Désolé d’être un peu péremptoiremais un Death Metal qui n’écrase pas les tympans et ne vous fait pas penser à la mort à chaque seconde est tel un film d’horreur ne suscitant pas la peur. Le style a été créé pour illustrer en musique la finalité d’une existence vouée à la pourriture six pieds sous terre, ou dans le marigot infâme d’une fosse commune urbaine entassant ses propres défunts de façon anonyme. Je n’ai bien évidemment rien contre une approche technique dont je suis friand depuis les premiers ATHEIST et les meilleures démonstrations de DEATH, mais je dois admettre qu’un gros album de Death bien pourri et moisi, à l’atmosphère déliquescente et joyeusement macabre me procure des frissons que les premiers Cronenberg me lançaient dans l’échine. J’avoue ainsi une fascination étrange pour les exactions ignobles de MORTICIAN, pour les excavations putrides de dISEMBOWELMENT et les éructations immondes de FUNEBRARUM, et rien n’assouvit mes instincts les plus sadiques qu’une bonne ramonée de conduits auditifs à la gravité excessive. Et depuis quelques années, il semblerait que nous ayons déniché notre nouveau champion de l’infamie anti-musicale, du côté de la Finlande et non des Etats-Unis, dans le concept rance des CORPSESSED, qui en dix ans se sont affirmés comme les dignes héritiers des traditions d’origine, mêlant dans une même gerbe de bile acide l’efficacité brutale des commandements US et la rigidité cadavérique de la mouvance scandinave. Or, un album des finlandais c’est un peu comme le final d’un Fulci de la grande époque. Une plongée dans les abysses de la folie, une illustration de l’enfer de Dante version cadavres ambulants et tripaille verdâtre, en gros, un trip ultime réservé à un public averti qui n’a pas l’estomac qui lui chatouille la glotte comme un morceau de jambon qu’on peine à avaler. Car ici, soit on avale, soit on dégueule, et autant dire que la gerbe est de proportions dantesques.

Et quatre ans après la révélation vomitive d’Abysmal Thresholds, le quintet finlandais (N. Matilainen - chant, M. Mäkelä & J. Lustig - guitares,  J-P. Manner - batterie et T. Kulmala - basse) confirme tout le désespoir placé en lui avec Impetus of Death qui s’évertue par tous les moyens à rendre au style ses lettres de bassesse.  Toujours plus épais, toujours plus gras, toujours plus lourd et plus rapide, ce second chapitre qui reprend à la lettre les ingrédients de son grand frère bâtard est une illustration sonore de tout ce que l’âme humaine cache de plus sombre et glauque, les secrets les plus inavouables, et les méthodes de mise en bière les moins soignées. En se plaçant toujours en convergence des fragrances, les finlandais jouent le jeu de l’excès avec brio, et déclenchent des réactions épidermiques palpables dès l’intro « Impetus of the Dead » qui ne fait pas grand mystère de son message. En associant avec brio l’oppression américaine d’INCANTATION et la rigueur hivernale d’un meurtre à la ENTOMBED, CORPSESSED ne s’impose aucune limite dans l’exagération, et propose ce qui sera sans doute le LP le plus ignoble de cette fin d’année. Capables de remettre en cause toute théorie d’évolution et le darwinisme dans sa globalité, les cinq musiciens au talent individuel notable se glissent dans la peau de néanderthaliens apprenant à manier la communication de façon un peu gauche et n’exprimant que des ressentiments de colère, de haine, de résignation et de mutilation mentale. Et si l’ensemble se prend parfois au jeu du copié/collé d’Onward To Golgotha, il le fait avec une morgue si magnifique qu’on accepte les ficelles un peu usées et les astuces de composition éprouvées. Et en termes d’agencement et d’instauration d’ambiances toutes plus mortifères les unes que les autres, le groupe force le respect et l’admiration morbide. Pour faire simple et abandonner des prétentions littéraires hors-contexte, c’est immonde, dégueulasse, souillé, ça laisse les tympans maculés de sperme putréfié, mais on en redemande en bons masochistes que nous sommes.

Pourtant, l’approche est séculaire et résolument traditionnelle. Des riffs lancinants, qui osent parfois quelques allusions de vibrato pour se rapprocher d’une forme très larvée de BM rance, une rythmique qui alterne les blasts et les frappes massives, et un chanteur qui confond borborygmes et lignes vocales dans une logorrhée ignoble faisant passer les pauvres OBITUARY pour de petits chanteurs à la croix de mousse. Des références avouées et d’autres moins, des accointances avec la scène underground US la plus pourrie jusqu’à l’os (FUNEBRARUM, INCANTATION évidemment, DISMA, mais aussi DEICIDE par moments, rares), et une anti-musicalité qui explore tous les recoins les moins recommandables d’un Death qui refuse de s’adapter à son temps et qui préfère loucher vers le passé pour ne pas avoir à accepter un présent sans avenir. Doté d’une gigantesque production n’hésitant pas à bloquer les graves dans leurs derniers retranchements, Impetus of Death est une sorte de manifeste à l’usage des psychopathes du désespoir, apte à faire passer Scott Burns pour un joyeux drille à peine digne de produire une pantalonnade Pop bon marché. C’est évidemment abyssal, c’est une percée dans les entrailles de la terre pour retrouver l’essence même de la création, mais c’est terriblement jouissif dans son refus des barrières et son sens du grotesque assumé qui le confine au sublime. Et même si les morceaux semblent partager plus d’une idée, les moins monolithiques et les plus véloces forment une symphonie en hommage à la vilénie la plus absolue, à l’image de ce « Sortilege » qui envoute tous les fanatiques de la scène scandinave des années 90. On y retrouve ce magma bouillonnant et dégoulinant, fondant tous les instruments dans un unisson létal, ces accélérations dantesques qui bousculent la colonne vertébrale, et ces grognements effrayants qui glacent les sangs au détour de l’histoire. La leur, c’est celle de la légende Death qui fout les miquettes, et même si le final « Starless Event Horizon » finit par tourner en rond de ses dix minutes de recherche un peu trop forcée, le sans faute de l’abomination est à portée de guitare, et il suffirait de pas grand-chose pour que les CORPSESSED ne deviennent le groupe le plus repoussant de la terre.

Mais cette terre, ils la retournent pour en exhumer les cadavres les moins frais, et leur faire subir les derniers outrages sur le tourbillon de vice « Graveborne », qui s’évertue à synthétiser les traits les plus répulsifs d’un genre qui n’en manque pourtant pas. Riffs qui tournent comme des charognards, incantations vocales à la limite de la démence, fréquences de basse en non-sens absolu, et blasts qui lacèrent la putréfaction pour la faire gicler à la face du bon goût. Mais le bon goût n’a pas droit de cité sur un disque pareil, qui justement érige le mauvais au rang de vertu cardinale, et de fémur en crane, ce second chapitre taille sa route comme une lame taille les chairs décomposées pour une vivisection live qui prend aux tripes et les fait sortir de l’abdomen. Déglutissant son stupre en volutes de puanteur, Impetus of Death impose une norme passéiste, mais si fascinante qu’on pourrait la prendre pour un gigantesque majeur tendu à la vague old-school actuelle, incapable de retrouver l’impulsion originelle sans avoir recours à des gimmicks puants. Et encore une fois, pour m’adapter au langage utilisé sur ce genre de tentative désespérée, je baisserai d’un ton, et me contenterai d’affirmer que les finlandais ont repoussé les limites de l’horreur, pour la rendre concrète et nous chier sur le paillasson. Ça schlingue, c’est laid, ça porte bonheur en marchant dedans du pied gauche, mais ça permet de le prendre en toute perversité.         

Titres de l’album :

                         1. Impetus of the Dead

                         2. Sortilege

                         3. Endless Plains of Dust

                         4. Graveborne

                         5. Paroxysmal

                         6. Forlorn Burial

                         7. Begetter of Doom

                         8. Starless Event Horizon

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/12/2018 à 17:42
80 %    234

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jefflonger
membre enregistré
29/12/2018 à 17:29:49
Une telle répugnance en devient attirante, belle chro pour un groupe qui m'était inconnu, merci

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)