Et le spectacle continue, et les groupes/projets/concepts n’en peuvent plus de piocher dans le passé de quoi creuser leur propre tombe au présent. On se moque souvent du leitmotiv des vieux de la vieille, qui s’étouffent avec leur sempiternel « c’était mieux avant », comme si la nouvelle génération n’était pas digne d’intérêt, mais à force de subir la nostalgie de jeunes musiciens qui n’en peuvent plus de s’inspirer des légendes pour créer leur propre son, on finit par penser qu’ils ne sont pas si cacochymes qu’ils n’en ont l’air…Alors, le old-school, l’unique voie des années 2010 ? C’est une possibilité, et même une évidence, de plus en plus flagrante, comme si tout sens de l’innovation était tué dans l’œuf dès qu’il est comparé à la science infuse des références acclamées. Pourquoi pas après tout, et faisant partie d’une génération qui a connu l’explosion des années 80, je ne saurais contredire l’enthousiasme d’instrumentistes qui partagent ma passion, mais je finis quand même par attendre une autre alternative, sans vraiment espérer l’émergence d’un nouveau courant…Cette théorie du désespoir se voit agrémentée d’une nouvelle entrée ce matin, via le premier long de VENOMWOLF, qui de son patronyme même ne cache rien de ses accointances...One-man-band dirigé d’un gant clouté par Duncan McLaren, qui loin de se rêver champion de formule 1, manipule les instruments comme si sa vie en dépendait, VENOMWOLF se veut tribute-band aux plus grandes gloires de l’aune des années 80, célébrant à sa façon l’émergence des VENOM évidemment, mais aussi des HELLHAMMER, de BATHORY, concédant quelques fragrances des DARKTHRONE et même du TOXIC HOLOCAUST des premiers jours. Un mélange détonnant à défaut d’être étonnant, qui se formalise donc autour d’une petite douzaine de morceaux, tous bâtis sur le même moule, et aptes à faire se remuer les foules.

En substance, Stormriding Power est d’un formalisme lénifiant de naïveté. Il reprend à son compte les formulations des premiers instants de l’extrême européen, célébrant le chaos déclenché par Cronos et ses sbires, tout en clignant de l’œil en direction de la première vague Crust/D-beat scandinave, et son alter-ego anglaise. On retrouve donc la cruauté des vocaux râpeux du célèbre vocaliste/bassiste, les rythmiques primitives de Quorthon, mais aussi les tics de gosier et les riffs grossiers de Tom Warrior, le tout arrangé à la sauce paillarde contemporaine, qui oblige quand même la production à faire quelques concessions. Il n’est d’ailleurs pas vraiment étonnant de retrouver Joel Grind au mastering, puisque l’homme fait partie des influences et qu’il connaît très bien son affaire, ce qui permet à ce premier LP de décoller vers des paradis d’exubérance que rien ne semble pouvoir ternir. En restant dans un créneau temporel très raisonnable, Duncan McLaren s’offre une flexibilité indéniable, ce qui lui permet d’étirer ses maigres idées dans un contexte balisé, sans vraiment chercher à transcender ses obsessions. Type même d’album dont on connaît la fin sans avoir écouté le début, Stormriding Power est à l’image sonore de son titre, et balaie tout sur son passage d’un enthousiasme brutal et paillard, et réveille en nous d’anciennes sensations de libération, lorsque le Metal commençait à comprendre que le solfège et la rigueur n’étaient pas les clés ouvrant la porte du succès. Alors, d’accélérations foudroyantes en riffs scolaires, la machine bien huilée progresse à bon régime, et autant dire que l’on ne perd pas de temps en conjectures, et qu’on se satisfait de ces petits hymnes faisant décoller nos chevelures.

Aussi Thrash qu’il n’est Black des origines, aussi Punk qu’un refus d’accorder son instrument, ce premier LP est surtout le témoignage de la foi d’un artiste en ses convictions, et en ses possibilités. Homme-orchestre, Duncan embrasse toutes les responsabilités avec un indéniable flair, et nous offre un disque purement analogique qui sent bon le blasphème, la luxure, et la bestialité de comptoir, sans pour autant se montrer plus bas du front qu’il n’est besoin. Si ses morceaux semblent (et sont surement) construits selon le même schéma, ils font preuve d’une énergie de tous les diables, et rappellent parfois la transition pas forcément subtile entre le DARKTHRONE occulte et sa métamorphose Black n’Roll, sans pour autant tremper les orteils dans les eaux du mimétisme ridicule achevé. Doté d’une voix tout ce qu’il y a de plus écorchée, l’homme sait aussi ralentir le tempo pour brosser des ambiances plus moisies (dans le bon sens du terme), histoire d’imposer un mid-tempo plus costaud (« One With The Fire »), mais ces instants sont évidemment minoritaires, et le reste des compositions prône une violence sympathique et systématique, de l’ouverture sans ambivalence de « The Summoning », à la clôture maléfique « Bone Reaper ». Se voulant aussi créatif que les MIDNIGHT reprenant à leur compte « Sons of Satan » de VENOM, VENOMWOLF trace son chemin sans se soucier du lendemain, mais maîtrise à la perfection les saccades de la main gauche histoire d’apporter une caution Crust à son Raw Thrash poisseux comme les mains d’un adolescent après une pause sur Youporn. Pas élégant ni classe pour deux sous, mais pas non plus coincé au trente-sixième dessous, ce premier témoignage longue-durée est une belle démonstration d’efficacité et de sincérité, qui s’autorise parfois quelques soli bien agencés, histoire de ne pas passer pour le bourrin de service aux oreilles bouchées. Mais la boucherie est bien réelle, et cette petite demi-heure pas très anglaise dans le fond passe très vite, et déclenche une bouffée d’euphorie, pour peu que le classicisme ne vous gêne pas trop, et que le formalisme old-school ne vous irrite pas les tuyaux.

Mais autant apprécier Stormriding Power pour ce qu’il est, une sacrée fuite en avant qui regarde loin en arrière, et qui prône une indéniable simplicité. Une décharge les deux doigts dans la prise de la nostalgie, aussi cruelle qu’elle n’est jouissive, mais qui finalement n’est qu’une preuve de plus que l’innovation s’efface encore un peu face à l’obstination. Dommage, car cet hommage prend des allures de constat d’impuissance à s’extirper d’une somnolence condamnant le public à s’embourber dans de vieilles sonorités, et non à s’élever vers un avenir moins bien tracé.


Titres de l'album:

  1. The Summoning
  2. Stormriding Power
  3. Tyrant's Curse
  4. Black Wine
  5. Graveyard Violence
  6. Dogs Of Darkness
  7. Impaler
  8. Addicted Sadistic
  9. One With The Fire
  10. Blood Ritual
  11. Bone Reaper

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2018 à 18:13
74 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.