Drug Island

Cursed By Weed

24/09/2023

Autoproduction

Désolé de vous inciter au vice, mais vous ne trouvez pas que le moment est bon pour s’en rouler un petit? Après tout, l’année 2023 n’a vraiment pas été terrible et 2024 s’annonce sous des auspices encore plus déplaisants. Alors allons-y, sortons les trois feuilles, les têtes, jouons du briquet et pinçons tout ça entre les lèvres avant de l’allumer. Les premiers effluves envahissent les naseaux, alors que l’herbe commence à faire son effet. Tout à coup, les problèmes s’évanouissent en volutes, et le cerveau nous remercie de cette pause salvatrice.

Mais…

Mais tout le monde n’a pas du matos à disposition. Tout le monde ne connaît pas un bon dealer en came de premier choix, et doit donc se débrouiller avec les moyens du bord. Mais surtout, ne sombrez pas dans l’alcool, produit de substitution qui crame le foie et l’estomac. Non, optez pour une alternative naturelle et musicale. Comme le premier album des cannois de CURSED BY WEED.

CURSED BY WEED fait partie de la galaxie Stoner/Sludge, et nous présente son programme de réjouissances sous la forme de douze titres pour une heure de musique. Composé de cadors de la scène française, avec au chant Clément Flandrois (HYRGAL, SVART CROWN, PILLARS), Blaspho à la batterie (WITCHTHROAT SERPENT, IMPERIAL SODOMY, PILLARS) et Kévin Gabellini à la guitare et à la basse, le trio lâche donc tous ses efforts dans ce premier longue-durée, destiné à séduire tous les consommateurs de ganja de la terre. Et je pense que son opération va porter ses fruits, et lui ramener de nouveaux clients potentiels.

Toutefois, pas de tromperie sur la marchandise. Drug Island est aussi classique qu’un trip Stoner peut l’être, avec ses allusions à la NOLA, ses emprunts à SABBATH, et ses œillades à KYUSS. Le meilleur des trois mondes donc, pour un crachat épais et noir, lent comme un pauvre gars défoncé depuis le début de la journée, gras comme des bronches prises, et puissant comme une gerbe de vomi à la belle étoile. Mais la classe dont font preuve les cannois n’a d’égale que la conviction insufflée à ce travail passionné et léché. Comme quoi, on peut être de gros rustres mais avoir des manières.

Il n’y aura pas de révélation sur le chemin de Damas, mais Drug Island est une altération des sens tout à fait probante. On y trouve des riffs pachydermiques, une rythmique enclume et un chant délicieusement stone, pour des chansons qui recyclent les méthodes de production classiques en jouant avec le tempo et l’humeur de la guitare. Une guitare évidemment omniprésente, boostant des lignes de chant traînantes, dans la plus droite lignée du DOWN de la tétralogie des EP’s, ou du CORROSION OF CONFORMITY tardif.

Donc, de la joie en barre, ou du plaisir en feuilles. C’est comme vous voulez.

Produit avec ambition, ce premier long est toutefois très digeste. Malgré une répétition d’idées assez évidente, il parvient à nous emmener au pays des délires, comme si Cannes était délocalisée dans les marais de la Nouvelle-Orléans. Plus efficace qu’un pack de 6 partagé avec personne, plus récréatif qu’une meth injectée ou fumée, ce premier tome des aventures de CURSED BY WEED est cent pour cent naturel, et même bio, et ne peut donc faire de mal à personne.

Le contraire des drogues dures, de la picole excessive, et du bourrage de crâne par des substances de synthèse.

J’ai beaucoup aimé ce trip intérieur qui nous rappelle le meilleur de la scène US des nineties. Groovy, collant, gluant même par endroits, et symptomatique de l’expérience extrême de ses membres (Clément braille comme un veau Death sur l’éponyme « Drug Island »), il est certes un peu long, mais propose sur sa longueur des inserts bien boogie (« The Sacred Tree », traditionnel, mais fameux), et des ambiances étranges et cotonneuses comme un petit matin embrumé par la fumée (« Zombies »).

Bien sûr, je ne peux pas nier non plus son manque de diversité. Mais l’ayant écouté sobre, j’ai évidemment perdu beaucoup en termes de lâcher prise, et je l’ai donc jugé en toute lucidité. Une erreur assumée, mais qui m’a empêché de le savourer à sa juste dose.

Alors, suivez les consignes, et collez-vous en une bonne derrière le casque. Les CURSED BY WEED maîtrisent leur sujet malgré leur esprit qui s’envole par les persiennes, et nous accueillent comme des hippies en retard d’une cinquantaine d’années sur la tradition.                

Je n’en suis pas certain, mais je pense que la marijuana cause moins de dommages à l’organisme que le chocolat. Rien à voir, mais il m’en reste encore des kilos de Noël. Je les échangerais bien contre quelques grammes d’afghan.     

        

Titres de l’album:

01. The Call Of

02. 40% of Cthulhu (Mescal'in Bottle)

03. Worm Sacrifice

04. Trip to the Depths

05. Drug Island

06. The Sacred Tree

07. Zombies

08. Valley of Mushrooms

09. Capture (by the Devils)

10. Inquisition for the Ungodly

11. Carnage

12. Cursed By Weed


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/03/2024 à 17:17
78 %    97

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40