Tome II

Grave Circles

08/05/2020

Les Acteurs De L'ombre Productions

Nouvelle signature pour les Acteurs de l’Ombre, et seconde vie pour un premier album paru l’année dernière en version dématérialisée. GRAVE CIRCLES nous en vient donc de la ville de Vinnytsia en Ukraine, dans laquelle il s’est formé en 2016, et Tome II, malgré son nom est bien le premier longue-durée de la formation, faisant suite à un premier EP sorti en 2017 et logiquement baptisé…Tome I. Conçu à la base comme un duo constitué de membres de GOATFLESH, le concept s’est ensuite élargi pour devenir un vrai groupe, et signer chez les suédois de Shadow Records. Flairant le potentiel énorme de la formation, les Acteurs nous offrent donc la version digitale de Tome II dans un superbe digipack, et autant dire qu’il fut dommage que cet album n’existe qu’en petits fichiers mp3. Aujourd’hui quatuor (Virus - guitare/composition, Baal  - chant/composition, Exile - guitare et KGD - basse/guitare), GRAVE CIRCLES nous offre donc un survol de la situation de l’extrême en Ukraine, se rapprochant dans ses accents du Black Metal le plus fondamental, celui-là même que les pays scandinaves nous vomissent depuis les années 90. Beaucoup de classicisme donc pour cette sortie, qui tout en admettant l’importance de l’héritage historique, n’hésite pas à affirmer ses propres points de vue. Avec au chant Baal, également hurleur au sein de notre fierté nationale PESTE NOIRE (depuis 2018), ce premier long a de quoi intéresser les fans d’un BM formel mais pluriel, et les sept compositions qui forment cette première symphonie sauront rassurer ceux qui doutent encore de la capacité du BM à se renouveler sans se trahir. Et sans vraiment bousculer les choses, le concept avance à son rythme, proposant une synthèse intéressante de tous les courants.

Contrairement à beaucoup d’autres poulains de l’écurie des Acteurs, GRAVE CIRCLES ne cherche pas l’originalité à tout prix ou l’avant-gardisme prononcé. On sent que les musiciens sont à l’aise dans ce style traditionnel, et qu’ils ne souhaitent qu’une seule chose : broder leurs propres initiales sur le linceul originel. Si leur label n’hésite pas à les comparer à DEATHSPELL OMEGA, MGLA ou MISÞYRMING, on peut aussi rapprocher le travail des ukrainiens d’une version plus froide et sentencieuse de 1349, spécialement sur les premiers morceaux de l’album. Oscillant constamment entre la majesté d’un mid tempo à la BATHORY et des blasts impitoyables sur fond de hurlements graves et graveleux, le groupe tergiverse sans hésiter vraiment, et intègre des mélodies à son avancée impitoyable. Cet équilibre est manifeste sur un titre comme « When Birthgivers Recognize the Atrocity », l’un des plus concis de l’ensemble, qui ose même un up tempo incroyablement catchy. Certains se diraient par condescendance que les GRAVE CIRCLES se contente d’un BM assez générique disposant à vue tous les éléments d’une musique qui accuse plus de trente ans d’existence, mais les esthètes comprendront vite que le quatuor est un peu plus que la somme de ses influences, et qu’il est capable de s’éloigner des sentiers battus pour arpenter son propre chemin. Il est certain que les morceaux n’ont rien de vraiment extraordinaire, stricto-sensu, utilisant les codes d’un genre qui continue de se métamorphoser avec le temps, et pourtant, l’option progressive choisie, cette façon d’aller jusqu’au bout de la cruauté sans négliger la séduction tout sauf facile, cette utilisation des dissonances rappelant le MAYHEM post reformation, nous poussent à penser que Tome II est un peu plus qu’un simple état des lieux du BM ancien dans un contexte moderne. Et en tendant l’oreille sur l’implacable « The Unspoken Curse », on comprend rapidement que GRAVE CIRCLES manipule tous les codes pour les faire siens, et proposer autre chose qu’un simple postulat inamovible.

Cueilli à froid par les blasts de « Both of Me », le fan lambda s’accrochera à l’idée que les ukrainiens sont issus de l’école nordique de la violence la plus crue. Leur opinion sera aussi confortée par la voix de Baal, identifiable entre mille, et caractéristique du versant le plus brutal du BM moderne qui louche vers le passé. Et si ce morceau fait en effet partie du versant le plus classique d’un groupe ne refusant pas ses références, il n’en reste pas moins une entrée en matière diablement efficace. Mais dès ce premier morceau, les indices fusent quant à l’individualité d’un groupe qui se sert de sa propre expérience pour réécrire l’histoire à son niveau. En utilisant de nombreuses coupures et des tempi catchy, en usant de discordances sans en accentuer l’aspect disharmonique, en acceptant les espaces négatifs comme respirations, Tome II démontre que son agencement n’a rien d’une accumulation de clichés et autre figures imposées. D’ailleurs, en plaçant en ouverture trois morceaux totalisant plus de vingt minutes de musique, le groupe provoque, choque et oblige l’auditeur à réflexion, concentration, ce que « Faith That Fades » accentue encore plus de ses huit longues minutes. Grâce à des intros très travaillées plongeant dans l’ambiance, à une science des arrangements refusant les gimmicks faciles, à une connaissance encyclopédique du style, et à une facilité déconcertante à brosser des atmosphères vraiment prenantes, GRAVE CIRCLES prouve que le traditionalisme peut très bien de satisfaire d’une traduction dans un vocable plus contemporain, et on est saisi par la majesté d’une violence certes omniprésente mais intelligente et efficiente. On pense même parfois à une fusion entre le MARDUK de Legion et celui de Mortuus, et un pont tendu entre Heaven Shall Burn et Rom 5:12.

Très finement, subtilement, par à-coups et avec beaucoup de finesse, le groupe avance donc à son propre rythme, mais étonne de tant de professionnalisme pour un premier longue-durée. Certes, les musiciens ont du métier, et certains verront même en eux les vrais successeurs de MARDUK (« Abstract Life, Abstract Death »). Mais là où MARDUK récite une formule éprouvée depuis quelques années, les ukrainiens n’hésitent pas à agrémenter la leur d’éléments purement Heavy ou Post, avec des mélodies amères, de soudains arpèges purs, des cassures Ambient, et autres astuces qui permettent aux compositions de s’extirper d’un formalisme trop prononcé. On termine donc l’écoute de ce premier LP convaincu de la pertinence d’un album moins simple et évident qu’il n’y parait, et séduit par la force de persuasion d’un combo largement au-dessus de la masse. On sent que les années à venir autoriseront les musiciens à encore plus de culot, transformant GRAVE CIRCLES en une effrayante créature hybride entre brutalité effective et expérimentation létale.      

                                                                                                     

Titres de l’album :

                         01. Both of Me

                         02. Predominance

                         03. Faith That Fades

                         04. Thy Light Returneth

                         05. When Birthgivers Recognize the Atrocity

                         06. The Unspoken Curse

                         07. Abstract Life, Abstract Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/05/2020 à 17:32
80 %    273

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Humungus

Cela faisait bien longtemps que je ne l'avais pas écouté celui-ci, du coup je me le retape dans les esgourdes en ce moment.
Et c'est vrai que c'est, une fois de plus, une putain de tuerie merde !
Rien que pour ce rappel à l'ordre, merci Baxter.

PS : Les Grands Anciens exi(...)

31/05/2020, 22:41

Buck Dancer

Je n'ai pas parlé de la chronique dans mon premier commentaire pour ne pas être désobligeant envers l'auteur, mais c'est vrai que, on dirait une... traduction Google.

31/05/2020, 14:51

stench

Je n'ai jamais pu me faire à cet album qui m'a déçu à sa sortie. Il a probablement ses qualités mais rien à faire, ma première impression n'a jamais changé (et je perds sans doute quelque chose)... Pour le coup, je vais encore me le passer aujourd'hui pour voir !
Par ailleurs, je suis (...)

31/05/2020, 09:34

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

Riffing Curiosity

Premier Morbid qui m'ait déçu aussi. UNe moiteur et ds ambiances lourdes, un gros travail sur le son mais j'ai jamais accroché, CD revendu bien vite. Aujourd'hui je regrette et lui donnerais bien une seconde chance.
Et malgré moi, j'y peux rien, Morbid Angel c'est avec David Vincent ou ri(...)

30/05/2020, 15:27

steelvore666

Pfiou c'est intéressant soit, mais pas évident à lire !

30/05/2020, 14:25

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

RBD

Il n'a pas attendu les contestés "H" et "I" pour être assez apprécié, cet album. Parce qu'il reste bien au-dessus de la production lambda de toute la scène. Tucker est un bon growleur et en revenant aux bases, ils ne pouvaient pas se planter.

30/05/2020, 13:10

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12