Méta est un préfixe qui provient du grec μετά (meta) (après, au-delà de, avec). Il exprime, tout à la fois, la réflexion, le changement, la succession, le fait d'aller au-delà, à côté de, entre ou avec. Méta est souvent utilisé dans le vocabulaire scientifique pour indiquer l'auto-référence (réflexion), ou pour désigner un niveau d'abstraction supérieur, un modèle :
 - métalangage : système ou langage permettant de décrire d'autres langages.

(Wikipedia).

Ainsi, pourrions-nous en nous basant sur cette définition parler de métamusique. Un nouveau concept faisant référence à une musique capable de décrire d’autres musiques, ou d’en inspirer de nouveaux codes. Difficile en 2019 de penser qu’un groupe est capable de jouer quoi que ce soit qui justement échappe à toute catégorisation, et c’est pourtant le pari relevé par les norvégiens de MARATON. Non qu’ils aient osé un nouveau vocable échappant à toute étiquette, mais ils sont parvenus à utiliser des codes déjà existant pour les transgresser, et se situer aux confluents de genres bien connus. Ainsi, les plus chafouins et/ou attentifs réagiront d’un bond en apprenant que le quintette se place dans un créneau de Pop progressive. D’une, parce qu’ils ne comprendront pas très bien ce que fait ce groupe dans ces colonnes, de deux, parce que le concept leur échappera quelque peu. Car après tout, comment définir les contours d’un sous-genre qui n’en est pas vraiment un ? Qu’est-ce que la Pop progressive ? Le GENESIS des années 80? MUSE? Ce sont des pistes qui restent exploitables, d’autant plus que le groupe de Matthew Bellamy n’a jamais fait grand mystère de ses aspirations grandiloquentes et autres digressions capables de réconcilier les RUSH et U2. Mais alors, comment expliquer formellement une démarche créative comme celle des MARATON ? En rendant le propos trivial et en argumentant autour de leur niveau technique qui leur autorise à peu près toutes les audaces, et qui leur évite aussi tous les carcans les plus restrictifs ? En précisant que pour eux, les harmonies et heurts rythmiques sont traités avec le même sérieux ? En pointant du doigt la complexité de la trame instrumentale que la voix unique de Fredrik Bergersen Klemp transcende de ses accents en falsetto presque surréalistes ? Un peu de tout ça et surtout, en acceptant cette formulation non comme une excuse ou un paravent de prétention, mais plutôt comme une nouvelle façon de concevoir le Rock et la Pop, en oubliant les frontières et en acceptant le brouillard de conception qui entoure cette première réalisation. Un premier album qui intrigue, qui fascine, qui irritera aussi, et qui provoquera à degrés égaux l’adhésion et le rejet le plus absolu.

Fondé en 2010, ce quintet (Frank Røe, Fredrik Bergersen Klemp, Vegard Liverød, Jon Vegard Næss, Magnus Johansen) a d’abord imposé ses vues sur la toile, voyant la lecture de ses œuvres friser les centaines de milliers d’écoutes, avant de s’imposer sur scène, devenant de fait le premier groupe norvégien à fouler les planches du Roskilde Festival avec un seul single en poche. C’est dire donc de l’aura dont disposent les musiciens, qui étaient par extension méchamment attendus au tournant avec ce premier album. Un single, quelques pistes supplémentaires, mais rien qui nous préparait à cette déferlante de musique « outrageusement mélodique » qui anime les sillons de ce Méta, qui risque fort en effet de se poser en nouveau vocabulaire musical pour les générations à venir. En empruntant aux RUSH leur facilité rythmique, à MUSE son goût très prononcé pour la grandiloquence vocale, et à la scène Indie norvégienne ses inclinaisons à l’innovation en termes harmoniques, teintant le tout d’une épure d’arrangements ne couvrant pas un supposé manque d’inspiration, les MARATON semblent plutôt priser le sprint, puisque leur premier longue-durée n’excède pas les quarante minutes, avec des chansons courtes privilégiant les motifs mémorisables. Ils se découvrent d’ailleurs assez rapidement, puisque le premier morceau « Seismic » fait en effet office de petit tremblement de terre avec son lyrisme sublimé par une basse synthétique ronde comme un dôme et sa guitare volubile et d’humeur changeante, entre arpèges en écho et grosse distorsion agressive. Dès cette entame, on sent que les choses vont être différentes, et on comprend pourquoi le collectif aime à se placer sous des auspices multiples, évoquant l’ampleur Rock des MARS VOLTA, les travers opératiques de MUSE et le puzzle post-moderne de LEPROUS. Le tout assemblé peut paraître disparate, et pourtant, le résultat est bien là, la musique du quintet est aussi dansante qu’ambitieuse, aussi facile à siffler sous la douche qu’à évoquer en compagnie d’universitaires de la musique, et aussi directe qu’elle n’est sinueuse. Un tour de magie, un prodige ? Non, simplement une facilité déconcertante à refuser le cloisonnement, une envie de se moquer des appartenances de clan, et surtout, l’envie de jouer quelque chose allant au-delà, d’une optique certes progressive, mais sans tout le barnum qui entoure généralement le style.

On pourrait presque parler d’Electro-Pop parfois, s’il n’y avait cette guitare aux riffs en métamorphose constante, et « Blood Music » qui adopte les contours d’une rythmique mouvante et élastique. Bien sûr, les couplets sont aussi Modern Pop qu’un nouveau single d’Ariana Grande, évidemment les refrains sont catchy comme un gimmick lancé à la nouvelle génération, et pourtant, la caution Rock est bien là, comme si l’INCUBUS des nineties s’était accouplé au MUSE du nouveau siècle, pour explorer de nouveaux horizons. Et si la globalité étonne, ce sont surtout les détails qui détonnent, cette façon d’envisager un refrain classique pour le transformer en surprise, cette facilité à imposer un pont hautement technique sans paraître imbu de soi-même, et cette capacité à soudain simplifier les choses pour lâcher un lick énorme et écrasant. Pour autant, c’est souvent la nuance qui l’emporte sur le radicalisme, à l’image de l’intro évolutive de « Prime », qui suggère une passion pour le Post-Punk des eighties tout comme une sensation Növo-Rock des années 2010. On sent que tout aurait pu être conçu par Matthew Bellamy après un stage intensif chez les TOOL ou CARNIVOOL, mais inutile de hurler à l’opportunisme. Car la richesse harmonique de Méta empêche tout rapprochement un peu trop vulgarisateur, et chaque morceau sentant le hit-single à plein nez, il devient impossible de contredire les postulats des norvégiens. Essayez-donc de résister à l’emprise gluante de « Change of Skin », ou à l’explosion sourde de « Altered State », qui singe DREAM THEATER et PERIPHERY pour leur permettre de se montrer sous un jour moins figé. Il est aussi possible de voir en cette énigme une tentative de vulgarisation du RUSH le plus acrobatique, sans les inflexions sardoniques de Geddy Lee, mais avec un sens de l’organisation personnel au moins aussi dense.

« Body Double » enfonce le clou et nous fait le coup du Brian de Palma parano pour laisser la rythmique déstabiliser la facilité, alors que le final « Spectral Friends » se paie le luxe de transformer un simple tube Pop en symphonie pomp pour les oreilles. C’est donc bien à un métalangage que Méta nous confronte. Un langage musical qui se sert des anciens vocables pour en proposer un nouveau, qui servira de fait de base pour décrypter les inspirations futures. Néo-Progressif ? Si vous le souhaitez, mais les termes en soi ne sont pas vraiment si importants.            

               

Titres de l'album :

                          1. Seismic

                          2. Blood Music

                          3. Prime

                          4. Change of Skin

                          5. Altered State

                          6. Body Double

                          7. The Manifest Content

                          8. Mosaic

                          9. Spectral Friends

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/05/2019 à 17:08
90 %    183

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.