et abordent tous les excès avec le manque d’empathie nécessaire pour transformer leurs morceaux en satellites tournant à une vitesse folle, mais stabilisant leur orbite d’une solide assisse rythmique concassante, qui leur permet de ne pas trop dévier de leur trajectoire. Chaque millimètre compte, et chaque impulsion aussi, ainsi, rien n’est laissé au hasard, comme le prouve la belle intro tournoyante de « Micro-Aeons Of Torment », qui débouche sur un couplet qui fera tourner en bourrique les NAILS de son mid tempo martelé comme des astéroïdes frappant de plein fouet la coque d’un Deathcore étrange et diffus.

Il n’est d’ailleurs pas interdit à ce moment-là du trip de penser à une version condensée et impitoyable d’ENTOMBED, tout du moins jusqu’à ce que la diagonale bifurque vers un Grind de plus en plus épileptique.

Neuf morceaux pour moins d’une demi-heure, il faut aller à l’essentiel sans s’interdire quelques fioritures. Mais avouons que dans un créneau pluriel, Impossible Orbits donne une sacrée leçon à tous les spationautes de l’extrême qui pourraient en tirer quelques enseignements.

En choisissant de ne pas choisir, mais en triant les aspects les plus violents et véhéments de chaque sous-genre, les DEPHOSPHORUS atteignent des sommets d’intensité, tout en jouant constamment sur la dualité lourdeur/cadence, avec un indéniable brio et une créativité remarquable.

« Rational Reappraisal » nous indique même que les athéniens connaissent la scène Core de l’Est sur le bout des combinaisons, même si une fois de plus ils ne résistent pas à tout envoyer valdinguer de blasts déchaînés.

Si les segments les plus Heavy les rapprochent d’un Death sludgy vraiment bourrin et dense, voire d’un Chaotic Core qui danse, le Grind reste quand même leur came, et suggère quelques accointances dans les plan de vol avec les ASSUCK et autres NASUM (« Impossible Orbits »).

C’est de temps à autres méchamment lugubre et accrocheur (« Suspended In A Void Universe »), un peu comme si UNSANE se payait un stage de simulateur de vol du côté de la base NOLA, avant de s’en trouver ennuyé et de partir comme des dératés Grind.

Dissonances éparses, riffs toujours noirs comme l’espace, chant qui égosille ses ordres en arrière-plan, mais thèmes qui déménagent et réaménagent façon Hardcore brisé (« Blessed In A Hail »), pour un trip dans les étoiles qui bouscule et bascule d’une galaxie à une autre.

Impossible de ne pas se montrer bluffé par cette troisième démonstration de force des grecs, qui semble effectivement être la plus intense et probante de leur carrière. Du Grind, du Death, Du Hardcore, du Crust, enfin un bon kérosène explosif pour traverser le ciel à la vitesse de la lumière, celle-là même qui n’éclaire jamais leur musique.


Titres de l'album:

  1. Above The Threshold
  2. Micro-Aeons Of Torment
  3. Rational Reappraisal
  4. Αστερόσκονη (Asteroskoni)
  5. Impossible Orbits
  6. Imagination Is Future History
  7. The Light Of Ancient Mistakes
  8. Suspended In A Void Universe
  9. Blessed In A Hail

Site officiel


par mortne2001 le 10/07/2017 à 18:44
75 %    489

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.