J’avoue que ces grecs ont raison. On s’emmerde toujours à vouloir coller de jolies étiquettes sur les albums, mais finalement, est-ce que ça a vraiment une utilité quelconque ? J’en suis même venu à en créer de toute pièce, histoire de rendre le jeu un peu plus amusant. Mais parfois, ce sont les artistes eux-mêmes qui se livrent à ce petit amusement, certainement fatigués de devoir répondre à la sempiternelle question :

« Et toi, à quoi tu joues ? »

Les DEPHOSPHORUS eux, jouent de l’Astrogrind. Rien à voir avec Astro Boy, ce petit super-héros impudique au torse nu, quoique niveau vitesse de propulsion, les deux doivent partager des poussées en commun. Non, les originaires d’Athènes ne se sont pas pris la tête pour être comparés à un mini-héros de bande dessinée juste pour faire les malins. Mais il est certain que leur créneau est du genre multiple, mais toujours extrême. C’est d’ailleurs ce qui lie leurs morceaux entre eux, cette glu extra-forte qui les fait s’empêtrer sur la palette collante de la violence, du Death au Grind, en passant par le Crust, le Powerviolence, et finalement, tout ce qui fait vite et qui va mal. Ou l’inverse, mais c’est pareil.

Et puis finalement, comme ce sont souvent les principaux intéressés qui se présentent le mieux, je leur laisse la parole sur quelques lignes pour vous éclairer :

« Avec six vinyles entre 2011 et 2015, les athéniens se sont embarqués dans un voyage cosmique. Leur concept et leur esthétique tirent leurs influences de la cosmologie, de l’astronomie, de la littérature de science-fiction comme de la sociopolitique et des répercussions existentielles. Le groupe définit simplement ce style comme étant de l’Astrogrind »

Vous me direz qu’avec ça vous n’en savez pas plus, et vous n’aurez pas vraiment tort. Alors affirmons, comme eux le font d’ailleurs, qu’Impossible Orbits est leur troisième longue durée, mais aussi leur effort le plus sombre et violent. Distribué par les mercenaires polonais de Selfmadegod (ce qui en dit déjà assez long en soi pour que vous chopiez l’importance du truc), ce nouvel LP a été enregistré et mixé analogiquement aux studios Unreal, et caché sous un artwork signé par Viral Graphics, et à l’écoute de ses pistes ébouriffantes, on comprend que les athéniens tiennent à garder une certaine patine vintage dans leur développement d’outrance. Alors oui, tout y passe, un peu comme d’habitude. Le Grind le plus velu, le Death le plus charnu, le Crust le plus bourru, et même le D-beat le plus ardu. Ils mélangent le tout dans un grand shaker de haine, et font gicler le tout en grandes gerbes qui vous éclaboussent les tympans sévère. Ça ne bricole pas, et pourtant ça n’est pas dénué de nuances, comme le prouve la grosse bourrade « The Light of Ancient Mistakes », qui s’éloigne un peu des systèmes solaires battus, pour se concentrer sur des circonvolutions plus lourdes et même parfois un peu Sludge sur les bords, sans tomber dans le statisme gênant. Il est toutefois difficile de se faire une idée précise sur les qualités et la diversité de DEPHOSPHORUS en se contentant de l’entame « Above The Threshold », qui tout en jouant franc jeu, se permet quand même quelques cachoteries sur le reste du contenu du voyage.

Ce voyage est éminemment rapide, chaotique, et souvent ultrasonique, mais sait aussi ralentir la cadence pour ne pas vous laisser KO avant l’arrivée.

Thanos Mantas (guitare), John Votsis (batterie), Panos Agoros (chant) et Costas Ragiadakos (basse) ont relativement bien assimilé le concept « d’extrême », et abordent tous les excès avec le manque d’empathie nécessaire pour transformer leurs morceaux en satellites tournant à une vitesse folle, mais stabilisant leur orbite d’une solide assisse rythmique concassante, qui leur permet de ne pas trop dévier de leur trajectoire. Chaque millimètre compte, et chaque impulsion aussi, ainsi, rien n’est laissé au hasard, comme le prouve la belle intro tournoyante de « Micro-Aeons Of Torment », qui débouche sur un couplet qui fera tourner en bourrique les NAILS de son mid tempo martelé comme des astéroïdes frappant de plein fouet la coque d’un Deathcore étrange et diffus.

Il n’est d’ailleurs pas interdit à ce moment-là du trip de penser à une version condensée et impitoyable d’ENTOMBED, tout du moins jusqu’à ce que la diagonale bifurque vers un Grind de plus en plus épileptique.

Neuf morceaux pour moins d’une demi-heure, il faut aller à l’essentiel sans s’interdire quelques fioritures. Mais avouons que dans un créneau pluriel, Impossible Orbits donne une sacrée leçon à tous les spationautes de l’extrême qui pourraient en tirer quelques enseignements.

En choisissant de ne pas choisir, mais en triant les aspects les plus violents et véhéments de chaque sous-genre, les DEPHOSPHORUS atteignent des sommets d’intensité, tout en jouant constamment sur la dualité lourdeur/cadence, avec un indéniable brio et une créativité remarquable.

« Rational Reappraisal » nous indique même que les athéniens connaissent la scène Core de l’Est sur le bout des combinaisons, même si une fois de plus ils ne résistent pas à tout envoyer valdinguer de blasts déchaînés.

Si les segments les plus Heavy les rapprochent d’un Death sludgy vraiment bourrin et dense, voire d’un Chaotic Core qui danse, le Grind reste quand même leur came, et suggère quelques accointances dans les plan de vol avec les ASSUCK et autres NASUM (« Impossible Orbits »).

C’est de temps à autres méchamment lugubre et accrocheur (« Suspended In A Void Universe »), un peu comme si UNSANE se payait un stage de simulateur de vol du côté de la base NOLA, avant de s’en trouver ennuyé et de partir comme des dératés Grind.

Dissonances éparses, riffs toujours noirs comme l’espace, chant qui égosille ses ordres en arrière-plan, mais thèmes qui déménagent et réaménagent façon Hardcore brisé (« Blessed In A Hail »), pour un trip dans les étoiles qui bouscule et bascule d’une galaxie à une autre.

Impossible de ne pas se montrer bluffé par cette troisième démonstration de force des grecs, qui semble effectivement être la plus intense et probante de leur carrière. Du Grind, du Death, Du Hardcore, du Crust, enfin un bon kérosène explosif pour traverser le ciel à la vitesse de la lumière, celle-là même qui n’éclaire jamais leur musique.


Titres de l'album:

  1. Above The Threshold
  2. Micro-Aeons Of Torment
  3. Rational Reappraisal
  4. Αστερόσκονη (Asteroskoni)
  5. Impossible Orbits
  6. Imagination Is Future History
  7. The Light Of Ancient Mistakes
  8. Suspended In A Void Universe
  9. Blessed In A Hail

Site officiel


par mortne2001 le 10/07/2017 à 18:44
75 %    411

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...