Stormriding Power

Venomwolf

13/03/2018

Iron Pegasus Records

Et le spectacle continue, et les groupes/projets/concepts n’en peuvent plus de piocher dans le passé de quoi creuser leur propre tombe au présent. On se moque souvent du leitmotiv des vieux de la vieille, qui s’étouffent avec leur sempiternel « c’était mieux avant », comme si la nouvelle génération n’était pas digne d’intérêt, mais à force de subir la nostalgie de jeunes musiciens qui n’en peuvent plus de s’inspirer des légendes pour créer leur propre son, on finit par penser qu’ils ne sont pas si cacochymes qu’ils n’en ont l’air…Alors, le old-school, l’unique voie des années 2010 ? C’est une possibilité, et même une évidence, de plus en plus flagrante, comme si tout sens de l’innovation était tué dans l’œuf dès qu’il est comparé à la science infuse des références acclamées. Pourquoi pas après tout, et faisant partie d’une génération qui a connu l’explosion des années 80, je ne saurais contredire l’enthousiasme d’instrumentistes qui partagent ma passion, mais je finis quand même par attendre une autre alternative, sans vraiment espérer l’émergence d’un nouveau courant…Cette théorie du désespoir se voit agrémentée d’une nouvelle entrée ce matin, via le premier long de VENOMWOLF, qui de son patronyme même ne cache rien de ses accointances...One-man-band dirigé d’un gant clouté par Duncan McLaren, qui loin de se rêver champion de formule 1, manipule les instruments comme si sa vie en dépendait, VENOMWOLF se veut tribute-band aux plus grandes gloires de l’aune des années 80, célébrant à sa façon l’émergence des VENOM évidemment, mais aussi des HELLHAMMER, de BATHORY, concédant quelques fragrances des DARKTHRONE et même du TOXIC HOLOCAUST des premiers jours. Un mélange détonnant à défaut d’être étonnant, qui se formalise donc autour d’une petite douzaine de morceaux, tous bâtis sur le même moule, et aptes à faire se remuer les foules.

En substance, Stormriding Power est d’un formalisme lénifiant de naïveté. Il reprend à son compte les formulations des premiers instants de l’extrême européen, célébrant le chaos déclenché par Cronos et ses sbires, tout en clignant de l’œil en direction de la première vague Crust/D-beat scandinave, et son alter-ego anglaise. On retrouve donc la cruauté des vocaux râpeux du célèbre vocaliste/bassiste, les rythmiques primitives de Quorthon, mais aussi les tics de gosier et les riffs grossiers de Tom Warrior, le tout arrangé à la sauce paillarde contemporaine, qui oblige quand même la production à faire quelques concessions. Il n’est d’ailleurs pas vraiment étonnant de retrouver Joel Grind au mastering, puisque l’homme fait partie des influences et qu’il connaît très bien son affaire, ce qui permet à ce premier LP de décoller vers des paradis d’exubérance que rien ne semble pouvoir ternir. En restant dans un créneau temporel très raisonnable, Duncan McLaren s’offre une flexibilité indéniable, ce qui lui permet d’étirer ses maigres idées dans un contexte balisé, sans vraiment chercher à transcender ses obsessions. Type même d’album dont on connaît la fin sans avoir écouté le début, Stormriding Power est à l’image sonore de son titre, et balaie tout sur son passage d’un enthousiasme brutal et paillard, et réveille en nous d’anciennes sensations de libération, lorsque le Metal commençait à comprendre que le solfège et la rigueur n’étaient pas les clés ouvrant la porte du succès. Alors, d’accélérations foudroyantes en riffs scolaires, la machine bien huilée progresse à bon régime, et autant dire que l’on ne perd pas de temps en conjectures, et qu’on se satisfait de ces petits hymnes faisant décoller nos chevelures.

Aussi Thrash qu’il n’est Black des origines, aussi Punk qu’un refus d’accorder son instrument, ce premier LP est surtout le témoignage de la foi d’un artiste en ses convictions, et en ses possibilités. Homme-orchestre, Duncan embrasse toutes les responsabilités avec un indéniable flair, et nous offre un disque purement analogique qui sent bon le blasphème, la luxure, et la bestialité de comptoir, sans pour autant se montrer plus bas du front qu’il n’est besoin. Si ses morceaux semblent (et sont surement) construits selon le même schéma, ils font preuve d’une énergie de tous les diables, et rappellent parfois la transition pas forcément subtile entre le DARKTHRONE occulte et sa métamorphose Black n’Roll, sans pour autant tremper les orteils dans les eaux du mimétisme ridicule achevé. Doté d’une voix tout ce qu’il y a de plus écorchée, l’homme sait aussi ralentir le tempo pour brosser des ambiances plus moisies (dans le bon sens du terme), histoire d’imposer un mid-tempo plus costaud (« One With The Fire »), mais ces instants sont évidemment minoritaires, et le reste des compositions prône une violence sympathique et systématique, de l’ouverture sans ambivalence de « The Summoning », à la clôture maléfique « Bone Reaper ». Se voulant aussi créatif que les MIDNIGHT reprenant à leur compte « Sons of Satan » de VENOM, VENOMWOLF trace son chemin sans se soucier du lendemain, mais maîtrise à la perfection les saccades de la main gauche histoire d’apporter une caution Crust à son Raw Thrash poisseux comme les mains d’un adolescent après une pause sur Youporn. Pas élégant ni classe pour deux sous, mais pas non plus coincé au trente-sixième dessous, ce premier témoignage longue-durée est une belle démonstration d’efficacité et de sincérité, qui s’autorise parfois quelques soli bien agencés, histoire de ne pas passer pour le bourrin de service aux oreilles bouchées. Mais la boucherie est bien réelle, et cette petite demi-heure pas très anglaise dans le fond passe très vite, et déclenche une bouffée d’euphorie, pour peu que le classicisme ne vous gêne pas trop, et que le formalisme old-school ne vous irrite pas les tuyaux.

Mais autant apprécier Stormriding Power pour ce qu’il est, une sacrée fuite en avant qui regarde loin en arrière, et qui prône une indéniable simplicité. Une décharge les deux doigts dans la prise de la nostalgie, aussi cruelle qu’elle n’est jouissive, mais qui finalement n’est qu’une preuve de plus que l’innovation s’efface encore un peu face à l’obstination. Dommage, car cet hommage prend des allures de constat d’impuissance à s’extirper d’une somnolence condamnant le public à s’embourber dans de vieilles sonorités, et non à s’élever vers un avenir moins bien tracé.


Titres de l'album:

  1. The Summoning
  2. Stormriding Power
  3. Tyrant's Curse
  4. Black Wine
  5. Graveyard Violence
  6. Dogs Of Darkness
  7. Impaler
  8. Addicted Sadistic
  9. One With The Fire
  10. Blood Ritual
  11. Bone Reaper

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2018 à 18:13
74 %    387

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47

Daisy

Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

09/07/2020, 19:39

Daisy

Je vous remercie pour cette belle évocation (je suis son amie)

09/07/2020, 19:38

Jus de cadavre

Pas si con que ça comme question ! Je ne saurais y répondre...
Aux auditions de 2018 il y avait aussi le designer du t-shirt et un promoteur du groupe dans le box des "accusés". Là je ne sais pas.
Mais Nergal doit surement être le "représentant" officiel du groupe, voir certainem(...)

09/07/2020, 18:14

Buck Dancer

Question con : Pourquoi il n'y a que Nergal qui est inculpé et pas le groupe entier ? Le nom/marque Behemoth est sa propriété ?

09/07/2020, 15:51

NeZ

J'ai ouï dire que certains l'avaient déjà reçus ... et alors, ça donne quoi ?!
Merci m'sieurs dames ...

09/07/2020, 14:01

ZEN

Tout à fait d'accord avec Jus de Cadavre !!! Que Nergal soit un baltringue ou pas, LE vrai problème ce sont bien ces politicards puants.

09/07/2020, 13:57