Christfucker

Portrayal Of Guilt

05/11/2021

Run For Cover Records

On ne peut pas dire que les texans de PORTRAYAL OF GUILT nous lèsent. D’ailleurs, il n’y a aucune culpabilité à ressentir lorsqu’on produit trois formats en une seule année, même si l’un deux - un split en compagnie des CHAT PILE - peut s’apparenter à de la simple récréation en occupation de terrain. Depuis leur création il y a quatre ans par le guitariste/chanteur Matt King, le bassiste Blake Given et le batteur James Beveridge, PORTRAYAL OF GUILT n’a pas vraiment chômé, mais a laissé quelques auditeurs et journalistes interloqués. Quelle est donc cette musique maladive que le combo d’Austin pratique, en convergence des genres, et qui déclenche des réactions assez épidermiques chez les auditeurs ayant la malchance de poser leurs oreilles dessus ? Pour Wikipedia, le groupe texan s’affilie au Black Metal, au Grindcore, au Post-Hardcore, au Screamo, et en mélangeant ces données, vous ne serez pas loin de la vérité. La vérité, la seule, c’est que cette musique est unique, viscérale, noire comme du charbon, méchante comme une teigne, et résignée comme un poivrot dont le front affronte encore une fois le trottoir...

Entre NAILS, ACID BATH, PRIMITIVE MAN, la vague NOLA la plus nauséeuse, un traumatisme crânien suite à une agression, Phil Anselmo et ses illégaux, CEREBRAL FIX après une cure de mauvais acide, une gastro-entérite maculant la porcelaine des toilettes de fèces et de sang, et une migraine après avoir subi les assauts répétés d’un obscur groupe de BM norvégien à l’éthique d’enregistrement bloquée sur le magnétophone à cassettes, PORTRAYAL OF GUILT se veut le porte-parole d’une époque tendue, à l’espoir anémié par la réalité, et nous brosse pour la seconde fois en une année un tableau assez peu réjouissant de l’état du monde et du stress engendré par la paranoïa et la peur. Quelques mois après le déjà traumatique We Are Always Alone au message plutôt clair, Christfucker se propose de faire la jonction entre GODFLESH et la fin du monde.

Dès l’intro assourdissante et dissonante, les choses sont mises au point, et le propos imposé sans ambages. PORTRAYAL OF GUILT n’a pas l’intention de vous laisser dans votre zone de confort, et a bien l’intention de vous trimbaler dans les couloirs les plus répugnants de l’underground américain. Assez proche de ce que le BM US le plus expérimental et porté sur l’Indus peut produire de plus radical et anti-musical, ce troisième album des texans est une ode à la cruauté, mais aussi au réalisme de temps qui n’ont guère celui de panser les plaies. Entre Hardcore moderne cédant sous les coups de boutoir d’un Black/Grind vraiment féroce et charbonneux, Sludge maladif aux tripes bouchées par la haine, NOLA moins southern et plus Boston, Christfucker règle son compte à la religion, aux idéaux, et se contente de fouler du pied toutes les règles de musicalité existantes, tout en faisant preuve d’un bel esprit d’initiative en matière de composition.  

Produit par Ben Greenberg, masterisé par Ted Jensen et décoré d’un artwork signé Matt King lui-même, Christfucker est en quelque sorte l’abomination artistique qu’on est en droit d’attendre du Hardcore moderne. Celui qui a tourné le dos aux dogmes initiaux et qui se montre perméable à tous les courants les plus extrêmes du moment. C’est ainsi que ce nouvel album passe par toutes les teintes et ambiances, osant parfois des breaks ludiques assez incongrus, pour mieux relancer la machine d’un énorme riff fatigué que le pire groupe de Doom n’oserait recycler encore une fois. Et pourtant, la sauce prend, comme un conte horrifique qui en rajoute dans les détails glauques et Gore, mais dont la trame reste assez solide pour captiver l’attention. Alors peu importe que personne n’y retrouve ses petits en termes de classification, puisque le but est justement de dérouter l’auditeur et de le mettre mal à l’aise. Et dès « The Sixth Circle », on est happé dans une autre dimension, en noir et blanc, qui aime les ténèbres et les rais de lumière aveuglants, l’absence de repères, et finalement, une certaine forme de folie contemporaine.

Je suis conscient que mon boulot est de décrire cet album pour que vous puissiez vous y intéresser ou non. Simplement, la donne est parfois si complexe qu’on préfère ne pas trop en dévoiler pour que l’horreur de la situation reste aussi grande que la surprise de la découverte. Sachez que même découpé en courts tronçons de moins de trois minutes, l’impact de PORTRAYAL OF GUILT n’en est pas moins efficace et puissant, comme le prouve le terrible et damné « Dirge », purge pour l’âme, ou « Master/Slave » et son mid tempo souffreteux et son chant à l’agonie.

On pourrait même dire que l’ignoble « where the suffering never ends » résume à la perfection la démarche de ces sadiques. A la manière de BILE sans le côté Electro, des FETISH 69 sans les itérations industrielles, de certains produits Sentient Ruin sans la méchanceté gratuite, Christfucker, loin d’être un blasphème, et un constat assez alarmant sur notre époque et son manque total de perspectives, mais surtout, un magnifique crossover malsain qui exige de capitonner les murs pour éviter de s’y fracasser la tête de désespoir.

 

                                                                                                                                                                                                    

Titres de l’album:

01. Intro to CHRISTFUCKER

02. The Sixth Circle

03. Sadist

04. Fall from Grace

05. Dirge

06. Bed of Ash

07. The Crucifixion

08. Master/Slave

09. ...Where the Suffering Never Ends

10. Possession


Site officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 16/06/2022 à 15:29
80 %    36

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44