Méta est un préfixe qui provient du grec μετά (meta) (après, au-delà de, avec). Il exprime, tout à la fois, la réflexion, le changement, la succession, le fait d'aller au-delà, à côté de, entre ou avec. Méta est souvent utilisé dans le vocabulaire scientifique pour indiquer l'auto-référence (réflexion), ou pour désigner un niveau d'abstraction supérieur, un modèle :
 - métalangage : système ou langage permettant de décrire d'autres langages.

(Wikipedia).

Ainsi, pourrions-nous en nous basant sur cette définition parler de métamusique. Un nouveau concept faisant référence à une musique capable de décrire d’autres musiques, ou d’en inspirer de nouveaux codes. Difficile en 2019 de penser qu’un groupe est capable de jouer quoi que ce soit qui justement échappe à toute catégorisation, et c’est pourtant le pari relevé par les norvégiens de MARATON. Non qu’ils aient osé un nouveau vocable échappant à toute étiquette, mais ils sont parvenus à utiliser des codes déjà existant pour les transgresser, et se situer aux confluents de genres bien connus. Ainsi, les plus chafouins et/ou attentifs réagiront d’un bond en apprenant que le quintette se place dans un créneau de Pop progressive. D’une, parce qu’ils ne comprendront pas très bien ce que fait ce groupe dans ces colonnes, de deux, parce que le concept leur échappera quelque peu. Car après tout, comment définir les contours d’un sous-genre qui n’en est pas vraiment un ? Qu’est-ce que la Pop progressive ? Le GENESIS des années 80? MUSE? Ce sont des pistes qui restent exploitables, d’autant plus que le groupe de Matthew Bellamy n’a jamais fait grand mystère de ses aspirations grandiloquentes et autres digressions capables de réconcilier les RUSH et U2. Mais alors, comment expliquer formellement une démarche créative comme celle des MARATON ? En rendant le propos trivial et en argumentant autour de leur niveau technique qui leur autorise à peu près toutes les audaces, et qui leur évite aussi tous les carcans les plus restrictifs ? En précisant que pour eux, les harmonies et heurts rythmiques sont traités avec le même sérieux ? En pointant du doigt la complexité de la trame instrumentale que la voix unique de Fredrik Bergersen Klemp transcende de ses accents en falsetto presque surréalistes ? Un peu de tout ça et surtout, en acceptant cette formulation non comme une excuse ou un paravent de prétention, mais plutôt comme une nouvelle façon de concevoir le Rock et la Pop, en oubliant les frontières et en acceptant le brouillard de conception qui entoure cette première réalisation. Un premier album qui intrigue, qui fascine, qui irritera aussi, et qui provoquera à degrés égaux l’adhésion et le rejet le plus absolu.

Fondé en 2010, ce quintet (Frank Røe, Fredrik Bergersen Klemp, Vegard Liverød, Jon Vegard Næss, Magnus Johansen) a d’abord imposé ses vues sur la toile, voyant la lecture de ses œuvres friser les centaines de milliers d’écoutes, avant de s’imposer sur scène, devenant de fait le premier groupe norvégien à fouler les planches du Roskilde Festival avec un seul single en poche. C’est dire donc de l’aura dont disposent les musiciens, qui étaient par extension méchamment attendus au tournant avec ce premier album. Un single, quelques pistes supplémentaires, mais rien qui nous préparait à cette déferlante de musique « outrageusement mélodique » qui anime les sillons de ce Méta, qui risque fort en effet de se poser en nouveau vocabulaire musical pour les générations à venir. En empruntant aux RUSH leur facilité rythmique, à MUSE son goût très prononcé pour la grandiloquence vocale, et à la scène Indie norvégienne ses inclinaisons à l’innovation en termes harmoniques, teintant le tout d’une épure d’arrangements ne couvrant pas un supposé manque d’inspiration, les MARATON semblent plutôt priser le sprint, puisque leur premier longue-durée n’excède pas les quarante minutes, avec des chansons courtes privilégiant les motifs mémorisables. Ils se découvrent d’ailleurs assez rapidement, puisque le premier morceau « Seismic » fait en effet office de petit tremblement de terre avec son lyrisme sublimé par une basse synthétique ronde comme un dôme et sa guitare volubile et d’humeur changeante, entre arpèges en écho et grosse distorsion agressive. Dès cette entame, on sent que les choses vont être différentes, et on comprend pourquoi le collectif aime à se placer sous des auspices multiples, évoquant l’ampleur Rock des MARS VOLTA, les travers opératiques de MUSE et le puzzle post-moderne de LEPROUS. Le tout assemblé peut paraître disparate, et pourtant, le résultat est bien là, la musique du quintet est aussi dansante qu’ambitieuse, aussi facile à siffler sous la douche qu’à évoquer en compagnie d’universitaires de la musique, et aussi directe qu’elle n’est sinueuse. Un tour de magie, un prodige ? Non, simplement une facilité déconcertante à refuser le cloisonnement, une envie de se moquer des appartenances de clan, et surtout, l’envie de jouer quelque chose allant au-delà, d’une optique certes progressive, mais sans tout le barnum qui entoure généralement le style.

On pourrait presque parler d’Electro-Pop parfois, s’il n’y avait cette guitare aux riffs en métamorphose constante, et « Blood Music » qui adopte les contours d’une rythmique mouvante et élastique. Bien sûr, les couplets sont aussi Modern Pop qu’un nouveau single d’Ariana Grande, évidemment les refrains sont catchy comme un gimmick lancé à la nouvelle génération, et pourtant, la caution Rock est bien là, comme si l’INCUBUS des nineties s’était accouplé au MUSE du nouveau siècle, pour explorer de nouveaux horizons. Et si la globalité étonne, ce sont surtout les détails qui détonnent, cette façon d’envisager un refrain classique pour le transformer en surprise, cette facilité à imposer un pont hautement technique sans paraître imbu de soi-même, et cette capacité à soudain simplifier les choses pour lâcher un lick énorme et écrasant. Pour autant, c’est souvent la nuance qui l’emporte sur le radicalisme, à l’image de l’intro évolutive de « Prime », qui suggère une passion pour le Post-Punk des eighties tout comme une sensation Növo-Rock des années 2010. On sent que tout aurait pu être conçu par Matthew Bellamy après un stage intensif chez les TOOL ou CARNIVOOL, mais inutile de hurler à l’opportunisme. Car la richesse harmonique de Méta empêche tout rapprochement un peu trop vulgarisateur, et chaque morceau sentant le hit-single à plein nez, il devient impossible de contredire les postulats des norvégiens. Essayez-donc de résister à l’emprise gluante de « Change of Skin », ou à l’explosion sourde de « Altered State », qui singe DREAM THEATER et PERIPHERY pour leur permettre de se montrer sous un jour moins figé. Il est aussi possible de voir en cette énigme une tentative de vulgarisation du RUSH le plus acrobatique, sans les inflexions sardoniques de Geddy Lee, mais avec un sens de l’organisation personnel au moins aussi dense.

« Body Double » enfonce le clou et nous fait le coup du Brian de Palma parano pour laisser la rythmique déstabiliser la facilité, alors que le final « Spectral Friends » se paie le luxe de transformer un simple tube Pop en symphonie pomp pour les oreilles. C’est donc bien à un métalangage que Méta nous confronte. Un langage musical qui se sert des anciens vocables pour en proposer un nouveau, qui servira de fait de base pour décrypter les inspirations futures. Néo-Progressif ? Si vous le souhaitez, mais les termes en soi ne sont pas vraiment si importants.            

               

Titres de l'album :

                          1. Seismic

                          2. Blood Music

                          3. Prime

                          4. Change of Skin

                          5. Altered State

                          6. Body Double

                          7. The Manifest Content

                          8. Mosaic

                          9. Spectral Friends

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/05/2019 à 17:08
90 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert